Le droit au campus. Communiqué de l’Assemblée générale de Paris 3

Depuis hier, 11 avril 2023, la tension est très fortement remontée sur le campus Nation de l’université Sorbonne Nouvelle. Des étudiant·es occupent désormais ce site que le président de l’université venait de rouvrir après trois semaines de fermeture administrative. Iels s’en expliquent dans le communiqué qui suit (communiqué du 11 avril 2023). On note tout particulièrement qu’une revendication forte revient sur le devant de la scène – qui n’avait jamais vraiment disparu, en réalité, mais qui n’était plus exprimée que de manière négative au travers de l’action de blocage. Cette revendication, c’est le droit au campus, c’est-à-dire le droit, pour les étudiant·es, à avoir accès aux sites universitaires et à se les approprier autrement que selon les seules injonctions des administrations universitaires.

C’est ce droit qui est en passe d’être anéanti par la banalisation des fermetures administratives et la généralisation du distanciel auxquelles on assiste ces dernières semaines.

Le président de l’université Sorbonne Nouvelle est décidément un grand génie. Il pensait que la fermeture prolongée de l’établissement — pour des incidents mineurs, rappelons-le — rendue invisible par la bascule générale des enseignements et des évaluations en distanciel était la solution miracle. Il aura surtout accentué la souffrance de ses étudiant·es. Il aura aussi réussi à remettre sur la table cette vérité simple que les étudiant·es mobilisé·es de Paris 3 lui renvoient désormais en pleine figure : “une université sans étudiant.e.s est une absurdité“.

Ces étudiant·es mobilisé·es ont raison :

une université sans étudiant·es n’a pas lieu d’être.

 


COMMUNIQUÉ SUR L’OCCUPATION DU CAMPUS NATION

À PARTAGER SUR TOUS LES GROUPES DE PROMO

L’occupation ouverte du campus de Nation a été votée en Assemblée Générale ce jour. Par conséquent elle commence dès maintenant.

Comme vous le savez cela fait plusieurs mois que les étudiant.e.s de Paris 3 prennent part à la lutte contre la réforme des retraites. Nous savons aujourd’hui que cette réforme vise à creuser les inégalités tout en continuant à servir la classe dominante et bourgeoise.

Depuis le début du mouvement social les étudiant.e.s ainsi que les travailleurs et les travailleuses subissent de nombreuses répressions à plusieurs échelles. Nous faisons face dans un premier temps à une violence de la part de l’État qui a passé en force cette réforme grâce au 49.3 et qui réprime les manifestants, constamment victimes de l’usage de la violence par la police.

Mais nous avons également été confrontés depuis plusieurs semaines à une répression administrative de la part de notre université et de sa présidence. En effet le campus a été fermé durant 16 journées et demie sur une période de 3 semaines.

Si nous décidons d’occuper le campus Nation dès aujourd’hui c’est d’abord pour que les étudiant.e.s continuent d’avoir accès à l’université. Il nous semble important de nous réapproprier notre lieu d’étude car une université sans étudiant.e.s est une absurdité.

Ainsi l’occupation ouverte du campus a pour but de faire de cette université un lieu auto-géré d’organisation et propice aux débats politiques. Notre volonté est de pouvoir continuer d’étudier et d’offrir des cours ouverts à toutes et tous puisque le distanciel n’est pas un moyen d’enseignement viable. Cela implique dès lors l’annulation des partiels afin que chacun d’entre nous puisse étudier sans être soumis à une quelconque pression de la notation.

De plus nous souhaitons mettre en place des événements culturels ainsi qu’ouvrir des discussions politiques afin de faire de la fac un lieu de vie et d’émancipation.

Nous vous invitons alors tou.te.s à prendre part à la mobilisation et à construire l’occupation.



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 12 avril). Le droit au campus. Communiqué de l’Assemblée générale de Paris 3. Academia. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajfk

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.