Wiki 21 : quelques statistiques sur le recrutement en histoire ancienne (2013-2022, 21e section)

  • par Alexandre Vlamos, docteur en histoire ancienne, ATER- Université de Lille

Alors que la campagne de recrutement 2023 débute, j’ai voulu réaliser quelques statistiques sur les recruté·e·s aux postes de MCF en histoire ancienne dans les dix dernières campagnes, soit depuis que le suivi des recrutements existe sur le blog de l’AFHé. Les informations ont ensuite été tirées des pages académiques des personnes recrutées, qui se trouvent parfois incomplètes sur tel ou tel point.

Le champ de l’étude concerne les personnes recrutées en 21e section en histoire ancienne aux postes de MCF, sous les intitulés de poste « histoire grecque », « histoire romaine » et « histoire ancienne ». Au sein de la 21e section, j’ai donc exclu l’époque médiévale ainsi que l’archéologie et histoire de l’art, qui ne relèvent pas exactement des mêmes pratiques ni des mêmes enseignements, même s’il a parfois des similitudes dans les profils (agrégation de lettres classiques, écoles françaises à l’étranger…). Certains postes sont toutefois intitulés « Histoire et archéologie des mondes anciens / de la Grèce etc. » : je les ai inclus dans l’analyse.

Évolution du nombre de postes

47 postes ont été pourvus dans les dix dernières campagnes. Le nombre de postes offerts au recrutement est resté sensiblement stable, entre 3 et 5 chaque année avec une moyenne à 4,7 postes/ an, à part l’année 2013 (9 postes) et 2021 (7 postes). L’année 2013 est la dernière année « ancien régime » du point de vue du nombre de postes offerts en 21e section avant une chute importante : selon le document du CPESR rédigé par J. Gogssa et F. Figon, 25 postes étaient mis au recrutement en 2009 pour l’ensemble de la 21e section, 12 seulement en 2020.

Selon ce même document, la tension sur les postes (nombre de candidats par poste ouvert au concours) est passé de 10 à 23 pour la 21e section.

L’année 2023 est dans la moyenne, avec 5 postes d’histoire ancienne.

Distribution hommes / femmes des recruté·e·s

 Sur les 47 personnes recrutées, on trouve 25 hommes (53%) et 22 femmes (47%), un recrutement presque égalitaire, mais à relativiser si l’on exclut l’année 2013 particulière (9 femmes recrutées pour 9 postes).

En dehors de cette campagne, le nombre de femmes recrutées n’a dépassé celui des hommes que deux fois (en 2020 et en 2022) et a plusieurs fois été nul (2015, 2016, 2019) tandis que celui des hommes a été relativement constant.

Établissement de préparation de la thèse

En ce qui concerne les établissements où les personnes recrutées ont préparé leur thèse, les établissements parisiens sont presque majoritaires (20/47 soit 43%, 23/47 soit presque la moitié pour les établissements franciliens).

Tableau 1 Établissement de préparation de la thèse

Parmi eux, l’université Panthéon Sorbonne se taille la part du lion (10/47). Le recrutement est peu ouvert aux étrangers, avec un seul recruté. Presque le cinquième des thèses a été fait en cotutelle (10/47), avec un établissement en France (6/10) ou à l’étranger (4/10), généralement en Italie.

9 personnes recrutées sur les 47 l’ont été dans l’université où ils/elles ont préparé leur thèse, soit 1/5e.

Temps d’attente entre la soutenance et le recrutement

Les recruté·e·s ont dû attendre en moyenne 3,8 ans entre leur soutenance et leur recrutement, avec une médiane à 3 ans. Le minimum est un an, le maximum 10 ans.

La durée d’attente se situe en général entre 1 et 7 ans, avec près d’1/5e des recruté·e·s qui l’ont été l’année qui a suivi leur soutenance. On remarque une nette distinction entre la période 2013-2019 où l’on était recruté·e entre 2 et 4 ans après sa thèse et 2020-2022 où la durée moyenne passe à plus de 5 ans. Il faut considérer le faible échantillon à chaque fois, ce qui fait que le recrutement d’une personne à +10 en 2021 et +9 en 2020 et 2022 a fait grimper la moyenne. Avant 2020, l’attente maximum était de 7 ans.

En revanche, on ne recrute presque plus de personne un an après sa soutenance en 2019 (avec une exception en 2022), alors que c’était régulièrement le cas entre 2013 et 2018.

Une autre explication peut se trouver dans le changement de pratiques des écoles françaises à l’étrangers. Sur les 47 recrutées, 14 sont passés par une ÉFÉ, soit 30% : 7 par l’École française de Rome, 4 par l’École française d’Athènes et 3 par la Casa de Velásquez. Pour ces recruté·e·s, la moyenne entre la soutenance et le recrutement est de 3,8 ans, mais de 2,7 ans pour la période 2013-2020. Le changement de politique de recrutements des membres a dû jouer, en passant d’un recrutement permettant au membre de finir sa thèse à un recrutement postdoctoral, ce qui a allongé la durée de recrutement, mais la quasi-totalité des anciens membres recrutés a obtenu un poste à la fin de son séjour à l’étranger.

On peut ainsi considérer que la diminution du nombre de postes offert au concours (de près de la moitié) a eu comme conséquence non seulement l’allongement de la durée entre la soutenance et le recrutement (en moyenne 4 ans) mais aussi la quasi disparition du recrutement un an après la soutenance.

Place centrale des concours du secondaire

En histoire ancienne, il est quasi de règle d’être titulaire d’un concours du secondaire, de préférence l’agrégation. Sur les 47 personnes recrutées, 41 ont un concours de ce type – et c’est un minimum, l’information n’est parfois pas disponible. Seuls deux recruté·e·s sont titulaires du CAPES, 39 sont agrégé·e·s.

La majorité est certifié·e·s ou agrégé·e·s d’histoire (30/40 dont le concours est connu), tandis que le recrutement en histoire grecque accorde une place privilégiée aux agrégés de lettres classiques (10 agrégés de lettres classiques, un recruté en histoire romaine, 9 en histoire grecque).

Pour les 32 cas où l’on peut connaître également l’année de l’obtention du concours, l’écart entre le concours et le recrutement est en moyenne de 8,2 ans, avec un minimum de 4 ans et un maximum de 14 ans. Deux personnes recrutées ont obtenu leur concours après la thèse.

Publication de la thèse

Avoir sa thèse publiée au moment du recrutement n’est pas obligatoire. Sur les 47 recruté·e·s, 20 au total ont publié leur thèse en livre. 1/5e d’entre eux/elles avait sa thèse soit déjà publiée au moment du recrutement (4) soit publiée l’année du recrutement et donc annoncée lors de l’audition (5).


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
L'équipe des rédacteurs d'Academia (26 février 2023). Wiki 21 : quelques statistiques sur le recrutement en histoire ancienne (2013-2022, 21e section). Academia. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajct


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.