Pas de 7e campagne de recrutement pour Hugo

Il n’y aura pas de 7e campagne de recrutement pour moi en 2023/ 

Quelques explications d’une bifurcation personnelle qui, au-delà de mon cas personnel, pourrait être « un peu » révélatrice de l’état pour le moins délabré de l’ESR !

Après 6 campagnes qui se sont toutes soldées par un échec, malgré 4 classements pour des postes de MCF en sections 04 et 19 sur 4 auditions (dont trois deuxièmes places enchaînées depuis 2020), 3 auditions CNRS, 2 auditions Ined et 1 audition IRD…

Après le chômage (Pôle Emploi, sponsor n°1 de l’ESR), un poste d’Assistant d’éducation (AED) en lycée professionnel, puis trois beaux post-doctorats à l’Université de Rouen-Normandie, à l’ENS-Ulm et à l’Ined, la LPPR devenue LPR a instauré une date de péremption aux postdoctorant∙es : « thèse + 3 ans, c’est fini, circulez ! »

J’ai donc décidé qu’il fallait arrêter les frais.

Comme l’a très salutairement écrit Javier Lopez Alos, la condition de chercheur∙e sans poste est un provisoire qui s’éternise, vous englobe et finit par vous définir. Elle devient déraisonnable, et fait perdre tout son sens à la science, au travail et à toute la vie autour1  Si l’on vise un poste pérenne, l’après-thèse devient une véritable roue infernale : vous multipliez toutes les activités possibles, vous quémandez le moindre financement, vous candidatez à tout et tout le temps, sans jamais la moindre reconnaissance. Et toujours, les portes restent fermées et vous vivez avec l’échec.

Comment mieux dire cette quête d’un poste qu’avec les mots de J. Lopez Alos ? :

« Notre objectif survit comme l’expression abstraite d’un désir mais il nous manque un horizon, un point de référence pour nous assurer que notre mouvement nous rapproche d’un quelconque destin. Si on y regarde de près, la désorientation et l’angoisse proviennent d’abord de l’absence d’horizon : sans lui, une anxiété naît de la relecture des différentes étapes de notre parcours, devenues, en tant que lieux de passage, inutiles. »

Alors

« il ne reste plus que la certitude de continuer à marcher et l’inévitable présence de la fatigue ».

Et puis cette culpabilité qui vous ronge constamment : je ne fais pas assez, je fais mal, je ne mérite pas. Mythes entretenus par les retours des comités de sélection et des différents jurys qui trouvent toujours une nouvelle raison à l’échec.

Il n’y a pourtant qu’une seule raison valable : l’ESR est en flammes, tant Pécresse, Fioraso et Vidal ont démantelé ce service public !

Nous voyons des syndromes d’imposture là où il n’y a qu’absence structurelle de postes ! C’est l’ESR qui a renoncé à nous, pas l’inverse !

Cette année, après trop de sacrifices, j’ai décidé de ne plus « poursuivre cette ombre » et de ne plus « persister dans l’illusion » (dixit J. Lopez Alos). Aujourd’hui, je prends la peine de l’expliquer longuement et publiquement, pour deux raisons :

  1. D’abord, pour essayer de faire prendre conscience à certain∙es titulaires que le leitmotiv « Accroche toi, ça va bien finir par payer » est bien révolu ! Il devient un paravent qui cache la misère et incite des docteur∙es précaires à accepter tout et n’importe quoi, en vain.
  2. Ensuite, parce que j’ai moi-même été trop longtemps tétanisé par la peur de devenir l’un de ces « fantômes » qui quittent l’ESR sans bruit. Fantômes plus que brillamment décrits par un camarade doctorant il y a quelques années « À nos fantômes », 2018. Mais cette crainte se nourrit justement du silence et de la honte qui grandit à l’idée d’être celui ou celle qui va abandonner et n’aura pas été à la hauteur.

Cela doit changer !

Désormais, il faut parler, dire qu’autre chose est possible, qu’il n’y a pas de honte à avoir ! Les mots de fin de ce texte de 2018 résonnent encore en moi :

« Et ces fantômes il va falloir s’y faire, parce qu’ils sont le plus grand nombre, qu’ils vont nous hanter, et que nous serons des leurs. Il faudra leur rendre hommage pour nous guérir aussi. »

À la fin de mon rapport de soutenance, il était écrit : « il s’agit d’un travail de premier plan, novateur, d’une densité et d’une finesse théoriques et empiriques tout à fait exceptionnelles, le tout dans une langue fluide et limpide, qui sont la marque d’un vrai professionnel de la recherche »…

En y repensant il y a quelques mois, j’ai décidé de ne pas oublier ces mots, de faire en sorte de continuer à être « un vrai professionnel de la recherche », avec ou sans l’ESR. J’ai alors commencé à faire le deuil d’un poste d’enseignant-chercheur à l’Université et à candidater hors académie. Mais c’est bien de « deuil » dont il s’agit, parce que les centaines d’étudiant∙es que j’ai pu suivre depuis 12 ans savent à quel point j’ai aimé enseigner et les accompagner. Mais à quel prix peut s’exercer cette passion aujourd’hui ? Jusqu’où faut-il s’oublier et se faire souffrir ?!

Il y a quelques semaines, ces expériences m’ont permis cette fois d’obtenir plus qu’une seconde (mes excuses à la Team Poulidor !), et d’être recruté comme sociologue au sein du Ministère de la Justice et de la Direction de la Protection judiciaire de la jeunesse (DPJJ) Après 7 ans de joies, de sueur et de larmes, c’est l’esprit mêlé de sentiments contradictoires que j’ai donc progressivement construit ce choix : quitter l’Université et sa Galaxie. Nul n’étant irremplaçable, je suis déjà remplacé. Nul n’étant indispensable, l’ESR s’en remettra bien vite. Mais cette septième campagne (avortée) aura donc été celle qui me permet d’être pleinement sociologue, plus que perpétuel candidat… J’en suis plus que soulagé, j’en suis enchanté ! Et c’est depuis cette position que je vais maintenant continuer à faire de la recherche ! Cela a été dur constamment : de se maintenir dans le jeu académique, comme d’oser faire un pas de côté hors de l’ESR.

Alors pour conclure, je n’aurais plus que deux choses à dire à mes camarades de précarité :

  1. À celles et ceux qui continuent la quête, je suis de tout cœur avec vous. Ne doutez jamais de vous, car vous méritez 1 000 fois que le Ministère ouvre enfin des centaines de putains de postes pour en finir avec le sous-encadrement des étudiant∙es ! (coucou Sylvie Retailleau )
  2. Et à celles et ceux qui doutent, qui ont peur de quitter ce navire en flammes : foncez ! La porte de sortie ne mène pas forcément si loin de nos passions. Et notre santé (physique autant que mentale), notre épanouissement personnel et surtout nos merveilleuses recherches méritent d’être mieux traitées.

Pour approfondir

 

  1. J. Lopez Alos, « Critique de la raison précaire. La vie intellectuelle face à l’obligation de l’extraordinaire », Tracés. Revue de sciences humaines, 2021. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
L'équipe des rédacteurs d'Academia (4 avril 2023). Pas de 7e campagne de recrutement pour Hugo. Academia. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajfb


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.