Un nouveau syndicat étudiant est né : l’Union étudiante

Avec retard, Academia reprocduit la proclamation du premier Congrès de l’Union étudiante, organisation riche de 51 organisations étudiantes, héritière de l’UNEF, créée le 4 avril 2023. Pour en savoir plus.

Proclamation du premier congrès de l’Union étudiante

Ce week-end du 22 et 23 avril 2023, près de 300 représentants syndicaux et représentantes syndicales venu·es de toute la France se sont rassemblé·es pour fonder ce qui est désormais le 1er syndicat étudiant.

Ce 1er Congrès marque la réunification du syndicalisme étudiant de transformation sociale, celui qui, prenant sa source dans la charte de Grenoble, a structuré le mouvement Devaquet, a combattu la Guerre d’Algérie et a permis le retrait de la loi sur le CPE en 2006.

Ce 1er Congrès marque également l’affirmation d’une démarche syndicale fondée sur un ancrage territorial et le respect de l’autonomie locale. Celle-ci se veut majoritaire pour défendre et représenter les étudiant·es tout en évitant les dérives – notamment antidémocratiques — et les écueils du passé en étant capable de s’adapter selon les évolutions de son milieu et de la société.

Nous avons aujourd’hui besoin d’un syndicalisme étudiant indépendant qui soit le plus fort possible pour se battre contre les attaques libérales qui nous sélectionnent et nous précarisent toujours plus. La loi ORE et l’instauration de Parcoursup en 2018 ou la multiplication par 16 des frais d’inscription pour les étudiant·es extra-européen·nes en sont le symbole. Alors que les phases de candidature sur Parcoursup et Mon Master viennent de se clore, nous savons d’ores et déjà que des milliers de jeunes seront privé·es du droit d’étudier. Nous considérons que les syndicats étudiants ont pour premier objectif de défendre les étudiant·es. Or, nous ne pouvons les défendre si celleux-ci se voient refuser l’entrée à l’Université. En ce sens, nous revendiquons l’abrogation pure et simple de ces plateformes et la fin de toute sélection sociale à l’Université.

C’est justement en prônant la construction de nouvelles universités, en revendiquant la démocratisation et la gratuité de l’enseignement supérieur – y compris pour les étudiant·es étranger·es – et l’accès de tous·tes à la formation de leur choix que nous participons à la formation de citoyen·nes éclairé·es et que nous pourrons répondre aux enjeux de notre génération.

La précarité étudiante, quant à elle, continue d’exploser et les réponses du gouvernement restent largement insuffisantes. Entre augmentation dérisoire des bourses et refus du repas à 1€ pour tous·tes, Emmanuel Macron et sa minorité présidentielle font le choix de nous enfermer dans la précarité.

À l’opposé, par la recherche de l’autonomie et de l’émancipation de la jeunesse, en luttant pour la mise en place d’un système permettant à tous·tes les étudiant·es de vivre au dessus du seuil de pauvreté et pour une transformation pédagogique, nous construirons un autre projet de société.

L’Union étudiante fait ses premiers pas alors que nous connaissons un mouvement social que l’on peut déjà qualifier d’historique. Historique par sa masse, par sa durée et son intensité.

Historique aussi par la violence inouïe des politiques du désordre d’un Ministère de l’Intérieur en perdition, par l’herméticité de nos institutions et l’entêtement d’un Président de la République barricadé dans son palais.

Historique, enfin, de par la place centrale qu’occupent les forces syndicales, l’espoir d’un autre monde qui a été soulevé et de par les responsabilités qui nous incombent.

Cette bataille contre la réforme des retraites est loin d’être terminée. L’Union étudiante continuera à la mener jusqu’au retrait pour défendre notre système de protection sociale, pour garantir le droit au repos après une longue vie de travail et pour ne pas aggraver un chômage des jeunes déjà record.

“Il y’a 116 ans les étudiantEs créaient un outil pour défendre leurs droits, s’organiser et s’émanciper. Plus que jamais, le rôle du syndicalisme étudiant est charnière, il doit être un syndicalisme de conquêtes pour transformer la société. Nous nous ancrons dans cet héritage.” Tweet de l’Union étudiante, 4 mai 2023. Image, Congrès de l’Union nationale des étudiants de France, 1975.

Nous vivons actuellement l’une des plus grandes crises politiques connues sous la Ve République. Nos libertés et nos droits ont été attaqués de toute part ces dernières années et particulièrement ces derniers mois par le gouvernement Macron-Borne, chaque fois avec davantage de violence. Nous ne nous laisserons pas faire face aux dénis de démocratie et aux dérives autoritaires d’un gouvernement qui souhaite une jeunesse qui se tient sage, en garde à vue ou au garde à vous, comme en témoignent leurs politiques bellicistes et leur SNU dont nous exigeons l’abrogation.

Nous le disons désormais depuis janvier : la bataille des retraites – hautement symbolique – est et doit être pour nous la mère des batailles. Nous la mènerons jusqu’au bout. Nous ne pouvons laisser là un boulevard au fascisme qui nous attaque impunément sur les réseaux sociaux, dans la rue et jusque sur nos lieux d’études et qui profiterait d’une telle crise politique.

Les chantiers que nous devons relever s’annoncent être de taille. Nous devons construire le syndicat de toutes les luttes : anti-raciste, féministe, anti-LGBTI+phobies, anti-validiste, mais aussi écologiste, antifasciste, anticapitaliste et pour la justice sociale.

Nous devons défendre une société égalitaire à même de répondre aux enjeux de l’urgence climatique et de la bifurcation écologique, constituant un rempart solide contre l’extrême-droite et permettant l’émancipation des personnes discriminées. Nous pouvons – et nous devons – être en capacité de transformer l’Université comme de transformer la société.

Au fil de la mobilisation, notre répertoire d’actions s’est renouvelé et s’est enrichi, la bataille de l’opinion a largement été remportée et les adhésions à nos syndicats se font de plus en plus nombreuses. Nous devons d’ores et déjà nous préparer à offrir un débouché syndical et politique clair à cette génération qui manifeste, qui bloque et qui se fait réprimer pour la première fois. L’Union étudiante a précisément l’ambition d’être cet outil d’organisation et d’émancipation de la jeunesse.

Un mouvement social est un moment de transformation de soi et de transformation de la société. Pour nous, il aura été un moment de transformation également de nos organisations, guidées par l’intérêt général et la recherche du meilleur outil pour défendre et conquérir des droits pour les étudiant·es, prendre toute notre place dans le mouvement social et exiger un droit à un avenir digne. L’heure est désormais à la radicalité et à l’unité, loin des balbutiements et des guerres de chapelle.

En ce sens, le 1er Congrès de l’Union étudiante appelle :

  • à rejoindre la journée d’action organisée par la CGT et des secteurs mobilisés ce vendredi 28 avril afin de mettre en lien étudiant·es et travailleur·euses pour bloquer économiquement et efficacement le pays – et continuer ce travail sur la durée du mouvement.
  • à investir massivement la date du 1er mai, en invitant également les syndicats étudiants étrangers qui souhaiteraient nous rejoindre.
  • à rejoindre tous les rassemblements, toutes les manifestations et tous les blocages économiques organisés pour faire battre Emmanuel Macron en retraite.

Site web: https://union-etudiante.fr/
Contact:

  • Pour les sollicitations liées à la presse, voir la page dédiée.
  • Pour toute situation individuelle ou locale, contacter en priorité un syndicat local, qui sera plus à même de la prendre en charge.
  • Pour toute autre demande, l’Union Étudiante peut-être contacté à l’adresse : contact@union-etudiante.fr.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
L'équipe des rédacteurs d'Academia (4 mai 2023). Un nouveau syndicat étudiant est né : l’Union étudiante. Academia. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajg5


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.