« Nous étions en train de nous faire voler nos lieux de travail ». Academia contre le distanciel. Entretien sur Mediapart

Mediapart publie ce mercredi un entretien avec deux membres de la rédaction d’Academia — Luc Pellissier et Noé Wagener — et un vacataire qui a souhaité rester anonyme. Nous en publions quelques extraits, en complément du recensement des actions en cours contre le distanciel que nous lançons.

Le distanciel, « un outil redoutable » pour contrer la mobilisation à l’université

Extraits. […] Le « distanciel », qui permet d’enseigner à des flopées d’étudiant·es sans mettre le pied dans un amphithéâtre, s’est non seulement banalisé, mais peut désormais être utilisé comme un outil pour « casser une grève », comme le dénoncent plusieurs enseignants-chercheurs et enseignantes-chercheuses.

Pour y faire face, alors que le mouvement contre la réforme des retraites s’amplifie dans l’enseignement supérieur, entraînant de nombreuses fermetures administratives des universités, la bataille juridique s’engage. Le syndicat Snesup-FSU (Syndicat national de l’enseignement supérieur – Fédération syndicale unitaire) a déposé deux recours contre le passage en distanciel de 800 étudiant·es le 7 mars dernier à la demande d’un directeur de département de l’université Paris-Créteil, au motif « des difficultés de déplacement engendrés par le mouvement de grève »1. […] Les artisans de cette première bataille juridique comptent sur un effet boule de neige et ont lancé à cet effet le collectif « Stop distanciel », à l’issue d’une large assemblée inter-facs réunissant personnel et étudiant·es à Paris-3, le jeudi 16 mars. […]

À l’origine de ces deux recours, […] les deux enseignants à l’université Paris-Créteil […] n’en démordent pas : le recours au distanciel se fait en dehors de tout cadrage juridique, de manière « bricolée », avec comme conséquence de détériorer les conditions d’enseignement, mais également d’amoindrir la capacité de mobilisation du monde universitaire, a fortiori pour le personnel précaire et les agents administratifs, placés d’autorité en télétravail.

[…] Le Covid est arrivé en 2020, et le distanciel s’est alors généralisé d’un seul coup, du fait de la pandémie.

Noé Wagener : Oui, mais sans cadre juridique. Les ministères de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur ont simplement mobilisé un gigantesque principe de droit administratif français, celui de la « continuité du service ». Ce principe peut à peu près tout écraser… Mais pas dans n’importe quelles conditions. […] Dans le cas de la pandémie, personne ne l’a contesté mais on duplique désormais un principe juridique extrême pour des raisons qui ne sont plus du tout du même ordre.

Noé Wagener, à Paris, le 21 mars 2023. © Sébastien Calvet / Mediapart

La décision de passage en distanciel le 7 mars 2023, que vous avez attaquée sur la forme et sur le fond, n’est pas le fait direct de la présidence de l’université Paris-Créteil ?

[…]

Luc Pellissier : C’est en effet plus fréquemment la décision d’un directeur de département ou d’une formation, ou encore d’un collègue qui a une équipe chargée de travaux dirigés et qui va décider de passer tout le monde en distanciel.  Donc toute une série de microdécisions qui rendent la chose assez insaisissable. Qui toutes font croire qu’il y a un flou, là où il n’y en a pas.

Après cette initiative, vous avez recensé des actions similaires ailleurs en France ?

Luc Pellissier : Oui, puisqu’on a tout de suite publicisé un exemple de recours afin de lui donner de l’écho partout. Depuis, nous savons que ce modèle de recours a été repris au moins à Amiens par la CGT et FO, mais le but, c’est que tout le monde s’en saisisse. […]

Noé Wagener : Alors que les collègues se sont beaucoup laissé faire sur le distanciel, entraînant une forme de banalisation progressive, les étudiants, eux, ont pris le sujet à bras-le-corps en disant que ce qu’ils vivaient n’était pas normal, et que nous étions en train de basculer dans des pratiques très critiquables.

Cette forme de résignation chez vos collègues, est-ce que ce n’est pas parce que les enseignant·es trouvent leur compte, finalement, dans un enseignement à distance toujours plus développé ?

[…]

Luc Pellissier : Entre faire cours dans un bâtiment délabré ou être en distanciel, parfois le choix est vite vu. Cela permet aussi de mutualiser les cours pour des étudiants qui ne sont pas sur le même site.  On est dans une gestion de la pénurie.

Noé Wagener : La situation est devenue insupportable quand on a réalisé, un peu tard, que le distanciel était carrément utilisé pour empêcher des blocages de facs, empêcher que les étudiants et les collègues puissent se réunir sur des lieux physiques. Nous avons progressivement compris, ces dernières semaines, que nous étions en train de nous faire voler nos lieux de travail. Or c’est un élément structurant de la liberté académique que d’avoir un lieu où l’on peut se rencontrer, se réunir. Ce mouvement contre les retraites a été un accélérateur de la prise de conscience.

[…]

Sur la consigne, que dit le ministère officiellement ?

Noé Wagener : Le discours officiel c’est de pas avoir de discours, de ne pas donner d’instruction claire.

Luc Pellissier : La ministre, quand elle est interrogée par les syndicats sur l’usage du distanciel en temps de grève, dit que c’est illégal. Mais nous n’avons eu aucune circulaire rappelant qu’il est effectivement impossible de basculer en distanciel pour n’importe quel motif. […]

Le mouvement contre la réforme des retraites était marqué, jusqu’à la fin de la semaine dernière, par une assez faible intensité dans l’enseignement supérieur, tant chez les personnels que chez les étudiant·es. Pensez-vous que le distanciel joue un rôle dans cette difficulté à mobiliser ?

Luc Pellissier : Il est dur de dire si c’est un rôle ou un symptôme mais cela nous semble clairement à relier. Accepter aussi facilement que s’impose le distanciel un peu partout est aussi le signe d’un effacement des contestations politiques à l’université.

Aujourd’hui, les présidences ont plusieurs outils à leurs mains pour contourner la mobilisation dans leurs établissements. Le distanciel, mais aussi les fermetures administratives et même l’appel aux forces de l’ordre pour empêcher les occupations. Pour vous il s’agit d’un même mouvement, est-il inédit ?

Noé Wagener : C’est la même mécanique. Les étudiants et les personnels occupent un endroit et se font virer tout de suite, comme au campus Condorcet, et ce qui nous semble assez terrible, c’est que les collègues n’actionnent pas le levier juridique2 […]

Les fermetures, en appeler aux CRS, ça a toujours existé. La grande nouveauté, c’est l’accélération : les présidences actionnent ces différents outils très vite, dans une logique préventive. On ferme les portes avant que les AG ne se tiennent, comme à l’université de Tolbiac, et là on comprend tout l’intérêt du distanciel, qui permet de boucler les lieux pour éviter l’installation des étudiants tout en continuant à assurer des cours.

C’est tout bénéfice ! On peut fermer des universités pendant trois semaines, les diplômes seront délivrés comme si de rien n’était. De ce point de vue, le distanciel est bien un outil redoutable, au service de tous les autres.

Mathilde Goanec

Des étudiants grévistes bloquent, le mercredi 22 mars à Lille, l’accès à l’institut d’études politiques Sciences Po. © Crédit: Rachida El Azzouzi / Mediapart



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 24 mars). « Nous étions en train de nous faire voler nos lieux de travail ». Academia contre le distanciel. Entretien sur Mediapart. Academia. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajei

  1. Un recours en « référé-suspension » (procédure d’urgence) et un autre pour « excès de pouvoir ». []
  2. NDLR. Voir  sur Academia La police interpelle au campus Condorcet. Revue de presse. 25 janvier et Interpellations au campus Condorcet : un témoignage glaçant, 29 janvier 2023. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.