Manquements à l’intégrité scientifique : lettre ouverte à Antoine Petit

Nécessité d’une réponse transparente et robuste en cas de découverte de manquements à l’intégrité scientifique

  • Lettre signée par 17 chercheuses et chercheurs initialement publiée sur le blog de Dorothy Bishop, Professor of Developmental Neuropsychology (Emeritus), University of Oxford

Cette lettre ouverte fait suite à un article du Monde concernant une enquête sur une faute professionnelle présumée dans un laboratoire de chimie du CNRS-Université Sorbonne Paris Nord et le rapport ultérieur du CNRS sur cette affaire. Les signataires sont des personnes de différentes institutions qui se sont impliquées à divers titres dans des enquêtes sur des manquements à l’intégrité scientifique dans différentes disciplines, toutes préoccupées par le fait que la même histoire se répète encore et encore lorsque quelqu’un identifie des preuves non ambigües de manipulation de données.  La réponse des institutions, des éditeurs et des agences de financement de la recherche est généralement lente, opaque et inadéquate, et penche en faveur de l’accusé, sans se soucier de l’impact sur les utilisateurs de la recherche, tout en plaçant les lanceurs d’alerte dans une position difficile.

Les faits dans cette affaire sont clairs. Il a été démontré que plus de 20 articles scientifiques provenant du laboratoire d’une directrice d’équipe contenaient des graphiques et des images de microscopie électronique recyclés et trafiqués. En d’autres termes, les résultats de différentes expériences qui devraient avoir des résultats distincts sont illustrés par des figures identiques, avec des modifications apportées aux légendes des axes en copiant et collant des chiffres par-dessus les chiffres précédents.

Tout le monde est faillible, et aucun chercheur ne devrait être accusé de faute professionnelle lorsque des erreurs sont commises de bonne foi. Nous devons également être conscients de la possibilité d’accusations malhonnêtes proférées par intérêt personnel. Cependant, il arrive un moment où un enchaînement répété d’erreurs pendant une période prolongée interdit toute explication innocente. Ce point est certainement atteint ici : les données problématiques sont bien documentées dans un certain nombre de commentaires PubPeer sur les articles (voir les liens dans l’annexe 1).

La réponse du CNRS à ce cas, comme l’explique son rapport (voir annexe 2), a été de demander la correction plutôt que la rétractation de ce qui a été décrit comme des “erreurs et manquements aux règles usuelles de publication”, d’accepter la version de la chercheuse selon laquelle il n’y avait pas d’intentionnalité, malgré la preuve évidente d’une quantité remarquable de manipulations et de réutilisations des figures ; une sanction disciplinaire d’exclusion des fonctions a été imposée pour un mois seulement.

Que doit-il donc se passer lorsque l’on soupçonne une fraude? 

Nous proposons qu’une enquête soit menée rapidement et que tous les résultats soient communiqués de manière transparente. En cas d’erreurs graves dans les publications, les articles devraient être immédiatement rétractés, tout financement de la recherche utilisé pour des recherches frauduleuses devrait être restitué aux agences de financement et la personne responsable de la fraude ne devrait pas être autorisée à diriger un laboratoire de recherche ou à encadrer des étudiants. Le lanceur d’alerte doit être protégé contre toute représailles.

En pratique, cela arrive rarement. Au lieu de cela, nous voyons généralement, comme dans ce cas, des enquêtes prolongées et secrètes par des institutions, des revues et/ou des agences de financement de la recherche. Il y a une forte tendance à minimiser la gravité des fautes professionnelles et à recommander que les travaux publiés soient « corrigés » plutôt que retirés.

On peut comprendre ces tendances. Premièrement, toutes les personnes concernées hésitent à croire que les chercheurs sont malhonnêtes et sont plus disposées à imaginer que les soupçons ont été exagérés. Il est facile de se débarrasser des lanceurs d’alerte en supposant qu’ils se font des illusions, sont trop zélés, ou encore jaloux du succès d’autrui. Deuxièmement, il y a une inquiétude quant au risque pour la réputation d’une institution si des rapports révélant des pratiques de recherche frauduleuse sont rendus publics. Et troisièmement, il existe un risque réel d’action judiciaire de la part de ceux qui sont accusés de manipulation de données. Ainsi, dans la pratique, l’inconduite en recherche a tendance à être minimisée. Cependant, cette incapacité à agir efficacement a de lourdes conséquences :

  1. Elle donne de la crédibilité aux résultats fictifs, ralentissant les progrès de la science en encourageant les autres à suivre de fausses pistes. Cela peut être particulièrement dommageable pour les jeunes chercheurs qui peuvent perdre des années à essayer de s’appuyer sur des découvertes inventées. Et à l’ère du big data, où les résultats dans des domaines tels que la génétique et la pharmacologie sont collectés automatiquement pour contribuer à des bases de données de connaissances, ces erreurs polluent ces bases de données dont nous dépendons.
  2. Lorsque la recherche a un potentiel d’application clinique ou commerciale, il peut y avoir des dommages directs pour les patients ou les entreprises.
  3. Cela permet à ceux qui sont prêts à tricher de rivaliser avec d’autres scientifiques pour gagner en influence, et ainsi contribuer à de nouvelles inconduites, tout en réduisant les perspectives de carrière des scientifiques honnêtes qui obtiennent des résultats moins spectaculaires.
  4. Cette incapacité est particulièrement destructrice lorsque la manipulation des données implique le (ou la) responsable d’une équipe de recherche. Cela crée de sombres dilemmes pour les scientifiques honnêtes en début de carrière travaillant dans le laboratoire où des inconduites se produisent – ils ont généralement le choix entre nuire à leurs perspectives de carrière en signalant la fraude – ou quitter la recherche scientifique. Ceux qui sont intègres sont ainsi exclus de la communauté des chercheurs actifs. Ceux qui restent sont ceux qui sont prêts à négliger l’intégrité en échange d’une sécurité de carrière. Le CNRS a pour mission de soutenir la formation à la recherche : on voit mal comment y parvenir si les stagiaires sont placés dans un laboratoire où se produisent des fautes.
  5. Elle gaspille l’argent public des financements de recherche.
  6. Elle nuit à la confiance du public dans la science et à la confiance entre les scientifiques.
  7. Elle porte atteinte à la réputation des institutions, des agences de financement, des revues et des éditeurs associés au travail frauduleux.
  8. Les lanceurs d’alerte, qui devraient être félicités par leur institution pour avoir agi correctement, sont souvent mis dans une situation où on leur fait sentir qu’ils trahissent leur camp en attirant l’attention sur quelque chose de désagréable. Ils sont exposés à un risque élevé de détérioration de leur carrière et de stress, et sans protection adéquate de leur institution, ils peuvent être exposés à un risque juridique. Certaines institutions ont des codes de conduite où le fait de ne pas signaler des faits qui suggèrent un manquement à l’intégrité scientifique est lui-même considéré comme une inconduite, mais la motivation à adhérer à ce code sera faible si l’institution est connue pour balayer ces rapports sous le tapis.

Le but de cette lettre n’est pas de revenir sur les raisons et les torts de ce cas spécifique ou de promouvoir une campagne contre la chercheuse impliquée. Nous utilisons plutôt ce cas pour illustrer ce que nous considérons comme un malaise institutionnel répandu dans les organisations scientifiques. Nous écrivons au CNRS pour exprimer notre frustration face à sa réponse inadéquate dans cette affaire, et pour lui demander de revoir ses procédures disciplinaires et d’adopter un processus plus solide, rapide et transparent qui traite la manipulation des données avec le sérieux qu’elle mérite et réponde aux besoins non seulement de ses chercheurs, mais aussi des autres scientifiques, et de la collectivité qui finance la recherche.

Signatures

  • Dorothy Bishop, FRS, FBA, FMedSci, Professor of Developmental Neuropsychology (Emeritus), University of Oxford, UK.
  • Patricia Murray, Professor of Stem Cell Biology and Regenerative Medicine, University of Liverpool, UK.
  • Elisabeth Bik, PhD, Science Integrity Consultant
  • Florian Naudet, Professor of Therapeutics, Université de Rennes and Institut Universitaire de France, Paris
  • David Vaux, AO FAA, FAHMS, Honorary Fellow WEHI, & Emeritus Professor University of Melbourne, Australia
  • David A. Sanders, Department of Biological Sciences, Purdue University, USA.
  • Ben W. Mol, Professor of Obstetrics and Gynecology, Melbourne, Australia
  • Timothy D. Clark, PhD, School of Life & Environmental Sciences, Deakin University, Geelong, Australia
  • David Robert Grimes, PhD, School of Medicine, Trinity College Dublin, Ireland
  • Fredrik Jutfelt, Professor of Animal Physiology, Norwegian University of Science and Technology, Trondheim, Norway
  • Nicholas J. L. Brown, PhD, Linnaeus University, Sweden
  • Dominique Roche, Marie Skłodowska-Curie Global FellowD, Institut de biologie, Université de Neuchâtel, Switzerland
  • Lex M. Bouter, Professor Emeritus of Methodology and Integrity, Amsterdam University Medical Center and Vrije Universiteit, Amsterdam, The Netherlands
  • Josefin Sundin, PhD, Department of Aquatic Resources, Swedish University of Agricultural Sciences, Sweden
  • Nick Wise, PhD, Engineering Department, University of Cambridge, UK
  • Guillaume Cabanac, Professor of Computer Science, Université Toulouse 3 – Paul Sabatier and Institut Universitaire de France
  • Iain Chalmers, DSc, MD, FRCPE, Centre for Evidence-Based Medicine, University of Oxford.

Annexe



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 23 février). Manquements à l’intégrité scientifique : lettre ouverte à Antoine Petit. Academia. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajcl

Une réflexion sur « Manquements à l’intégrité scientifique : lettre ouverte à Antoine Petit »

  1. Bonjour
    D’abord j’exprime mon respect à votre courage ainsi qu’à votre style d’écriture de cette lettre qui se base sur la neutralité, la politesse et le respect. Je vous supporte. Je me rejoins à vous, pour se motiver ensemble à faire le point sur plusieurs pratiques universitaire dans le monde entier. La course vers la publication, l’égo qui stimule le chercheur pour embellir son image sur Google scholar, et enfin les universités qui se vantent de leurs résultats et font la course vers le ”high ranking”, tout cela à mener à un marché de science. La corruption a pris place malheureusement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.