Concertation territoriale en Île-de-France, par Sap1 

Conseil national de la refondation (CNR) jeunesse, concertation sur la réforme des bourses, dialogue territorial… La vie étudiante fait actuellement l’objet de multiples travaux. C’est dans ce contexte que les élu·es de l’Alternative Paris 1 (SAP1) ont participé le mardi 14 février 2023 à la conférence territoriale de la vie étudiante en Ile-de-France (IDF) organisée par la région académique IDF, qui a réuni près d’une centaine d’acteurs et d’actrices de la vie étudiante francilienne : des membres de la préfecture, de la ville de Paris, des collectivités territoriales, des universités, des étudiant-es, etc.

Deux thèmes sont régulièrement revenus dans les échanges : le logement, et dans une moindre mesure, le transport1.

Tous ont convenu qu’en IDF il est particulièrement difficile et coûteux pour les étudiant-es de se loger : le logement, qui constitue de loin leur premier poste de dépense, pèse dangereusement sur leur budget. Nous nous réjouissons  que toutes les parties prenantes aient pris la mesure du problème. Plusieurs pistes ont été évoquées comme la densification du parc de logement étudiant ou la mobilisation du foncier public pour y construire de nouveaux logements étudiants. Pour la plupart des intervenants la question est surtout de savoir comment mieux faire ce qui n’est déjà pas encore fait. Ce sont des idées, des promesses. On conclut que tel acteur pourrait travailler avec tel autre pour construire plus de logements, ou que si on construisait tel bâtiment ce serait mieux. Mais rien des problèmes concrets des étudiant·es n’est posé sur la table et aucune véritable solution n’est apportée, pas de propositions nouvelles en tout cas.

Il y a urgence !

Mais regardons les choses en face : il s’agit de solutions à moyen et long termes, alors qu’il y a urgence ! Aujourd’hui, un étudiant sur trois ne mange pas à sa faim et avec l’inflation qui sévit actuellement, cette situation risque encore de s’aggraver ! Peut-on étudier le ventre vide ?

  • Pour commencer, saisissons nous du problème du parc privé : bloquons les prix, réduisons le taux de logements vacants et augmentons les APL de 20%.
  • Deuxième solution : rendons les transports publics gratuits pour les étudiant-es ! Le forfait Imagine R Étudiant représente un coût de 350 euros par an pour les étudiant-es, un coût considérable, et ce forfait augmente à la rentrée 2023-2024 avec une hausse de +6,5%. Valérie Pécresse, présente de la région et d’IDF Mobilité, ancienne ministre de l’ESR, connaisseuse de la situation des étudiant-es ne s’y est pas opposée.
  • Enfin, réformons le système des bourses : révisons les critères d’attribution pour élargir le nombre de bénéficiaires et revalorisons le montant des bourses de façon à ce qu’aucun-e étudiant-e ne vive sous le seuil de pauvreté. Tout le monde sait que cette réforme, plusieurs fois repoussée, est très attendue des étudiant-es.

Dès l’ouverture de cette conférence territoriale sur la vie étudiante en IDF, Jean-Michel Jolion, délégué ministériel chargé de la concertation nationale sur la réforme des bourses, a d’ailleurs pris les devants en prévenant les participant-es « qu’aucune annonce concernant de potentielles mesures ne serait effectuée aujourd’hui » !

Au cours de cette conférence, le salariat étudiant a aussi été présenté comme une solution à la précarité étudiante. Nous souhaitons vivement nous élever contre cette idée : toutes les études s’accordent pour montrer que le travail étudiant nuit aux études (redoublement, abandon,etc). En effet, un·e étudiant·e salarié·e a un risque sur deux de ne pas réussir son année. il faut le dire et le répéter : le travail étudiant est presque toujours subi, les étudiant·es salarié·es sont des étudiant·es qui n’ont pas la chance de pouvoir être aidé·es par leur famille et qui n’ont pas obtenu de bourses ou dont la bourse est insuffisante pour vivre !

À l’issue de cette conférence, nous sommes inquiets.

Sur le fond d’abord : peut-on encore parler des étudiant-es ou des jeunes en général ? De la vie étudiante en général ? Il existe tant de disparités de situations et de parcours ! Nous estimons que la réflexion sur la vie étudiante est partie intégrante de la réflexion sur notre système d’enseignement supérieur, et que les étudiant·es des universités ont pâti d’une mise au banc des universités ces dernières années caractérisée par une réduction des moyens alloués. Aujourd’hui, nous voyons bien que les universités sont sommées de changer radicalement de modèle pour épouser les valeurs d’un gouvernement libéral : partenariat public/privé avec mise en avant de certaines disciplines au détriment d’autres, hausse des frais d’inscription, sélection accrue, etc.

Gagner du temps ou en perdre encore ?

Nous nous interrogeons également sur la forme des travaux menés actuellement : le gouvernement serait-il en train de chercher à gagner du temps ? Craint-il que ses réformes, notamment sur les bourses et le SNU, entraînent des résistances qui pourraient être dangereuses au moment même où la mobilisation sur la réforme des retraites s’amplifie ? Applique-t-il une nouvelle fois sa méthode qui consiste à organiser des débats pour ensuite imposer une copie ficelée bien en amont ? La parole des étudiants est-elle écoutée ou simplement mise en avant pour servir l’image d’un gouvernement désintéressé ?

Bandeau : Maison du Brésil, Cité universitaire, Paris, par les architectes Le Corbusier et Lucio Costa. Crédit: Paula Soler-Moya, 2011

  1. Ces thèmes n’avaient malheureusement pas été retenus pour les tables-rondes, lesquelles portaient sur les acteurs de la vie étudiante, la précarité et les campus de demain. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
L'équipe des rédacteurs d'Academia (3 mars 2023). Concertation territoriale en Île-de-France, par Sap1 . Academia. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajd4


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.