Enseignement supérieur et recherche, on s’organise !  

La rédaction du carnet Academia échange de plus en plus souvent avec des universitaires étranger.es (des collectifs et des individus) qui rencontrent à peu près les mêmes problèmes que nous rencontrons en France, et avec lesquel·les nous cherchons à nous organiser, notamment par des actions de soutien et du contentieux.

Pour cela, et alors même que nous ne sommes pas particulièrement partisan·es des éternels “appels” et autres “tribunes”, nous lançons un appel des universitaires français·es – entendu·es au sens large, comme comprenant aussi bien les étudiant·es, les enseignant·es, les chercheur·ses et les personnels administratifs et techniques – à l’attention des collègues et des collectifs étranger·es pour que l’on s’organise collectivement, et auquel les collègues étranger.es et leurs collectifs pourraient souscrire. Un congrès serait envisagé en décembre 2023, pour que des actions concrètes, plutôt que de grandes déclarations, puissent être lancées.

Pour enclencher le mouvement, nous proposons donc que les collectifs (organisations, syndicats, sociétés savantes, revues, …) et les universitaires français·es qui se reconnaissent dans les lignes qui suivent s’y associent, avant que l’on ne propose aux collègues étranger·es d’en faire de même.

→ Pour rejoindre les signataires de l’appel, compléter le formulaire


Nous, universitaires français∙es de toutes les conditions et statuts — étudiant∙es, enseignant∙es, chercheur∙ses, personnels administratifs et techniques —, individuellement ou réuni∙es en collectifs, luttons sans relâche pour la protection de l’université, pour ses missions de service public d’enseignement et de recherche, pour son ouverture à tous∙tes et pour son indépendance vis-à-vis de tous les pouvoirs, en particulier économiques.

Mais la situation est aujourd’hui devenue très difficile : face aux attaques toujours plus nombreuses et de tous les côtés, l’épuisement et le renoncement guettent, conjugués à la lâcheté d’un nombre croissant d’universitaires qui, pour une parcelle minime de pouvoir, contribuent directement au processus de destruction en cours. Nous sommes face à une machine que nous ne parvenons pas à arrêter. Pour contrer un processus qui dépasse les frontières françaises, nous en appelons à l’ensemble des universitaires européen∙nes et d’ailleurs en vue d’une organisation collective de réflexion et d’action. 

Place de la Sorbonne, automne 2009. Crédit: Olivier Long

Les grands constats ont déjà été maintes fois faits. Nul·le ne peut plus nier que l’université est délibérément paupérisée et qu’elle repose sur l’exploitation générale d’une précarité entretenue. Chacun·e sait que les inégalités en son sein explosent, accentuées par des processus permanents de sélection et d’évaluation. Personne n’ignore que les libertés universitaires se rétractent sans cesse, sous les coups de butoirs d’un dispositif idéologique et institutionnel d’inspiration à la fois « néo-libérale » et autoritaire, qui marchandise l’université et la met au pas.

Mais ces grands constats ne sont que des mots. Ils ne sont rien à côté de la violence directe des situations matérielles que nous vivons ces derniers mois.

En France, aujourd’hui, la détresse universitaire est immense. De plus en plus d’étudiant·es ont faim, voient leur santé mentale fragilisée ; iels ont peur de l’avenir. De plus en plus de jeunes enseignant·es et chercheur·ses, extrêmement lucides, quittent le navire sans regret et parfois anéanti·es, tandis que les personnels administratifs et techniques fuient littéralement l’université. De plus en plus de enseignant·es confirmé·es s’arrêtent épuisé·es, pour quelques mois, parfois des années. Dans le même temps, au Parlement, dans les journaux, sur les plateaux de télévision et les réseaux sociaux, les attaques politiques contre l’université s’accumulent, au nom du combat contre les prétendus « islamo-gauchisme » et « wokisme ». Pire, l’extrême-droite multiplie les coups de main tandis que les forces de l’ordre investissent les campus qui se mobilisent, appelées par des présidents d’université qui n’ignorent pourtant rien de la très grande violence d’une police française elle-même gangrenée par l’extrême-droite.

Or, nous entendons aussi ce qui se passe dans les pays voisins, en Allemagne, en Pologne, au Royaume-Uni, en Italie, en Suède, en Turquie, aux Pays-Bas, en Grèce, au Danemark, en Hongrie. Nous sommes très inquie·tes, et nous ne croyons pas une seconde que la Déclaration de Bonn sur la liberté de recherche (2020), la Déclaration de San Francisco sur l’évaluation de la recherche (DORA, 2012) et les autres textes du même acabit puissent jamais suffire à contrer le processus de destruction en profondeur des institutions universitaires. Derrière le vernis de ces textes, en effet, il y a une réalité indiscutable de liquidation générale de l’université, que le processus de Bologne (1998), puis l’Espace européen de l’enseignement supérieur (2010) ont accélérée.

Nous, universitaires français∙es de toutes les conditions et de tous les statuts, n’oublions pas qu’en France, en Europe et dans le monde, les universités constituent un patrimoine matériel et immatériel des savoirs critiques des sociétés ; qu’elle représentent des espaces dotés de franchises et protégés des emprises ; et, plus que tout, qu’elles sont un des piliers historiques des démocraties.

Alors nous appelons l’ensemble des universitaires européen∙nes et d’ailleurs qui se sentent révolté∙es par le processus en cours, à se mettre en relation et à s’organiser, afin de préparer une riposte collective pour restaurer les libertés universitaires et le droit d’accès à un enseignement supérieur ouvert et émancipateur.

Pour cela, nous envisageons la mise en partage d’expériences et de projets, ainsi que la tenue d’un congrès européen sur l’avenir démocratique des universités en décembre 2023. Nous n’envisageons pas de produire de grandes déclarations, mais de construire des actions collectives concrètes, y compris des actions contentieuses au niveau européen (Cour de justice de l’Union européenne, Cour européenne des droits de l’homme, Comité européen des droits sociaux) pour arracher des garanties effectives, sur le modèle de la réclamation 211/2022 actuellement portée par une association française devant le Comité européen des droits sociaux et loin des discours anesthésiants des diverses ligues d’universités représentées par leurs seul∙es président∙es.

Cette riposte suppose que l’on commence par se compter, et nous appelons, en tout premier lieu, les collectifs qui se reconnaissent dans les lignes qui précèdent à s’associer à cet appel.

Pour rejoindre les signataires de l’appel, compléter le formulaire

Premiers signataires

  • Rédaction d’Academia
  • Observatoire des libertés académiques et du droit d’étudier (OLADE)

 



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 16 mai). Enseignement supérieur et recherche, on s’organise !  . Academia. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajgh

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.