Qui veut la peau de la Commission d’Évaluation (III)

Dans de précédents articles,1nous nous étions demandé “jusqu’où serait prêt à aller le PDG de l’Inria dans son conflit personnel contre la Commission d’Évaluation de l’institut ?”.


“Suite au jury DR2 Bruno Sportisse aurait envoyé, le 20 octobre 2020, un courrier à la présidente de la CE se plaignant des résultats du concours.” —  Qui veut la peau de la Commission d’Évaluation de l’Inria ? (I), 6 janvier 2022

À partir des comptes-rendus de la CE, nous avions fait valoir que le conflit entre le PDG de l’Inria, Bruno Sportisse, et la Commission d’Évaluation semblait trouver sa source dans l’évaluation des scientifiques, en particulier autour des listes d’admissibilité produites par les jurys “CE” (concours, promotions, primes). De nouveaux documents obtenus suite à une demande CADA — demande qui fait suite aux billets Academia  — confirment la tension autour des listes d’admissibilité 2.

Échange B. Sportisse, pdg de l’inria et Commission d’évaluation

La lettre de Bruno Sportisse au jury DR2 et la réponse du jury

La lettre qui nous a été communiquée confirme le contenu de l’insatisfaction des choix de la Commission d’Évaluation (CE) pour les listes d’admissibilité

Je souhaite, par ce message, vous faire part de mon étonnement face aux résultats de la phase d’admissibilité pour le concours DR2 d’Inria, dont vous avez présidé le jury. […] Pour le résumer rapidement, il me semble anormal de «verrouiller» une liste lors du jury d’admissibilité.

En composant une liste de 17 personnes admissibles pour un concours portant sur 15 admissions in fine d’une part, et en classant chacune des 17 personnes d’autre part (ce qui fait que toute décision post-admissibilité sera prise comme une attaque personnelle par une personne éventuellement « déclassée »), le résultat me semble en effet clair : de fait, il ne laisse aucune place au jury d’admission et dénie à la Direction générale de l’institut tout rôle dans ce concours scientifique.

— Bruno Sportisse, courrier à la présidente de la Commission d’Évaluation d’Inria, 20 octobre 2020.

Le pdg se plaint du “verrouillage” de la liste d’admissibilité par le jury et en utilisant deux méthodes coordonnées : 1° proposer un nombre d’admissibles quasi identidiques au nombre de promotions prévues ; 2° classer les lauréat·es admissibiles.

Le mot recherche a disparu des façades des centres.

Récemment, le mot “recherche” a disparu des façades des centres de l’INRIA

Dans leur réponse à Bruno Sportisse, les membres de la CE s’en justifient par la nature même de leur mission :

Nous, membres de la CE ayant siégé au jury d’admissibilité, regrettons tant sur la forme que sur le fond, les critiques formulées sur un travail dans lequel nous nous sommes pleinement investis, avec un souci constant de rigueur, et le souhait de servir au mieux Inria. […]

Tout d’abord, nous affirmons notre intime conviction que le classement que nous avons décidé à l’unanimité du jury3 est le plus juste au regard des éléments dont nous disposions. Ce classement ne résulte d’aucune contrainte prédéfinie. Conformément au rôle que lui confèrent les textes réglementaires, le jury a classé les candidats « par ordre de mérite ».

— Réponse du jury d’admissibilité DR2 de 2020 à Bruno Sportisse, 25 novembre 2020.

Le jury est ensuite obligé de rappeler au PDG de l’institut que les décisions ne doivent se fonder que sur les mérites des candidats.

Outre la violence d’un courrier à entête — qui sous-entend très largement : “vous faites mal votre travail” — la véhémence du ton est à souligner. Quelques exemples suffisent à éclairer cette dimension pour le moins inhabituelle vis-à-vis de jurys de concours, souverains :

  • “Ce comportement rompt avec les pratiques de bon sens
  • “les précédentes présidences (…) engagées dans un dialogue constructif avec la Direction, conscientes du rôle des uns et des autres et agissant en responsabilité [sous-entendu, contrairement à votre présidence]
  • “j’avais partagé avec vous l’importance qu’un travail constructif et de concert ait lieu entre la Direction générale d’Inria et la CE, chacun dans son rôle
  • “Celles-ci ne me semblent pas conformes (…) à la nécessité de garantir une intelligence collective entre les deux fonctions qui sont les nôtres.”

Dans son courrier, Bruno Sportisse entend que la Commission d’évaluation a dépassé le rôle très limité qui est le sien et que la présidente du jury en est directement responsable.

La faute au… mérite ?

N’importe quel·le chercheur·euse sera d’accord avec le fait que le jury d’admissibilité doit être libre de prendre ses décisions, ce qui est de jurisprudence constante. Les décisions, en l’espère, doivent être basée sur le mérite respectif des candidat·es — quand bien même ce “mérite” ne coule pas toujours de source4. À tout le moins, ce jugement ne peut être déterminé sur le souhait du PDG de pouvoir déclasser des candidat·es sans donner l’impression “d’attaquer” une personne5.

Au contraire, forcer le fait de mettre un certain nombre de candidats “au niveau de la barre” est l’équivalent du fait de déclasser ou surclasser des personnes par un jury qui ne doit pas être politique. Si les précédents jury DR2 le faisaient — ce que sous-entend la lettre de Bruno Sportisse — cela jette le soupçon sur les précédents jurys, mais pas celui auquel le PDG s’adresse. Et encore moins sa présidente.
La présidence d’un concours n’a pas rôle d’imposer des décisions au reste du jury. Reprocher un classement, voté à l’unanimité du jury, à la présidence du jury, c’est considérer que la délibération collégiale n’existe pas. À notre sens, ceci montre une incompréhension totale de la part du PDG de l’Inria du fonctionnement des recrutements dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche.
Plus généralement, si la Direction Générale évalue que le président d’un concours est responsable d’imposer sa vision au jury du-dit concours, on peut se demander quelle est la vision de la Direction Générale des concours CRCN Travailleur Handicapé qui font chou blanc, puisque ces concours sont présidés par un membre de la Direction Générale.

Par ailleurs, on peut raisonnablement se demander si le message “un paquet sur la barre d’admissibilité” est envoyé aux président·es des jurys CRCN qui sont sélectionnés par la Direction Générale (et souvent dont la vice-présidence est assurée par un·e délégué·e scientifique) ?

*
*    *

Dans nos précédents articles, nous avons montré que le PDG de l’INRIA a bâti tout un dispositif de décrédibilisation – une véritable pièce de théâtre – qui avait pour mission de détruire une commission d’évaluation compétente et ayant fait correctement son travail. Si Bruno Sportisse a fait cela, c’est parce qu’il était contrarié dans sa prétention à pouvoir recruter qui il veut, selon une aspiration autocratique à rebours de toutes les procédures de recrutement communément suivies dans l’enseignement supérieur et la recherche.
Dans le courrier que nous publions aujourd’hui, Bruno Sportisse montre qu’il a personnalisé le jury en la personne de la présidente de la Commission d’Évaluation. On est donc en droit de se demander si, lorsque Bruno Sportisse instrumentalise une recommandation du collège de déontologie du MESR dans son processus de décrédibilisation de la Commission d’Évaluation, ce n’est pas la présidente de la Commission d’Évaluation qu’il vise spécifiquement.


Sur Academia



Citer ce billet
Des chercheurs et chercheuses à l'Inria (2023, 14 mai). Qui veut la peau de la Commission d’Évaluation (III). Academia. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajge

  1. Cf. Qui veut la peau de la Commission d’Évaluation de l’Inria ? (I) et Qui veut la peau de la Commission d’Évaluation de l’Inria ? (II), 6 janvier 2023. []
  2. En particulier, cette demande confirme le fait que la lettre de Bruno Sportisse à la présidente de la Commission d’Évaluation suite au jury DR2 est un document administratif public. []
  3. NDLR. Nous soulignons. []
  4. Cf. Annabelle Allouch, Mérite, Anamosa, 2021. []
  5. “ce qui fait que toute décision post-admissibilité sera prise comme une attaque personnelle par une personne éventuellement « déclassée »” — extrait de la lettre de B. Sportisse. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.