Boîte à outils Academia. Que faire face à la prédation académique ?

Le 2 avril 2023, Academia intervenait sur Twitter dans un échange autour de l’utilisation par un chercheur indépendant, dans un billet de son carnet Hypothèses, d’une image d’archive initialement partagée par une historienne sur son compte Twitter, utilisation qu’elle contestait vivement. La manière dont Academia est intervenu dans ce débat — un sondage Twitter invitant d’abord les lecteurs et lectrices à qualifier cette pratique, proposant une série d’options dont certaines clairement inadéquates pour le cas en discussion, puis à voter sur les manières d’agir dans ce genre de cas — a suscité des vifs désaccords dans la communauté de recherche sur Twitter, mais également au sein de la rédaction d’Academia. Cette intervention d’Academia s’inscrivait dans une autre temporalité, dont le télescopage avec celle de Twitter et du débat en cours a contribué à la fois à biaiser la question soulevée par l’échange initial et à rendre inaudible depuis où parlait Academia : cette temporalité, c’est celle d’une réflexion menée depuis longtemps par Academia autour des formes de prédations académiques, considérées comme un continuum de pratiques dont chacune impose à la victime de trouver les moyens d’agir et de se défendre. Nous revenons donc à une temporalité plus adéquate, celle du carnet, pour exposer les fruits de cette réflexion. Un autre billet, en cours de finalisation, reviendra bientôt sur la notion de “prédation académique”.

Que faire quand vous sentez que votre travail est l’objet de prédation scientifique ? Academia se demande depuis longtemps comment assister utilement les lectrices ou lecteurs qui contactent la rédaction à la suite de grossières affaires de plagiat ou de sensation d’appropriation indue, gênante mais qu’il est plus difficile à qualifier. Après de nombreux échanges à ce sujet depuis au moins trois ans, voici les propositions que nous faisons.
 
Ces propositions sont appelées à être discutées et, bien évidemment, amendées. N’hésitez pas à revenir vers nous avec des suggestions.
 
En attendant la stabilisation des conseils ci-dessous, nous ne pouvons que vous conseiller de lire Survivre au taf, de Marie Dasylva (Éditions Daronnes, 2022) pour la qualité de la réflexion théorique et pratique en matière d’auto-défense des personnes minorisées. Il ne vous étonnera pas qu’un tiers du livre — soit les chapitres 2 [Vincent], 3 [Josepha] et 9 [Myriam] — concerne l’enseignement supérieur.
 

1. Ne restez pas seul∙e et ne culpabilisez pas

Parlez-en à vos proches, à votre syndicat1, etc. en leur demandant d’élaborer avec vous la stratégie de défense. Fiez-vous à votre intuition : si vous ressentez du malaise, c’est qu’il y a sans doute un problème qui n’est pas lié à votre “personnalité” mais qui est bien d’ordre professionnel. Cela vaut — nous insistons sur ce point — même si vous travaillez à titre gratuit ou à des fins diplômantes (Master ou doctorat). Vous n’êtes aucunement responsable des manquements déontologiques ou des comportements prédateurs. Si vous vous sentez trop isolé∙e, prenez attache avec Olade, l’Observatoire des libertés académiques et du droit d’étudier (contactATolade.fr) ou avec OALA, Observatoire des atteintes aux libertés académiques (observatoireoalaATgmail.com), qui vous orienteront.
 

2. Documentez la prédation

Garder une trace ce ce que vous jugez être des atteintes à votre travail est important à double titre : tout d’abord, cela permet d’objectiver et de mettre à distance des comportements maltraitants ; ensuite, cela permet de construire une archive des phénomènes observés, indispensable pour vous défendre efficacement par la suite.

Achetez-vous un cahier et notez : quand et comment vous avez remis votre travail non publié à ladite personne ; quand vous avez présenté vos idées en colloque ; comment la personne a cherché à gagner votre confiance ; comment après vous avoir pillée, elle n’a eu de cesse de vous dénigrer publiquement, etc. Il s’agit quelque fois de comportements particulièrement malins, consistant à vous isoler d’autres personnes, pareillement objets de prédation, à vous rabaisser de façon à ce que vous cessiez de croire en vous et en la qualité de votre travail.

Le plus impressionnant touche sans doute à la fraternité masculine, qu’a étudiée Natalie Zemon Davis dans « Les femmes et le monde des Annales » (1992), consistant à nourrir un entre-soi citationnel, après un geste initial d’appropriation créditant une collègue féminine : le travail initial perd ainsi toute référence au travail original, engendrant un effet Matthieu bien connu2.

Ce travail de documentation peut passer par constat d’huissier, mais cela est coûteux et peut ne pas apporter davantage de valeur de preuve. Pour ce qui est des captures d’écran, il est suggéré de passer par The Wayback Machine de Internet Archive, considérée comme plus solide par la justice.
https://www.flickr.com/photos/macahanc6r/7097695125/in/photolist-bPcxtT-Gavyks-6kjeTK-fy8Ek-28x5ro-pXLc1X-65CF9e-83772-bRNSye-o5gaLx-6a6ZLx-FpVzJ1-6CEiZs-o29mo2-bXE1m1-e2Mt31-4pzraL-21Aki-Z5E5io-65spaU-5ZfPvh-xTUA5-5Je7DW-7ieQ6c-gGdKD-6EbK9F-3H5B2K-co32sU-5rFgsq-dGAfqw-cjj7Fh-s1tEW7-7LULwM-2zp1p7-5L1Hii-7MfkLU-aSjxS6-9AwFzD-e97R1p-atN9MP-29pNo-5mF9Lm-kGUDJM-Gsfqq-ZqAskQ-4QJb6-EPoXY-edmQcr-d27R15-9uUYu

Adenium (Desert Rose), par Anne HS, 2018

3. Demandez-vous ce que vous voulez obtenir en réparation du tort subi

Cette réflexion est préalable à toute démarche institutionnelle. Une telle question vous sera nécessairement posée : autant y avoir soigneusement réfléchi. En fonction de la situation du ou de la prédateurice, du tort subi, etc., vous ne voudrez pas la même chose : retrait de la publication ; sanction disciplinaire ; privation d’encadrement doctoral ; réparation pécuniaire ; rester ou partir, etc.3

Souvent, la démarche entreprise vise à protéger de futures victimes potentielles. Pensez à vous aussi, à ce que vous avez subi (retard de carrière, arrêts-maladie). À l’institution d’imaginer comment réparer l’atteinte dont elle n’a pas su vous protéger.

La réponse que vous ferez à la question de la réparation participera — au moins en principe — à la configuration de  l’univers académique dans lequel vous souhaitez évoluer, et que vous souhaitez pour vos étudiant·es et vos futur·es collègues : soignez-la.

4. Demandez la protection fonctionnelle, et à défaut, une protection institutionnelle

Academia documente depuis quelque temps  l’importance de la protection fonctionnelle, que connaissent bien les policier∙es. Ce dispositif prévu par l’article 11 de la loi Anicet Le Pors du 13 juillet 1983 est largement méconnu des universitaires4, qu’iels soient agent∙es titulaires ou contractuel∙es5. Des décisions récentes établissent que la protection ne consiste pas uniquement en le règlement de frais d’avocat, mais couvre aussi bien des mesures de « protection effective » et de réparation du tort subi. 

Le conseil d’Academia: en cas de refus de protection fonctionnelle, faites un recours contentieux, quasiment mécaniquement, sans plus réfléchir, à partir des modèles qu’Academia peut vous fournir. La procédure en instance est gratuite. Et dans le meilleur des cas, l’université doit vous protéger ; dans le pire, l’administration va se familiariser avec ces demandes de protection et avec la jurisprudence. Et — soyons folles ou fous — prendra des mesures pour sécuriser l’environnement de travail.

Si vous êtes doctorant∙e, demandez un entretien avec la direction de votre école doctorale et à la direction de votre UMR ou UR sans donner de détails sur votre affaire et faites-vous accompagner par un∙e représentant∙e du personnel, un∙e représentant∙e doctorant∙e formé∙e à ces questions, ou du moins familier∙es et soucieux∙se de vous croire et de vous assister effectivement.

Ce sont en effet l’École doctorale et l’unité de recherche qui hébergent le ou la doctorant∙e qui, selon l’article 1 de l’arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat, ont la responsabilité des conditions de déroulement de votre thèse. 

Cette protection institutionnelle ne peut se réduire à renvoyer le problème au ou à la référente Intégrité scientifique (voir point 6). Faites valoir que vous souhaitez obtenir reconnaissance effective du tort subi, qui affecte votre santé en profondeur ; demandez la restauration de conditions de travail sécures, pour vous et vos camarades ; une véritable politique de formation et de prévention à l’échelle de l’établissement, notamment des personnes HDR, etc. 

5. Faites un signalement Santé sécurité au travail (SST).

Destinés à documenter les atteintes à la santé et à la sécurité des agent·es et étudiant·es usager·es6, les signalements SST documentent ce qui relèvent des atteintes aux conditions de travail en matière de santé et de sécurité. Inscrits sur des registres librement accessibles, Les registres SST sont publics, sous la responsabilité de l’agent∙e de prévention. En raison de leur caractère public, nommez le minimum de personnes ou aucune si cela est possible — privilégiez la fonction — et décrivez le problème en termes synthétiques. Décrivez les effets dudit problème sur votre santé : perte de l’estime de soi, pensées noires, sentiment d’avoir raté votre carrière, etc7.

Prenez également rendez-vous avec un∙e représentant∙e du personnel à la Formation spécialisée santé sécurité conditions de travail (FSSSCT), qui est tenu·e à un devoir de confidentialité. Dans la mesure où cette personne est formée, vous pourrez essayer de définir une stratégie avec elle ; d’autant plus facilement que d’autres collègues, également victimes, auront fait la même démarche. 

Il est temps que les institutions universitaires se saisissent de ce problème, sans faire porter sur les doctorant∙es, par le biais du « serment doctoral », la charge de la lutte contre ce fléau8. De fait, il y a de bonnes et de mauvaises victimes : les premières, disposant d’une surface professionnelle large, seront plus facilement soutenues ; pas les secondes — qui opteront plus facilement pour le silence, devant l’absence de soutien des pair·es qui choisissent si facilement l’évitement ou la fuite (voir point 7).
 

6.  Ne saisissez pas le ou la référent∙e intégrité scientifique en première intention

L’institution de référent∙e intégrité scientifique est récente. Elle date de 2021, avec la parution du décret n° 2021-1572 du 3 décembre 2021 relatif au respect des exigences de l’intégrité scientifique par les établissements publics contribuant au service public de la recherche et les fondations reconnues d’utilité publique ayant pour activité principale la recherche publique, en son article 3.

Les établissements publics et fondations reconnues d’utilité publique mentionnés au troisième alinéa de l’article L. 211-2 du code de la recherche désignent un référent à l’intégrité scientifique et lui assurent les moyens nécessaires pour l’exercice des missions suivantes :
1° Participer à la définition des politiques de respect des exigences de l’intégrité scientifique ;
2° Coordonner les actions de sensibilisation et de formation, et organiser les dispositifs de prévention et de détection des manquements aux exigences de l’intégrité scientifique ;
Instruire les questions et signalements recevables relatifs à de tels manquements dont il est saisi, y compris par le biais d’auditions et d’investigations, le cas échéant en relation avec les référents à l’intégrité scientifique des autres établissements ou fondations concernés ;
  4° garantir la confidentialité de la procédure de traitement des signalements. Le référent assure le respect du principe du contradictoire et la transparence de cette procédure auprès des personnes mises en cause et des personnes ayant effectué le signalement ;
5° Transmettre dans les meilleurs délais à l’organe compétent de l’établissement ou de la fondation un rapport destiné à lui permettre de décider des suites à donner pour chaque signalement instruit ;
6
° Veiller à ce que les données et publications affectées par le manquement aux exigences de l’intégrité scientifique soient signalées aux parties concernées;
7° Signaler au président ou au directeur de l’établissement ou de la fondation les dispositifs ou pratiques internes qui n’offrent pas de garanties suffisantes en termes d’intégrité scientifique.

Au CNRS, un travail de fond, très solide, est conduit par Rémi Moseri et ses collègues. Deux rapports ont déjà été rendus publics; d’autres ont été traités dans le cadre des Commissions administratives paritaires. À l’université, les procédures sont loin d’être stabilisées. Les personnes qui occupent ces positions sont quelquefois mal formé∙es ou pas du tout9.

Qui plus est, la procédure est contradictoire, sans appeler nécessairement à la saisine d’une section disciplinaire  — qui, pour rappel, est la prérogative du ou de la seule présidente d’université — qui peut fort bien juger nulle et non advenue la demande. Cette situation place nécessairement les victimes dans une situation où la double peine — prédation puis représailles pour soi et pour l’entourage (doctorant·es par ex.) — qui les fragiliseront d’autant, alors que la communauté scientifique choisit plus souvent le soutien aux puissant·es, le déni ou la lâcheté que le soutien aux collègues en situation de domination. Il est essentiel qu’un travail collectif se fasse dans les organisations syndicales et dans les associations professionnelles à ce sujet, pour déjouer la dimension systématique.

Par ailleurs, l’Office français de l’intégrité scientifique, sous l’étroite dépendance du Hcéres, semble ne pas connaître les phénomènes qu’il est censé réguler10.
 

7. Exigeons une réponse collective à ce fléau (syndicats, sociétés savantes, CNU, CNESER, …)

Demandez aux syndicats, aux associations professionnelles, au Conseil national des universités, en plénière, ou encore au Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche de se saisir du problème et d’envisager une mode de régulation via des sections disciplinaires — avec dépaysement dans une autre section, par exemple.

N’oublions pas que ces « prédations » opèrent dans des champs souvent restreints où l’interconnaissance est forte, la pratique quelquefois déjà repérée et difficilement sanctionnable à l’intérieur du microcosme ; bien au contraire, ce sont plutôt l’exclusion et les représailles qui menacent la victime de prédation11. La question se pose alors de la responsabilité collective au niveau de la Commission permanente ou de l’Assemblée plénière du Conseil national des universités ou encore au niveau du Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche — puisque le Ministère ne fait que brasser du vent.

On ne peut tolérer que les victimes aient à supporter par leur combat solitaire, la survictimation qui redoubleraient la douleur et le préjudice. Sans cela, c’est le silence et l’omerta qui continueront de prévaloir.
 

8. Name and shame ?

La procédure de régulation sociale consistant à désigner publiquement l’auteur ou l’autrice de malversations, quelquefois choisie dans les affaires de viol impuni par exemple, n’est pas à privilégier, sauf si vous jugez que la publicité autour d’une affaire peut vous protéger. Certes elle met la lumière sur des pratiques douteuses qui vous ont heurté·e ; pour autant, elle peut vous conduire à une plainte en diffamation, encore plus coûteuse en temps, en énergie et en argent. Qui plus est, dans le monde très hiérarchisé de l’ESR, toutes les victimes ne se valent pas.
 
En conclusion, la prédation académique est un moyen très efficace de limiter la reconnaissance de l’activité des personnes dominées dans l’enseignement supérieur et la recherche : faites-en un problème politique. 


Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 11 mai). Boîte à outils Academia. Que faire face à la prédation académique ? Academia. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajgb

  1. Syndiquez-vous ! []
  2. Sur l’effet Matthieu, consistant à donner davantage de crédits symboliques ou financiers à un nombre limité d’hommes, voir Robert K. Merton, « The Matthew Effect of Science », Science, vol. 159, n° 3810 (1968), p. 56‑63 — qui s’approprie ainsi les résultats de la sociologue Harriet Zuckermann, sa jeune collègue à Columbia University. Dans l’ère néolibérale des appels à projets, voir également Bol Thijs, de Vaan Mathijs et van de Rijt Arnout, 2018, « The Matthew effect in science funding »,. Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 115, n° 19, p. 4887‑4890. []
  3. Nous vous conseillons vivement Survivre au taf sur ce sujet : Marie Dasylva en fait un préalable à l’élaboration de toute stratégie de sortie de crise. []
  4. NDLR. À la différence des policiers. []
  5. Il faudrait obtenir, d’ailleurs, une jurisprudence selon laquelle les doctorant∙es qui font de la recherche à titre gratuit, sans être contractuellement lié∙es à l’université mais membres des unités de recherche, doivent pouvoir en bénéficier. []
  6. Bien que leur représentation n’est pas prévue dans le décret 1487-2020, les règlements intérieurs des universités ont généralement précisé la représentation des étudiant·es à la formation spécialisée santé-sécurité-conditions de travail (FSSSCT). []
  7. Sur les registres SST, on se référera utilement à la documentation syndicale. par ex. celle de la CGT FercSup. []
  8. Voir sur Academia, Comment le harcèlement est devenu un instrument pour faire carrière, par Morteza Mahmoudi et Susanne Taüber, 21 mars 2022. []
  9. Pour un premier bilan, voir Emmanuel Didier et Michèle Le Duc, “Un nouveau souffle pour l’intégrité scientifique de la recherche“, AOC, 4 mai 2023 [sous péage]. []
  10. Cf. par ex.,”Protéger la personne des chercheurs et des chercheuses comme leur parole publique“, par Christelle Rabier, Le Club de Medipart, 8 juin 2022. []
  11. Voir plus haut, conclusion du point 6 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.