Monsieur le président, qu’entendez-vous par valeurs universitaires ?

Update. 17/2/2023

Brest, vendredi 10 février 2023. Pascal Olivard, président d’Université Bretagne Ouest,  a fait évacuer la faculté Segalen où les étudiant·es avaient commencé à organiser la mobilisation contre les retraites depuis deux jours. Outre les étudiant·es vent debout contre la décision, les enseignant·es-chercheur·es, à commencer par le directeur de l’UFR, ont sommé le président de s’expliquer. Avec l’accord de son auteurice, nous reproduisons, un texte en réponse au « préfet au petit pied » brestois.

  • par un·e enseignant·e-chercheur·se, Université Bretagne Occidentale

Monsieur le Président,

Votre sorte de “mea culpa/explication a posteriori/clarification” maintes fois ré-écrite (c’est le second mail que l’on reçoit sur cette sinistre décision) et retranscrite allègrement quasiment au mot près dans la presse locale (enfin, dans le Télégramme de Brest), avec photo, montre que vous avez retenu de votre activité d’enseignant que “répéter c’est essayer de faire comprendre”… N’avez-vous là pas perdu le savoir-faire ?

Car

  •  pouvez vous expliquer comment un « blocage » de 2 jours devient « un [risque d’]enlisement » de la situation ? je sais que les changements climatiques modifient profondément la géologie, mais en était-on « là » le vendredi à 6h50 lorsque vous avez décidé de votre « éco-geste » du jour avec, je crois, 50 CRS pour une quarantaine d’étudiants ? le tout — et vous oubliez de le précisez — en conservant dans les locaux de l’UBO sur la base d’ on ne sait quel droit une partie des affaires personnelles des étudiants délogés jusqu’au lundi/mardi suivant (cf. droit de propriété et respect de la vie privée qui en découle) ?
  • pouvez-vous nous dire pourquoi il nous a été impossible — nous les personnels, mais aussi les autres étudiants, notamment d’ailleurs les « angoissés » parmi eux, juste pour qu’ils soient rassurés — n’ont pas eu le droit de discuter avec ces étudiants combattant pacifiquement ?

    https://www.instagram.com/p/CoZB9xpILmk/

    Crédit: aglutte_brest, 8 février 2023

    Moi, j’aurais aimé pouvoir le faire (et sans angoisse, ni colère ni… mais avec l’envie de débattre de cela avec les citoyens de demain que nous côtoyons dans nos amphis juste comme des personnes devant savoir ce qu’est un « traité international » ou « la nanomédecine »)

  • pouvez-dire en quoi « la grande majorité » des étudiants (et personnels) de l’UBO était là « impactée » ? Quid en droit, économie, AES ? Quid en Sciences ? Quid au Pôle de Quimper ? Quid en Médecine ?…
  • pouvez-vous nous dire en quoi il y avait comme « partout à l’UBO angoisse et peur etc » au bout de deux jours de blocage seulement tout de même… Diriger un établissement et des personnels en agitant, voire postulant la peur d’« autres »/de « certains », non identifiables (ni les autres ni la peur – pour une fois, on aurait aimé le comptage…car pour ce qui me concerne — faisant cours dans ces locaux-là ces jours là – je n’ai eu ni peur ni angoisse…) ne saurait être responsable ni peut-être « fiable » (pour ne pas être désobligeante), surtout dans un établissement où il n’y a de SUMPPS que le nom (pas de médecin depuis quelques années…) vers lequel vous auriez pu orienter les dits « angoissés ».
  • pourriez-vous enfin — et c’est sans doute là la question principale — expliciter ce que vous entendez par « valeurs universitaires » alors que vos actions et décisions permettent que l’on juge l’appréciation que vous en avez, comme formant une appréciation à forte connotation « droit-de-l’ordriste » pouvant sembler confiner à l’illibéralisme alors, comme nous (l’UBO, en partie en tout cas) l’avons déjà constaté il y a quelques années lorsque vous étiez déjà à la même fonction1.

Un étudiant idéal formé dans un établissement d’enseignement supérieur et de la recherche, formé « à et par la recherche », n’est pas un alternant ou un apprenti, le doigt sur la couture du pantalon. Il est un être qui apprend de mieux en mieux à devenir un être situé… pensant, réfléchissant et acteur, acteur agissant, ce que recherche par ailleurs, et de plus en plus, bon nombre d’employeurs, puisque l’emploi est aussi une mission de l’Université. Une université n’est pas une bergerie. C’est un lieu de débats vifs qui se veulent constructifs, jamais pro-« pensée unique » et un laboratoire d’idées pour notre société pas seulement « productive », mais également politique.

Des étudiants ont défendu à l’Université, avec les moyens qu’ils avaient, en toute responsabilité — vous l’avez reconnu vous même — leur opposition — partagée par la très grande majorité des Français — plus nombreux que les seuls étudiants/personnels angoissés de la seule UFR LSH à l’UBO — – à un projet de loi qui les concerne directement : c’est leur avenir qu’ils défendent là. Nous les formons à un emploi qu’ils vont devoir vivre là combien de temps ? 43 ans ? avec des études qu’ils poursuivant jusqu’à leurs 23/24 ans voire 30 ans s’ils font un doctorat, eux qui déjà travaillent depuis qu’ils ont 2 ans 1/2 s’ils sont entrés en première petite section de maternelle ? Et vous, au terme d’à peine 48h d’occupation pacifique, vous leur opposez, en pleine face, la police (dans tous les sens du terme d’ailleurs) ? Mais quelle image leur donnez-vous là de l’institution que vous dirigez et dont vous dites être conscient des structurants idéels ? Vous avez aussi là une responsabilité sociale à assurer bien plus grande, tellement plus grande que la « seule continuité des enseignements » durant deux jours.

Le « contrat social » on l’apprend, on l’explique à l’Université. Le « contrat social » on le défend aussi à l’Université et aussi à la Présidence.

Un jour de 2011, alors que je louais devant vous, dans un moment informel à l’UBO, la loi Faure, notamment son article 1 (reproduit ci-après), vous m’avez dit une seule chose: « je ne suis pas d’accord avec toi sur un seul point: la loi Faure. Moi, je préfère, à toute autre, la LLRU ». Tout a été dit de vos « idées » concernant l’Université ce jour-là et vous avez au moins le mérite de ne pas avoir là changé, au contraire. Personnellement je pense comme le dernier alinéa de l’article 1 de la Loi Faure que:

D’une manière générale, l’enseignement supérieur – ensemble des enseignements qui font suite aux études secondaires – concourt à la promotion culturelle de la société et par là même à son évolution vers une responsabilité plus grande de chaque homme [et femme et autre] dans son propre destin.

Avec mes salutations,

XXX

https://www.instagram.com/p/CokdN2vMPo8/

Crédit: Aglutte_Brest, 12 février 2023


Annexes.

1. Article 1 Loi Faure (sur les missions de l’Université)

Les universités et les établissements auxquels les dispositions de la présente loi seront étendues ont pour mission fondamentale l’élaboration et la transmission de la connaissance, le développement de la recherche et la formation des hommes2.

Les universités doivent s’attacher à porter au plus haut niveau et au meilleur rythme de progrès les formes supérieures de la culture et de la recherche et à en procurer l’accès à tous ceux qui en ont la vocation et la capacité.

Elles doivent répondre aux besoins de la nation en lui fournissant des cadres dans tous les domaines et en participant au développement social et économique de chaque région. Dans cette tâche, elles doivent se conformer à l’évolution démocratique exigée par la révolution industrielle et technique.

À l’égard des enseignants et des chercheurs, elles doivent assurer les moyens d’exercer leur activité d’enseignement et de recherche dans les conditions d’indépendance et de sérénité indispensables à la réflexion et à la création intellectuelle.

À l’égard des étudiants, elles doivent s’efforcer d’assurer les moyens de leur orientation et du meilleur choix de l’activité professionnelle à laquelle ils entendent se consacrer et leur dispenser à cet effet, non seulement les connaissances nécessaires, mais les éléments de la formation.

Elles facilitent les activités culturelles, sportives et sociales des étudiants, condition essentielle d’une formation équilibrée et complète.

Elles forment les maîtres de l’éducation nationale, veillent à l’unité générale de cette formation — sans préjudice de l’adaptation des diverses catégories d’enseignants à leurs tâches respectives – et permettent l’amélioration continue de la pédagogie et le renouvellement des connaissances et des méthodes.

Affiche de l’UNI, 1968. Source: Jacques Rougeot, UNI, 40 ans de combats, 40 affiches, 2009, p. 55-563

L’enseignement supérieur doit être ouvert aux anciens étudiants ainsi qu’aux personnes qui n’ont pas eu la possibilité de poursuivre des études afin de leur permettre, selon leurs capacités, d’améliorer leurs chances de promotion ou de convertir leur activité professionnelle.

Les universités doivent concourir, notamment en tirant parti des moyens nouveaux de diffusion des connaissances, à l’éducation permanente à l’usage de toutes les catégories de la population et à toutes fins qu’elle peut comporter.

D’une manière générale, l’enseignement supérieur — ensemble des enseignements qui font suite aux études secondaires – concourt à la promotion culturelle de la société et par là même à son évolution vers une responsabilité plus grande de chaque homme dans son propre destin.

https://www.flickr.com/photos/npcmedia/9093203848/in/photolist-eRx3GG-ejayEH-sUBZeh-2cngquP-eRkFsv-ejgb4N-4E8TZ8-sfdLJs-5XGe33-eRx4Dh-2ip5dPd-2ip5eaU-2kkpVsy-eRkFvv-Jhh2m7-hEYxB3-eRx3AN-eRkFCr-eRx49h-5XGe35-eRkF4r-eRkFxX-bMkGVx-eRx3JW-eRkFB8-ejakYX-8W43V8-eRkFhV-97nEWv-8W77GS-2neChjH-834d55-3Tsft-7bmm2m-2ip5d3i-2ip1CKo-2ip1AFJ-eRx4y1-5XGe3d-WMz2Cq-eRx3nw-WJPURr-8g159S-8W43TZ-abpEXv-WS84Lp-JMPVGE-8313Za-nDoM1-E7WUmx

Brest, Place de la liberté. Crédit: Stéphane Perez, 2013


De: “Président”fonction.president@univ-brest.fr>
À: officielle@listes.univ-brest.fr, etudiants@listes.univ-brest.fr
Envoyé: Mardi 14 Février 2023 17:06:19
Objet: [Officielle UBO] message du président

Chères et Chers Collègues, Chères Etudiantes, Chers Etudiants,

Comme vous le savez, j’ai été amené à prendre des décisions difficiles la semaine dernière. Je tenais, par ce message, à vous informer des circonstances qui m’y ont conduit.

En premier lieu, et s’il en est encore besoin, je vous réaffirme mon attachement profond aux valeurs universitaires, que j’ai toujours défendues et que je défendrai en toutes circonstances.

Aussi, à l’issue de la manifestation du mardi 7 février, des étudiants réunis en assemblée générale ont décidé d’engager le blocus de l’UFR LSHS. Afin de faire face aux craintes et angoisses exprimées par des membres du personnel et des étudiants, le Doyen, David Jousset, a pris la décision de permettre à chacune et chacun de quitter le site.

Contrairement à ce que nous espérions, nous avons fait le constat le lendemain matin qu’il était impossible de reprendre normalement les activités de formation et de recherche, le blocus n’étant pas levé. J’ai alors pris un premier arrêté de fermeture administrative de l’UFR pour la journée.

Dès lors et sans discontinuer, avec la pleine collaboration du Doyen, j’ai proposé aux étudiants de transformer le blocage des locaux en occupation, en leur mettant à disposition un amphithéâtre et des salles de TD pour qu’il puissent organiser leur mouvement et travailler leurs revendications. Cette proposition plusieurs fois renouvelée a été rejetée systématiquement en assemblée générale. Il était impossible d’envisager un retour normal à l’activité. J’ai donc reconduit l’arrêté de fermeture administrative de l’UFR jusqu’à la fin de la semaine.

La situation n’évoluant pas, et en assumant mon rôle qui est d’assurer la continuité de nos missions de service public de formation et de recherche, et par respect pour la grande majorité de nos étudiants et personnels désireux de reprendre leurs activités, j’ai dû me résoudre à prendre un arrêté de réquisition afin de faire lever le blocus.

L’intervention des forces de police a eu lieu le vendredi 10 février peu avant 7h. L’évacuation s’est faite dans le calme et sans violence. Les agents du service général ont alors travaillé toute la journée pour remettre l’UFR en état, je les en remercie chaleureusement.

De plus, les risques liés à la manifestation de samedi se sont avérés réels puisqu’à son issue, plus de 300 personnes se sont rassemblées sur le parvis de Ségalen et plusieurs dizaines d’entre elles sont entrées par effraction dans les locaux causant ensuite de nombreuses dégradations. Je sais que ce ne sont pas nos étudiants qui en sont à l’origine, rien de tel n’avait été constaté jusqu’alors. La police, mobilisée pour la manifestation, est alors intervenue pour sécuriser les lieux.

Enfin, les décisions que j’ai prises n’ont jamais eu pour objectif de briser le mouvement étudiant ou encore de soutenir l’action gouvernementale. Elles ont été motivées exclusivement par ma volonté de répondre aux aspirations du plus grand nombre et de permettre la poursuite de notre mission de service public.

Très cordialement.

Pascal Olivard, Président de l’UBO.



Le 16 février, Pascal Olivard était appelé à s’expliquer devant le Conseil d’administration de l’UBO, à l’issue duquel les Gilets Jaunes Brestois indiquent avoir obtenu :” la mise à disposition des moyens de reprographie ; l’accès aux listes de diffusion étudiantes à compter du lundi 27/02/2023″

https://twitter.com/BrestGilets/status/1626535280428691459?s=20

Sur Academia



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 16 février). Monsieur le président, qu’entendez-vous par valeurs universitaires ? Academia. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajc3

  1. Co-fondateur de la Fédération des associations étudiantes de Bretagne Occidentale, affiliée à la FAGE, puis vice-président étudiant d’UBO, Pascal Olivard, docteur en électronique, a dirigé l’UFR de Sciences et Techniques de 2001 à 2007 avant de présider UBO pendant deux mandats (2007-2012 puis 2012-2016). Après le décès de Matthieu Gallou en cours de mandat à l’automne, il a été réélu président le 26 janvier 2023. L’évacuation policière est donc une des premières décisions qu’il a prises. Source : Wikipedia []
  2. “homme” = ici “neutre” []
  3. Mohraz, N. 2016. L’UNI (Union nationale interuniversitaire) : l’opposition de droite la plus virulente à la loi Faure (1968-1984). In Valence, D., & Poucet, B. (Eds.), La loi Edgar Faure : Réformer l’université après 1968. Presses universitaires de Rennes. doi :10.4000/books.pur.46705. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.