Mourir du Bac : racisme ordinaire ?

Le baccalauréat est le premier diplôme de l’enseignement supérieur. Enseignantes-chercheuses et enseignants-chercheurs en président les jurys départementaux. Depuis la réforme Blanquer, aucune épreuve ne s’est tenue régulièrement : épreuves anticipées bloquées, sujets éventés, notation révisée suivant les consignes du ministère, etc.

Mais l’ignoble n’avait pas encore eu lieu : laisser un lycéen agoniser sans aide, sous prétexte qu’il ne fallait pas arrêter l’épreuve au lycée Gaston Berger.

Nadir, qui souffrait d’une grave cardiopathie, est tombé devant les autres candidat·es et, laissé sans assistance. Il est devenu bleu sans qu’aucun adulte n’ait rien fait, ni appelé les pompiers. Une élève, au bout de 20 minutes, l’a placé en position latérale de sécurité.

https://www.lavoixdunord.fr/1306321/article/2023-03-22/ronchin-l-emotion-apres-le-deces-de-nadir-pendant-les-epreuves-du-bac#Echobox=1679500750-5

Nadir et sa maman. Crédit: Voix du Nord, 2022

D’après l’AFP, Pap Ndiaye, le ministre de l’éducation nationale, a appelé la mère de l’élève pour lui présenter ses condoléances ». Valérie Cabuil, la rectrice de l’académie de Lille, a également adressé “ses très sincères condoléances à la famille et aux proches de l’élève et apporte son soutien aux équipes de l’établissement », via un communiqué.

Faut-il entendre qu’une enquête administrative n’est pas demandée ? Qu’il est possible de laisser mourir un élève lors d’une épreuve de spécialité du Bac, sans que les responsabilités ne soient identifiées ?

Deux jours après le discours de Pap Ndiaye contre le racisme, le Ministre va-t-il faire la lumière sur la chaîne de commandement qui a conduit à ne pas appeler les secours et sur  l’éventuelle dimension raciste de la non-assistance de personne en danger ?

Qu’on arrête enfin de se payer de mots en la matière.

Que la terre soit légère à Nadir…


Dans la presse



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 23 mars). Mourir du Bac : racisme ordinaire ? Academia. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajed

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.