“Président·es d’universités, franchement, que faites-vous ?” Appel à manifester devant France Universités le 30 mars

Nous reproduisons ici l’appel à rassemblement de l’assemblée générale des personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche d’Île-de-France. Ce rassemblement se tiendra jeudi 30 mars à 12h30 au 103 boulevard Saint-Michel (RER B Luxembourg), Paris 5e, devant les locaux de France Universités – dont le titre réglementaire reste d’ailleurs la Conférence des présidents d’université – qui réunit, ce jour-là, son conseil d’administration.

À noter que la troisième assemblée générale des personnels de l’ESR d’Île-de-France se tiendra dans la foulée, à 14h30, dans l’amphi Claude Bernard de l’université Paris-Cité, au 45 rue des Saint-Pères, Paris 6e. L’AG est ouverte à tous les personnels, précaires et titulaires, de tous statuts et de toutes disciplines.

Contre la casse des retraites, contre la précarité, pour le service public : président·es d’universités, franchement, que faites-vous ?

Contre la casse des retraites, contre la précarité et l’ensemble des politiques qui détruisent notre service public, après la nouvelle journée de mobilisation appelée par l’intersyndicale interprofessionnelle nationale le mardi 28 mars, nous appelons à nous réunir jeudi 30 mars à 12h30, devant les locaux de France Universités, pour interpeller les présidences d’université et porter nos revendications.

Depuis des mois, une puissante mobilisation sociale rejette la contre-réforme des retraites. Elle a privé de majorité à l’Assemblée nationale le pouvoir exécutif, qui tente de passer en force avec le 49.3. Ces derniers jours, la répression contre les manifestant·es et grévistes s’est encore aggravée. Les violences policières se multiplient, les forces du désordre frappent, nassent, mutilent, gazent, humilient, agressent physiquement, verbalement et sexuellement pour nous faire peur et nous réduire à l’inaction. C’est un échec : elles ne font qu’augmenter la rage et la détermination.

Personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) d’Île-de-France, précaires et titulaires, de tous statuts et de toutes disciplines, nous partageons cette rage et cette détermination. Solidaires de toutes les personnes réprimées, blessées, interpellées, nous ressentons, nous aussi, une immense colère face à l’autoritarisme du gouvernement et au danger concret et immédiat qu’il représente désormais pour la démocratie en France.

Nous devons continuer à élargir et à renforcer la mobilisation dans l’ESR, pour nos retraites bien sûr, mais aussi contre les politiques qui saccagent les libertés et les services publics, notamment dans l’ESR. Par la précarisation, la sélection et la marchandisation de l’ESR, ces politiques nous condamnent à des conditions de travail, d’étude et de vie inadmissibles. La semaine qui vient de s’écouler a confirmé la présence de l’ESR dans la lutte et sa nécessité : les actions se multiplient partout et sont des succès, comme le rassemblement du 22 mars devant le ministère, où nous étions plusieurs centaines à crier notre opposition à la réforme des retraites et au projet de société qu’elle incarne, réuni·es pour dénoncer encore la précarité et la sélection à l’université, pour défendre nos services publics. Surtout, lors de la grande manifestation intersyndicale du 23 mars à Paris, le cortège des étudiant·es et des personnels de l’ESR a, sans aucun doute, été l’un des plus impressionnants des trente dernières années, tant par son nombre que par sa détermination. Nous serons plus puissant·es encore le 28 mars !

Aujourd’hui, personnels de l’ESR, précaires et titulaires, dans toute notre diversité, nous sommes engagé·es et enragé·es. Les innombrables motifs de colère convergent, la mobilisation s’élargit et se renforce !

Partout — dans nos services, laboratoires, UFR, revues, départements, collectifs, etc. —, multiplions les appels à cesser le travail et construisons collectivement la grève. Les titulaires doivent assumer pleinement l’arrêt des activités pour permettre aux non-titulaires de le faire également. Avec l’ANCMSP, nous demandons aux comités de sélection et au MESR de reculer la date limite de dépôt des candidatures MCF au minimum au 7 avril 2023 à 16h. Nous demandons également un report de toutes les autres dates-limites des procédures de recrutement, pour les enseignant·es et chercheur·ses comme pour les BIAT·O·SS et IT·A, afin de prendre en compte le temps de la mobilisation.

Dans la fragilisation de notre service public, dans le processus de bureaucratisation, de précarisation et de marchandisation de l’ESR, il est évident que les présidences d’université jouent un rôle ambigu depuis des années. Nous les exhortons à cesser d’être des relais des politiques de saccage, gérant la pénurie et participant directement à rendre nos conditions de travail et d’étude inadmissibles. Trop souvent, les présidences acceptent et encouragent le financement par projet, en le généralisant par des appels à projets locaux, et en multipliant les emplois précaires. Partout, l’université ne tient que par l’exploitation des précaires, BIAT·O·SS et IT·A comme enseignant·es et chercheur·ses. Les vacataires, qui assurent près d’un quart des enseignements et font tenir certaines formations, sont toujours payé·es sous le SMIC horaire et très rarement mensualisé·es, malgré l’obligation légale. Nous nous associons en particulier à l’appel de vacataires.org : les présidences d’université doivent immédiatement doubler la rémunération de vacataires. Elles en ont le pouvoir et la responsabilité.
La précarité enseignante est le pendant de la précarité étudiante : les étudiant·es manquent de tout et l’inflation les frappent toujours plus durement ! Le système de bourse est inadapté et insuffisant, les logements étudiants sont terriblement rares et insalubres, dans les restaurants universitaires il n’est pas possible pour tou·tes de manger à 1€.

Par ailleurs, derrière un vernis « social » ou « engagé » que se donnent bien des universités, nous attendons toujours de véritables actions de lutte contre les discriminations et les violences sexistes et sexuelles.

En définitive, plutôt que de communiquer sur l’excellence et d’anticiper toutes les attentes du ministère, nos président·es devraient agir concrètement et soutenir nos mobilisations pour défendre les retraites, un service public de qualité, des conditions de travail et d’étude dignes et émancipatrices.

Au contraire, dans le mouvement social actuel, certaines présidences ont gravement entravé la grève et la mobilisation de personnels et des étudiant·es, en fermant administrativement les bâtiments, en sollicitant l’intervention de forces de l’ordre sur les sites ou encore en imposant le passage au distanciel et au télétravail. C’est inadmissible ! Nous exigeons la réouverture immédiate des bâtiments fermés administrativement : nos établissements sont des lieux de travail, de réflexion collective et d’organisation. Nous demandons que cesse absolument le recours aux forces de police qui délogent, violentent et intimident les étudiant·es et personnels mobilisé·es. Nous exigeons que les lois et règlements qui encadrent le recours au télétravail et distanciel et qui nous protègent, étudiant·es et personnels, soient respectées. Nous demandons la fin immédiate de toutes les manœuvres autoritaires qui visent à nous priver de lieux de réunion et à casser la mobilisation.

Vous, président·es d’université, assumez enfin vos responsabilités et reconnaissez votre rôle politique : banalisez les cours pour qu’aucun·e étudiant·e ne puisse être pénalisé·e par la mobilisation et ne procédez à aucune retenue sur la rémunération des personnels grévistes — en particulier faites que tou·tes les heures d’enseignement des vacataires prévues soient payées, qu’elles aient ou non été effectuées.

Nous appelons donc, jeudi 30 mars à 12h30, à nous réunir contre la casse des retraites, contre la précarité et l’ensemble des politiques qui détruisent notre service public au 103, boulevard Saint-Michel, Paris 5e, devant les locaux de la Conférence des présidents d’université (désormais renommée France Universités),qui tient, ce jour-là, son conseil d’administration.

Avant cela, nous invitons tou·tes les collègues à multiplier les actions militantes dans et hors des espaces universitaires. Le mardi 28 mars, journée de mobilisation appelée par l’intersyndicale interprofessionnelle nationale, amplifions la grève et formons, dans la manifestation parisienne, un cortège de l’ESR plus puissant et déterminé encore.

On continue, ensemble on va gagner !

L’AG des personnels de l’ESR d’IdF

Contact : ag.esr.idf@protonmail.com



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 29 mars). “Président·es d’universités, franchement, que faites-vous ?” Appel à manifester devant France Universités le 30 mars. Academia. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajf4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.