Islamophobie à l’Inspé Paris ! STOP !

Communiqué de la CGT Sorbonne, 3 mars 2023

En janvier dernier, un article paru dans la presse a fait grand bruit à l’Inspé Paris. Il était intitulé « INFO BLAST : Comment l’islamophobie est enseignée aux futurs profs » et mettait les pieds dans le plat.

Il mettait en évidence le contenu problématique d’un cours sur la laïcité à destination des master MEEF (métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation). Les propos tenus étaient dignes d’Éric Zemmour et ont à juste titre choqué nombre d’étudiant-e-s. Voici la conclusion écrite de la formation de ce cours : «La neutralité en matière religieuse ne signifie pas égalité de traitement entre les religions. […] Une fois posés les objectifs politiques et les idéaux de vie en société, il apparaît que certaines religions entravent plus ou moins l’action politique ou menacent plus que d’autres le corps social », précise le texte qui devient de plus en plus explicite : « si certaines religions sont plus dangereuses que d’autres, il n’y a aucune raison que l’État s’en tienne à une sorte d’égalité de traitement ». Cette sous-partie d’un cours sur l’enseignement de la laïcité ne fait aucun doute sur la religion ciblée :

« Si l’objectif est la préservation d’un art de vivre traditionnel et le maintien d’une certaine conception des rapports homme-femme, l’Islam, qui est une religion non traditionnelle en terre française, devra être combattu (sic) plus que le catholicisme »

Depuis plusieurs années, nous savions qu’il y avait des problèmes dans la commission laïcité qui avait déjà invité des islamophobes notoires lors de journées de formation des formatrices et formateurs. En 2017, une intersyndicale 75 CGT, CFDT, Sud avait déjà dénoncé cela.

Institut national supérieur du professorat et de l’éducation (INSPÉ), 1 0 rue Molitor (Paris, 16e). Détail du fronton. Credit: Polymagou – CC-BY-SA

L’an dernier, sans aucune explication, le directeur de l’Inspé de paris participait au fameux meeting « antiwoke » à la Sorbonne aux côté de Blanquer et de figures bien connues de l’extrême droite. Plusieurs syndicats, dont la CGT et Sud avaient dénoncé ce pseudo colloque qui servait de tribune pour renforcer une fois de plus l’islamophobie.

Cette année, cela a été la goutte qui a fait déborder le vase. Suite à l’article de Blast paru le 11 janvier, l’intersyndicale de l’Inspé (CGT, FSU, FO, CFDT, Sud) s’est adressée à la présidente de l’Université. Nous avons tous demandé que le responsable de la commission laïcité de l’Inspé soit au moins suspendu de cette mission, ce que la présidente demandait au directeur de l’Inspé quelques jours plus tard. Nous avons appris à cette occasion que le ministère de l’enseignement supérieur missionnait une enquête de l’IGESR. Une enquête sérieuse de l’IGESR a été menée durant 3 semaines en février, auditionnant de nombreuses personnes, dont les syndicats du personnel et les représentants des étudiant-e-s.

Une députée, Andrée Taurinya, ancienne enseignante de Lettres, a également interpellé le ministère de l’ESR et celui de l’éducation nationale en soulignant la gravité de ce qui s’était passé à l’Inspé. En effet,

« de tels propos dépassent largement le cadre du principe d’indépendance des enseignants-chercheurs disposant d’une libre expression dans l’exercice de leurs fonctions et activités de recherche. Ceux-ci peuvent très bien tomber sous le coup de la loi pénale, précisément de l’article 24 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse. En effet, un tel discours diffusé dans un établissement public d’enseignement supérieur provoque à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’un groupe de personnes à raison de leur appartenance à une religion déterminée, ici, la religion musulmane. ».

Cette députée a également reçu une délégation de l’intersyndicale de l’Inspé et doit nous tenir au courant des résultats de l’enquête de l’IGESR. Il n’est pas acceptable que de tels propos soient tenus à l’université, encore moins dans la formation des futurs enseignant·es, celles et ceux qui sont ensuite censé-e-s parler de laïcité aux jeunes.

Nous espérons que cet épisode, dont nous nous serions bien passé, va permettre de remettre les choses en place. La laïcité n’a rien à voir avec une discrimination d’une religion et de la stigmatisation d’une communauté. La véritable laïcité, c’est la séparation complète de l’église et de l’état, la neutralité vis-à-vis des religions et la liberté de culte. Ne tombons pas dans le piège du conflit de civilisation et de religion. Plus que jamais, c’est le racisme qui doit être combattu.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.