Vote de confiance défiance à l’INRIA

Le mandat du PDG de l’INRIA arrive à son terme le 26 juin 2023. L’actuel PDG, Bruno Sportisse, a annoncé sa candidature pour un nouveau mandat de 5 ans. Le processus de nomination du PDG par le gouvernement ne prévoit pas de consulter le personnel ni ses représentants. Cependant, étant donné le contexte actuel de tensions entre la direction et le personnel, dont il a été déjà fait état dans les médias (Mediapart, Academia, Le Monde, Libération), un collectif de personnels a jugé utile d’organiser un vote anonyme pour mesurer la confiance que le personnel accorde à Bruno Sportisse pour un éventuel second mandat. Ce vote électronique à bulletin secret était ouvert à toutes les personnes travaillant à l’Inria. Il a eu lieu entre le 9 et le 16 mai.

Le vote

La question posée était:

« Faites-vous confiance à Bruno Sportisse pour continuer à diriger l’Inria pour un second mandat de 5 ans? »

Les résultats du vote sont les suivants:

Option Votes
Oui, tout à fait 63 (6.3%)
Oui, plutôt 43 (4.3%)
Non, plutôt pas 275 (27.3%)
Non, pas du tout 538 (53.4%)
Je ne souhaite pas me prononcer (vote blanc) 88 (8.7%)
Nombre de votants 1007

Le vote a réuni 1007 votants. Chez les chercheurs rémunérés par l’INRIA, la participation est comparable à la participation lors des dernières élections professionnelles. En particulier, environ la moitié des chercheurs permanents rémunérés par l’INRIA se sont exprimés. Chez les IT, elle est deux fois plus faible qu’aux élections professionnelles.

L’annonce de ce vote a été relayée par une liste de diffusion syndicale, mais n’a pas bénéficié d’une communication à l’ensemble du personnel comme pour les élections professionnelles.

En résumé, sur un millier de votants, un peu plus de 10% des personnes ont accordé leur confiance à Bruno Sportisse pour un second mandat de 5 ans tandis qu’un peu plus de 80% des personnes exprimaient leur inquiétude. Dans les deux cas, les opinions sont plutôt tranchées que modérées. Il y a aussi une petite centaine de personnes qui ont préféré ne pas se prononcer sur la question posée tout en prenant part au vote.

Analyse

https://www.inria.fr/fr/bruno-sportisse-nomme-president-directeur-general-dinria

B. Sportisse à sa nomination comme PdG de l’Inria en 2018. Crédit: Inria/ Pierre Morel

Parmi les votes exprimés, le pourcentage de 80% de votes défavorables à un renouvellement de l’actuel PDG montre une fracture importante entre une partie significative du personnel et le PDG. Cette fracture s’est creusée progressivement au long des dernières années, en raison d’erreurs de gestion, de choix d’orientation discutables et d’un manque de concertation avec le personnel qui ont conduit à des dysfonctionnements graves de l’institut, qui se trouve aujourd’hui dans une situation critique. Cet état de choses a déjà été signalé à plusieurs reprises.

Une première pétition qui a recueilli 266 signatures s’inquiétait en juillet 2021 de « l’évolution extrêmement rapide de l’INRIA vers un institut de développement technologique » et demandait à la direction de « respecter le travail des instances représentatives de l’institut et l’indépendance de la CE [NDLR: la Commission d’Évaluation de l’institut]. ».

Les alertes ayant été ignorées par la direction, les dysfonctionnements n’ont fait qu’empirer. Aussi, 18 mois plus tard, une seconde pétition recevant 635 signatures dénonçait les dysfonctionnements généralisés affectant presque tous les rouages de l’INRIA, mettant en évidence une incompétence de la direction actuelle.

Plusieurs articles parus dans des quotidiens nationaux (Le Monde, Libération) ont fait écho de ces dysfonctionnements et apporté d’autres témoignages. Suite à cela, le PDG a beaucoup communiqué ces derniers mois, visitant la plupart des centres de recherche, mais sans réussir à établir un dialogue avec le personnel.

La pétition concluait par « La confiance entre le personnel et le PDG est définitivement rompue ». Ce vote était une façon de mesurer plus précisément la confiance du personnel en les capacités du PDG à diriger l’institut. Les résultats du vote montrent que l’inquiétude du personnel est toujours aussi grande.

Les tutelles prendront-elles en compte l‘énorme risque qu’elles feraient courir à l’INRIA — et à l’informatique française — en reconduisant l’actuel PDG pour cinq ans de plus à la tête de l’institut ?



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 19 mai). Vote de confiance défiance à l’INRIA. Academia. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajgs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.