Licenciement abusif et atteintes aux libertés académiques à l’Université de Groningen : une lettre ouverte

Pour signer la pétition

Réintégrer Susanne Täuber, protéger les conditions de travail et les libertés académiques à l’université de Groningen (RUG)

10 mars 2023

À l’attention du professeur Jouke de Vries, président et des membres du comité exécutif de l’Université de Groningen

Nous, soussigné∙es personnels et étudiant∙es de l’Université de Groningen (UG), auxquels se joignent des observateurs, observatrices et collègues d’institutions du monde entier inquiet∙es, exprimons notre consternation au sujet du licenciement de Dr. Susanne Täuber. Aucune équivoque en l’affaire : Dr. Taüber a été sanctionnée pour avoir exercé sa liberté académique. Le tribunal qui a validé son licenciement par UG en a également fait connaître le motif ; c’est la réaction négative de l’université à un essai qu’elle a écrit sur ses expériences de discriminations liées au genre à l’université qui a « gravement perturbé » leurs relations de travail1. Ont également été rendus publiques des détails alarmants sur la manière dont l’université a fait pression sur Dr Täuber pour censurer ses futures publications à venir afin de conserver son poste.

La manifestation qui s’est tenue devant le bâtiment académique le 8 mars pour la journée internationale des droits des femmes, l’attention médiatique soutenue et le tollé qui s’est produit sur les réseaux sociaux montrent que cette affaire a des conséquences qui dépassent largement cette seule université. Licencier une chercheuse qui publie des travaux critiques à l’égard d’institutions puissantes, qui incluent l’université, crée un précédent inquiétant pour nous toutes et tous. Nous, les personnels et les étudiant∙es, SOMMEs l’UG et nous refusons de laisser cette décision être prise en notre nom. Nous en appelons au bureau exécutif universitaire afin qu’il réintègre Dr. Täuber sans délai comme professeure associée, et de lui garantir un environnement de travail sécurisant.

Dr. S. Täuber, Faculty of Economics and Business

Le licenciement de Dr. Täuber a mis au jour les problèmes structurels qui exigent des mesures immédiates de la part du comité exécutif universitaire et de l’ensemble des facultés d’UG. Il est inacceptable qu, en cas de « relations de travail perturbées » au sein d’un département, ce soit la personne la plus vulnérable qui soit licenciée. Cela est à mettre en relation avec une configuration plus générale dans les universités hollandaises, telle que des rapports récents l’ont établie (YAG Report (2021), the LNVH Report (2019), et d’autres cas plus récents) : en cas de comportements inappropriés, les professeur∙es, les chef∙fes de projets de recherche (PIs), et les administrateurices sont protégé∙es, tandis que les agent∙es de rang inférieur, ou les étudiant∙es, en subissent les conséquences.

Si nous voulons continuer à remplir notre mission d’enseignement et de recherche, ces pratiques doivent être amendées ; et l’université de Groningen dispose d’une occasion unique de montrer la voie en la matière. Nous en appelons au bureau exécutif pour qu’il travaille avec les syndicats, le LNVH, le Conseil universitaire et les Conseils facultaires pour concevoir et mettre en application des procédures disciplinaires indépendantes et sûres pour traiter des violations à la santé et la sécurité au travail des personnes, donnant priorité à la protection et au soutien des parties vulnérables.

Des réformes internes contribueront à garantir la santé et la sécurité des étudiant∙es et des agent∙es, mais ils ne répareront pas les dommages causés par le licenciement à la réputation de l’université de Groningen. Le renvoi d’une universitaire qui publie une recherche de premier plan critiquant le monde universitaire a suscité parmi les employé∙s, les étudiant∙es et le public des doutes quant à l’engagement de l’université de Groningen en faveur des libertés académiques. Cette décision suscite déjà des inquiétudes de la part de potentiel∙les candidat∙es talentueux et talentueuses, et nous craignons que cela ait un effet dissuasif sur la recherche critique à UG et au-delà. Nous en appelons à l’Université de Groningen, en partenariat avec les universités néerlandaises (UNL), le Ministre de l’Éducation et les syndicats, afin d’inscrire toutes les protections nécessaires aux libertés académiques dans la convention collective.

Réintégration de Dr. Täuber, réforme des procédures disciplinaires, et établissement des protections contraignantes en faveur des libertés académiques. Les relations entre l’université de Groningen et les personnes qu’elle emploie, qu’elle forme et au service desquelles elle se place ont été sévèrement perturbées au cours de ces dernières semaines, mais cette relation peut être réparée si le bureau exécutif s’emploi à prendre dès maintenant ces mesures.

Bien sincèrement,

Pour signer la pétition →

References

Lien


Sur Academia



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 12 mars). Licenciement abusif et atteintes aux libertés académiques à l’Université de Groningen : une lettre ouverte. Academia. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajds

  1. NDT. S. Täuber étant en contrat permanent depuis 2015 à RUG, son licenciement a dû être autorisé par une cour locale, kantonrechter“. Cette décision ne repose que sur les analyses de discrimination et sur la puplication d’un essai dans Journal of Management Studies. []

Une réflexion sur « Licenciement abusif et atteintes aux libertés académiques à l’Université de Groningen : une lettre ouverte »

  1. Réintégrez-la : cette injustice est indigne d’une institution universitaire qui plus est d’un pays démocratique ! Je parle en tant qu’Africain, et je sais de quoi je parle !…

    Reintegrate her : this injustice is unworthy of an academic institution, and moreover of a democratic country! I speak as an African, and I know what I’m talking about!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.