À Saclay non plus, le distanciel n’est pas une option anti-grève…

Le 6 mars 2023, le Conseil académique de l’université Paris-Saclay — l’université de la ministre Retailleau et l’un des fers de lance des transformations morbides de l’enseignement supérieur et de la recherche — a adopté lundi 6 mars deux motions liées à la réforme des retraites, dont la seconde est particulièrement forte : non seulement le conseil académique de l’université Paris-Saclay soutient la lutte contre la réforme des retraites, mais en outre il appelle à « ne pas assurer d’enseignement lors des journées de mobilisation » et « à ne pas contrôler l’assiduité des étudiantes et des étudiants ».Il rappelle enfin que la bascule en distanciel pour cause de mouvement social est illégale.

  • Motion 1. Sur l’exercice des droits démocratiques des étudiant·es

Les grèves contre le projet de réforme des retraites du gouvernement étant très suivies, il est important qu’aucun·e étudiant·e ne soit pénalisé·e de quelque manière. Le Conseil académique de l’Université Paris-Saclay, réuni le 6 mars 2023 acte l’absence de contrôle d’assiduité les jours de grèves, ainsi que l’annulation ou le report des examens, des partiels et des contrôles continus sur ces mêmes jours de grève.
En effet, de nombreux étudiant.e.s utilisent les transports en commun pour se rendre en cours, et rencontrent sur ces journées des difficultés à venir en cours du fait de la mobilisation massive. En particulier, les étudiant·es boursier·es sont contrôlé·es sur l’assiduité et Il n’est pas juste qu’iels soient pénalisé·es par des absences ces jours-ci. Enfin, il ne faut pas empêcher les étudiant·es qui le voudraient d’exercer leurs droits démocratiques.

 

  • Motion 2. Contre la réforme retraites et contre le distanciel

Le Conseil académique de l’Université Paris-Saclay, réuni le 6 mars 2023 tient à affirmer son opposition au projet de loi de réforme des retraites présenté le 10 janvier par le gouvernement. En effet, cette réforme qui prévoit le recul de l’âge légal de départ à 64 ans et l’allongement de la durée de cotisation à 43 annuités lui paraît non seulement injuste mais aussi inutile d’un point de vue financier, comme le confirme le rapport du Conseil d’Orientation des Retraites. Le Conseil Académique soutient le mouvement contre cette réforme et invite les personnels enseignants à ne pas contrôler l’assiduité des étudiantes et des étudiants et à ne pas assurer d’enseignement lors des journées de mobilisation. En outre, le Conseil académique rappelle que le distanciel est une forme très dégradée d’enseignement et qu’aucune base juridique ou réglementaire ne permet d’y avoir recours à l’occasion de mouvements sociaux.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
L'équipe des rédacteurs d'Academia (7 mars 2023). À Saclay non plus, le distanciel n’est pas une option anti-grève… Academia. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajdg


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.