Dans l’amphi Guyon occupé, site Schuman, Aix-en-Provence, mars 2023

  • par Isabelle Luciani, maîtresse de conférences, Aix Marseille Université

Mercredi 22 mars 2022 (le « 22 mars », clin d’œil printannier), j’apprends comme mes collègues que l’amphi 8, amphi Guyon (autrefois notre « Grand amphi ») est occupé par les étudiant∙es depuis la veille.

Une AG a lieu à midi : 400 étudiant∙es. Comment la mobilisation a-t-elle été insufflée pour en arriver là… ce n’est pas l’objet de ce texte (ce qui suit n’est pas une sociologie du mouvement, simplement l’observation « heureuse » de quelques jours d’un mouvement étudiant). 400 étudiant∙es : c’est une affluence exceptionnelle pour ces dernières années de luttes incessantes, épuisantes, et souvent vaines.

L’AG se déroule dans une sorte de joie un peu grave, des prises de parole solides se succèdent avec détermination. À l’unanimité, l’AG vote l’exigence de retrait du texte sur les retraites passé par le 49.3, le retrait du projet de loi Darmanin, la demande d’une « banalisation » du semestre, et à l’unanimité moins une voix, le blocage de la fac. Le lendemain soir, 23 mars, à 18h, après une nouvelle journée de mobilisation contre la « réforme » des retraites – et pour les étudiant∙es qui occupent l’amphi, deux nuits blanches – les prises de parole se succèdent encore lors d’une nouvelle AG : jusqu’à 150 étudiant∙es malgré l’heure tardive.

J’écoute, j’apprends.

On a craint la jeunesse comme anesthésiée par le confinement, réduite à l’individualisme et à la passivité par l’appareil de conditionnement social que constitue Parcoursup, dégoûtée, peut-être, de toute lutte, par les échecs répétés d’un mouvement social piétiné avec une violence sans cesse accrue, au nom d’une légitimité d’Ėtat de plus en plus instrumentalisée.

Exigence démocratique

Or on entend en AG de jeunes adultes qui savent fort bien analyser leurs expériences personnelles les plus diverses au prisme d’une montée en généralité endossant un jugement politique, contre des réformes conduites depuis plusieurs années et qui cassent les individus, brisent les solidarités, anéantissent les acquis sociaux. Avec un style qui me paraît leur être propre – à mi-chemin entre le stand up et la ferveur militante – les prises de paroles, calmes, incisives et informées, se succèdent.

Assemblée générale du 22 mars, midi, amphi Guyon

Pour Thomas1, s’opposer à la « contre-réforme » des retraites est une évidence ; il faut sauver des acquis précieux et lutter contre un pouvoir qui dévoie les outils de la constitution et entame plus que largement, dans l’usage abusif du 49.3 et le choix de la répression policière contre le peuple, le fonctionnement normal de la démocratie. Lors de l’AG du vendredi midi, le 24 mars, Pauline, étudiant∙e de la faculté de droit lit un long texte qu’elle a rédigé sur la Constitution, sur la démocratie, sur la défense légitime de ses droits par le peuple. La veille déjà, l’une de ses camarades, Sarah, avait éclairci les termes du débat, entre la « foule » et les « élus » (« La foule, quelle qu’elle soit, n’a pas de légitimité face au peuple qui s’exprime souverain à travers ses élus », Emmanuel Macron dixit), et rappelé que dans notre Constitution la démocratie représentative n’est pas un blanc-seing pour faire n’importe quoi, muselant le peuple une fois les élections passées.

Les étudiant∙es engagé.es dans le mouvement social ne sont pas seulement « à l’arrêt ». Certes, Gaëlle prend la parole pour expliquer qu’elle préférerait écouter dans cet amphi le cours que l’AG l’empêche d’avoir. Son discours est reçu avec respect. Mais on voit bien que celles et ceux qui sont là, pour beaucoup, le sont parce qu’ils ont eu besoin de mettre l’ordinaire sur pause, pour trouver les réponses aux questions qu’ils se posent impérieusement en citoyen.nes. Se poser les bonnes questions, chercher les moyens d’y répondre, pouvoir imaginer des solutions : n’est-ce pas là l’expression d’une autonomie de pensée que toute université devrait s’ennorgueillir de faire élore ?

Les prises de parole continuent.

Pour Clémentine, il faut « être là pour nos parents, qui vont prendre de plein fouet cette réforme ». La mère de Clémentine est aide-soignante. Son métier est difficile. À présent, « elle a des patients qui parfois sont plus jeunes qu’elle ! ». Et puis finalement, autant le dire : même si elle aime ses patients, son métier, c’est aussi « la merde ». Aurore est émue quand elle prend le micro, mais elle est droite, digne, sa voix ne tremble pas quand elle nous dit que son père, lui, ne verra pas sa retraite. « 31 ans de cotisation, pour rien ». Un matin, c’est l’accident de la route en allant au travail. Invalidité. Maladie. Décès. « Prématuré », comme on dit ; à même pas 55 ans.

Individualiste, la jeunesse ? Pleinement consciente, au contraire, qu’une loi justifiée par l’élévation soit-disant continue de « l’espérance de vie en bonne santé » se casse les dents sur la dure réalité des différenciations sociales, de la pénibilité du travail, des accidents de la vie.

Individualiste, la jeunesse ? À la solidarité intergénérationnelle succède sur l’estrade l’expression de la convergence des luttes et de la solidarité intersectionnelle.

Dignité de la lutte

Les étudiant∙es sont conscient.es que le mouvement social existe, qu’elles et ils en font pleinement partie. Quand Arthur prend la parole, il est encore vibrant d’admiration et de colère pour les travailleurs en grève de Fos-sur-mer. Le matin même, il a vu les camarades grévistes en lutte pour tenir les piquets de grève, dans l’un de ces secteurs stratégiques qui renforcent à eux-seuls l’ensemble du mouvement social. Il était avec eux. Le récit des réquisitions de personnels, « tirés de chez eux à l’aube devant leurs gosses » pour aller casser des grèves contre leur volonté, c’est d’une violence presque plus palpable encore que les violences physiques. Jeudi matin, sur le site Saint-Charles, à Marseille, ce sont 3 étudiant∙es qui sont arrêté.es, et emmené.es au commissariat de Noailles. La colère est là. Les AG dénoncent aussi la loi Darmanin. Samedi 24 mars, les étudiant∙es seront Porte d’Aix à Marseille, au rassemblement contre ce projet de loi.

Banderole, amphi Guyon, mars 2023

La société est dure ? Certes. Mais les étudiant∙es qui prennent la parole en AG ont tout à fait conscience de leur pouvoir d’agir, de leur légitimité, de leur dignité. Mercredi midi, Aissatou prend la parole. Sans la moindre victimisation, elle raconte avec un sourire de quasi pitié pour ceux qui l’agressent combien le premier contact avec Aix-en-Provence a été rude : oui, elle s’est fait traiter de « négresse » sur le cours ; oui, elle a repéré sur les murs des affichettes de mouvements d’extrême-droite, comme celles de La Rose blanche ; oui, elle se sent souvent en situation d’insécurité dans la ville. Mais c’est sa ville aussi, maintenant. « À nous d’en faire notre ville ».

La parole individuelle, comme à chaque fois, débouche sur un « nous ». Le « faire société », si souvent repris ces derniers temps par un pouvoir en quête de marqueurs démocratiques, est avant tout un désir de citoyen.es conscient.es, émancipé.es, et une aspiration dont l’histoire a toute sa place dans le cadre académique d’une fac de Lettres, siences sociales, sciences humaines.

L’environnement, le respect de chacun.e, tous les champs de la lutte sont abordés, y compris les conditions du parcours universitaire : salles bondées, offres pédagogiques dont la diversité diminue…

En écoutant les étudiant∙es, il apparaît que le succès de la mobilisation, à l’image de la mobilisation générale contre la « réforme » des retraites, tient sans doute pour partie à son ouverture, même si les ralliements ne se sont pas faits sans douleur2. Dans le comité de mobilisation, et à la tribune, on trouve des syndiqués, des néo-syndiqués, des membres d’associations et de partis, des non apparentés (le choix est fait volontairement de ne pas détailler ces organisations ; cette histoire est en cours, elle appartient pour lors aux étudiant∙es). Souvent, les étudiant∙es croisé∙es dans les AG ou prenant la parole découvrent ici leur premier engagement.

Notre avenir

C’est là tout un apprentissage, pas seulement politique, mais aussi d’une manière d’être ensemble (ou d’être contre ; ou d’être contré). L’occupation d’un amphi, qu’elle conduise ou non à un blocage, c’est un univers en soi. Ici, comme dans chaque occupation, une petite société se constitue. Les tâches sont réparties, les fonctions « tournent ». Samedi matin, on balaye, on nettoie, on cuisine. On joue de la guitare et on chante. On lit et on étudie. On monte des ateliers de travail pour réfléchir à comment s’organiser mieux, comment organiser les temps de parole dans les AG, comment garder trace, comment communiquer sans être « noyauté »… Les étudiant∙es de l’amphi Guyon revendiquent cette nécessité d’apprendre à se mobiliser. Sur le tas, et par les livres. Un rang entier de l’amphi est réservé à une collection de livres sur divers domaines de la lutte sociale, un autre à des affiches.

L’idée s’impose lors de l’AG du 24 mars de faire de cet amphi un lieu de vie réel et pérenne pour les étudiant∙es de cette université. On y projettera des films. On y fera des ateliers. On y organisera des conférences avec les acteurs et actrices militant.es du monde du travail et en coopération avec les personnels de l’université. La direction de l’UFR, présente à l’AG du 24 mars, n’est pas opposée à l’idée. On retient ! Et pourquoi pas une « nuit de la lutte », propose l’un des EC présents le samedi 25 à l’AG de 11h ? Et pourquoi pas une « nuit de l’enseignement », propose une de nos collègues : après tout, il y a bien des nuits des chercheurs… et l’enseignement, ça ne serait pas digne d’une nocturne aussi ?

L’apprentissage de l’occupation, c’est aussi l’apprentissage de l’opposition, malheureusement parfois violente. Les étudiant∙es de l’amphi Guyon souhaitent améliorer leur service d’ordre, le « SO » tellement important pour ne pas céder aux provocations. Un communiqué de l’UNI, vidéo à l’appui envoyée aux journalistes, affirme que les étudiant∙es mobilisé.es de la Fac de Lettres ont agressé l’un des leurs. On voit, sur une vidéo, un groupe d’étudiant∙es faire barrage à un autre qui descend vivement vers la tribune, tandis qu’on lui demande, en tribune, de conserver son calme. Le lendemain, lors de l’AG du 22 mars, une dizaine d’étudiant∙es de l’UNI forcent l’entrée et refusent de cesser de filmer. Lors de l’AG du 23 mars en fin de journée, l’équipe de direction de l’UFR ALLSH est présente. Si l’occupation reste pacifique et respectueuse, « ce n’est pas moi qui vous ferai sortir », affirme le doyen. La violence n’est pas sur le site, mais peut venir d’ailleurs. La nuit, des incursions nocturnes ont eu lieu à plusieurs reprises, avec des petits groupes de 10, voire 20 individus, d’âge mûr semble-t-il, pour certains, mis en fuite par la sécurité de la fac de Lettres. Samedi matin, les étudiant.es doivent prendre une décision : rester, ou partir, sachant que la sécurité de la fac ne sera pas sur le site pendant tout le week-end. Finalement, la décision ne fait guère problème pour la soixantaine d’étudiant∙es présent∙es dans l’amphi : ils resteront, « c’est une question de principe ». Le soir même, de nombreux camarades sont à leurs côtés. Ils tiennent.

On pourra toujours dire : rien de nouveau sous le soleil. Après 27 années d’enseignement, j’en ai vu, des étudiant∙es, faire soudain corps, construire une communauté, et par des moyens d’action divers s’employer à réenchanter le monde pendant quelques jours, quelques heures, quelques semaines. Parfois, le monde est bien meilleur après qu’avant. En 2006, je me souviens de centaines d’étudiant∙es massé.es sur les marches et dans le grand hall du bâtiment, hall depuis lors remplacé par un préau ouvert à tous les vents – impossible donc à occuper, certes, mais aussi, tout simplement, à « habiter ». En 2006, les AG débordaient sur l’actuel parvis. Avec les étudiant∙es par centaines, je revois encore quelques membres du personnel aux barrages filtrants des péages autoroutiers ou de Fos. Retrait du CPE. Parfois, le monde paraîtrait presque pire après la mobilisation, tellement la défaite d’une lutte collective en laquelle on croit est triste : que reste-t-il d’un mouvement social – LRU, Parcoursup, LPR pour ne citer qu’eux – quand il a été ignoré, méprisé, et perçu néanmoins comme la chronique d’un désastre annoncé.

Mais est-ce au fond le sujet ? Le sujet, ce n’est ni la répétition, ni la nostalgie, ou plutôt, c’est cet entêtant sentiment de nouveauté dans ce qui devrait être du déjà vu. Nous sommes en mars 2023. Cette semaine, des étudiant∙es ont organisé des AG, des étudiant∙es ont occupé un amphi, des étudiant∙es ont fait des projets pour l’avenir. Amphi Guyon, Aix-en-Provence, mars 2023. C’est un point sur une carte, la carte, sans doute, d’autres lieux de mobilisation. C’est aussi un moment dans une chronologie de mobilisations, passées et à venir. Mais c’est d’abord un moment singulier. Ici, maintenant, on rêve, on agit. Des possibles se dessinent, des futurs pensés une fois pour toute, indestructibles, que ni la victoire ni la défaite ne pourront abattre.

Des ferments pour changer le monde. Je regarde, et je rêve aussi. Encore.

  1. J’ai changé les prénoms []
  2. L’un des principaux syndicats étudiants d’Aix-Marseille sort fracturé de cette mobilisation ; choisir les moyens de la lutte n’est pas simple. []

1 réflexion sur « Dans l’amphi Guyon occupé, site Schuman, Aix-en-Provence, mars 2023 »

  1. Une certaine fierté de papa. Témoignage de ma fille, qui y dort, qui s’y découvre le collectif. Des moments formateurs, structurants sur le très long terme.
    Très heureux. Pour moi, ça a été notamment les radios libres, Malik Oussekine, les fanzines autoproduits… Il y a un savoir populaire de la rébellion, de l’insoumission à l’ordre établi, à la morgue d’une vie perdue à la gagner. Que ce savoir s’actualise : quelle bonne nouvelle !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.