Fèves pédagogiques

Ecole [une salle de classe au travail, 16-10-12] : [photographie de presse] / [Agence Rol] (Gallica)

Pendant le mois de décembre, la plateforme Twitter bruisse de « calendriers de l’Avent » : utilisateurs et utilisatrices offrent leurs recommandations de lecture (scientifiques ou non) au rythme d’un tweet par jour. En cette fin de semestre universitaire, j’ai proposé 24 petites idées pédagogiques tirées de mon expérience à l’université depuis six ans. Ces idées n’ont pas vocation à composer un « manuel », puisqu’elles reposent largement sur des apprentissages empiriques auprès des étudiants et étudiantes ; j’ai néanmoins pensé que cela pouvait nous aider, collectivement, à réfléchir à nos pratiques pédagogiques ou encore aiguiller les nouveaux arrivants. Je partage donc ici, à l’invitation de Christelle Rabier, les 24 tweets de ce mois de décembre.

 

1 – L’importance d’avoir une routine pour accueillir les étudiants au début d’une séance / une formule, une manière de saluer, une position dans la salle. Ainsi tout le monde sait que l’on va commencer 😊

2 – Réfléchir en amont aux « routines » qu’on veut donner aux étudiants dans notre cours est utile : par quels jalons la séance doit-elle toujours passer ? C’est comme un mode d’emploi qui leur donne des réflexes et fluidifie l’enchaînement des activités.

3 – Essayer de faire un raccord avec la séance précédente, même super rapide : On a vu ceci, on va voir cela – est ce que tout était clair la dernière fois ?

4 – En donnant un exercice ou une consigne, la reformuler (1,2,3 fois…) puis demander à un étudiant de la reformuler devant les autres avec ses mots 😊

5 – Quand une activité est complexe, la découper en plein de petits morceaux et les faire passer par le filtre de la validation professorale à chaque étape (ce qui évite les écueils de l’autonomie : l’errance)

6 – En cas de grande fâcherie individuelle (un étudiant qu’il fallait engueuler un peu), réintégrer très vite la personne incriminée dans le groupe (en l’interrogeant, en s’adressant à elle normalement), pour faire comprendre que c’est passé.

6* – (Vaut aussi en cas d’engueulade collective – pour réinstaller une bonne ambiance de travail c’est mieux de faire redescendre rapidement la pression)

7 – Trouver un moyen de marquer une attention personnelle à chaque étudiant au long du semestre (retenir une habitude, s’enquérir d’un permis de conduire, d’une convalescence) Cela permet de faire connaissance et les empêche de penser qu’ils sont noyés dans la masse

7* – Cela peut paraître évident mais parfois cela demande un peu de volontarisme (étudiants super discrets, grand nombre d’étudiants…)

8 – Quand on donne une règle de jeu, ne jamais la changer en cours de route – Où alors expliquer pourquoi (par exemple sur l’évaluation)

9 – Doser l’humour : l’humour détend, mais l’humour disperse aussi ! (En commentaires qui peuvent durer plusieurs minutes 😊) (en TD et en amphi)

10 – A propos de rythme justement : alterner des moments d’intense concentration avec des activités plus légères (Faire 3h de méthode à toute blinde = mauvaise idée)

11 – Dans l’animation collective, faire en sorte que la discussion ne soit pas centrée sur le prof : faire répondre les camarades aux questions posées par les camarades (toujours tendance à faire questions et réponses, j’y travaille !!)

11* – (Parce que cela permet de bâtir un groupe et non 35 liens individuels avec le prof – aussi parce que cela valorise la discussion collective + aide à vérifier la compréhension générale)

12 – Leur laisser le TEMPS de faire ce qui est prévu. Quand on annonce 15min, on s’y tient (dur dur la tentation de leur donner les réponses pour aller plus vite)

13 – Parler avec eux/elles de ce qu’on fait, de pourquoi on le fait – leur demander des retours sur leurs préférences, expliciter les choix pédagogiques (permet de pointer des éléments qu’on n’avait pas vu, et favorise l’adhésion aux activités proposées…)

13* – (C’est tout bête mais en histoire : expliquer que faire du commentaire de documents, c’est apprendre le geste de l’historien/ne. Pas évident du tout pour eux/elles en licence. Donner du sens à l’exercice)

14 – Se promener dans l’espace tout le temps même quand ils travaillent en autonomie : cela signale une disponibilité (et fait ressembler à une abeille certes)

14* – à ce propos je demande systématique à lire ce qu’ils font quand on travaille l’écrit ; après 2/3 feuilles relues les autres demandent spontanément 😊

15 – Donner le maximum de structures : des plans, même pour des reprises d’exposés, surtout en licence ; une liste de questions auxquelles répondre en écoutant les productions des autres

15* – Et que les titres soient « parlants » :  avec les mots clefs. De cette façon quand ils se repassent le plan en tête ils ne peuvent oublier l’essentiel.

16 – Se mettre d’accord collectivement sur certaines règles permet de les faire mieux respecter (le téléphone, les bavardages)

17 – En cas de tension perceptible dans la classe (cela peut arriver pour des tas de raisons) : respirer un grand coup, tout remettre à plat en leur faisant dire leurs reproches, reconnaître et s’excuser quand il le faut, trouver un terrain d’entente

17* – (Raisons de tension : une consigne peu claire/mal exprimée-comprise/ un sentiment de surcharge de travail lié a un contexte qui nous est inconnu /une remarque anodine mal comprise, etc.)

17** – (Un horaire tardif difficile, des créneaux horaires qui changent trop, un manque d’info, le sentiment d’être une variable d’ajustement de l’emploi du temps du prof – toutes crispations légitimes et désamorçables en parlant)

18 – (Celui-ci est difficile et me demande un travail constant) Ne pas prendre une marque de désintérêt pour la matière enseignée comme une attaque personnelle. Les étudiants ont leurs goûts, intérêts, leur trajectoire et agissent en fonction. Rien ne sert de tout ramener à soi.

18* – De façon générale une attitude agressive ou sur la défensive ne fera que durcir les relations. Pour moi enseigner c’est apprendre à mettre souvent son orgueil de côté…

19 – Identifier les petits « trucs » qui aident à faire cours quand on est très fatigué. En amphi cela peut être regarder beaucoup les étudiants qui sont toujours attentifs, en TD s’appuyer sur les « locomotives ». Avoir une sorte de scénario de cours tout prêt un peu moins exigeant

19* – Par exemple : un cours avec beaucoup d’exercices d’écriture ou d’activités silencieuses (perso quand je suis fatiguée le bruit m’irrite). Aussi : dire aux étudiants que, ce jour-là, on est crevée – les aide à décoder notre comportement.

20 – Cibler les contenus incontournables qu’on veut qu’ils/elles retiennent (se faire une liste) et se débrouiller pour les mentionner tout le temps

20* – Par exemple sur le cours de ce semestre, libéral/démocrate – suffrage censitaire/universel, etc. J’ai posé des questions à ce sujet à chaque cours 😊 (répétition = imprégnation)

21 – Parler un peu de soi de temps à autre ; c’est aussi une forme de générosité qui aide à installer le dialogue (Entendons-nous : il ne s’agit pas de blablater et d’utiliser sa classe comme psy – mais de laisser voir parfois ses goûts/intérêts)

22 – Trouver un juste milieu entre travaux collectifs et individuels. Il y a des étudiants qui détestent vraiment travailler en groupe (exposés, activités). Pour que le cours ne soit pas un cauchemar pour eux, alterner les types d’activités et laisser des choix

22* – (C’est un bon exemple du dosage entre contrainte et liberté en classe : travailler en groupe est nécessaire pour des raisons pratiques/logistiques, acquérir des compétences, faire connaissance avec les autres, même si on n’aime pas… donc forcer un peu, mais pas tout le temps)

23 – Ne jamais laisser quelqu’un en situation difficile devant tout le monde. Exemple de l’exposé qui ne va pas du tout, de l’étudiant(e) qui panique… reprendre avec un jeu de questions/réponses en réintégrant la classe pour casser le stress de la présentation.

23* – (de même quelqu’un qui « lit » son exposé : interrompre, demander à ce que ce soit raconté spontanément, en rassurant l’étudiant sur le fait qu’il connaît son sujet… douloureux sur le moment mais très profitable sur le long terme)

24 – Le travail sur la pédagogie n’est jamais fini. Lire, se renseigner, regarder les ressources en ligne, surtout beaucoup échanger avec les collègues sur leurs expériences ; essayer d’être réflexif sur sa pratique d’enseignement 😊


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.