Les doctorant·es de l’Université Grenoble Alpes face à la précarité financière

  • par Ange Mariage (UGA/PACTE), Pierre Bataille (UGA/LaRAC) et Pierre Mercklé (UGA/PACTE)

La présente étude s’inscrit dans le prolongement direct d’une enquête préalable sur les déterminants de la précarité financière pendant le doctorat durant les années universitaires 2017-1018 et 2018-2019. Cette première enquête a été effectuée par un groupe de travail formé au sein du Collège des études doctorales (CED) de l’UGA qui utilisait comme matériaux des données administratives permettant de connaitre les situations financières des doctorant·es .

1. Présentation de l’enquête

Nous avions dans cette présente étude un projet double : d’une part nous voulions actualiser les résultats de la première étude avec les données administrative des années 2019-2020 et 2020-2021, en suivant l’hypothèse que la situation financière des doctorant·es a été profondément impactée par la crise sanitaire. D’une autre, le recours à des techniques statistiques plus avancées que celles mobilisées dans la première étude devait nous permettre de mieux décrire les différents types de trajectoire de financement des thèses, et de déterminer plus précisément les causes principales de la précarité financière pendant le doctorat.

Cette deuxième étude, qui couvrent les quatre années universitaires de 2017 à 2021, a pour échantillon 12234 entrées avec en moyenne 3000 doctorant·es inscrit·es chaque année. Ces données administratives nous permettent de voir l’évolution des situations financières de même doctorant·es d’une année à l’autre, permettant une approche des trajectoires de financement des thèses.

Campus de l’Université Grenoble Alpes. Crédit: P.Jayet

Dans une première partie, cet article présentera synthétiquement les deux principaux résultats de nos analyses bivariées sur les déterminants de la précarité financière des doctorant·es à savoir : la durée de la thèse avec une forte augmentation du nombre de doctorant·es précaires financièrement à partir de la quatrième année de thèse et la discipline avec un taux de précarité trois fois plus grand pour les doctorant.es inscrit·es en SHS. La deuxième partie aura pour objectif d’évaluer à partir de nos analyses multivariées le poids de chaque variable sur le risque d’être en situation de précarité financière au cours de son doctorat, « tout autre variable observée égale par ailleurs », et d’identifier donc les Variables et modalités dont l’effet propre ont le plus d’importance.

2. Les facteurs de la précarité financière chez les doctorant·es 

Nous avons retenu trois critères pour identifier les doctorant·es en situation de précarité sur le plan financier :

  1. ne pas avoir été financés pendant les quatre premiers mois de l’année universitaire selon APOGEE ;
  2. ne pas avoir soutenu sa thèse pendant ces quatre premiers mois de l’année universitaire ;
  3. ne mentionner aucune autre source de financement durant ces quatre premiers mois de l’année universitaire dans ADUM1..

Avec cette définition de la précarité financière, le taux de doctorant·e précaire est respectivement de 14% et 13% pour les inscrits à l’UGA en 2017-2018 et 2018-2019. Le taux reste à 14% pour l’année universitaire 2019-1020. Finalement, il augmente pour passer à 16% durant la dernière année de l’étude, qui est donc l’année du début de la crise sanitaire.

Une série d’analyses bivariées a été menée pour repérer les facteurs potentiels de cette précarité. Cela nous a permis de révéler un effet potentiel de la crise du COVID dans le sens d’une aggravation de la précarité, un accroissement de l’exposition à la précarité pour les personnes en quatrième année de thèse, pour les personnes dont le directeur de thèse encadre plus de quatre thèses en parallèle, pour les personnes inscrites dans les disciplines de sciences humaines et sociales, pour les personnes provenant de pays africains ou asiatiques ainsi que pour les femmes. Nous voulons nous concentrer ici sur deux de ces potentiels facteurs que nous jugeons être les plus déterminants de la précarité doctorale : la durée de la thèse et la discipline de la thèse.

2.1 Une augmentation très forte de la précarité à partir de la quatrième année de thèse

La proportion de doctorant·es qui s’inscrivent sans avoir de financements durant les trois premières années de la thèse est stable et reste en dessous de 10% des inscrit·es. Le taux de précarité au-delà de la troisième année de thèse augmente, quant à lui, significativement. Ce constat avait déjà été établi lors de la première étude : les financements sur contrats doctoraux, comme la plupart des financements de thèse, ont une durée de trois ans, ce qui explique que la proportion de doctorant·es précaires augmente significativement à partir de la quatrième année d’inscription et encore plus fortement ensuite. Ainsi, en 2017-2018, le taux de précarité passe de 8,5% pendant les trois premières années de la thèse à 16,8% en quatrième année, pour atteindre même 45,9% au-delà de la quatrième année (Graphique 1).

Il faut également noter que cette proportion double à partir de 2019, passant d’environ 17% de doctorant·es de quatrième année précaire pour les années 2017 et 2018 à plus de 35% en 2019 et se maintient à ce niveau élevé en 2020-2021. Pour ce qui est des doctorant·es inscrit·es en cinquième année ou plus de thèse, le taux de précarité passe d’un peu moins de la moitié des doctorant·es de 2017 à 2019, puis grimpe à quasiment 60% en 2020. Une partie de cette aggravation peut s’expliquer par la crise sanitaire, mais certainement pas la totalité : la dégradation se produit à partir de la quatrième année dès l’année universitaire 2018-2019, autrement dit avant le déclenchement de la crise du Covid-19.

2.2 Des doctorant·es en SHS particulièrement affecté·es par la précarité financière

Ce qui précède indique que le risque pour les doctorant·es d’être exposé·es à la précarité financière augmente avec la durée de la thèse. Or, si l’article 14 de l’arrêté de mai 2016 fixant le cadre national des formations doctorales stipule que le doctorat « s’effectue en règle générale en trois ans en équivalent temps plein consacré à la recherche » et que des années supplémentaires ne peuvent être accordées qu’ « à titre dérogatoire », il est de notoriété publique que les durées des thèses varient très fortement en fonction des disciplines. Ainsi, alors que plus des trois quarts (76%) des thèses de chimie sont d’une durée inférieure ou égale à 40 mois et ne nécessitent pas d’inscription en quatrième année de thèse, c’est le cas de seulement 16% des thèses en lettres et science humaines, et 14% des thèses en sciences sociales.

Dans ces conditions, et dans la mesure où des taux de précarité financière très élevés peuvent être observés à partir de la quatrième année de thèse, on ne s’étonnera pas de constater que les doctorant·es en sciences humaines et sciences sociales sont beaucoup plus fortement touché·es que les autres. De fait, si on considère par exemple la dernière année observée, qui est l’année universitaire 2020-2021, quelle que soit l’ancienneté de l’inscription en thèse, la précarité financière concerne un tiers des doctorant·es de ces deux champs disciplinaires (33,7% en SHS et 32,6% en sciences sociales), contre seulement 9 à 12% des doctorant·es en sciences expérimentales et mathématiques, et même seulement 7,3% des doctorant·es en physique (Graphique 2.)

Graphique 2. Taux de précarité financière en fonction de la discipline (2020-2021)

Nous avons rencontré dans notre étude d’autres déterminants de la précarité financière chez les doctorant·es à partir de ces premières analyses bivariées, notamment sur les variables : du nombre de doctorant·es encadré·es par le ou la directrice, l’origine géographique et le sexe. Mais les analyses multivariées montrent que ces facteurs n’ont pas tous le même poids.

3. Quels effets propres ?

Dans la continuité de ces premières analyses sur la discipline et la durée de thèse , les analyses multivariées montrent-elles un effet propre important de ces deux variables. Pour ce qui est de la durée de thèse, les doctorant·es ont un risque, toutes choses égales par ailleurs, 3,8 fois plus grand d’être non-financés en quatrième année de thèse et plus de 8 fois supérieur à partir de la 5ème année. L’effet de discipline se maintient fortement lui aussi, on observe que les thèses en SHS ont, toutes choses égales par ailleurs, presque trois fois plus de chance d’être précaire financièrement par rapport aux autres disciplines (Graphique 3).

Graphique 3. Estimation des coefficients du modèle de risque de précarité : ancienneté d’inscription et discipline

Cet exercice auquel nous nous sommes appliqués, à savoir de relever les effets propres de chaque variable introduites dans l’analyse indépendamment des variations que pourraient y introduire les autres variables, permet d’affirmer ici que cette précarité spécifique aux SHS ne peut pas être mise entièrement sur le compte de la durée plus longue des thèses dans ces disciplines : à durée de thèse identique, le risque de précarité est donc bien trois fois plus élevé en SHS qu’en STS.

Les effets propres des variables dites socio-démographiques sont nettement moins forts que ceux de l’ancienneté et de la discipline mais restent significatifs. Le risque de ne pas être financé est accru par le fait d’avoir commencé sont parcours universitaire pré-doctorat dans un des pays du Maghreb (+54% de chances de ne pas être financé·e), du reste de l’Afrique (+37%) ou de Chine (+87%) plutôt qu’en France (Graphique 4). L’âge reste également un déterminant de la précarité financière, même à situation familiale identique : commencer une thèse entre 26 et 30 ans plutôt qu’entre 20 et 25 ans augmente de 40% le risque de ne pas être financé·e, et la commencer après 30 ans l’augmente de 55%.

Graphique 4. Estimation des coefficients du modèle du risque de précarité financière : nationalité, sexe et origine sociale

En revanche, nous observons que les effets propres du sexe et de l’origine sociale sont beaucoup plus faibles, voire non significatifs. Nous pouvons faire l’hypothèse que si le sexe n’a pas d’effet propre sur le risque de ne pas être financé·es, c’est probablement du fait que la liaison statistique que nous avons observée plus haut dans nos analyses bivariées était entièrement – ou presque – due à un effet de structure produit par le taux de féminisation très élevé des disciplines les moins biens financées, en l’occurrence les sciences humaines et sociales.

Enfin, trois déterminants supplémentaires doivent retenir l’attention : la situation familiale, le nombre de doctorant·es encadré·es par le directeur ou la directrice de thèse et l’année d’inscription. Une fois contrôlé l’effet de l’âge et celui du sexe, il apparaît qu’en réalité ce sont les doctorant·es ayant des enfants qui risquent moins d’être précaires que les doctorant·es sans enfants, comme s’il était beaucoup plus difficile de se passer d’un quelconque financement pendant une thèse quand, en outre, on a des enfants à charge.

Deuxièmement, le nombre de doctorant·es encadré·es par le directeur ou la directrice de thèse n’est pas sans effet, et plus il est élevé, plus le risque de connaître la précarité financière de chacun·e de ses doctorant·es est élevé. Ainsi, le fait d’avoir un directeur ou une directrice de thèse qui a 5 doctorant·es augmente de 50% le risque de ne pas être financé·e. S’il en a encore plus, ce risque augmente. On peut y voir le résultat d’une division presque mathématiques entre un plus grand nombre de personnes du temps et des efforts qu’un directeur ou une directrice de thèse peut consacrer à la recherche de financements doctoraux (postes d’ATER, contrats de recherche, vacations…), dans un contexte où ces ressources sont limitées. Mais cet effet négatif des taux d’encadrement élevé (donc à partir de 5 doctorant·es) s’explique peut-être plutôt par le fait que les doctorant·es accepté·es par un directeur ou une directrice de thèse au-delà du troisième ou du quatrième le sont en quelque sorte « en plus », et donc plus fréquemment sans financement dès le début de la thèse plutôt qu’à partir de la quatrième année.

Enfin, troisièmement, on observe un effet propre au seuil de 0,5% de l’année d’inscription. Le modèle de régression que nous avons construit porte sur la totalité des quatre années universitaires (2017-2018 à 2020-2021), et donc il permet, en supposant constants les effets propres indiqués ci-dessus, d’estimer l’évolution dans le temps de la précarité financière à caractéristiques identiques. C’est en quelque sorte un effet de « période » qui peut être ainsi mesuré. Ce qui en ressort, c’est une dégradation de la précarité financière au cours des deux dernières années de la période sur laquelle porte l’étude : « tout autre facteur observé égal par ailleurs », les doctorant·es inscrit·es en thèse en 2019-2020 avaient 19% de chances en plus de ne pas être financés que les doctorant·es inscrit·es en 2017-2018 ; et les doctorant·es inscrit·es en 2020-2021 avaient 33% de chances en plus de ne pas être financés. Autrement dit, il s’est bien produit ces deux dernières années une dégradation de la situation financières des doctorant·es de l’UGA qui ne s’explique pas par une dégradation des caractéristiques défavorables au financement (un éventuel allongement de la durée des thèses, la répartition disciplinaire, l’augmentation de l’âge au début de la thèse…), mais donc en bonne partie par la crise sanitaire – mais pas totalement, puisque cette dégradation est observable dès l’année universitaire 2019-2020.

4. Conclusion et perspectives

Cette enquête PRECDOC initiée l’année dernière se poursuit jusqu’en 2024 au minimum avec pour perspective la mise en place parallèle d’une enquête par questionnaire et d’une enquête par entretien. La suite de l’enquête nous permettra deux choses : 1/ de passer de données produites dans un but administratif à des données produites dans un but scientifique, améliorant ainsi la qualité de nos données et de nos analyses, 2/ d’étendre nos analyses aux autres dimensions de la précarité que celle financière. Actuellement, nous travaillons sur la construction et la problématisation du questionnaire afin d’approfondir notre travail de quantification de la précarité des doctorant·es au-delà de la seule précarité financière. Nous avons prévu de soumettre ce questionnaire à l’ensemble des doctorant·es actuellement inscrit·es en thèse à l’UGA, ainsi qu’aux potentielles ex-doctorant·es que nous arriverons à contacter. Nous entamerons parallèlement la construction de l’enquête par entretien d’ici 2024.



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 25 avril). Les doctorant·es de l’Université Grenoble Alpes face à la précarité financière. Academia. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajfx

  1. À noter que la définition du troisième critère tend probablement à sous-estimer le nombre de doctorant·es ayant expérimenté une absence de financement au cours de l’année universitaire []

Une réflexion sur « Les doctorant·es de l’Université Grenoble Alpes face à la précarité financière »

  1. Ping : La précarité financière des doctorant.es de l’UGA : analyses à partir de données administratives (Pierre Bataille et Pierre Mercklé, 20 janvier 2023) – Les Vendredis Quanti

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.