L’extrême droite à Université Côte d’Azur ou la faillite d’une présidence

Demain, jeudi 9 mars 2023, le militant d’extrême-droite Stanislas Rigault est convié par le syndicat étudiant UNI – dont le délégué national expliquait au Monde il y a quelques mois que « l’immense majorité » de ses membres milite chez Génération Z, l’organisation de jeunesse du parti d’Eric Zemmour — à prononcer une conférence à la faculté de droit de Nice.

Il est sûr que du côté de l’UNI et plus généralement de l’extrême-droite, on glousse du bon coup qui est fait aux « islamogauchistes », « traîtres à la nation » et autres « wokistes » dont les universités sont remplies. Ainsi, l’identitaire Philippe Vardon s’esclaffe dans l’un des canards locaux :

“Pendant que dans toute la France, c’est le député LFI, ancien dealer revendiqué, Louis Boyard qui fait la tournée des facs, à Nice c’est Stanislas Rigault qui est invité pour parler de l’engagement de la jeunesse ! Merci à l’UNI”.

Liberté académique pour l’extrême droite

Si le coup est apparemment bon, c’est parce que l’organisation de cette conférence se drape tout à la fois dans la liberté académique et dans la liberté d’expression :

  • Dans la liberté académique, d’abord, car c’est au titre du versant étudiant de la liberté académique, c’est-à-dire au titre de la liberté d’information et d’expression à l’égard des problèmes politiques, économiques, sociaux et culturels dont disposent les étudiant·es sur les campus conformément à l’article L. 811-1 du code de l’éducation, que la conférence est organisée par l’UNI.
  • Dans la liberté d’expression, ensuite, car c’est au titre de cette liberté que la présidence de l’université de Nice se refuse, par ailleurs, à intervenir de quelque façon que ce soit dans ce dossier, revendiquant au contraire fièrement que l’université soit « un lieu d’échange où l’on n’interdit pas la liberté d’expression ».

Aussi, les masques seraient tombés lorsque la CGT Campus, puis l’intersyndicale CGT-FSU-SUD de l’université ont réclamé que cette conférence de Stanislas Rigault ne soit pas organisée dans les locaux de l’université, arguant, de manière très juste, que cela revient à :

« offrir une tribune à une organisation raciste, sexiste et homophobe, comme son leader, Éric Zemmour, condamné à plusieurs reprises pour injure à caractère raciste et appel à la haine raciale ; qui falsifie l’Histoire du régime de Vichy en minimisant le rôle du Maréchal Pétain dans la déportation et l’assassinat massif des juifs, des tziganes, des homosexuels et des opposants politiques ; qui se scandalise de la réhabilitation du jeune mathématicien Maurice Audin —dont un prix créé par la Société Mathématique de France porte le nom) en déclarant qu’il ‘méritait 12 balles dans la peau’ »,

En s’opposant à cette conférence, les « islamogauchistes », les « traîtres à la nation » et autres « wokistes » des universités auraient confirmé qu’ils et elles sont les vrais fascistes, ennemi·es des libertés car intolérant·es à tout discours qui ne correspondrait pas au leur. Il ne reste donc plus, désormais, qu’à attendre que les grands génies de l’Observatoire du décolonialisme ajoutent leur pierre à l’édifice et prennent solennellement la parole pour louer le président de l’université de Nice d’avoir ainsi héroïquement défendu Stanislas Rigault la Liberté universelle et l’Université éternelle face au déferlement des hordes syndicales barbares.

Faillite universitaire

Si l’extrême-droite glousse de son bon coup, donc, c’est parce qu’elle est parvenue à enclencher à Nice une véritable mécanique de haine et de bêtise qui a abouti à un renversement complet des choses. Un renversement dont l’université, les universitaires et le ministère devraient avoir profondément honte, mais auquel ils restent, semble-t-il, tout à fait indifférent : un micro d’un amphi universitaire français est offert à l’un des pires représentants de l’extrême droite en France, sans que cela ne suscite, dans la communauté universitaire niçoise et nationale, de protestations massives et, pire encore, en faisant passer les syndicats qui dénoncent cet état de fait pour de dangereux ennemis de la liberté dans les universités.

Cette mécanique fait froid dans le dos. Il importe néanmoins de ne pas perdre de vue un point central : le plus grave, dans toute cette affaire, ce n’est malheureusement pas que des étudiant·es d’extrême-droite usent de la « liberté d’information et d’expression à l’égard des problèmes politiques, économiques, sociaux et culturels dont disposent les étudiant·es sur les campus » — arrachée, rappelons-le, en 1968 et qui fut l’un des points de discussion les plus sensibles de la loi Faure — pour inviter un individu à discourir de sa haine des autres, de sa négation du savoir et de l’histoire et de son mépris pour l’université. Le plus grave dans cette affaire, et de très loin, c’est le positionnement de l’université elle-même, telle qu’elle s’est exprimée dans les prises de parole de plusieurs de ses représentants, en particulier son président, Jeanick Brisswalter, et son « Référent Éthique et intégrité scientifique », Yves Strickler.

Sous couvert d’une argumentation juridique pompeuse et facile autour des libertés, en effet, ces individus ont précisément contribué à ce que cette mécanique de haine et de bêtise puisse s’accomplir, jusqu’à aboutir à ce renversement complet des choses.

Reprenons les choses dans l’ordre :

  • Le président de l’université de Nice, on l’a dit, a pris la parole pour défendre solennellement la tenue de la conférence de Stanislas Rigault, aux motifs que :

« L’Université est un lieu d’échange où l’on n’interdit pas la liberté d’expression et il faut un débat contradictoire »,

avant d’estimer que :

« Le sujet de l’engagement des jeunes dans les partis politiques [Ndlr : qui est le sujet de la conférence de Stanislas Rigault] est d’intérêt à l’Université ».

C’est atterrant. Défendre la liberté est une chose honorable en soi. Mais la défendre en gardant par ailleurs un silence ostensible sur ce qui est fait de cette liberté en l’occurrence – pire même, en saluant la qualité du sujet traité dans cette conférence — ce n’est pas rester neutre, c’est faire, au contraire, un choix idéologique d’une portée considérable. C’est dénier absolument toute spécificité à l’accueil, dans une enceinte universitaire, d’un individu dont le discours — par son rapport au savoir et par la violence qui le traverse — est certes légalement possible, mais, au point de vue de l’éthique universitaire, très problématique. Ne rien dire, à aucun moment, des problèmes que soulève pour l’université le fait d’accueillir en son sein un individu qui, par son obscurantisme, est l’antithèse de l’université, sous le seul prétexte d’une liberté d’expression pure et infaillible, c’est une gigantesque faillite : une faillite non pas juridique, mais une faillite proprement universitaire.

En faisant ce qu’il fait, c’est-à-dire en considérant qu’il suffit d’en appeler à l’abstraction de la liberté d’expression pour ne rien trouver à redire à l’intervention de Stanislas Rigault dans un amphi, ce président Brisswalter n’est pas seulement l’allié objectif de l’extrême-droite. Il n’est pas à la hauteur de sa condition d’universitaire.

https://twitter.com/brisswalter/status/1629177208915763200?s=20

Tweet du président de l’université de Nice

Ce sentiment de honte à l’égard du comportement de ce collègue grandit encore à la lecture de l’ultime précision que Jeanick Brisswalter a jugée utile d’ajouter : interpellant sur Twitter la CGT Campus des Alpes-Maritimes, il a le bon goût de reprocher à ce syndicat de ne pas proposer de « contradicteur » à cette conférence avec Stanislas Rigault, alors que « ce sujet pourrait être abordé de façon contradictoire ».

Mais quelles sont les lectures de ce président et quelles sont ses références intellectuelles ? Ne sait-il donc rien du « démon de la symétrie », pour oser ressortir une énième variation de la vieille rengaine des Juifs et des Nazis qui, dans la grande arène de la liberté d’expression, pourraient être mis autour d’une table, échangeraient contradictoirement et régleraient ainsi les problèmes ? Ne sait-il donc rien de la fonction notoirement idéologique du discours qui consiste à aplatir la différence entre l’acceptable et l’inacceptable sous prétexte d’une symétrisation, d’une égalisation et d’une objectivisation qui naîtraient magiquement du jeu de la contradiction ? Comment, en fait, un collègue, certainement bon dans son domaine, peut-il sombrer dans des argumentations aussi grossières et caricaturales dès qu’il sort de sa spécialité ?

Juge au petit pied

Si elle n’était si grave, l’affaire deviendrait clownesque avec l’intervention du professeur de droit privé, par ailleurs « Référent Éthique et intégrité scientifique » de l’université de Nice, Yves Strickler.

Dans un « avis relatif à la conférence/débat organisée par le syndicat étudiant UNI à la faculté de droit le 9 mars 2023 avec pour invité M. Stanislas Rigault » du 28 février 2013 — que nous reproduisons intégralement dans ce billet tant il s’agit d’une pièce maîtresse de la perte, chez certain·es collègues, de tout repère — Yves Strickler disserte doctement, à la manière d’un·e étudiant·e de droit de deuxième année ayant reçu quelques rudiments de droit administratif.



Le professeur de droit privé pérore de la différence entre le régime préventif et le régime répressif de la liberté d’expression, pour en conclure qu’on ne saurait empêcher une conférence pour des propos qui, par définition, n’ont pas encore été tenus. Merci professeur, c’est du droit de haut niveau.

Clairement, le « Référent Éthique et intégrité scientifique » de l’université de Nice n’a pas très bien saisi le sens de sa fonction ou n’a pas voulu la comprendre : il se croit juge et dit le droit à la place du juge, pour mieux occulter le vrai sujet, celui pour lequel il était sollicité, à savoir la question de savoir si la venue d’un obscurantiste d’extrême droite à l’université, dont le rapport au savoir consiste essentiellement à le détruire, soulève des difficultés d’ordre éthique à résoudre. Faire le juge au moment où l’on a pour fonction de se prononcer sur une question relevant de l’éthique, ce n’est pas seulement tout confondre ; c’est surtout opérer, de manière particulièrement opportuniste, une banalisation magistrale de ce qui, précisément, ne devrait pas l’être, à savoir la venue de Stanislas Rigault dans un amphi.

Bref, comme toujours dès que les situations se tendent et que les positions s’exacerbent, certaines affaires agissent comme de formidables révélateurs. Et une fois encore, il apparaît qu’une partie des collègues qui exercent des fonctions au sein des universités ont perdu toute conscience du sens de l’université – et en particulier de la spécificité de gérer en universitaires une université, c’est-à-dire avec un minimum de réflexivité sur les pratiques.

À un moment où les manifestations d’extrême-droite se multiplient à l’université, des tags fascistes à Pau ou Poitiers aux coups de main à Lille ou aux attaques racistes d’étudiant·es — on doit désormais craindre que la décision du président de l’Université Côte d’Azur ne soit le signe que l’extrême droite a pénétré l’université en profondeur. Beaucoup plus profondément qu’on ne le dit généralement, c’est-à-dire très au-delà du syndicat UNI et de Stanislas Rigault.

Evacuation de la Sorbonne, 3 mai 1968. Archives AFP


Après la rédaction de ce billet, est parue une lettre ouverte du Directeur de l’Institut de la Paix et du Développement et de la Directrice du Laboratoire de droit international et européen de l’Université Côte d’Azur, que nous publions ici.

https://twitter.com/cgtcampus06/status/1633451153357668352?s=20


Sur Academia



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 8 mars). L’extrême droite à Université Côte d’Azur ou la faillite d’une présidence. Academia. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajdk

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.