On veut des postes, des moyens des locaux, pas des visios ! Pour une critique générale des usages actuels du distanciel (et pour des actions partout)

Academia reproduit ci-dessous un texte de synthèse produit par le groupe d’action Stop Distanciel, qui appelle à organiser collectivement une critique générale des usages actuels du distanciel – une critique qui irait au-delà de la seule question du distanciel utilisé les jours de mobilisation – et qui fait un point sur les actions en cours.

La lutte pour la défense de nos retraites a eu pour effet de remettre sur la table la question du distanciel à l’université, qui se banalisait à grande vitesse dans l’indifférence quasi-générale. Petit point d’étape sur les arguments contre le distanciel et sur les actions en cours.

L’université en distanciel est inacceptable

On a désormais pris collectivement conscience de deux choses :

Affichage devant les locaux de France Universités / la CPU à Paris, 30 mars 2023 / Photo Université Ouverte

D’abord, il est progressivement apparu que le distanciel devenait un instrument redoutable pour casser les mobilisations et accompagner les fermetures administratives de campus menacés de blocages ou de rassemblements. Ces dernières semaines, en effet, les fermetures se sont banalisées – tantôt des micro-fermetures destinées à empêcher des AG de se tenir, tantôt des dispositifs policiers terrifiants comme à Tolbiac, où des CRS filtraient les entrées du site, tantôt encore des fermetures sans cesse prolongées pour des incidents insignifiants, comme à l’université Paris 3 –, entraînant à chaque fois une bascule contrainte et forcée des enseignements et évaluations en distanciel. Aucun·e collègue ne devrait se sentir obligé·e de donner suite à ces injonctions au distanciel. Collectivement, refusons-les !

Mais il est clair que le distanciel ne représente pas seulement un problème les jours de mobilisation : d’une façon générale, et très au-delà de la seule question de la lutte contre la réforme des retraites, il casse l’université.

Le distanciel casse l’université pour quatre raisons principales :

Première raison : le distanciel sert de plus en plus à pallier les manques de postes, de moyens et de locaux. L’université de masse, celle à laquelle on ne consacre aucun moyen, qui tourne grâce à l’exploitation des précaires et qui broie les étudiant·es des premières années à une échelle industrielle, a trouvé dans le distanciel la solution facile à tous ses problèmes budgétaires. Amphis trop petits, bureaux en nombre insuffisant, bibliothèques qui débordent ? Distanciel ! Insalubrité et problèmes sanitaires ? Distanciel ! Absence de droit effectif à la mutation des enseignant·es ? Distanciel ! Absence de remboursement des déplacements ou de jours de récupération après des missions ? Distanciel !… La liste pourrait être bien plus longue et, pour un peu, on croirait qu’avec le distanciel, tous les problèmes seront bientôt réglés. Plus besoin de s’attacher à construire une université ouverte à tous·tes, qui prenne soin de tou·tes ses membres : avec le distanciel, on a une solution pas chère qui masque nombre des problèmes.

Deuxième raison : le distanciel réduit par ailleurs l’université à de la fourniture et de la consommation de contenus intellectuels sur des plateformes privées, chacun·e restant isolé·e derrière son ordinateur. Mais l’université, ce n’est pas ça : c’est un espace de production collective de savoir, c’est un lieu public, ouvert et émancipateur, dans lequel une communauté d’étudiant·es et de personnels échange de manière continue, très au-delà des seuls cours que l’on rejoindrait et quitterait d’un simple clic depuis son domicile.

Troisième raison : surtout, on sait, depuis les confinements liés au Covid-19, que le distanciel soulève non seulement de graves risques pour la santé mentale des étudiant·es, mais fait aussi exploser le décrochage. Les étudiant·es les plus doté·es scolairement et socialement, qui arrivent à travailler en autonomie, s’en sortent souvent bien mieux : le distanciel exacerbe les inégalités d’apprentissage. L’université en distanciel est une université qui abandonne, de fait, une part importante des étudiant·es, et de la pire manière qui soit : en les rendant invisibles.

Quatrième raison : en tout état de cause, il est évident que les étudiant·es défavorisé·es et les personnels précaires, parce qu’iels sont mal connecté·es, ne disposent pas équipement informatique adéquat et restent sans espace de travail approprié, souffrent beaucoup plus que les autres du distanciel. On les laisse se débrouiller seul·es, comme si on avait déjà oublié que, pendant les confinements, les universités essayaient de fournir des clefs 4G et des ordinateurs portables (en trop faible nombre et de trop mauvaise qualité, certes, mais en ayant conscience du problème). Aujourd’hui, de ces aides, il n’en est plus question : passer en distanciel n’est plus vu comme un problème d’inégalités sociales majeures ; c’est juste un bouton sur lequel une personne dans une chaîne hiérarchique un·e responsable de formation, de département, de composante, d’université peut appuyer n’importe quand, chaque fois qu’iel le juge utile.

Une précision cruciale, pour finir : on ne perd pas de vue que le distanciel peut aussi avoir des vertus inclusives fortes, notamment parce qu’il permet de ne pas exclure de l’université les personnes qui, pour des raisons de santé ou d’autres raisons, ne souhaitent pas ou ne peuvent pas s’exposer dans un campus. Ce constat n’est pas incompatible avec la claire conscience du fait que le distanciel est bien plus qu’une simple modalité d’enseignement neutre et bien pratique : il met en jeu l’université que nous voulons. Et l’université que nous voulons ne peut exister sans postes, moyens et locaux, mais elle ne peut pas non plus exister sans politiques volontaristes de luttes contre toutes les violences et toutes les discriminations, afin qu’elle soit véritablement ouverte à tou·tes.

Que faire ? On s’organise !

On s’organise, étudiant·es et personnels ! On lutte contre les injonctions à basculer en visio, y compris pour les BIAT·O·SS/IT·A. On rappelle aux collègues qu’iels ne peuvent pas décider seul·es dans leur coin de la bascule, ni forcer les précaires, notamment les chargé·es de TD. On répète encore et toujours que le distanciel aujourd’hui est presque toujours illégal, et on fait des contentieux. On force les présidences, France Universités et la ministre à se positionner. Bref, on sort de la banalisation molle du distanciel – car le distanciel, c’est politique !

Banderole / Manifestation parisienne du 6 avril 2023 / Photo Université Ouverte

La « bataille du distanciel » est enfin en train de reprendre et une contestation générale du distanciel à l’université (les jours de mobilisation, mais pas seulement !) monte : des actions d’étudiant·es et de personnels se mettent en place partout, mais elles restent sans doute trop dispersées.

Face à ce constat, l’assemblée générale des personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche d’Île-de-France a créé le 16 mars dernier un groupe d’action Stop Distanciel, pour coordonner les témoignages, les infos et les actions.

Petit récapitulatif des actions en cours :

1.- Une boîte mail a été mise en place, où il est possible de signaler (anonymement bien entendu) des pratiques problématiques liées au distanciel ou au télétravail dans l’ESR, et de recevoir des conseils : esr.stop.distanciel@protonmail.com. Un compte twitter existe aussi désormais depuis le 3 avril : @StopDistanciel. Vous pouvez également utiliser ces canaux pour nous proposer des modalités d’action ou pour rejoindre le groupe d’action.

2.- En lien avec Université Ouverte et le carnet Academia, un recensement des actions locales, de toutes sortes (motions, sitting contre le distanciel, envahissement de conseils d’administration, recours contentieux, …), a été lancé. Une première version a été publiée, mais elle date déjà : une mise à jour est en préparation, car tout va très vite.

Motion de la CFVU de Nanterre du 3 avril 2023

Les assemblées générales se saisissent aujourd’hui massivement de la question du distanciel et du télétravail – la motion de l’AG des personnels de la Faculté des sciences économiques, sociales et des territoires et de l’Université de Lille du 24 mars ou le communiqué de l’AG des étudiant⋅e⋅s et personnels mobilisé⋅e⋅s de l’université Paris 1 du 5 avril “contre les fermetures préventives et le distanciel, pour une université ouverte et démocratique” sont particulièrement forts sur ce sujet, par exemple –, des instances élues commencent à développer une critique générale, comme la CFVU de Nanterre le 3 avril, des organisations étudiantes prennent des positions fortes, comme cinq organisations étudiantes lilloises le 29 mars. Bref, il se passe des choses partout, mais les infos circulent encore mal ! Pour multiplier les actions, on aurait besoin de personnes référentes dans chaque établissement, n’hésitez pas à vous signaler pour rejoindre le groupe d’action, via l’adresse esr.stop.distanciel@protonmail.com !

Des recours devant les tribunaux administratifs ont également été déposés dans différentes universités. Le modèle d’un recours pour excès de pouvoir qui peut-être adapté localement est en ligne sur Academia. Les camarades qui l’ont déjà utilisé dans différentes universités confirment que ça prend une petite heure – et n’oublions pas que les recours devant les tribunaux administratifs sont gratuits et ne nécessitent pas d’avocat·e. Le plus difficile, en fait, est de trouver quelqu’un·e qui soit prêt à porter l’action (le mieux est un syndicat, de personnels ou d’étudiant·es). Évidemment, ce recours peut encore être amélioré, et c’est déjà le cas : passé par Créteil, Amiens, Pau et Paris 3, il s’améliore à chaque relecture. Signalez-nous les moyens de droit que vous ajoutez, pour que tout le monde en profite !

Un référé-liberté porté par le Ferc-Sup CGT Sorbonne Nouvelle a même été tenté pour contrer la fermeture du campus Nation de Paris 3 et la bascule générale en distanciel. On a échoué, comme on l’explique ici, mais ce n’est pas grave : on aiguise un peu plus nos arguments à chaque fois et le débat, lui, se clarifie à toute vitesse. Désormais, nul ne peut plus nier les usages redoutables du distanciel, qui permet des mesures qui, jusqu’ici, auraient été considérées comme inacceptables, comme la fermeture d’un campus pendant trois semaines pour des faits mineurs.

3.- Une liste de diffusion a par ailleurs été créée pour échanger et proposer des actions spécifiquement sur le distanciel. N’hésitez pas à nous écrire pour vous inscrire.

4.- Des visuels ont été mis en ligne, à imprimer et à coller dans nos établissements ou à distribuer en manifestation. D’autres arrivent et n’hésitez pas à nous en envoyer !

Le Parisien / Aujourd’hui en France, 5 avril 2023

5.- La presse se saisit de plus en plus du sujet du distanciel, à tel point qu’il est difficile de suivre les choses. Un entretien autour des recours en justice était paru dans Mediapart, et pour les non-abonné·es, Academia en a mis en ligne des extraits significatifs. Signalons, entre autres exemples, des papiers concernant la mobilisation à l’IEP de Lille ou celle à l’université de Lille, un autre sur “la galère des cours à distance” paru dans Le Parisien / Aujourd’hui en France, ainsi qu’une multitude d’articles sur le recours au distanciel en cas de fermeture administrative de campus, comme à Grenoble, à Villeneuve-d’Ascq ou à Montpellier.

6.- Le député des Bouches-du-Rhône Hendrik Davi (LFI-NUPES) a par ailleurs déposé une question écrite pour pousser la ministre de l’ESR à se positionner sur la bascule des cours en distanciel, notamment lors des mouvements sociaux, ce qu’elle refuse de faire pour l’instant.

Organisons-nous, on va gagner !

 

Le groupe d’action Stop Distanciel


Sur Academia



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 11 avril). On veut des postes, des moyens des locaux, pas des visios ! Pour une critique générale des usages actuels du distanciel (et pour des actions partout). Academia. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajfj

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.