Etre candidat.e au CNRS, 1 : Le dossier à rendre pour le 7 janvier 2013

par Claire Lemercier, avec des suggestions judicieuses d’Alain Chatriot, Julien Demade, Sibylle Gollac et Léonie Hénaut

Mise à jour 2013: Nous nous réjouissons de voir quelques sections donner des conseils explicites, cette année, aux candidat.e.s (section 36section 37section 40). Quand ils contredisent ceux donnés ci-dessous (par exemple en préconisant des projets plus courts – bonne nouvelle ! -, ou moins de candidatures CR1), bien sûr, ce sont eux qui ont raison s’il s’agit de la section où vous candidatez ! Mise à jour 2016 : Academia répertorie les conseils disponibles (de plus en plus nombreux) section par section -> promenez-vous ailleurs sur le carnet pour récupérer ceux qui vous concernent !

 Ces conseils sont fondés sur ce que j’ai pu observer depuis 2002 en position de candidate (2002, 2003) puis de personne sollicitée pour des conseils par les candidat.e.s, principalement en section 33 et plus récemment en sections 36 et 40. Ils n’ont pas été validés par les sections du comité national et n’engagent que moi. Je constate toutefois qu’il existe des règles implicites que les candidat.e.s maîtrisent inégalement et, puisqu’elles ne semblent pas devoir être officialisées, je pense que c’est à la communauté scientifique d’essayer de les expliciter. Les commentaires sont donc plus que bienvenus…

 

L’important, c’est le projet

La principale chose à comprendre est la très grande importance du projet scientifique pour le recrutement. Tout ne se joue pas là, mais beaucoup. Cela ne rattrapera pas une mauvaise thèse, mais peut contrebalancer des publications encore légères – et vice versa. Il faut donc prendre le temps de vraiment travailler le projet, le faire relire, etc.

Contrepartie importante : même si les candidat.e.s ne le croient pas depuis que je le répète, je suis sûre de mon fait. Le.s laboratoire.s mentionné.s dans le projet et leurs éventuelles lettres de soutien ont une influence epsilonesque sur le recrutement. En avoir, c’est bien, mais ce n’est pas là-dessus que vos efforts doivent d’abord porter. C’est sur le projet ! Le laboratoire est surtout intéressant s’il relit votre projet, vous aide à l’améliorer et ensuite vous propose des auditions blanches.

Il est encore moins intéressant de multiplier les lettres de soutien individuelles. Cela peut même agacer la section. N’en usez que si vous avez un profil vraiment atypique qui demande absolument ce type de justification (par exemple du point de vue des frontières disciplinaires), et encore.

La demande d’affectation est d’autant moins cruciale qu’ensuite, le CNRS vous affecte relativement indépendamment de cette demande : il y a eu ces dernières années de nombreux cas de jeunes recruté.e.s nommé.e.s dans un laboratoire aucunement demandé et donc sans avoir eu son soutien.

Bref, si ce travail relationnel ne peut pas vous nuire, il ne doit pas prendre le pas sur le travail du projet.

À quoi exactement candidater ?

C’est donc un projet qui est avant tout recruté. Ensuite, c’est tout de même aussi une personne, parce que les indications sur votre parcours (notamment la thèse) permettent de se dire que vous avez ou pas les moyens de réaliser le projet. Mais c’est vous et votre projet qu’on recrute. On ne cherche pas à pourvoir un poste ici et là.

Certes, il y a l’exception des postes « coloriés » ou plus rarement « fléchés » sur un profil, voire pour un labo. Un poste « colorié », c’est ce qui se passe lorsqu’il est écrit, comme cette année en section 33, « 5 Chargés de recherche de 2e classe dont 3 prioritairement sur les thèmes suivants : « histoire des mondes américains ou atlantiques », « histoire de l’Europe centrale et orientale ou balkanique », « histoire économique : espaces, acteurs, pratiques » ». Cela veut dire que le CNRS demande à la section de placer ces thèmes en priorité, mais elle n’est pas vraiment obligée de suivre, surtout si elle juge qu’il n’y a pas assez de bon.ne.s candidat.e.s sur ces thèmes. Un poste fléché, c’est lorsqu’il est écrit, comme quand j’ai été recrutée : « un chargé de recherche de 2e classe sur le thème « histoire culturelle comparée de l’Europe », affecté à l’Institut d’histoire moderne et contemporaine ». C’est heureusement plus rare ces dernières années, et comme mon cas le prouve, la section peut arriver à ne pas suivre l’injonction donnée par le fléchage…

Bref, même dans ces cas, le comité national garde une importante marge d’interprétation. N’essayez donc pas de faire entrer aux forceps votre projet dans un profil. En revanche, n’hésitez pas à candidater sur tous les postes ouverts, même hors de votre thématique. Cela ne coûte rien (l’audition est commune) et on ne sait jamais, si personne n’entre dans le profil, vous pourriez avoir votre chance.

Enfin, en général, n’hésitez pas à candidater à la fois en CR2 et CR1. [mise à jour 2016 : la situation a évolué, lisez les commentaires ci-dessous pour vous faire une opinion] La distinction entre ces grades tend à s’effacer, ce qui est bizarre puisque le salaire n’est pas du tout le même, mais qui s’explique par le nombre, la qualité et l’âge des postulant.e.s. Si vous ne candidatez pas en CR2, vous faites le choix d’un salaire plus élevé, mais vous réduisez très grandement vos chances. En revanche, il faut tenir compte du nombre maximum de candidatures autorisées en CR1 : « les candidats aux concours de chargé de recherche de 1re classe ne peuvent se présenter à plus de trois campagnes de concours ou bien quatre s’ils ont été déclarés deux fois admissibles au cours de deux campagnes différentes. » Donc, si vraiment vous venez juste de soutenir, votre projet est encore faible et vous n’avez aucune publication, vous pouvez garder une chance pour plus tard – mais dans ce cas, il est probable que vous ne vous présenterez pas en CR2 non plus… À la limite, garder une candidature CR1 pour un moment où la section va être renouvelée (vous ne serez donc plus jugé.e par les mêmes) peut aussi avoir un sens – même si rien ne garantit qu’à ce moment, il y aura des postes de CR1 !

Vous me direz : mais pour entrer comme CR1, il faut 4 ans d’expérience dans un laboratoire. Oui, sauf que si vous avez eu une thèse financée, toutes les années pendant lesquelles vous étiez payé.e au moins en partie pour faire de la recherche (allocation de thèse, ATER, postdoc, etc.) comptent1 . De ce fait, bien des jeunes docteur.e.s ont déjà l’expérience requise pour candidater en CR1… Enfin, cette année encore, en additionnant CR2 et CR1, il y a 7 ou 8 postes par section. Qui sait si cela durera… Si cela continue comme depuis 2 ou 3 ans, on remplace les départs en retraite, ni plus ni moins. Or il devrait y en avoir un peu moins dans les années à venir. Tentez donc votre chance ! Sauf si vous avez un projet vraiment pas assez prêt (et ne faites pas sur ce point confiance à votre modestie : faites-le lire à des collègues et prenez leur avis !), cela ne peut pas vous nuire.

Écrire pour des non spécialistes un projet qui puisse être résumé en une page et dix minutes

Maintenant, le contenu du dossier. Ici, un impératif commun pour le rapport sur les travaux effectués et pour le projet (surtout) : rappelez-vous que vous écrivez pour des non spécialistes. Consultez la liste des membres de la section (en ligne) et constatez que la plupart sont très éloigné.e.s de votre sujet ! Certes, il est possible qu’on vous donne comme rapporteur.trice la personne la moins éloignée, mais cela ne vaut que dans la limite des nombres de dossiers à attribuer, et de toute façon il faudra aussi convaincre les autres. Or le CNRS ne recrute pas seulement une personne avec un très bon dossier (il y en a trop…) : je le répète, il recrute aussi un projet, qui soit bien conçu, faisable, mais encore qui porte sur un sujet jugé important, voire prioritaire. En juger est bien sûr difficile pour les sections, qui doivent arbitrer entre des projets extrêmement différents. Mais pour que le vôtre soit pris en considération, il faut faire tous les efforts nécessaires pour que de parfaits non spécialistes comprennent son intérêt, sa nouveauté, le fait que votre approche est appropriée, etc. Cela implique plusieurs choses.

D’abord, il ne faut pas trop être modeste (je dis cela notamment pour les femmes, et les hommes qui partagent cette tendance souvent genrée…). Sans écraser tout le monde, il faut que vous vous posiez en futur.e collègue qu’on ait envie de recruter, pas (plus) en étudiant.e. Relisez-vous et limitez les « peut-être semble-t-il qu’éventuellement j’arriverai un jour à avancer un résultat provisoire sur une toute petite chose »…

Ensuite, il faut accorder une attention extrême au résumé de moins d’une page qui vous est demandé, ainsi qu’au titre du projet. Il faut qu’un.e parfait.e non-spécialiste comprenne et apprécie. En effet c’est la principale pièce que les membres de la section, en dehors de votre rapporteur.trice, sont tenu.e.s d’avoir lue avant de discuter de votre cas – souvent, malheureusement, ils n’ont pas le temps de lire de près l’intégralité du rapport et du projet. En outre, pensez déjà que, le jour de l’audition, vous devrez présenter votre projet à l’oral en dix à quinze minutes, selon les sections. Il faudra alors persuader en très peu de temps de la pertinence et de la force de votre projet des personnes dont les recherches peuvent en être très éloignées. Ces considérations doivent entrer en ligne de compte dans le choix et la formulation du projet qui, s’il peut porter sur un objet pointu, doit s’adosser à des enjeux disciplinaires rapidement saisissables par l’ensemble des membres de la discipline.

C’est un art difficile que d’écrire ainsi… Il peut être utile de vous faire relire par des ami.e.s, relations, etc. qui font de la recherche, mais pas dans votre domaine. L’idéal est qu’ils soient dans la même situation que les membres de la section : même discipline ou discipline voisine, mais objet très éloigné. Mais un.e. ami.e physicien.ne par exemple peut déjà aider ! Mon exemple favori pour la section 33, mais il est facile d’imaginer des équivalents pour les autres : écrivez pour un.e spécialiste des ateliers de poterie chinois du IIIe siècle. Évitez ou explicitez les sigles et faites attention aux autres allusions aux événements, personnages, chercheur.se.s., etc. supposé.e.s connu.e.s pour votre période/pays/thème de prédilection. Sans avoir l’air de mépriser les gens qui vous jugent, il faut leur donner toutes les clés pour vous apprécier…

Un projet ambitieux mais réalisable

Tant dans le titre que dans le résumé, il faut à la fois qu’on identifie un objet précis d’étude empirique (vous n’allez pas faire l’histoire générale de tout…) et un propos plus général qui sera la visée de la recherche (on ne vous embauche pas non plus pour dépouiller 50 cartons d’archives, comme si c’était un but en soi). C’est tout l’art du projet. Il faut le concevoir comme une sorte de titre de chaire que vous demandez que l’on crée pour vous : une indication de la direction générale dans laquelle vous allez chercher pendant les 10 ans environ à venir, qui va donner lieu à pas mal d’articles, un ou deux livres, dont sans doute votre habilitation à diriger des recherches ; bref, la thématique par laquelle vous serez connu.e. : « c’est Machin.e qui travaille sur xxx » (non pas en ce moment, mais en général). Mais tout en donnant cette direction générale, le projet doit aussi indiquer sur quoi vous allez travailler dès octobre prochain si vous êtes recruté.e, et ce de façon crédible : indication d’archives/de terrain assez précises, bibliographie maîtrisée jusque dans le détail, etc.

Le bon projet est celui qui est convaincant sur les deux plans : sur une recherche empirique précise pouvant être lancée tout de suite (donc un peu dans le style d’un projet de postdoc ou d’ANR), et sur une direction plus générale à plus long terme ; pas pour toute votre carrière, mais pour sa première phase. Il faut absolument tenir ces deux bouts et surtout éviter le mauvais moyen terme qui consiste à lister, sur le même plan, quatre ou cinq chantiers plus ou moins articulés entre eux, sans en approfondir aucun et sans montrer la force de ce qui les lie (vous et ce qui vous fait courir). Certes, en pratique, c’est souvent le point où on en est quand on candidate : on est plus ou moins impliqué.e dans plusieurs projets collectifs et on a quelques idées plus individuelles issues de la thèse. Le comité le sait bien. Mais il attend que vous définissiez une priorité immédiate et un but plus large à moyen terme : il ne recrute pas une série de projets ANR, il recrute une personne et un thème de recherche fort.

Un détail à ce sujet : si vous parlez des laboratoires où votre projet se trouverait bien, ne dites pas, comme tout le monde, que le projet ou vous se retrouveraient dans tous les axes du labo à la fois ! En pratique, il vaut mieux être dans un des axes, quitte à dialoguer avec les autres. Il faut éviter le soupçon de dispersion. Vous n’êtes pas crédible si vous dites que vous participez de toutes les sous-disciplines de l’histoire (ou de la sociologie, etc.) à la fois !

Et plus concrètement…

Même si les bons conseils se donnent projet par projet, je me risque enfin à en énumérer quelques autres, d’ordre assez général.

Sur la longueur d’abord : il n’y a pas de règle car tout dépend de la densité et de la clarté du texte. Mais vous pouvez retenir que le projet a la longueur, et pour l’essentiel la forme, d’un article programmatique. 10-15 pages pour le rapport et 15-20 pour le projet : cela me semblait raisonnable quand j’ai écrit une première version de ce texte… puis j’ai lu ou relu quelques projets récents et constaté qu’en pratique, ils étaient souvent plus longs, surtout en sections 36 et 40 (jusqu’à 40 pages). Mais en réalité, l’important n’est pas là : tout dépend jusqu’où vous allez dans le détail empirique, notamment (cadrage du projet et détails sur la manière de le mener à bien : terrain ou sources). 40 pages, ce sera toujours trop long si cela reste théorique ou si la construction n’est pas claire ; 15 pages, toujours trop court si cela vous empêche de vous situer dans la discipline ou si vous ne donnez aucune idée de la faisabilité du projet. Bref, celui-ci peut être très court s’il est dense, très long s’il est très bien structuré : dans ce cas, ne pas hésiter à mettre un sommaire, des annonces de plan et transitions très explicites, des phrases en gras, etc. N’oubliez pas que les collègues ont toujours trop peu de temps pour vous lire… Pour la même raison, il faut que la structure soit très claire. Votre finesse apparaîtra dans le contenu même, mais ne jouez pas au plus fin avec le plan.

Profitez du rapport pour mettre en valeur non seulement la thèse, mais aussi vos articles déjà publiés (même et surtout si c’est dans un endroit obscur) ou en voie de publication. Attention, dans les listes de publications, ne mettez que ce qui est déjà publié ou fermement accepté (en joignant une preuve dans ce cas) : la section ne sera jamais dupe dans le cas contraire et vous considérera simplement comme non professionnel.le. En revanche, le rapport sur les travaux déjà effectués peut permettre de restituer les logiques de chaque écrit (déjà accepté ou non) : celle propre à chacun et la façon dont ils s’articulent ensemble et avec la thèse, voire avec le projet. Pour la thèse, ne vous contentez pas d’un résumé standard, mais explicitez en quoi elle va vous aider à réaliser votre projet : vous reprenez les mêmes méthodes que vous maîtrisez bien, vous avez appris des erreurs de la thèse, vous avez repéré un superbe terrain à cette occasion, etc. Tout doit conduire au projet. Il ne s’agit pas de répéter votre CV, que la section lit par ailleurs, mais de saisir l’occasion d’expliquer comment, selon vous, on doit lire ce CV : comme un parcours de recherche menant au projet et à votre recrutement. Ce n’est pas un CV détaillé avec, à la file, les résumés des publications et projets réalisés, mais une présentation organisée de votre profil de recherche. Comme pour le projet, il faut éviter toute modestie exagérée, vraie ou fausse. Pour établir le plan, les choses à mettre en valeur et celles à laisser uniquement dans le CV, il faut un peu se projeter, se prendre au sérieux et se demander : à quels domaines de recherche mes travaux contribuent-ils ? Et en trouver au moins deux ou trois (pas douze non plus…), comme « la sociologie de l’art », « les méthodes ethnographiques », « les études sur le genre », etc.

Pour le projet lui-même, gardez en tête qu’il doit être à la fois réaliste et ambitieux, même c’est bien sûr la quadrature du cercle. Par exemple, si vous prévoyez des comparaisons internationales, soyez précis.e sur les moyens : sources à voir vous-même de chaque côté ? Appui sur la littérature ou le travail avec des collègues spécialistes ? Langues à apprendre ou à améliorer ? De même pour les projets avec des aspects de digital humanities. Soyez bien clair.e sur ce que vous savez déjà faire, sur ce que vous ferez vous-même ou en collaboration (de toute façon, si vous n’êtes pas clair.e, vous aurez une question à l’oral…). Vous pouvez dire que vous allez vous former (le CNRS est fier de sa formation continue), mais soyez alors précis.e et réaliste sur ce point, comme sur les sources, terrains, etc. Il ne faut pas hésiter à prendre des premiers contacts avec des chercheur.se.s susceptibles de vous suggérer des sources ou des entrées sur le terrain, qui vous permettront d’en apprécier l’accessibilité. Il ne faut pas bluffer : le jour de l’audition, le jury peut vraiment vous cuisiner longuement sur la faisabilité du projet. Tous les arguments seront alors bons à prendre pour montrer votre réalisme et votre professionnalisme, et anticiper ces questions dès le projet écrit ne peut pas vous faire de mal. Vous pouvez ainsi y expliquer que vous avez discuté de votre projet avec quelqu’un.e qui a déjà travaillé sur un terrain proche – quelqu’un.e de connu si possible, en tout cas avec des publications sur le sujet que vous pouvez citer –, que vous avez déjà pris des contacts avec les personnes qui peuvent vous faire entrer sur le terrain, que vous avez anticipé un problème de dérogation pour des archives récentes ou obtenu accès à des archives privées, etc.

Dans le projet, il est également important de vous positionner par rapport à la littérature, mais le but n’est pas seulement de montrer que vous la maîtrisez bien : c’est une condition nécessaire, mais pas suffisante, pour le recrutement. Il faut la mobiliser précisément et pas seulement accumuler les références. Mais il faut surtout vous situer en son sein et montrer ce que votre projet va y changer. Il ne s’agit pas seulement d’y « combler une lacune », car toute recherche en comble nécessairement une ! Il faut que vous montriez que vous abordez un large terrain vierge et vraiment important, ou que vous posez un problème en termes complètement neufs, ou que vous mariez deux ensembles de références qui s’ignoraient jusqu’ici, etc.

Au fil du rapport et du projet, ou dans une partie dédiée, il faut aussi que vous fassiez apparaître vos liens déjà existants dans le milieu de la recherche, en France et plus encore à l’étranger (ou le cas échéant hors de votre discipline, etc.). Pas trop de name dropping : l’important n’est pas le nombre ou le statut de stars, mais la spécification de ce que vous avez déjà fait et envisagez de faire exactement avec ces personnes. Même si on recrute un projet de recherche, on recrute aussi toujours en partie un.e entrepreneur.se de recherche. Pour la même raison, si vous avez rempli beaucoup de tâches d’organisation de colloques ou séminaires, aide à l’édition, etc., n’hésitez pas à le mettre en valeur. De même si votre enseignement a nourri votre recherche ou vice versa : on ne recrute pas un.e enseignant.e, cela ne doit pas prendre la même place que dans un dossier pour une université (même si la plupart des CR, en pratique, enseignent), mais si vous pouvez lier expérience ou projets d’enseignement et de recherche, cela ne peut pas nuire.

Que faire si vous vous présentez dans plusieurs sections ? Cela dépend des cas. Si vous êtes sociologue et que vous vous présentez en 36 et en 40, par exemple, vous ne faites que prendre acte de la structure disciplinaire de ces sections et il n’y a guère de raison que le projet soit différent, sinon par des adaptations très à la marge si, d’un côté ou de l’autre, vous voulez coller à un « coloriage » de poste. En revanche, il peut arriver que vous soyez plus nettement à la frontière entre deux disciplines (ou du moins que vous tentiez votre chance dans une discipline voisine de la vôtre) et qu’en toute bonne foi, vous envisagiez de faire des recherches un peu différentes suivant que vous êtes recruté.e par l’une ou l’autre, affecté.e dans un laboratoire ou l’autre, etc. Ne perdez toutefois pas de vue le fait que les membres des sections peuvent se connaître et se parler. Présenter deux projets complètement différents pourrait jeter le doute sur leur faisabilité. Il peut être raisonnable d’introduire des accents un peu différents de chaque côté, en termes notamment de références bibliographiques, de détails donnés sur tel ou tel aspect de l’enquête empirique à venir, ou encore de noms de collègues mentionnés. Toutefois, on doit rester dans l’ordre de la nuance et non pas se donner des airs de caméléon, ce qui serait sans doute mal reçu.

Enfin, si vous en êtes à réécrire un projet après une première candidature, ne changez pas tout radicalement, à moins de vous en justifier de façon très convaincante. Certes, cette année, la plupart des membres sont nouveaux, mais ils peuvent être au courant… Essayez de voir si certains des conseils ci-dessus peuvent vous aider à améliorer sa forme. N’hésitez pas à indiquer explicitement comment le projet, ainsi que vous publications, etc. ont avancé depuis un an, tout en précisant à quel point votre statut vous permettait d’y passer du temps.

À suivre, espérons-le : comment écrire un dossier pour un poste de MCF ; comment préparer les auditions CNRS et MCF.

Et si vous voulez mieux vous rendre compte… même si leurs auteur.e.s sont bien loin de les trouver rétrospectivement parfaits et si les critères de jugement peuvent varier dans le temps et selon les sections, voici quelques projets à lire. Avec l’autorisation des auteur.e.s et en espérant qu’il en vienne d’autres : on n’apprend bien ces choses-là que par l’exemple…

Projet de la section 33, recrutement en 2003

Projet de la section 32, recrutement en 2005

Projet de la section 40, recrutement en 2010

Projet de la section 40, recrutement en 2011 [l’auteure s’excuse pour les imperfections de forme liées à une conversion de dernière minute avant son envoi – donc pas de panique si cela vous arrive…]

Projet de la section 39, recrutement en 2011 [son auteur en profite pour vous dire : « ce projet ne se veut pas un modèle, mais pourrait rappeler que la section 39 est aussi un endroit où se faire recruter pour des sociologues, politistes, anthropologues… »]

Projet de la section 39, recrutement en 2014

Rapport sur les travaux antérieurs (même projet de la section 39, recrutement en 2014)

Projet de la section 36, recrutement en 2012 [lien provisoirement enlevé : si vous voulez lire plus de projets, envoyez aussi les vôtres ou convainquez les collègues CNRS récemment recrutés autour de vous de le faire !]

Si vous aussi avez été recruté.e et acceptez que votre projet soit placé ici pour pouvoir être lu par des candidat.e.s, donnez un lien vers lui en commentaire ou écrivez-moi.

1 «  quatre années d’exercice des métiers de la recherche **.

** Elles doivent avoir été accomplies dans un établissement de recherche ou d’enseignement supérieur, public ou privé, français ou étranger. Ces années correspondent à une activité de recherche rémunérée effectuée dans le cadre d’un contrat de travail, public ou privé, ou d’un recrutement en qualité de fonctionnaire. »

 

 


71 réflexions au sujet de « Etre candidat.e au CNRS, 1 : Le dossier à rendre pour le 7 janvier 2013 »

  1. Bonjour,
    Je me permets de poser une petite question sur un point qui ne me semble pas clair dans le guide du candidat en CR 2 : est-ce que la thèse doit faire partie des 3 publications jointes ou peut-on ajouter 3 autres publications ?
    Je cite : « Liste complète de vos publications (livres, articles, documents audiovisuels…) en joignant au maximum 3 d’entre elles parmi les plus significatives. Il est, en outre recommandé de joindre le texte de votre thèse »
    Merci beaucoup

    • Bonjour,
      Je ne suis pas chargée de l’aspect administratif du dossier, donc ce que j’en dis n’engage que moi, mais il me semble assez évident que la thèse n’est pas une publication (dans la vie en général) et que la phrase que vous citez décrit d’une part 3 publications, d’autre part la thèse.
      Bien cordialement,
      CL.

  2. Bonjour,
    Je m’aperçois que la présentation du rapport de recherches et même du CV ne va pas de soi pour tout le monde. S’il y a des lauréat.e.s qui veulent m’envoyer leur rapport, je les mettrai bien sûr en ligne avec gratitude, vous pouvez aussi lire mes réponses ci-dessus. C’est aussi assez standard, la présentation pour le CNRS n’est pas très spécifique, donc c’est le moment de demander conseil et vous faire relire par toute personne de votre connaissance dans votre discipline. S’agissant des CV (façon de présenter les publications, etc.), vous pouvez aussi tout simplement regarder en ligne : la plupart des CV des universitaires en poste sont en ligne, souvent même mis en page de façon harmonisée sur le site de leur laboratoire. Il suffit donc de regarder les laboratoires que vous visez ou les personnes proches de votre spécialité, et de vous inspirer de leur présentation.

  3. Bonjour,
    Docteur en philosophie, ma recherche est pluridisciplinaire (philosophie/sociologie). Cela me pose un problème pour les postes de MCF en université, où l’on recherche principalement, si j’ai bien compris, des profils de spécialistes en philosophie (d’où, notamment, l’exigence de l’agrégation).
    Quand j’ai vu le découpage en sections du CNRS, je me suis dit « chouette, le cloisonnement est cassé, les laboratoires semblent être largement pluridisciplinaires, mon profil pourrait peut-être mieux coller qu’avec l’université ». J’ai contacté des laboratoires hors de ma section d’origine (35), avec des axes qui collent de très près à mes travaux, pour le soutien. Et voilà qu’un labo (36 et 40) refuse de me soutenir en arguant du fait que je ne suis pas sociologue (il n’a manifestement pas lu mon projet), et un autre parce que je ne suis pas géographe (en 39) (alors, cette fois, que mon projet a été lu). Puis-je en conclure que les logiques disciplinaires classiques l’emportent en fait sur l’esprit (que je suppose) de l’approche par section, qui devait favoriser le pluridisciplinaire ?
    Mais peut-être que certains labo jouent le jeu et travaillent en pluri ?
    Merci d’avance pour vos remarques et merci pour le site !
    JD

    • Bonjour,
      C’est en effet une erreur très répandue de penser que le recrutement au CNRS est plus interdisciplinaire qu’à l’Université. En fait, ce n’est pas absolument faux, mais beaucoup moins qu’on le croit. Certains fléchages/coloriages de postes peuvent appeler spécifiquement à des profils interdisciplinaires (mais ils sont rares). Par ailleurs, l’expérience d’enseignement compte moins ou pas du tout (alors qu’à l’université, on va vous demander, assez logiquement, d’avoir enseigné la sociologie si c’est un poste de sociologie, etc. – en plus des particularités de la philosophie et de l’histoire qui en effet ont coutume de demander l’agrégation). Cela dit, pour l’essentiel, le recrutement au CNRS reste très centré sur les disciplines. A cela, il y a au moins deux raisons : d’une part, la moitié des jurys de recrutement sont constitués d’universitaires (et pas chercheur.se.s CNRS) qui peuvent avoir tendance à adopter les mêmes logiques qu’à l’université. D’autre part et surtout, la pénurie de postes a atteint des niveaux tels que les collègues se recentrent souvent sur le coeur des disciplines (et sur les profils d’excellence les plus classiques). Cela veut dire qu’il est important lorsqu’on adresse un projet à une section de citer des références bibliographiques appropriées à la section, sous peine de voir le projet rapidement éliminé. Cela dit c’est pour moi l’essentiel (montrer votre maîtrise de la discipline par la biblio), ce qui veut dire qu’une thèse (et plus encore un master) relevant d’une autre discipline n’est pas forcément bloquante. Par ailleurs, il y a des exceptions à la logique disciplinaire : par exemple la 40 mélange volontiers sociologie et science politique et s’ouvre régulièrement à des personnes ayant fait une thèse en histoire ; la 38 accepte des personnes maîtrisant méthodes et bibliographie en anthropologie sans avoir forcément fait tout leur parcours dans cette disciplines, etc. Enfin, je le répète une centième fois même si les candidat.e.s croient toujours le contraire, ce sont les sections qui recrutent, pas les labos. La labellisation (ou pas) par les labos est un épiphénomène. (et oui, il y a aussi des labos qui valorisent plus l’interdisciplinarité que d’autres)

    • A l’intention de Madame Lemercier Claire

      Chère Madame,
      Merci infiniment pour vos conseils éclairés sur la forme et le contenu du projet de recherche. Toutefois, j’aimerais recueillir vos conseils sur « le rapport de recherches effectuées » ainsi que des exemples de rapport, comme vous avez fait ici en donnant des liens aux « projets de recherche » à lire.

      Encore merci.
      CS.

      • Bonjour,
        Vous pouvez regarder la réponse que j’ai déjà donnée à « suzanne ». Ce n’est pas par hasard que j’ai donné moins de conseils sur ce point car la forme du rapport sur les recherches n’est pas ultra déterminante. Ce qui va compter sur le recrutement c’est a/ le contenu du CV en soi (publications avant tout, et le reste), auquel vous ne pouvez pas faire grand chose, sinon le présenter clairement et b/ le projet. Sur le rapport, il faut qu’il soit clair et qu’il apporte quelque chose de plus par rapport au CV -> notamment une mise en cohérence de l’ensemble (si ce n’est pas évident à la 1re lecture) et surtout, le rapport permet de juger de la faisabilité du projet, dans la mesure où il doit démontrer que vous avez déjà acquis les savoirs et les savoir-faire nécessaires pour réaliser le projet ; mais aussi que le projet représente une étape de plus, différente et bien distincte (il ne va pas juste répéter ce que vous avez déjà fait).

  4. Bonjour mme Lermercier,
    Merci pour votre dossier concernant le projet de recherche. Il m’est très utile à l’heure actuelle, ainsi que la lecture des projets se rapprochant le plus de ma section (32). J’ai juste un souci avec le rapport sur les publications. Pouvez vous m’indiquer un exemple de dossier ou une marché à suivre car j’avoue ne pas savoir exactement ce qui est attendu.

    En vous remerciant
    Bien cordialement

    • Bonjour et merci. Je pense que vous parlez du rapport sur les recherches passées ? (il ne s’agit pas uniquement des publications, à moins que j’aie raté quelque chose de nouveau dans le guide des candidat.e.s, dans ce cas dites-le-moi) Je n’ai pas mis de conseils car la chose est plus classique : il s’agit de mettre en valeur votre expérience (thèse et tout ce que vous avez pu faire d’autre de pertinent pendant et après, voire avant). Le seul conseil serait de ne pas se contenter d’une énumération (= pas juste un copier-coller des résumés de vos publications) mais de donner une cohérence à l’ensemble. Le but est que, de la lecture du rapport on conclue non seulement que vous êtes excellente, mais aussi qu’il y a une cohérence dans ce que vous avez fait (= le jury sait bien que vous avez peut-être fait un postdoc juste parce qu’il se présentait, mais le but est de montrer comment vous en avez tiré des choses cohérentes avec votre parcours avant et votre projet après), et encore que ce que vous avez fait vous arme pour très bien réussir le projet que vous déposez par ailleurs (= insister par exemple sur ce que vous avez déjà démontré comme maîtrise des savoir-faire qui seront utiles pour le projet). Il faut construire (c’est évidemment toujours une reconstruction) une ligne qui aille de vos débuts à votre projet, qui montre de la cohérence mais aussi du développement, pas juste une répétition. Par ailleurs il ne faut pas mentir ni noyer le poisson, le jury sait comment on écrit : il faut mettre en valeur mais sans tomber dans l’imprécision (par ex sur ce qu’était vraiment votre rôle dans un postdoc, plus ou moins subordonné ou autonome) et moins encore le mensonge évidemment. Je n’ai malheureusement pas d’exemples sous la main mais si des lauréat.e.s lisent ce commentaire, n’hésitez pas à m’en envoyer pour que je les annexe au billet…

      • Merci pour votre réactivité! Justement, je ne suis pas en post doc. En fait, j’ai un profil atypique je m’en rends compte. Je me suis inscrite en doctorat alors que je travaillais dans l’archéologie préventive en tant que spécialiste et j’ai toujours eu à coeur de publier mes études. J’ai donc une assez longue bibliographie qui démarre en 2000 qui montre que je suis soucieuse de la recherche (ce qui est mon aspiration 1ere) mais je n’ai pas fait partie de programmes de recherche spécifiques. Du coup, je ne sais vraiment pas comment tout regrouper et agglomérer. En tout cas, je dois démarrer par la thèse, ça, c’est ce que j’ai compris et faire état des publications réalisées durant cette période. Mais ensuite… Si, comme vous les y invitez, des lauréats peuvent m’éclairer, je leur en serai très reconnaissante.
        coordialement

        • Je ne sais pas du tout comment la 32 considère ce type de candidature mais dans l’absolu je dirais que ce n’est pas du tout un obstacle, il faut justement que vous montriez votre souci de recherche qui s’est exprimé aussi dans votre métier et vos publications liées. Ecrivez-le comme vous le diriez sincèrement à l’oral à un.e collègue bienveillante. Et regroupez-le par thèmes ou par méthodes, d’une façon qui « aille bien » avec votre projet. (et j’espère que si des archéologues vous lisent vous recevrez des conseils plus ciblés).

          • prenez le temps qu’il apparaisse, ma connexion est lente ! et merci à Laurent Beauguitte (section 39, 2014)

  5. Bonjour,
    Une précision utile pour les candidats en section 36 : il n’est pas possible de candidater en CR1 ET en CR2 à moins de thèse + 4 ans. L’expérience des 4 ans pour candidater en CR1 ne comprend pas le travail doctoral :
    « Cette période ne saurait se confondre avec la période de réalisation de la thèse de doctorat ; elle se comprend comme une expérience acquise en plus, après le doctorat. » (cf. document officiel, section 36).
    J’ajoute que le principal problème des candidats est l’absence de feedback sur les candidatures auditionnées (je ne parle même pas de la non-admissibilité, même si ce serait bien sûr utile aussi). Je n’ai eu, personnellement, aucun retour de mes auditions, ni auprès de mes rapporteurs, ni auprès des présidents de jury, ce qui fait que l’on ne peut vraiment savoir ce qui a pêché dans le dossier (si ce n’est qu’on se doute que la raison véritable est que d’autres dossiers étaient plus convaincants, càd ont davantage fait l’unanimité… et moins il y a de postes, plus il y a de postulants, et plus le niveau monte et cela reste la seule explication possible vu que tous les critères objectifs sont remplis par tous les candidats…). Le vrai problème, c’est la pénurie de postes !

    • C’est en effet une précision importante : certaines sections, ces dernières années, devant la difficulté croissante à faire leurs choix, ont durci le réquisit pour CR1 au-delà de son niveau officiel (qui normalement inclut la thèse si elle est financée). Donc vérifiez bien ce qui concerne la ou les section.s que vous visez. De toute façon, vu la pénurie de postes, je conseillerais maintenant de ne se présenter en CR1 que si on dispose du dossier adéquat pour sa discipline. Ce qui en fait est moins une question de nombre d’années après la thèse que (pour les disciplines que je connais) de publications : pour CR1, on demande d’avoir déjà des publications sur une recherche menée après la thèse et/ou d’avoir un livre personnel et/ou plusieurs articles dans des revues majeures (selon la discipline).

    • Quant aux retours sur les auditions, il faut savoir que c’est le CNRS qui ouvre un gros parapluie juridique en dissuadant au maximum les sections de faire une quelconque forme de retour, par crainte de recours contre le concours (heureusement, certaines sections trouvent des moyens de passer outre, mais elles organisent en général un retour d’ensemble plutôt que par candidat.e). De toute façon vous avez raison, ce qui pèche c’est qu’il y a dans chaque section SHS au moins 40 candidat.e.s excellent.e.s indistinguables -> les sections seraient bien en peine de vous dire ce qui pèche quand vous êtes dans les 35 non pris.e.s…

  6. Bonjour, merci pour ces informations très utiles, qui démocratisent l’accès au concours, puisque celui qui ne connaît pas de chercheur CNRS est bien ennuyé pour trouver certaines informations.
    Je me permets deux courtes questions complémentaires : à combien de laboratoires faut-il écrire environ, en amont du concours, pour avoir un soutien ? Faut-il cibler large (labo près de chez soi et sections diverses) ou très précis (labo qui cherche très précisément dans la même voie que soi, même section que le doctorat) ?
    Merci beaucoup !

      • Bonjour,
        Vraiment, mon avis est toujours que le soutien des laboratoires est la chose la moins importante, de loin, pour le succès d’une candidature ! Cela dit, c’est toujours une occasion de se faire connaître de ces laboratoires, ce qui peut avoir d’autres bénéfices (pour obtenir des postdocs, etc.) même si cela ne joue pas vraiment pour le recrutement. Par ailleurs, très sincèrement, je dirais : ciblez des labos où vous auriez envie d’être recruté (-> géographiquement possibles, agréables en termes d’ambiance pour ce que vous en savez, etc.), c’est un point important ! Qui inclut aussi, bien sûr, la compatibilité avec votre approche de recherche (théorique et méthodologique)… Je sais, quand on n’a pas de poste, on se dit que n’importe quel poste dans n’importe quel labo serait parfait – mais ce n’est pas vrai (il y a des jeunes recruté.e.s malheureux.se.s). Par ailleurs il n’est pas raisonnable de demander le soutien de trop de labos, car si vous êtes recruté, vous n’irez que dans un et les autres seront déçus. Donc je dirais, ciblez 2 labos où vous auriez vraiment envie d’aller, contactez-les assez à l’avance, et si cela ne marche pas pour obtenir le soutien de l’un d’eux vous pouvez peut-être essayer de le remplacer par un autre ensuite…

          • Bonjour, il faut qu’on puisse y affecter une personne du CNRS puisque le but c’est de recruter quelqu’un au CNRS ! Soit vous voyez sur le site du labo qu’il comprend déjà des membres du CNRS (« membres » et pas « membres associé.e.s »), dans ce cas c’est bon. Soit c’est une « UMR » Inserm-CNRS et c’est bon aussi. Soit c’est un statut plus compliqué (que je ne connais pas forcément !), dans ce cas mieux vaut demander à quelqu’un du labo pour être sûre.

  7. Merci beaucoup pour les réponses et les suggestions, toujours utiles. Merci aussi pour le commentaire sur le « prolongement de poste »: je ne sais pas si j’ai bien compris, mais tenez, parmi les choses bizarres, moi je pensais qu’indiquer une collaboration déjà entamée avec un laboratoire (par ex. en CDD) c’était plutôt un atout…

    • C’est un point sur lequel j’ai entendu des avis contradictoires. Mais on peut penser que l’idéal pour un jury, c’est en effet la personne qui a eu des CDD (preuve d’intégration) mais qui arrive au bout (utilité de la recruter), par opposition à la personne pas intégrée du tout (ce qui est très injuste, vu la façon dont sont attribués les CDD) ou à la personne qui a encore plusieurs années de CDD devant elle. Cela dit, je crois que c’est surtout le type de points dont les jurys discutent longuement. Bref, on ne ment pas sur le CV de toute façon car ça peut se savoir…

      • ce sont des membres des jurys de 32 et 33 qui m’ont donné l’info et cela s’est avéré confirmé par les résultats. il n’est pas recommandé de mentir sur son cv, bien sûr, mais du coup il faut s’attendre à ne pas être retenu du tout si on a encore 2 ou 3 ans devant soi.

  8. Bonjour,
    Est-il obligatoire d’avoir une lettre de soutien d’un ou deux labos pour se présenter au concours CNRS ? Comment faire si aucun des labos que l’on a sollicité ne donne une suite favorable à une demande de soutien ? On laisse tomber ??

    • Bonjour,
      Au risque de répéter ce qui est écrit dans le billet et que TOUS les membres des sections disent chaque année à TOU.TE.S les candidat.e.s qui demandent (mais ils et elles ne croient jamais la réponse : il y a là un bel objet sociologique à étudier). Les lettres de soutien des laboratoires n’ont pratiquement aucune importance pour le recrutement. Elles ennuient à vrai dire beaucoup les sections. La seule chose qu’il y a à gagner au soutien d’un laboratoire, c’est si ses membres vous aident à améliorer votre projet ou vous proposent des auditions blanches. N’hésitez surtout pas à vous présenter sans soutien.
      Bon courage,
      CL.

      • hm, TOU.TE.S les membres des sections. Je sais, je ne devrais pas crier. Mais je suis vraiment embêtée par le temps passé chaque année par les candidat.e.s à quêter des soutiens, et par les membres des labos à examiner leurs demandes (je suis en plein dedans) pour, basiquement, rien. Passez plutôt du temps à améliorer vos projets. Vraiment.

        • Merci infiniment de votre réponse Claire Lemercier ! Comme vous dîtes, il y a là un bel objet à étudier, mais le problème étant les dissonances éprouvées par les candidats, tant les injonctions paraissent être contradictoires : la sélectivité affichée par certains labos concernant les « demandes de soutien » est par exemple ahurissante et peut conduire à des phénomènes d’autocensure ou de découragement de la part de certains…

          • Tout à fait ! Nous nous en étions d’ailleurs fait l’écho (bon, ça n’a rien résolu, mais dans nombres de laboratoires le débat sur ce point continue) : http://academia.hypotheses.org/1894
            Continuez bien sûr à recouper les informations, mais j’ai vraiment entendu encore cette année de nombreux.se.s membres de sections et d’autres instances du CNRS me confirmer que les soutiens ne jouaient quasi pas.

          • Bonjour,
            j’ai candidaté au concours en 2015 et je vais essayer à nouveau. Etant étranger je cherche un peu à comprendre le « système » et je dois dire que j’ai rassemblé une quantité de choses contradictoires, peut-être dues aussi à des différences entre les sections. Une connaissance, chercheuse en section 36, m’a dit des choses semblables à ce que vous dites, Claire Lemercier. En revanche on m’a relaté le mot d’un DR de ma section (35), qui, d’un ton ironique, disait « je n’ai jamais vu quelqu’un être recruté seulement grâce à un bon dossier… », en référant au rôle des soutiens des labos (soutiens en général… pas simplement les lettres à joindre au dossier…). Donc… quoi penser?

          • Bonjour,
            Un excellent dossier ne peut pas suffire pour être recruté, car, par les temps qui courent, chaque section fait face à une bonne cinquantaine d’excellents dossiers je pense… mais c’est une condition nécessaire. (excellent dossier = thèse + CV et notamment publications + projet). Donc, le message de mon billet c’est que si on a un nombre d’heures limité à passer, il faut les passer sur le projet plutôt qu’à chercher des lettres de soutien, car sans un bon projet, point de salut. Ensuite, je n’aimerais pas être à la place des sections, qui ont de plus en plus d’excellents dossiers, et cette année en sciences humaines et sociales deux fois moins de postes que l’an dernier. Il est toujours difficile d’interpréter les choix faits dans ce contexte pour passer de 50 dossiers parfaits à 5 postes. Ce qui me rassure, c’est que j’ai l’impression que les sections du CNRS ne puisent pas en général dans les dossiers « pas excellents » (je ne dirais pas toujours la même chose des universités françaises). Mais il y a un moment où quand on a 50 dossiers également excellents, d’autres choses entrent en ligne de compte. D’après ce que j’ai pu voir et comprendre, et qui est nécessairement très limité, je pense que les dynamiques internes aux sections jouent un plus grand rôle, à ce stade, que le soutien affirmé des laboratoires. Notamment, le rapporteur sur lequel on tombe a un rôle crucial pour défendre le dossier (ou pas) avec conviction et charisme. Du côté du soutien des laboratoires, ce qui peut jouer énormément, comme je le dis dans le billet, c’est l’aide apportée par les laboratoires pour bien écrire le projet ainsi que (surtout) l’organisation d’auditions blanches. C’est plus important que la lettre, ou les pressions informelles sur la section, qui peuvent aussi avoir l’effet inverse.
            Surtout, même si cela varie selon les sections, il me semble que le choix entre les projets excellents que la section n’arrive plus, à un moment, à hiérachiser en termes de qualité, se fait en fonction des thèmes des projets : soit en suivant les coloriages officiellement indiqués, soit en suivant d’autres priorités ressenties par la section (thèmes ressentis comme d’actualité, ou manquant jusqu’ici dans les labos, ou sur lesquels beaucoup de collègues sont en train de partir à la retraite, etc.). D’où la nécessité de « vendre », dans votre projet, l’importance du sujet, autant que votre capacité à mener à bien la recherche.

          • J’en profite pour vous remercier beaucoup de ce billet très utile (et pour l’attitude de « politique de la recherche » qu’il sous-entend) et pour vous demander deux conseils… J’ai cru comprendre que mon projet de l’année dernière n’avait pas assez de projection dans la longue période et qu’il pouvait tomber sous l’objection « ça rassemble plutôt à un long post-doc, au CNRS on recrute à vie ». Mais quelle projection temporelle faut-il effectivement concevoir, sans tomber dans le risque opposé des projets trop grands et de prévisions pas vraisemblables car projetées sur une durée très très longue ?
            D’autre part j’avais essayé d’être assez précis et détaillé, quand j’ai raconté certains choses de mon projet à un chercheur CNRS il m’a dit que peut-être c’était même trop précis car je donnais ainsi la sensation d’avoir déjà les réponses et qu’il s’agissait d’un projet déjà conçu et fait et seulement à réaliser dans un livre… J’ai raconté cela à une autre personne qui m’a dit « mais non, il faut être précis ! les membres du jury n’aiment pas les choses en l’air et indéterminées… ». Qu’en pensez-vous ?

          • Sur le premier point, relisez le billet et regardez les projets en annexe. C’est un entonnoir. Il faut donner des infos précises sur ce qu’on va faire dans l’immédiat, puis évidemment des infos de plus en plus vagues sur la suite, mais il faut se projeter loin, au moins jusqu’à l’habilitation à diriger des recherches / au moins une dizaine d’années, même si votre CV fait que l’HDR est plus proche que ça. Il faut avoir un « titre de chaire », un domaine général sur lequel vous allez travailler, et dont le projet immédiat n’est qu’une déclinaison.
            La 2e question est plus compliquée, mais en effet : il faut être précis tout en montrant que ce n’est pas encore fait… Il faut avoir une partie dont vous êtes sûr et qui sera applicable dès octobre 2016 mais aussi montrer que la suite est encore un peu ouverte. Par exemple, vous avez déjà identifié le matériau empirique nécessaire mais vous ne savez pas du tout ce que son analyse va donner.

          • Mieux vaut savoir également qu’il y a clairement des thématiques qui sont privilégiées même si aucun parcours fléché/colorié n’est annoncé. Ensuite, mieux vaut ne pas indiquer un poste qui se prolonge. Cela constitue un critère d’évincement. Sont retenus en priorité les gens qui n’ont rien.

  9. Ping : My CNRS project and presentation | Claudio Attaccalite's Homepage

  10. Bonjour,
    Je me suis lancée cette année pour la première fois dans la campagne de recrutement du CNRS section 32 et, surprise, je ne suis même pas autorisée à poursuivre. Je suis d’autant plus suprise que jusque-là j’ai réussi des concours bien plus difficiles avec un projet à peu près similaire (2e au concours de recrutement de 3 post-doc de l’EHESS, bourse Fernand Braudel, post-doc dans une université étrangère) et que mon projet est soutenu par deux labo et des personnalités reconnues qui n’ont remarqué aucune anomalie dans ce que je proposais, bien au contraire.
    Je sais bien que le concours est difficile et qu’on réussit rarement au premier essai mais ce rejet dès la première étape me laisse perplexe. Sur quoi se base la commission ? En outre, j’ai remarqué qu’un personne concourant aux deux grades de CR1 et CR2 était déjà évincée en CR2 alors qu’elle est autorisée à poursuivre en CR1. Comment cela est-il possible ? Sans l’affirmer officiellement, les commissions privilégient-elles des thématiques particulières lors de la sélection ? Merci de vos éclairages. Amitiés.

    • Petite précision, quand je dis « plus difficiles », j’entends par là plus difficiles que l’autorisation à poursuivre, je ne parle pas de l’ensemble du concours du CNRS. Merci.

      • Bonjour Eloïse,
        Je comprends votre déception ; dites-vous bien que beaucoup dans cette situation dépend de l’afflux d’excellent.e.s candidat.e.s (pour la plupart avec soutiens et labos et bons projets) face à un nombre ridicule de postes, ce dont ni vous ni les jurys n’êtes maîtres. En effet, avec les premières listes d' »admis à poursuivre », vient cette année une surprise pour les sections que je connais (32, 33, 36, 40) : pour la première fois, les membres du comité national se sont saisis à plein de la possibilité qu’ils ont depuis quelques années de ne pas auditionner tout le monde (jusqu’ici, ils ne laissaient de côté que les dossiers manifestement hors format ou hors discipline). A ma connaissance, ils ont choisi de laisser poursuivre un peu moins de la moitié des candidat.e.s, soit quand même plus ou moins 100 personnes par section (pour toujours moins de 10 postes de CR). Il faut attendre qu’ils donnent, espérons-le, des indications publiques sur les critères qu’ils ont utilisés, qui semblent différer entre sections, ce qui est bien normal. Je sais pas exemple qu’en 40 le couperet a porté quasi-essentiellement sur les publications d’articles (quantité et lieux de publications) ; il est probable que c’est assez différent ailleurs. On peut comprendre le fait de ne pas convoquer à l’audition (ce qui représente notamment des frais pour les non-Parisiens) des personnes qui n’auraient de fait aucune chance. On peut aussi, évidemment, discuter des critères. En tout cas, ce n’est pas, du coup, un stade moins difficile qu’obtenir un post-doc très prisé : vous êtes en compétition avec à peu près toute votre discipline, dont des gens sans poste mais qui continuent à publier depuis parfois 4 ou 5 ans après leur thèse… De plus, les critères sont assez différents de ceux qui concernent un post-doc, surtout pour l’ampleur du projet. Quant au fait d’autoriser quelqu’un à poursuivre en CR1 et non en CR2, cela me semble un choix raisonnable, parmi d’autres, pour remettre de la différence entre ces 2 concours (qui ne mènent notamment pas du tout aux mêmes salaires !) : la section a peut-être considéré qu’en dessous d’un certain nombre d’années après la thèse on ne pouvait être auditionné.e qu’en CR2 et au-dessus qu’en CR1. Enfin, sur le fait que les sections privilégient certains thèmes, c’est probablement une réalité pour le choix des recruté.e.s (que ce soit ou non une préférence consciente et assumée des sections) mais je doute vraiment que cela joue au stade « admis à poursuivre ». N’oubliez pas que les membres sont nombreux et spécialistes de thèmes variés.

        • Chère Claire,
          Je vous remercie de votre réponse. Je comprends bien vos arguments et, croyez-moi, j’essaie de comprendre. Je ne me suis pas lancée à l’aveuglette. J’ai élargi la portée de mes recherches pour les faire entrer dans le format CNRS, j’ai été soutenue par deux labos (CRH et Lamop) qui n’ont pas trouvé mon projet trop court ou inadapté. Je l’ai même fait lire à une amie qui a longtemps été membre du jury en section 33 qui a trouvé qu’il collait aux exigences des jurys du CNRS. C’est peut-être au niveau des publications que mon dossier pèche (publication de la thèse en cours, 4 articles dans des revues avec comité de lecture, 3 chapitres de livres – il s’agit d’un gros morceau, 70 pages-, une conférence à des colloques à l’étranger publiée), mais de ce que j’ai vu, tous n’ont pas non plus des dizaines de publications… J’ai soutenu il y a 3 ans et ai toujours eu un poste dans la recherche depuis 2008.
          Alors je comprends que cet écrémage limite les dépenses des deux côtés, que tout cela soit légitime, mais dans ma position, je demeure perplexe, vraiment…
          Je vais attendre avec impatience d’avoir des informations sur le procédé de sélection.
          Merci encore pour votre réaction et pour l’excellent dossier publié sur le net.
          Bonne soirée.

          • Bien mal à l’aise avec votre demande, je prends brièvement la plume électronique. Academia a été créé il y a quelque temps déjà pour discuter de l’emploi dans l’enseignement supérieur et la recherche: le blog s’est constitué au fil du temps et des envies des auteurs, d’analyser certains phénomènes (discriminations), faire connaître certains problèmes ou encore rendre publics conseils et suggestions, réglementations et principes de concours, qui pouvaient se faire dans un réseau d’interconnaissance étroit. A ce titre, les billets de Claire Lemercier s’avèrent non seulement utiles, mais après coup indispensables. Nous pouvons noter les formes de discriminations à l’oeuvre à partir des résultats – et d’ailleurs analysées par l’institution elle-même; commenter après coup les pratiques. Je me sens personnellement très mal à l’aise à justifier les décisions des jurys (souverains) qui ne souhaitent pas le faire publiquement; travaillent dans des conditions peu idéales pour se sentir satisfaites des décisions prises. Si certaines sections explicitent leurs pratiques de sélection et d’autres non, c’est de leur fait, sous couvert de l’EPST qui organise le concours. Sauf erreur de ma part, l’administration du CNRS est tenue par la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978, qui reconnaît à toute personne le droit d’obtenir communication des documents détenus dans le cadre de sa mission de service public par une administration, quels que soient leur forme ou leur support, de communiquer les documents ayant motivé une décision dans le cadre d’un concours public ». Vous pouvez certainement faire une requête auprès du responsable du service central des concours. Quoi qu’il y soit, il y aura sans doute peu à attendre de documents individuels.

          • Je voulais réagir au commentaire de Claire Rabier mais je n’ai pas la possibilité de lui répondre directement alors je le fais ici.
            Merci de votre réponse. Ce qui me surprend en effet, dans tout cela, c’est la grande diversité des attentes d’une section à l’autre et le fait que celles-ci ne sont pas explicitement formulées. Par exemple, je candidate en 32. Pour la longueur du projet, je me suis fiée à un texte établi par la 33 qui avait pour consigne de fournir des projets de 25000 à 80000 signes, le mien en fait 70000 si je me souviens bien. Or la 40 a demander à ses candidats de ne pas excéder les 40000 signes. Or je n’ai aucun moyen de savoir si ce que j’ai proposé correspond à ce qu’attend la 32.
            En outre, si la section a décidé comme l’envisage Claire Lemercier que sous un certain nombre d’années, on doit candidater en CR2 et au-delà en CR1, pourquoi ne pas le dire ouvertement ? Je n’ai pas osé à me présenter en CR1 pour ne pas griller l’une de mes 3 chances, mais si j’avais su, j’aurais tenté le coup.
            Et puis il y a des problèmes de formulation. Dans les tableaux à remplir, le décompte des colloques internationaux ne spécifie pas s’il s’agit uniquement de ceux ayant donné lieu à des actes .
            Bref, je commence à me faire une raison. J’attends la fin du concours pour avoir des précisions et des échos.
            Bonne soirée à vous.

  11. Bonjour,

    Je sors de la procédure d’inscription au concours 2014 plutôt découragé. Vous indiquez (C. Lemercier) que le soutien des labos n’est pas nécessaire alors que les recommandations de la section 39 postées en commentaire disent l’inverse : c’est un critère direct de sélection.

    A ce sujet, c’est assez problématique : le temps de l’écriture du projet et le long remplissage du formulaire de candidature en ligne laissent peu de temps au contact avec des labos pour obtenir leur soutien.

    De faire tout cela en même temps au mois de décembre, avec parfois le travail (et parfois aussi les charges de famille !), est très très lourd : comment tout faire en même temps ?

    Pourquoi ne pourrait-on pas, une fois le projet déposé et la candidature enregistrée en ligne, rentrer plus tard en contact avec les labos pour évoquer le projet et le corriger/compléter en interaction avec eux ? Lors des auditions, il serait alors évoqué les compléments issus de ces interactions.

    Et, surtout, on gagnerait en confort de temps d’inscription administrative et de maturation d’inscription dans le paysage de la recherche.

    Bien à tous,

    JB Chebroux

    • Les sections ont en effet cette année fait des recommandations (qui n’existaient pas l’an dernier, quand j’ai écrit ce billet) qui explicitent le caractère nécessaire ou non des soutiens de laboratoires. Evidemment, quand il existe une recommandation explicite d’une section, elle l’emporte sur la mienne ! Sur le soutien des laboratoires, la situation est extrêmement différente de section en section et change de plus d’année en année. Je reste 100% persuadée qu’il est absurde de passer l’essentiel de son énergie sur l’obtention des labels de laboratoires, et que l’écriture du projet est extrêmement plus importante. Les laboratoires sont d’ailleurs d’autant plus utiles qu’ils donnent des retours et des conseils pour l’écriture du projet. En effet, la situation des candidats en décembre est extrêmement désagréable, ce qui n’est pas en soi ultra surprenant pour un concours où il y a couramment 200 candidats pour 6 postes. Le fond du problème est qu’il faut commencer à écrire le projet très en amont – même si je sais bien que les conditions de travail des candidats ne le permettent pas toujours. Cela permet alors d’avoir en décembre l’interaction constructive avec les laboratoires.

  12. Ping : Histoire des mondes du travail – Recrutement de chercheurs

  13. Bonjour,
    J’ai une question pratique qui va paraître sans doute très idiote : j’ai un profil qui convient à plusieurs sections (après recherche sur le site du CNRS, des labo appartenant aux sections 33, 35 et 38 collent tout à fait à mes projets), mais, ma décision de me porter candidate pour CR2 cette années étant assez précipitée (il me reste à peine un mois pour rédiger mon projet), j’ai pour l’instant le soutien d’un seul labo en section 38, et je ne compte pas en démarcher d’autres (arriver la bouche en coeur à un mois du concours est inconvenant). Puis-je me porter candidate en sections 33 et 35 avec le seul soutien d’un laboratoire en section 38, ou est-ce impossible?

    • Bonjour, je suis désolée de ne pas avoir répondu en temps et heure et que personne ne l’ait fait ici, j’espère que vous avez trouvé une réponse et bien candidaté ! Je réponds pour les générations futures de candidat.e.s… D’abord, ce n’est pas forcément inconvenant d' »arriver la bouche en coeur à un mois du concours » pour obtenir le soutien des laboratoires. Ca dépend pas mal des sections et même des laboratoires. De plus en plus souvent, ceux-ci affichent sur leur site quelle est la manière et le moment pour les contacter dans la perspective d’une candidature – et le moment n’est souvent pas très en amont. Ils peuvent être ravis de découvrir une candidature intéressante et d’envisager recevoir un.e nouveau.elle recruté.e l’année d’après ! Ne vous interdisez donc pas cette démarche, en prenant toutes les pincettes rhétoriques nécessaires. Ensuite, dans certaines sections, avoir le soutien d’un laboratoire n’est pas crucial, il faut donc vérifier au cas par cas. Enfin, avoir le soutien d’un laboratoire d’une autre section est un peu moins bien que d’un laboratoire de la section (surtout si la discipline est très éloignée, bien sûr), mais cela témoigne déjà de votre insertion scientifique. Si vous êtes dans ce cas, il faut donner dans le rapport et le projet de forts gages de votre insertion dans la discipline de la section visée, autant que dans celle du laboratoire qui vous soutient.

      • C’est à mon tour de présenter mes excuses pour la tardive publication du poste. A mon sens, le problème touche aussi à la multiplication des candidatures selon les sections, qui pourraient avoir une appréciation négative de la multiplication des candidatures – le champ officiellement couvert par une section pouvant porter à confusion. Pensez aux CID…

    • Je ne suis sans doute pas la mieux placée pour répondre, au vu de mon insuccès au concours (4 candidatures, 1 admissibilité CR1 à la seconde). Outre le fait que vous allez vous-même vous épuiser à présenter vos belles idées sans réaction de l’autre bord, la limite fixée pour les CR1 me semble donner une structure: 3 candidatures possibles, la 4e ne l’étant que si vous avez été deux fois admissible. On peut arguer qu’une admissibilité suffirait.
      Un conseil cependant: ne griller pas toutes vos chances sur un seule commission, renouvelée touts les quatre ans. Comme on a pu le constater, pour son premier exercice, la commission 33 a procédé à des « rattrapages » sur des dossiers mis à la poubelle par les comités précédent. Au final, commencer par un CR2, et garder un CR1 pour la commission suivante.

  14. Ping : Faire un postdoc | Redoc Paris-Est

  15. Merci pour ce post !
    Quels conseils pouvez vous donner pour l’élaboration d’un projet qui introduit un décalage sensible avec la thèse, par exemple en histoire un changement de période (histoire moderne pour la thèse, contemporaine pour le projet) au sein d’un même champ de recherche — histoire culturelle, ou histoire des sciences, par exemple ?
    De façon plus générale, à quel point est-on libre de proposer quelque chose de vraiment différent de ce que l’on a travaillé jusque là ?
    HL

    • Je précise que je n’ai jamais siégé au Comité national ! Mais mon sentiment, c’est plutôt que trop de projets sont trop proches de la thèse, pas assez ambitieux, et que les jurys n’adorent pas ça. Donc changer un peu radicalement de période ou de terrain serait plutôt un plus. Après, bien sûr, il faut donner deux fois plus de gages de maîtrise sur le nouveau terrain (bibliographie, connaissance des spécificités des archives, etc.). Mais ça en vaut la peine. Et il faut expliciter ce que votre mouvement va apporter de spécifique : par exemple, ce que vous allez voir parce que vous venez de l’histoire moderne, que les contemporanéistes n’auraient pas vu (poliment, pour ne pas vexer les contemporanéistes du jury non plus !).

    • L’exercice étant rhétorique – et intellectuel, il est sans doute utile que vous justifiez un changement radical de chronologie; de période; de sujet – en montrant qu’il s’agit d’une MATURATION de votre travail précédent. Pourquoi? Apories de l’approche; découverte d’un terrain qui posait des questions complémentaires par rapport à la thèse – ou permettait de reformuler complètement le problème. Si vous ne le faites pas, il y a des chances que la question vous soit posée. L’intérêt, c’est que vous montrez que vous maîtrisez votre questionnaire de recherche; c’est l’occasion de mettre en valeur ce que vous avez déjà fait. D’autres avis?

  16. Ping : Etre candidat.e au CNRS, 2- L’audition | Academia

  17. Bonsoir,
    Merci pour vos conseils. Ils m’ont bien aide pour la preparation du dossier. Mon domaine n’est pas science sociale et je ne suis pas candidate CR2, mais je trouvais vos conseils assez generaux. Je dois passer l’audition (pour DR2) dans moins de 3 semaines et j’aprecie si vous pouvez me donner quelques conseils. Pour votre information, depuis tres long temps je n’ai pas travaille en France et je n’ai pas de contact avec des chercheurs francais dans mon domaine qui peuvent me donner des conseils. Merci d’avance.

  18. Bonjour,
    merci pour cette mine d’or de conseils. Les auditions approchent et je crois que nous sommes nombreux et nombreuses à espérer lire vos conseils pour l’audition!
    Merci par avance 🙂

  19. Je vous remercie d’avoir pris la peine d’écrire ce billet avec des remarques très concrètes. j’avais moi-même contacté des personnes admises les années passées pour obtenir des conseils comme le nombre de pages et une moitié m’a répondu très volontiers tandis que l’autre est restée muette. Un autre billet sur l’audition sera le bienvenu. J’ai été auditionnée l’an dernier quelques mois après ma thèse ce qui fait que je n’avais pas le recul nécessaire pour une véritable discussion. On apprend à être humble avec les années…

  20. Merci beaucoup pour ces éclairages bien utiles pour comprendre ce qui est attendu des candidat(e)s aux CNRS. Beaucoup de ces informations nous échappent lors des auditions! Merci!

  21. Merci pour ces éclaircissements. Une seule petite question: est-il recommandable d’attendre une année après la soutenance afin de peaufiner le projet et d’épaissir notre cv, notamment en matière d’enseignement et de publications? Ou est-ce qu’une année « fantôme » sans qualification peut-elle être préjudiciable?

    • Attention, je ne parle pas ici du dossier de qualification au CNU. Pour ce dernier, je ne vois pas de raison de ne pas demander la qualification dès la soutenance. Si on vous la refuse et que l’année suivante votre CV a assez grandi, vous la redemanderez et l’obtiendrez probablement (sauf si le refus se fondait sur le niveau de la thèse même…).
      Pour le CNRS, objet du billet : comme je l’écris, il ne faut pas systématiquement s’auto-censurer. Cela dit, les enjeux sont un peu différents de ceux du CNU, car vous pouvez tout de même faire une mauvaise impression à un jury qui reverra votre dossier les années suivantes. Si c’est votre CV qui est sans doute insuffisant (publications notamment) mais que votre projet est bien (pour savoir s’il est bien, il faut le faire lire par des collègues !), cela peut rester intéressant de vous présenter, ne serait-ce que pour vous faire connaître, même s’il faut faire entrer dans ce calcul le coût d’une audition à Paris. En outre, le poids des publications dans le recrutement est très différent suivant les sections. En revanche, si le projet n’est pas mûr, mieux vaut attendre ; mais la maturité du projet n’est pas liée à la date de soutenance ! faites-le lire et vos collègues vous diront. En tout cas, il n’est pas rare que des gens qui viennent de soutenir soient recrutés au CNRS ; toutefois, outre qu’il s’agit d’excellentes thèses, ils ont aussi pris le temps de publier pendant la thèse et réussi à écrire vite leur projet…

  22. Merci pour tous ces conseils éminemment précieux qui répondent à toutes les questions que je ne pose ainsi plus. J’avais abandonné l’idée de candidater, découragé par les démarches à mener en amont du projet. Ces remarques pragmatiques et sans langue de bois m’incitent à finalement recoller au peloton… Remerciements sincères et reconnaissants. LL

    • A l’intention de Madame Lemercier Claire

      Chère Madame,
      Merci infiniment pour vos conseils éclairés sur la forme et le contenu du projet de recherche. Toutefois, j’aimerais recueillir vos conseils sur « le rapport de recherches effectuées » ainsi que des exemples de rapport, comme vous avez fait ici en donnant des liens aux « projets de recherche » à lire.

      Encore merci.
      CS.

Laisser un commentaire