Président·es d’Universités, il est temps de payer vraiment vos vacataires

  • Par le collectif Vacataires.org, publié originellement par Le Monde, 4 avril 2023

Au cours des dernières décennies, les universités françaises ont réalisé des économies en faisant de plus en plus souvent appel à une main d’œuvre qualifiée et bon marché pour dispenser leurs heures de cours : nous, les enseignant· e· s vacataires. Peu de gens réalisent les conditions d’exploitation hors-norme que nous subissons. Nous vous demandons aujourd’hui de mettre en place une mesure peu coûteuse, qui montrerait votre humanité et votre souci des personnels qui font vivre l’université.

Nous sommes un des principaux piliers de l’université française.

On compte 130 000 enseignant· e· s vacataires dans l’enseignement supérieur public en France. C’est plus de 60% du personnel enseignant dans ce secteur, c’est le double des enseignant· e· s titulaires. Nous assurons 4 millions d’heures de cours par an, c’est près du quart des heures de cours universitaires. Sans compter les tâches non quantifiées et le plus souvent non payées qui nous sont confiées : correction de copies supplémentaires, surveillance d’examens… Enfin, sans nous, les facs seraient à l’arrêt au second semestre : chaque année a lieu dès janvier un “jour du dépassement universitaire” à partir duquel les cours s’arrêteraient si l’on ne devait compter que sur les heures prévues dans les contrats des enseignant· e· s titulaires.

Nous sommes une poussière dans le budget des universités

Si l’on compte les préparations de cours et corrections, nous travaillons pour une rémunération inférieure au Smic horaire. Nous touchons le plus souvent moins de 500 euros par mois, sur quelques mois par an. À ce tarif, nous ne représentons que 0,6% des dépenses pour l’enseignement supérieur (environ 200 millions d’euros sur 34 milliards). Ramené à la part des enseignements que nous fournissons, nous touchons seulement 2 à 3% de la valeur de nos cours ! Le plus souvent dans des situations précaires, nous n’avons pas de contrat au moment de travailler, nous sommes payé· e· s à l’heure de cours… souvent des mois, parfois des années après le travail effectué. Nous nous battons depuis des années pour obtenir des choses normalement évidentes dans le monde du travail : un salaire à la fin du mois, un remboursement partiel des frais de transport…

Nous demandons une rémunération doublée

Si notre taux horaire avait été indexé au Smic depuis les années 1980, il serait aujourd’hui 2 fois plus élevé. Et c’est précisément ce que nous demandons aux universités. Nous ne rêvons pas, nous ne comptons pas sur une loi. Nous comptons sur chaque université pour appliquer dès maintenant une mesure simple et peu coûteuse : pour une heure de cours en vacation, déclarer une heure de préparation en plus au même taux. Ce doublement coûterait moins de 1% de leur budget. C’est un choix budgétaire indispensable. Nous faisons confiance aux universités pour se rappeler que payer dignement leurs enseignant· e· s est une priorité. Mesdames et messieurs les président· e· s d’Universités, vous savez au même titre que la communauté universitaire que notre demande est légitime et va dans le sens d’une amélioration collective des conditions d’étude. Nous espérons que vos choix seront à la hauteur de nos espérances et nous saurons mettre en avant vos gestes si vous mettez en place cette mesure.

Nous retiendrons les notes en mai

Nous comptons aussi sur les universités pour que la hausse ne se fasse pas au détriment des postes pérennes. Des vacations mieux payées devront conduire plus souvent, lors de besoins en enseignements, à arbitrer en faveur de la création de vrais postes.

Au mois de mai 2023, nous montrerons que cette augmentation est vitale pour nous, tout comme notre travail est vital pour les universités. Dans toute la France, nous serons nombreux· ses à ne pas rendre les notes de TD et partiels de nos étudiant· e· s à nos administrations. Un seul enseignant ou une seule enseignante qui participe à la rétention des notes, c’est 30 à 200 notes bloquées. Rappelez-vous, nous sommes 130 000.

Vous êtes enseignant· e· s vacataires, titulaires ou contractuel· le· s et vous souhaitez rejoindre le mouvement ? Vous êtes une organisation et souhaitez participer ? Inscrivez-vous ou écrivez-nous dès maintenant sur vacataires.org.

Premiers et premières signataires :

Collectifs : Vacataires.org, Ancmsp, Mobilisations.org, RogueESR, Université Ouverte ; Colldoc

  • Arthur Delaporte, député du Calvados (14), porte-parole du groupe Socialiste à l’Assemblée nationale ;
  • Alma Dufour, députée de la Seine-Maritime (76) ;
  • Benjamin Lucas, député des Yvelines (78) ;
  • Gérard Filoche,Syndicaliste et ancien inspecteur du travail ;
  • Pierre-Yves Allemand, Ingénieur  ;
  • Christophe Apprill, Sociologue, chercheur indépendant ;
  • Thomas Balayn , ATER en droit privé , Université Paris-Nanterre  ;
  • Garance  Bazin, Vacataire et doctorante, Université Paris-Nanterre ;
  • Franciele Becher, Chargée de cours, doctorante , Université Paris 8 ;
  • Maxime Bello, Doctorant, Université Paris-Nanterre ;
  • Delphine Berdah, MCF, Université Paris Saclay ;
  • Mireille Besson, Directrice de recherche, CNRS ;
  • Elvire Bestion, Chercheuse CR ;
  • Dominique Bony-Bellicaud, IT, CNRS ;
  • Florence Bouillon, MCF, Université Paris 8 ;
  • Thérèse Bourgeois, enseignante retraitée ;
  • Claire Bullen, Enseignante chercheuse ;
  • Cécile Bulté Martin , Chargée d’enseignement vacataire, École du Louvre et Institut catholique de Paris  ;
  • Marie Caillat, chargée d’édition, INHA et chargée d’enseignement vacataire, Université Paris 3 Sorbonne nouvelle ;
  • jacqueline Candau, Directrice de recherche, INRAE ;
  • Elsa Capron, MCF, Université de La Réunion ;
  • Pierre Alain  Cardona , Enseignant Vacataire, Aix Marseille Université  ;
  • Emmanuelle Carinos Vasquez, doctorante et vacataire, Université Paris 8, Université Paris-Nanterre, ICP ;
  • Benoît Carré, Chercheur post-doc ;
  • Clément Cayol, Doctorant en SHS, Université de Lille ;
  • Anaïs  Chauvel, Étudiante, salariée contractuelle dans le supérieur  ;
  • Anne Coleman, Doctorante  ;
  • Catherine Comet, Professeure des université, Université Paris 8 ;
  • Laurent Couraud, Ingénieur, CNRS ;
  • Christian  de Montlibert , Professeur émérite , Unistra  ;
  • Eva Debray, PRCE , Université Paris Est Créteil ;
  • Chayma  Dellagi , Education nationale ;
  • Pascal Démoulin, Astrophysicien ;
  • Frédérique Desbuissons, MCF, Université de Reims ;
  • Thierno Dia, Chargé de cours, Université Bordeaux Montaigne ;
  • Annemarie Dinvaut, MCF émérite, Avignon Université ;
  • Véronique  Duchesne , MCF HDR, Université Paris Cité  ;
  • Hugo Dupin, Elève normalien  ;
  • Bruno Féral, ATER, IAE de Poitiers ;
  • Violette Fernandez, retraitée ;
  • Sophie Fesdjian, Professeur des écoles ;
  • André Fournel, MCF retraité, Aix Marseille Université ;
  • Alice Godfroy, MCF, Université Côte d’Azur ;
  • Alice Grasset, ATER, Université de Bretagne Occidentale ;
  • Pierre Gravoin, Doctorant Cifre ;
  • Florent Grazide, Chargé d’enseignement et vacataire, Université de Bordeaux ;
  • Marie-Anaïs Guégan, doctorante vacataire, Université Paris-Nanterre et Cergy ;
  • Magali Guyon, Consultante en transition écologique, IAE d’Aix-en-Provence, IEP de Lyon ;
  • Elie Haddad, Chargé de recherche, CNRS, EHESS ;
  • Damien  Jauneau, Ingénieur pédagogique  ;
  • Sandra Jhean-Larose, Professeure des universités, Université d Orléans  ;
  • Auriane Jones, Chargée d’études ;
  • Javier Jurado, Enseignant contractuel, Université de Lille ;
  • Mehdi Khamassi, Directeur de recherche, CNRS ;
  • Claudette  LAFAYE , MCF en sociologie, Université Paris 8 ;
  • Antoine  Larribeau , Doctorant, ENS Lyon ;
  • Alexandre Lauverjat, Doctorant, CNRS & Sorbonne Université, Université Lyon-II ;
  • Thibault Le Hégarat, Docteur en histoire, Université Paris Saclay et Cergy. ;
  • Isabelle Leblic, DRCE, CNRS, INALCO ;
  • Gaëlle Lefebvre, Enseignante d’anglais, Clermont INP ;
  • Samuel Legris, Doctorant contractuel, Université de Pau et des Pays de l’Adour ;
  • Nino Lima, Doctorant, UVSQ ;
  • Julie Mabboux, Enseignante , INU Champollion  ;
  • Léo  Mansching, Étudiant  ;
  • Wendy Masson, Enseignante FLE, IEP Lyon, ENS Lyon, Université Lumière Lyon II ;
  • Hervé Mayer, MCF, Université Paul-Valéry Montpellier 3 ;
  • Émilie Ménard, Doctorante chargée d’enseignement, EHESS ;
  • Hélène Mestdagh, Professeure émérite, Université Paris Saclay ;
  • Germain Meulemans, Chargé de recherche, CNRS, EHESS, ENS ;
  • Karine Nemesi, Chargée de cours, Université Paris 8 ;
  • Alessio Motta, Enseignant-chercheur, Cessp/Mobilisations.org ;
  • Marilou Nordez, Post-doc, Universités de Nantes et Toulouse-Jean Jaurès  ;
  • Jeanne Pahun, Postdoc, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, AgroParisTech ;
  • Arnaud Pecher, Professeur des universités, Université de Bordeaux ;
  • Axelle Peltier, doctorante au Printemps, Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines ;
  • Yves Pillet, MCF en retraite, Faculté des Sciences de Nancy ;
  • Florine Pottié , Responsable d’accueil  ;
  • Emmanuel  Prados, Chercheur INRIA, Université Grenoble Alpes et Centrale Marseille ;
  • Marie Pruvost-Delaspre, MCF, Université Paris 8 ;
  • Ulysse Rabaté, Fondateur de l’association Quidam, Chargé d’enseignement, Université Paris 8 ;
  • Tecla Raynaud, Doctorante, chargée de TD, intermittente du spectacle, Université Lyon 2 ;
  • Olivier Roueff, Chargé de recherche, CNRS ;
  • Sylvie Rouillard, Professeur de langues étrangères, N7 Toulouse, INSA ;
  • Paul Roussy, Enseignante certifiée, Université Bordeaux Montaigne ;
  • Arnaud Saint-Martin, Chargé de recherche, CNRS ;
  • Evens Salies, Chargé d’études,’OFCE, Université Côte d’Azur ;
  • Alexandre Salvatori, Doctorant, Université Paris Est Créteil, Paris 8 ;
  • Dominique  Samson , Enseignante chercheuse contractuelle, Cergy université, Inspé de l’académie de Versailles  ;
  • Florian Sanguinet, Doctorant, Université de Franche-Comté, Institut Agro Dijon ;
  • Maria Sinayskaya, vacataire langues, Mines Albi-Carmaux, ENSEEIHT ;
  • Matti  Suchier , Doctorant contractuel, Université Lumière Lyon 2 ;
  • Guillaume Teillet, MCF, INSPé de Poitiers, Campus de Niort ;
  • Denyze Toffoli, Professeure des Universités, Toulouse III ;
  • Mathieu Tremblin , MCF, ENSAS ;
  • Philippe Vaslin, MCU, Université Clermont Auvergne…

Sur Academia



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 4 avril). Président·es d’Universités, il est temps de payer vraiment vos vacataires. Academia. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajfa

Une réflexion sur « Président·es d’Universités, il est temps de payer vraiment vos vacataires »

  1. Ping : Revue de presse de l’ESR du 01 Avril Mars au 07 Avril 2023  – Les brèves de Paris 1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.