« La présidence de Lyon 2 casse le mouvement étudiant et piétine la liberté pédagogique des enseignants ». Communiqué de la CGT Lyon-2, 22 février 2023

La présidence de Lyon 2 casse le mouvement étudiant et piétine la liberté pédagogique des enseignants : non à la visio imposée !

À deux reprises cette semaine (lundi et mercredi) le campus Porte des Alpes (PDA) de lUniversité Lyon 2 a été bloqué par des étudiants mobilisés contre la réforme des retraites.
Trois emails de la présidence de luniversité ont été diffusés suite à ces blocages :
  • un premier le lundi 20 février en début de matinée qui dune part incite les personnels BIATSS à venir travailler sur le campus des Berges du Rhône (BDR)
    ou à déposer un jour de travail à distance exceptionnel et dautre part décide le
    report (et non lannulation!) des cours prévus ce jour ;
  • un deuxième le lundi 20 février en début de soirée ordonnant aux enseignants
    de donner leurs cours par visioconférence en cas de nouveau blocage de
    luniversité ;
  • un troisième le mercredi 22 février en début de matinée réitérant l’ordre aux enseignants de donner leurs cours par visioconférence.

La CGT Lyon 2 dénonce cette imposition brutale et unilatérale de la visioconférence aux enseignants, et par extension aux étudiants qui suivent les cours.

Cette décision est injuste car elle revient à casser le mouvement des étudiants mobilisés contre une réforme tout aussi injuste, que la CGT combat actuellement de toutes ses forces aux côtés des organisations étudiantes et de jeunesse.

Cette décision est inepte sur le plan pédagogique, car elle fait comme si les cours assurés par les enseignants et suivis par les étudiants pouvaient passer dun format présentiel à distanciel en un claquement de doigt, sans réflexion pédagogique préalable.

Visiblement, aucune leçon na été retenue du confinement !

Si les cours par visioconférence peuvent être envisagés par les enseignants, il doit sagir dune démarche strictement volontaire, construite à partir dune réflexion pédagogique individuelle et collective préalable, et pas improvisée à la va-vite pour briser un mouvement social. La liberté académique des enseignants repose sur une liberté pédagogique qui en l’occurrence n’est pas du tout respectée par la présidence.

Par ailleurs, il faut rappeler que tous les étudiants n’ont pas un accès égal à un poste informatique et à une connexion internet : certes l’université propose des prêts d’équipements, mais ceux-ci ne s’obtiennent pas à l’improviste le jour même.

Cette décision est illégale, car elle ne respecte pas les dispositions de l’Accord relatif à la mise en œuvre du télétravail dans la fonction publique signé le 13 juillet 2021, qui prévoit que le télétravail se fait sur la base du volontariat.

Cet accord prévoit certes la possibilité de déroger à ce principe du volontariat, mais uniquement en cas de “circonstances exceptionnelles durables” : de toute évidence, une journée de blocage ne constitue en aucun cas une circonstance “durable” ! Cette décision ne respecte pas non plus le protocole adopté dans notre établissement : comment un enseignant peut-il travailler à distance au pied levé alors même qu’il n’est pas éligible à ce dispositif local ?

Les personnels ne sont pas une variable d’ajustement. L’imposition du travail à distance engendre de nombreuses déviances et risques psycho-sociaux. Quid du droit à la déconnexion ? Les agents ne peuvent pas être sur leurs mails jour et nuit.

Cette décision bafoue enfin totalement la démocratie sociale et universitaire : ni le CA de l’établissement, ni le CSA, ni la CFVU n’ont été consultés en amont.

La CGT affirme donc son refus à l’imposition du travail à distance aux agents, qu’il s’agisse des BIATSS ou des enseignants pour ce qui est de la visio.

La CGT demande à la présidence de respecter le droit de la fonction publique, la démocratie universitaire et sociale, et la liberté pédagogique des enseignants   la présidence doit retirer sa décision inique prise ce lundi 20 février dernier !

Version .pdf



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 22 février). « La présidence de Lyon 2 casse le mouvement étudiant et piétine la liberté pédagogique des enseignants ». Communiqué de la CGT Lyon-2, 22 février 2023. Academia. Consulté le 29 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajcj

Une réflexion sur « « La présidence de Lyon 2 casse le mouvement étudiant et piétine la liberté pédagogique des enseignants ». Communiqué de la CGT Lyon-2, 22 février 2023 »

  1. Très bien, mais, avez vous penser à nous autres étudiants qui souhaitons suivre nos cours et que le blocus met en danger la validation de nos cursus, étant en dernière année de licence et s’apprêtant a participer à la course au master, le blocus nous met en danger en nous empêchant de suivre nos cours, en obligeant a reporter les jurys d’examen alors que la fenêtre de postulation de certains master (hors plateforme et a l’étranger) se clôture dans peu de temps et que sans les notes du semestre (ne pouvant être données aux étudiants seulement après les jurys) il n’est pas possible de candidater.
    ET vous parlez d’un problème pédagogique quant au passage, en conséquence, au distanciel, ce qui est assez hypocrite car au moins nous pouvons suivre certains cours de cette manière même non idéal alors que votre discours prône un désastre pédagogique, si l’on en suit votre discours il faudrait se plier aux bloqueurs et juste ne pas avoir cours ce qui porterait atteinte à nos cursus et dégradera les possibilités de continuation de chacun…
    Vous parler aussi de bafouer la démocratie universitaire, mais 30 bloqueurs empêchant plus de 25000 étudiant de suivre leurs cours et empêchant les enseignants chercheurs de pouvoir travailler n’est il pas là une atteinte à leurs libertés ? Je trouve sincèrement vos propos des plus déplacé, puérils, et prétendant être pour l’intérêt de tous vous mettez en danger en réalité nos avenirs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.