Réalités du travail universitaire, par le quotidien Libération

L’université de Lille accuse un déficit de 6 millions d’euros et a de plus en plus recours à des vacataires pour faire des économies. Des contrats précaires et mal payés souvent assurés par des doctorants. Extraits

Universités : «L’excellence, on sait faire, c’est juste qu’on a zéro thune»

par Sheerazad Chekaik-Chaila – https://www.liberation.fr/france/2019/01/08/universites-l-excellence-on-sait-faire-c-est-juste-qu-on-a-zero-thune_1701733

«Je finis ma thèse. Je vais essayer d’avoir un poste d’enseignant à la fac. Sinon je retourne à l’agriculture…» ironise Benjamin (1), doctorant lillois en sciences politiques. «Moi, si je n’ai pas de poste, je serai fleuriste», annonce pour sa part Estelle, 27 ans, chercheuse en sociologie qui vient de décrocher une place d’attachée temporaire d’enseignement et de recherche (Ater) à l’université de Lille, payée 1 230 euros net par mois, pendant un an, renouvelable une seule fois. Douze mois de répit.

Mi-octobre, l’université de Lille a annoncé une «année blanche» pour la prochaine campagne de recrutement universitaire. La deuxième plus importante université de France, qui compte 67 000 étudiants et 6 700 salariés, a fini l’année dans le rouge, avec un déficit de 6 millions d’euros. Un plan de redressement, étalé sur cinq ans, prévoit de laisser vacants 73 postes d’enseignants-chercheurs et d’administratifs remplacés parfois par des contrats précaires. Des établissements, comme à Orléans ou Rennes-I, sont aussi concernés par des mesures d’austérité. Leur situation financière, ainsi que celle de huit autres universités et deux écoles d’ingénieurs, inquiète la Cour des comptes.

(…)  Par endroits, avec la progression du nombre d’étudiants et le manque de professeurs titulaires, des filières sont dépendantes de ces postes temporaires pour pouvoir continuer à assurer les cours.

Tension

 A lire aussi: Depuis 2007, les facs à la peine

Entre 2010 et 2018, le nombre de vacataires dans ces filières [lettres et sciences humaines, mais aussi en économie, science politique et droit] est passé d’environ 400 à 600 personnes.

«Il y a un turnover important dans les équipes d’une année sur l’autre. Il faut les chercher, les recruter, les former. C’est une surcharge de travail importante pour tout le monde, y compris pour les personnels administratifs», note Anne-Cécile Douillet, enseignante-chercheuse et responsable pédagogique de la filière sciences politiques à Lille, l’une des plus en tension au sein de l’université lilloise. Seulement «35 % de nos besoins en heures sont couverts par des titulaires». […]

Incertitude

En prenant en compte toutes ses heures de préparation et de correction, Estelle a calculé qu’elle flirtait avec un salaire réel de 7,5 euros brut de l’heure. Moins que le smic. «Je gagnais 11,29 euros de l’heure dans le restaurant où je bossais avant», compare-t-elle un peu désabusée. Elle attend toujours de toucher 1 030 euros pour des vacations datant de l’année universitaire 2017-2018. […]

En mai, avec des dizaines d’autres vacataires lillois excédés, elle a participé à la rédaction de «Paye tes vacations», une lettre ouverte adressée à la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Frédérique Vidal. Leur initiative est relayée un peu partout en France. «Il y a une inertie», reconnaît Jean-Christophe Camart, le président de l’université de Lille, qui s’est engagé à mensualiser le paiement des vacations. Damien, un ingénieur de recherches lillois de 34 ans, s’est tourné vers l’université privée pour faire les siennes : «Au moins là-bas, t’es payé tous les mois.»

(1) Le prénom a été modifié.

Lien


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.