Enquête sur le harcèlement dans le milieu académique

Aujourd’hui, France Info fait écho à une enquête de la Fondation L’Oréal dont les résultats seront révélés dans la soirée. On apprend déjà que parmi les 5 200 scientifiques femmes interrogées, dans le monde entier, 49% disent avoir subi une forme de harcèlement sexuel sur leur lieu de travail, la moitié au cours des cinq dernières années.

Une étude de la Fondation L’Oréal publiée jeudi 16 mars 2023 révèle qu’une femme scientifique sur deux a été confrontée à une situation de harcèlement sexuel. (EMMANUEL DUNAND / AFP)

En lisant cet article, on découvre un texte qui avait échappé à la rédaction d’Academia. Cette lettre ouverte, intitulée « Des silences qui nous écœurent »  et déjà signée par plus de 250 universitaires français‧es dénonce l’omerta de notre milieu concernant le harcèlement et les violences sexuelles et sexistes.

Cette lettre ne s’adresse pas directement aux offenseur·ses et agresseur·ses mais à l’ensemble de notre communauté qui, par son silence, leur permet de continuer à agir en toute impunité au sein de nos universités et de nos instituts de recherche.

 

Burn-out, sortie en pleurs d’une réunion, harcèlement moral entre collègues, allant des blagues sexistes jusqu’à l’abus de pouvoir, et même aux menaces physiques… Les faits sont nombreux et connus de toutes et tous. Ils ont été maintes fois dénoncés (voir bibliographie). Mais dans nos laboratoires, si tout le monde connaît une victime, tout le monde partage aussi des cafés avec un·e offenseur·se.

Le reste de la lettre est à lire en suivant ce lien et il est possible de le signer via ce formulaire.

https://twitter.com/GDezecache/status/1631966009929154562



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 16 mars). Enquête sur le harcèlement dans le milieu académique. Academia. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajdz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.