« Nous vous invitons à passer en distanciel » : retour sur les molles injonctions des présidences d’université

Academia continue d’accueillir des textes du groupe d’action Stop Distanciel, qui, dans le papier qui suit, dénonce à partir d’un certain nombre d’exemples récents les “injonctions molles” des présidences d’université en matière de distanciel, une pratique qui consiste à faire en sorte que le distanciel s’impose partout en pratique, sans toutefois en assumer jamais vraiment la responsabilité.

Un nombre extrêmement important de cours et évaluations bascule tous les jours en distanciel, le plus souvent discrètement. Sans aucun cadre, ni aucun accompagnement, ni aucune réflexion. Tout le monde dans les universités le sait, même si nul ne sait quantifier exactement le phénomène.

Sylvie Retailleau refuse de prendre la moindre position publique sur ce sujet dont les étudiant·es sont, pourtant, les grandes victimes. Ce n’est visiblement pas son problème. Au mieux répète-t-elle en boucle que « l’ensemble des acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche ont à cœur de préserver au maximum les activités en présentiel », ce qui, c’est le moins qu’on puisse dire, ne mange pas de pain1.

Affichage à l’université Paris 3, 12 avril 2023

Ces dernières semaines, avec les universités qui bouillonnent et les positions qui s’exacerbent, cette banalisation du distanciel est devenue flagrante et impossible à nier. Ainsi, de simples difficultés dans les transports ont pu être considérées comme une raison suffisante pour basculer en visio, comme à l’UPEC. Surtout, il apparaît de plus en plus clairement que la banalisation du distanciel précipite la banalisation des fermetures administratives de campus : si l’on n’a jamais autant fermé par voie administrative des bâtiments universitaires que ces trois dernières semaines, ce n’est pas parce qu’une vague particulière de violence a saisi les universités ; c’est parce que les présidences n’ont plus aucune réticence à fermer les établissements au moindre risque d’occupation ou au moindre commencement de blocage. Qu’importe la fermeture, en effet : grâce au distanciel, les cours et les évaluations ne s’arrêteront pas et les diplômes pourront être délivrés – tout cela, évidemment, « dans l’intérêt des étudiant·es » ou plutôt de celleux des étudiant·es qui, en dépit des inégalités considérables que porte le distanciel, y survivent. Leur “distanciel” est bien, combiné aux manques de postes et de moyens comme à la sélection, un outil au service de la fermeture toujours plus grande des universités – en rien, donc, un outil d’inclusion comme il pourrait sans doute l’être si on lui assignait d’autres objectifs et qu’il recouvrait d’autres pratiques concrètes.

Mais le pire, dans toute cette affaire de distanciel, est encore ailleurs : c’est que personne n’assume sérieusement la situation. Ni les collègues qui s’y adonnent sans trop protester. Ni, surtout, les présidences qui, dans la grande majorité des cas, se contentent d’une grande injonction molle au distanciel. On entend par « injonction molle au distanciel » cette pratique des président·es d’université qui consiste à faire en sorte que le distanciel s’impose partout en pratique, sans toutefois en assumer vraiment la responsabilité.

La situation générale frise désormais le ridicule : les collègues renvoient aux président·es la responsabilité du distanciel, du fait des ordres que ces dernier·es auraient donnés ; les président·es renvoient aux collègues la responsabilité du distanciel, soutenant que ces ordres n’en étaient pas ; et la ministre refuse d’intervenir car tout cela, relève de « la responsabilité des universités ». Bref, personne n’assume quoi que ce soit.

Revue des pratiques

Quelques exemples tout récents suffisent à se convaincre de ce spectaculaire défaussement.

Lorsqu’à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, la présidente ferme Tolbiac, elle n’ordonne pas le passage au distanciel. Ce serait bien trop vulgaire : elle se contente de demander aux enseignant·es de communiquer « les éventuelles modalités d’aménagement concernant les enseignements prévus ». En pratique : distanciel pour tou·tes !

Lorsqu’à l’université Paris-Est Créteil (Paris 12), un directeur de département ordonne une bascule générale des enseignements en distanciel, tout le monde (ou presque) s’exécute. Quelques semaines plus tard, le président de l’université explique la bouche en cœur aux syndicats qu’ils se sont mépris : ce passage en distanciel n’était « évidemment pas un ordre » ; et dans tous les cas, soutient-il devant le Tribunal administratif de Melun, ce n’est jamais qu’une « mesure d’organisation interne du service », insusceptible d’être contestée en justice. Champion toutes catégories !

Tag avenue du Maine, Paris, 6 avril 2023

Lorsqu’à l’université Sorbonne-Nouvelle (Paris 3), le président ferme le campus Nation pendant des semaines et annonce que « les cours et évaluations se dérouleront en distanciel », tout le monde (ou presque) s’exécute, là encore. Quelques jours plus tard, devant le Tribunal administratif de Paris, il soutient qu’il y a eu malentendu : il n’a rien ordonné, en réalité ; seule la CFVU a « encouragé » le distanciel. Et le juge, docilement, en prend acte…

Lorsque à l’université d’Aix-Marseille, le président ferme le 11 avril la fac de lettres, le doyen annonce que « les enseignements ne doivent pas être proposés en distanciel ». Au même moment, pourtant, des responsables de département ordonnent la bascule en télétravail des BIAT·O·SS (« tous les personnels concernés resteront en travail à distance ») et demandent aux enseignant.es « de prévoir les liens de visio pour assurer les enseignements ».

Lorsqu’à l’université Rennes 2, le 11 avril toujours, la présidente demande aux agent·es « de ne pas se rendre sur le campus Villejean », elle n’ordonne pas le distanciel. Ce serait grossier : elle « invite les collègues à s’organiser pour adapter leurs modalités pédagogiques » et précise que « dans toute la mesure du possible, les contrôles continus qui ne pourront se tenir devront être organisés selon une modalité à distance ». Une nuance subtile, qui, en pratique, conduit tout le monde, ou presque, au distanciel. De même, pour les personnels BIAT·O·SS, il est annoncé, d’une part, que « les activités télétravaillables peuvent avoir lieu » en télétravail, et d’autre part, que dans le cas où une activité n’est pas télétravaillable, les agent·es se verront reconnaître une absence justifiée. Subtil aussi, d’une subtilité d’éléphant. Si les personnes dont les activités ne sont pas télétravaillables se verront reconnaître une “absence justifiée”, c’est donc que les autres, celles dont les activités sont télétravaillables, seront en situation d’absence injustifiée dans le cas où elles auront refusé le télétravail. Le télétravail n’est pas imposé, puisque personne n’y oblige, vous dit-on.

Quelle hypocrisie. Le distanciel, tel qu’il est désormais banalisé, tue l’université, pour des raisons dont nous nous sommes déjà expliqué·es et quand bien même il peut être dans certaines situations utile, même incontournable. Le problème, c’est que personne – ni au ministère, ni à France Universités, ni dans les présidences d’établissement – n’assume ses responsabilités dans cette affaire. Rien : pas une réaction, pas un choix politique, pas une réflexion de long terme, pas une once de conscience sociale. Tout y est horriblement mou. Même leurs injonctions.

En tout état de cause, ne perdons pas de vue un point crucial : la mollesse des injonctions varie fortement en fonction des statuts. Chez les enseignant·es et enseignant·es-chercheur·es, il est clair que l’on impose avec beaucoup moins de précaution le distanciel aux précaires qu’aux titulaires. Pire encore, à l’égard des BIAT·O·SS, l’injonction n’a, dans bien des cas, rien de mou : on leur impose de télétravailler “hors protocole” ou bien de poser un jour de congé. Voire, quand le campus bloqué rouvre en milieu de matinée, on leur envoie un message pour leur dire de se dépêcher de venir prendre leur poste… On signalera en particulier que le président de l’université de Montpellier, dans un message du 6 avril adressé à tou·tes les chef·fes de services centraux, de composantes et de labos, a décidé de mettre immédiatement tou·tes les agent·es dont les activités le permettaient, en télétravail. D’office.

C’est ce dont tou·tes les enseignant·es et enseignant·es-chercheur·es devraient d’ailleurs prendre très vite conscience : les injonctions molles tendent toujours très vite à se durcir.

Le groupe d’action Stop Distanciel

  1. C’est déjà le discours déployé dans le rapport Piron de janvier 2022 sur le cadre juridique et statutaire de l’enseignement hybride ou à distance, dans l’enseignement scolaire et l’enseignement supérieur, qui n’a en rien empêché la banalisation du recours au distanciel en 2022 et 2023 []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
L'équipe des rédacteurs d'Academia (13 avril 2023). « Nous vous invitons à passer en distanciel » : retour sur les molles injonctions des présidences d’université. Academia. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajfm


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.