L’enseignement supérieur et la recherche contre la réforme des retraites. Une tribune

L’enseignement supérieur et la recherche contre la réforme des retraites

  • par 851 enseignants et chercheurs des différentes disciplines des universités françaises. Tribune publiée sur L’Humanité, 16 mars 2023

Des amphis délabrés et trop étroits pour accueillir les nombreux étudiants, un manque cruel d’enseignants et de personnels BIATSS dans les facultés, un recours massif à des vacataires sous-payés pour répondre à l’urgence et un décrochage de la recherche publique française qui manque de moyens… l’état de l’enseignement supérieur est insoutenable.

Pourtant, voilà que le projet de loi sur la retraite vient ici aggraver la situation en allongeant, comme pour tous les autres travailleurs, l’âge de départ à la retraite de 62 à 64 ans, qui pourra aller jusqu’à 70 ans. Les collègues sont déjà surmenés par la quête aux moyens pour faire de la recherche et la multiplication des tâches annexes, que le management néo-libéral accroit. Les étudiants n’ont pas intérêt à avoir affaire à des enseignants qui fatiguent. L’allongement de l’âge légal de départ à la retraite ne va donc faire que renforcer les difficultés pour l’ensemble des personnels de l’université déjà en souffrance du fait de conditions de travail dégradées. Pour les chercheurs, aux carrières souvent incomplètes, avec un premier poste de titulaire obtenu en moyenne autour de 35 ans et avec des années parfois passées à l’étranger, l’accélération de la loi Touraine (augmentation du nombre de semestres cotisés requis) conduira à une baisse des pensions.

Les jeunes chercheurs et doctorants sont également les plus touchés par cette réforme : ayant subi l’accumulation de périodes de chômages, de vacations, de mi-temps, de bourses de recherches et autres contrats courts et précaires renforcés depuis la loi LRU de 2007, ils ne peuvent espérer qu’une restriction des débouchés si les anciens sont dissuadés de partir par le faible niveau des pensions, alors que le niveau de recrutement dans l’ESR est au plus bas. Et leurs propres pensions futures risquent d’être bien basses avec cette réforme. L’ensemble des personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche est donc, lui aussi, concerné au premier chef par le mouvement actuel.

Pour lire la suite et consulter les 851 signatures sur le site de L’Humanité



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 16 mars). L’enseignement supérieur et la recherche contre la réforme des retraites. Une tribune. Academia. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajdx

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.