Guerre en Ukraine : un an d’abandon des étudiant·es d’États tiers

Le triste anniversaire de l’offensive russe contre l’Ukraine est l’occasion de tirer le bilan des conséquences terribles pour les habitant·es. Parmi elleux, les étudiant·es non-ukrainien·nes, des “États tiers”, ont vu leurs conditions d’existence doublement menacées : par la guerre d’une part, par l’absence de politique d’accueil à leur endroit en Europe. Revue de presse.

https://unsplash.com/fr/photos/X8e1CZWkCIU

Crédit: Ben Masora sur Unsplash, 2022

Extrait. Si certains pays du continent, comme le Maroc, ont rapatrié leurs ressortissants dès le début de l’invasion russe, des centaines d’Algériens, Camerounais, Ivoiriens ou Guinéens sont restés en Europe. Un millier d’entre eux ont transité par la France, seule la moitié y serait restée. « Face aux nombreuses difficultés rencontrées en France, une bonne partie de ces étudiants ont tenté leur chance dans les pays voisins comme le Portugal, qui n’a pas opéré de tri entre déplacés » explique Abdelaziz Moundé, président de l’association La Maison des Camerounais.



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 25 février). Guerre en Ukraine : un an d’abandon des étudiant·es d’États tiers. Academia. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajcr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.