In memoriam Dmitry Petrov

Dmitry Petrov, aka Ilia Leshy, ethnologue et militant anarchiste russe, a été tué le 19 avril 2023 dans une attaque des forces armées russes près de Bakhmut en Ukraine. Rest in power

  • par Clément Renard

“J’ai pris cette photo un jour de printemps 2019, tandis qu’il me montrait les alentours des bureaux moscovites de la représentation du PKK en Russie. Il y avait passé du temps après la bataille de Kobanê en 2014, pour y étudier Kurmanji et y organiser des événements à propos de la révolution au Rojava… Sa gentillesse et sa modestie m’ont touchée, tout autant que sa pensée affûtée engagée à concrétiser ses convictions en action”, écritVolodya Vagner

Dmitry a fait ses études à l’Université d’État Lomonossov de Moscou et était titulaire d’un doctorat en histoire. Il a également mené une ethnographie auprès des populations du nord de la Russie dans la région d’Arkhangelsk. Il s’est engagé dès l’adolescence dans la lutte écologiste en défense de la forêt de Bitsevski à Moscou, il a ensuite participé aux protestations contre le pouvoir russe, notamment celle de la place Bolotnaïa à Moscou en 2012 et celle de la place de l’Indépendance (Maidan) à Kiev en 2014.

En 2017, Dmytri part au Rojava pour prendre part à la Révolution et étudier la mise en œuvre du confédéralisme démocratique. À son retour, il traduit en russe plusieurs ouvrages sur la Révolution kurde et co-fonde l’organisation anarcho-communiste BOAK qui deviendra après l’invasion russe une force de résistance majeure en menant de nombreux actes de sabotages d’infrastructures militaires en Russie. Lorsque a débuté l’invasion de l’Ukraine par la Russie, Dmitry a rejoint le Resistance Committee, un groupe par lequel les combattants anarchistes coordonnent leurs actions avec l’armée régulière ukrainienne. Il aspirait à faire de ce bataillon anti-autoritaire un point d’appui pour faire émerger en Europe de l’Est une Révolution sociale, écologique et démocratique sur le modèle du communalisme kurde.

Dmitry Petrov (à gauche), à Moscou lors de la présentation du livre Life Without a State: Revolution in Kurdistan, le second livre qu’il a contribué à publier sur le sujet


Dernier message laissé par Dmitri Petrov.

« Je m’appelle Dmitry Petrov, et si vous lisez ces lignes, c’est que je suis probablement mort en combattant l’invasion de l’Ukraine par Poutine.

Je suis membre de l’Organisation militante anarcho-communiste BOAK et le resterai après ma mort. BOAK est née de notre conviction de la nécessité de la lutte organisée. Nous avons réussi à la mener des deux côtés des frontières étatiques. J’ai fait de mon mieux pour contribuer à la défaite de la dictature et à la possibilité d’une Révolution sociale. Et je suis fier de mes camarades, qui ont mené et mènent encore la lutte en Russie et au-delà. En tant qu’anarchiste, révolutionnaire et russe, j’ai jugé nécessaire de participer à la résistance armée du peuple ukrainien contre les soldats de Poutine. Je l’ai fait pour défendre la justice et la société ukrainienne et pour libérer mon pays, la Russie, de l’oppression. Je l’ai fait pour toutes les personnes qui ont été privées de leur dignité et de la possibilité de vivre librement par le système totalitaire porté par les États russe et bélarus. Je l’ai fait pour promouvoir, par notre exemple, le mouvement internationaliste. À l’heure où l’impérialisme meurtrier russe suscite une vague de nationalisme et de mépris pour les Russes, j’affirme en paroles et en actes qu’il n’y a pas de “mauvaises nations”. Toutes les nations ont un malheur : des dirigeants avides de pouvoir. Mon geste n’est pas un simple geste individuel. Il s’inscrit dans une stratégie collective visant à développer les réseaux de résistance et à mener une guérilla contre les régimes tyranniques de notre région. Chers ami-es, camarades et membres de ma famille, je présente mes excuses à toutes les personnes qui ont été blessées par mon départ. J’apprécie profondément votre chaleur. Cependant, je suis intimement convaincu que la lutte contre l’oppression et l’injustice est l’une des significations les plus nobles qu’une personne puisse donner à sa vie. Et cette lutte exige des sacrifices, jusqu’à l’abnégation totale. Le plus bel hommage que vous puissiez me rendre est de continuer à lutter activement, en surmontant les ambitions personnelles et les conflits inutiles, pour parvenir à faire émerger une société libre fondée sur l’égalité et la solidarité. Pour vous, pour moi et pour tous nos camarades. Les risques, les difficultés et les sacrifices sont nos compagnons de route permanents. Mais soyez assuré-es qu’ils ne sont pas vains. Je vous embrasse. Votre Ilya Leshy, “Seva”, “Lev”, Fil Kuznetsov.
Dmitry Petrov. »

Dmitry faisait la  liaison entre le mouvement anarchiste russe et l’expérimentation sociale au Rojava.

Sources

Hommages



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 7 mai). In memoriam Dmitry Petrov. Academia. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajg7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.