Travail d’archive (11). À Jussieu, un mort

Academia se lance dans la mise en ligne progressive d’archives (tracts, photos, …) des luttes universitaires, afin de réinscrire les combats actuels dans une histoire. Deuxième billet, après celui de la semaine dernière.

Le document mis en ligne aujourd’hui, à l’occasion de la journée de mobilisation du 28 mars 2023 contre la réforme des retraites, date du printemps 1980 et résonne, 43 ans plus tard, avec notre triste actualité. Entre mai 1980 et mars 2023, il y a beaucoup de différences, bien sûr, mais aussi d’étonnantes similitudes. En 1980 comme en 2023, la police, gangrenée par le racisme, est terriblement brutale, et l’on ne sait plus bien si le gouvernement n’ose plus la recadrer ou a la claire conscience qu’elle représente son dernier rempart. En 1980 comme en 2023, les universités bouillonnent et les forces de l’ordre interviennent directement dans les campus. En 1980 comme en 2023, des textes xénophobes réformant le statut des étrangers sont en discussion – et il est loin d’être sûr que, point de vue xénophobie, ceux de 2023 soient en-deça de ceux de 1980.


En mémoire d’Alain Bégrand.

Photos Marc Fontanel et Marc Bulka / Agence Gamma, 1980

Verso de la photographie précédente

Cette photographie est issue d’un tirage original de l’agence de photographie parisienne Gamma, doublement créditée à Marc Fontanel et Marc Bulka. On y voit deux jeunes hommes courir devant des affiches du film Johnny got his gun, au niveau de la tour 16 du campus de Jussieu – donc à l’angle de la rue Jussieu et de la rue des fossés Saint-Bernard à Paris. Ils sont masqués, l’un deux porte un bâton ou une barre, et l’on ressent, dans la rapidité de leurs mouvements comme dans leurs regards, une grande tension.

Le cliché est daté des 14 et 15 mai 1980 et est accompagné, au verso, de la légende suivante :

Paris, les 14 et 15 mai 1980. Manifestation des étudiants.

Plusieurs milliers d’étudiants de toutes les facultés parisiennes sont venus manifester contre les brutalités policières après la mort d’un jeune homme dans la faculté de Jussieu.
De violents incidents ont opposé les manifestants aux forces de l’ordre sur l’esplanade des Invalides. Les autonomes ont profité de la manifestation des étudiants pour semer le désordre : voiture incendiées, vitrines brisées et pillées.

A la mi-mai 1980, cela fait plusieurs semaines, en réalité, que des universités parisiennes et de province (Grenoble, Caen, Lyon II, Nice, …) sont en grève et bloquées, empêchant tout cours.

Quatre textes juridiques limitant fortement les droits des étranger·es en France sont la cause de cette immense colère :

  • deux réformes générales du droit des étrangers : le projet de loi Stoléru qui modifie les conditions de renouvellement des cartes de séjour et de travail, pour restreindre les droits des travailleur·ses immigré·es ; et la loi Bonnet du 10 janvier 1980 qui, entre autres choses, fait de l’entrée et du séjour irréguliers un motif d’expulsion au même titre que la menace pour l’ordre public ;
  • mais aussi deux textes qui mettent en place des formes nouvelles de sélection des étudiant·es étranger·es : le décret « Imbert », du nom de l’historien du droit Jean Imbert, du 31 décembre 1979, d’abord, qui instaure un test de français pour chaque étudiant·e étranger·e ; et la circulaire Bonnet du 2 avril 1980 « sur l’admission en France des étudiants étrangers », ensuite, qui impose à ces mêmes étudiant·e des ressources minimum pour pouvoir étudier en France.

A Paris manif. concernant le renouvellement des cartes d’immigrés. CRS casques manif d’étudiants contre le décret IMBERT. Int. J. IMBERT (auteur décret étudiants étrangers) rappelle ce que contient le décret. Vidéo INA, 1980

Les manifestations contre ces textes se multiplient. À Jussieu, la contestation étudiante monte vite en puissance : le 10 mai, la tour centrale est bloquée, et la police investit le campus une première fois ; le 13 mai, après qu’un bus a été mis à feu près du parvis, la police attaque le campus de tous les côtés, gazant et matraquant jusque dans les couloirs et les amphis.

Un jeune chômeur tente d’échapper aux forces de l’ordre, monte sur un toit en fibrociment de la tour 12, chute et meurt. C’était Alain Bégrand.

Le soir même une AG spontanée de 2000 personnes se rassemble à Jussieu, suivie d’une manifestation sauvage dans le quartier latin. Le lendemain, 14 mai, 10 000 personnes défilent en mémoire à Bégrand de Jussieu aux Invalides aux cris de « Flics, fascistes, assassins ». Des cars de police sont attaqués, puis le commissariat du 6e arrondissement. La plupart des universités du pays s’arrêtent, bien que la conférence des présidents d’université, réunie le vendredi 16 mai, trouve opportun de « condamner sévèrement les formes prises par l’agitation qui ouvre la porte à la violence et à la provocation » et d’appeler à ce que l’année universitaire « se termine par la sanction normale des examens ».

L’hebdomadaire La Gueule ouverte, dans son avant-dernier numéro avant disparition, publie alors un édito d’une puissance phénoménale, aujourd’hui en ligne grâce à archivesautonomie.org, dont voici quelques extraits :

[…] Si [Alain Bégrand] avait eu le bon goût de mourir dans son monde, traqué dans l’espace bétonné d’une cité de banlieue, et non sur le campus d’une université parisienne, sa mort n’eût été qu’un simple fait divers, traité comme tel dans l’ensemble de la presse, si même elle avait daigné en parler […].

Ce qui s’est passé ces derniers jours à Jussieu n’a rien à voir avec un quelconque dévoiement par des éléments ‘marginaux, extérieurs et incontrôlés’ d’un mouvement étudiant, qui, lui, serait idéalement authentique et pur. Le mouvement étudiant doit son existence au fait qu’il est une composante du mouvement de la jeunesse dans son ensemble. Il n’existe à Paris aujourd’hui ni mouvement étudiant, ni mouvement lycéen, en tout cas réductibles aux critères hérités de Mai 68. La dépolitisation est réelle, les références post soixante-huitardes rangées au magasin des accessoires. Mais, ô divine surprise, les choses se passent, et circulent, ailleurs, autrement. Les différences de classe entre étudiants, jeunes (et moins jeunes) chômeurs, jeunes prolétaires ont tendance à s’estomper pour laisse la place à une aire indéfinie où la circulation d’un état à l’autre est toute naturelle. Combien de jeunes prolétaires sont-ils inscrits en fac, combien d’étudiants sont-ils des travailleurs précaires… Convergence objective opérée par le capital et ses restructurateurs.

La Gueule Ouverte, n° 313, semaine du 21 au 28 mai 1980. Cliquez sur l’image pour accéder à l’ensemble du numéro.

Le 19 mai, le préfet de police de Paris répond au Point. Furieux de ses échanges avec le président de l’université Paris VII, auquel il reproche vertement de ne pas assumer l’intervention policière, il annonce :

Pour l’avenir, […], compte tenu du précédent créé ce jour-là par les contacts avec le président de Paris VII et pour éviter toute équivoque – pour ne pas dire toute valse-hésitation, voire toute volte-face – j’ai décidé de ne prêter le concours de la force publique, requise par le président de l’université en vue d’une intervention à Paris VII que lorsque la réquisition de celui-ci aura dûment été constatée par procès-verbal.

Peut-être que, depuis ce mois de mai 1980, à chaque fois qu’un président d’université demande l’intervention des forces de l’ordre sur un campus mobilisé, à chaque fois, aussi, que la Conférence des présidents d’université / France Universités publie un communiqué appelant à délivrer les diplômes quoi qu’il en coûte, le fantôme de Bégrand les regarde. Peut-être même en ressentent-ils quelque honte.

Mais le plus probable est qu’ils n’en aient rien à faire. Ou, pire encore, qu’ils ne savent même pas de qui on parle.



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 28 mars). Travail d’archive (11). À Jussieu, un mort. Academia. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajf2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.