Survivre au harcèlement universitaire : quelques recommendations

Les chercheurs et chercheuses en début de carrière, et en particulier celles et ceux issu∙es de groupes minorisés dans le domaine des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques (STEM), se trouvent particulièrement exposés au harcèlement. Ce n’est pas une fatalité : on peut se prémunir contre les agissements hostiles de leurs supérieur·es dans la hiérarchie universitaire.

J’ai personnellement été la cible de harcèlement moral, et j’y ai survécu. Par la suite, j’ai entrepris d’écrire sur le harcèlement moral1, avant de créer une association  à but non lucratif pour sensibiliser les collègues. Ce faisant, je me suis retrouvé submergé de courriels et d’appels téléphoniques d’autres personnes soit qui avaient été elles-mêmes la cible de harcèlement ou qui avaient observé ce type de comportement. Sur la base de cette correspondance et de ma propre expérience, j’ai tiré quelques leçons importantes dont les personnes cibles de harcèlement moral peuvent tirer parti pour se protéger et riposter 2.

https://www.flickr.com/photos/100245586@N02/9504211195/in/photolist-ftRySg-EgNiZs-WdtLtS-CiSx-2cqLwpD-bTSGmV-TdMGf7-DnSgeC-J2uD3b-8rxzWD-3fvZnQ-EBpjbr-4QKEmh-Mhtpb6-7QPuaN-QgHCSj-FenJob-HFdhuo-P59jAr-2bFB4vw-9Kc8o-Qwipi5-GCDasK-2esjXRz-pjdGsu-2e7WLDG-pi3K5o-G1gLgN-6mS32Q-2aLvcja-nngXM3-F1xA7J-HeeEoP-nim4bj-a5nuG9-HBj8PW-cKnnM-EvcbjS-2xoQdy-GpoyD7-vNjAzH-acQAtU-6ud1St-pqnN7p-VG7sZj-FmZ4N1-E5wiuA-p2LkQa-MyfzXH-2zCUN

Fleur du déssert, près de Phoenix, Arizona. Crédit: Julius Whittington

Premièrement, essayez de documenter et d’enregistrer vos interactions, sans oublier le comportement abusif. Cela peut se faire en sauvegardant les courriels, en rédigeant des mémos pour documenter les conversations verbales, ou en s’assurant d’avoir des conversations en présence d’un ou d’un∙e allié∙e de confiance.

Deuxièmement, consultez le ou la médiatrice ou la cellule de prévention ((NDLT. En France, vous êtes invité·es à saisir les représentant·es de la formation spécialisée Santé Sécurité Conditions de Travail.)) de votre établissement. Les professionnel∙les qui s’y trouvent, formé∙es à la gestion du harcèlement moral et sexuel, écouteront votre problème et vous conseilleront. Bien souvent, iels n’ont pas le pouvoir d’agir en votre nom, mais ils peuvent vous conseiller sur la meilleure marche à suivre.

Conseil important : une fois que vous avez déposé votre signalement, vous devez insister pour que l’institution fournisse un relevé des conclusions de l’enquête instruite au sujet votre signalement . Ainsi, si un futur employeur vous pose des questions sur ce qui s’est passé, vous disposez de la preuve que les éléments que vous avez fournis ont été corroborés et qu’il n’y a pas eu de faute de votre part. Toutefois, sachez qu’une telle synthèse peut inclure des témoignages hostiles, non fondés ou biaisés concernant votre activité, susceptibles de nuire à votre réputation.

Troisièmement, cherchez d’autres personnes qui vivent la même situation mais qui ont peur de parler. Regroupez-vous, documentez vos parcours et rassemblez des preuves. Il est beaucoup plus difficile pour une institution d’ignorer ou d’écarter les accusations de plusieurs chercheurs ou chercheuses qui présentent conjointement leur expérience.

Quatrièmement, ayez en tête une stratégie de sortie, que vous aurez idélament préparée. Il peut s’agir d’un poste différent dans une autre équipe du laboratoire,dans un autre département ou mêmedans un autre établissement. Il faut bien comprendre que cela suppose de développer de bonnes relations avec d’autres mentors et collaborateurices susceptibles de vous fournir des lettres de recommandation.

À partir du moment où vous décidez d’effectuer un signalement, vous devez vous préparer à des représailles, qui peuvent provenir de sources et de collègues inattendu∙es. Réfléchissez à toutes les conséquences potentielles de votre signalemen, qui peuvent aller de l’atteinte à votre réputation jusqu’au licenciement. Même une plainte bien documentée, exposant des antécédents incontestables de violences à votre endroit peut susciter une forte résistance institutionnelle.

Et mon dernier conseil : rappelez-vous que vous êtes une cible, non une victime. Tout comme les victimes de harcèlement, vous n’êtes en rien responsable ce comportement abusif, et vous ne devez en porter aucune culpabilité. Il est important de se rappeler que vous êtes parvenu·e là où vous êtes grâce à votre travail acharné et à vos compétences scientifiques. Faites-vous confiance et tenez tête à votre bourreau — en trouvant des alliés, en faisant appel aux ressources institutionnelles et en exigeant le respect de vos droits.

En fin de compte, bien sûr, le seul moyen efficace de mettre fin à la chaîne du harcèlement universitaire est que la communauté scientifique dans son ensemble décide de ne plus tolérer le harcèlement sur nos lieux de travail.

Traduction Deepl/ Ch. Rabier


Sur Academia



Citer ce billet
Christelle Rabier (2023, 18 février). Survivre au harcèlement universitaire : quelques recommendations. Academia. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajc7

  1. Voir Comment le harcèlement est devenu un instrument pour faire carrière et Harcèlement universitaire : comment être un ou une allié∙e []
  2. Sur ce sujet, voir également de Marie Dasilva, Survivre au taf, éditions Les Daronnes, 2021. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.