Destruction de l’enseignement supérieur britannique en cours. Les travailleurs et travailleuses des universités ripostent

Academia traduit ici un article publié la veille de la grande grève universitaire conduite par UCU depuis le 1e février 2023. L’article revient sur les raisons de la dégradation de l’enseignement supérieur britannique, tant pour les agent·es que pour les étudiant·es ((NDLR. Les illustrations sont un choix de la rédaction.)). 

OPINION : La marchandisation a favoriser le développement de la précarisation du personnel universitaire avec des contrats précaires et  l’augmentation des droits étudiants en échange d’un service de moins bonne qualité.

Imaginez que vous posez votre main gauche sur une table devant vous. Regardez-la de près. Peut-être le contour de vos os du métacarpe est-il visible ? Peut-être pouvez-vous distinguer des veines ? Maintenant, imaginez que vous saisissez un gros marteau à panne ronde avec votre main droite. Soupesez son déséquilibre, sentez la fraîcheur de son manche en bois. Puis, calmement, utilisez-le pour vous frapper la main gauche aussi fort que vous le pouvez. Recommencez encore. Et encore.

Vous saisissez désormais l’approche du gouvernement britannique en matière d’enseignement supérieur depuis 2010, les politiques contre lesquelles des dizaines de milliers d’universitaires vont faire grève au cours des prochaines semaines. La semaine passée, j’ai échangé avec certain∙es d’entre eux dans différentes universités de types différents à travers le Royaume-Uni. Les histoires qu’ils ou elles racontent, sur la façon dont leurs emplois ont continué à se dégrader au cours de la dernière décennie, présentent des similarités remarquables.

Par moments, l’objectif du gouvernement semble être de transformer les universités en firmes — en moteurs de croissance compétitifs, plutôt qu’en écosystèmes collaboratifs de recherche. C’est un peu comme essayer de transformer une main en pied. Mais à d’autres, les attaques semblent plus gratuites que cela. En moyenne, plus les gens sont instruits, moins ils votent à droite. L’augmentation du nombre d’étudiants au cours des dernières décennies est une menace existentielle pour les Tories. Écoutez le ton des commentatrices et commentateurs conservateurs à l’égard du monde universitaire ces dernières années, et vous pourrez entendre leur répulsion.

Campagne pour la grève. @ucu, 12 février 2023

En 2011, le gouvernement de coalition Tory/Lib Dem a tenté de transformer l’enseignement supérieur en un marché concurrentiel, en augmentant le plafond des frais de scolarité pour les étudiants de premier cycle à 9 000 £ par an, tout en réduisant le financement public de l’enseignement de premier cycle. L’idée était de les meilleures formations demanderaient des droits maximum, tandis que les établissements de second rang seraient concurrentielles en raison de droits moins élevés.

Cela n’a pas fonctionné. Presque tout le monde s’est contenté de demander 9 000 £, plafond désormais passé à 9 250 £.

Il est bon de s’arrêter une seconde et de comprendre à quel point l’Angleterre fait figure d’exception. Alors que l’on fait souvent des comparaisons avec l’Amérique, les États-Unis disposent en fait d’un réseau florissant de community colleges publics, qui forment environ 75 % des étudiants et facturent des frais beaucoup plus modérés. L’Angleterre est le seul pays du « club des pays riches » de l’OCDE où les frais de scolarité moyens des étudiants de premier cycle sont dépassent 10 000 dollars par an.

Les universités britanniques reçoivent également moins de financements publics que leurs homologues de tout autre pays comparable. En 2009/10, le gouvernement britannique a consacré plus de 13 milliards de livres sterling à l’enseignement supérieur. L’année dernière, il a dépensé moins de 5 milliards de livres, une baisse qu’on ne peut imputer que partiellement à la diminution de la subvention publique des frais de scolarité.

Le gouvernement autrichien consacre 1,6% de son PIB à l’enseignement supérieur. Celui de l’Inde, 1,5%, celui du Canada, 1,2%. Le Royaume-Uni arrive en dernière position, avec 0,5 %. En Allemagne, 81% du financement des universités provient de l’État. Aux États-Unis, ce pourcentage est de 36%. Au Royaume-Uni, il se réduit à 23%. Les universités anglaises présentent  — sensiblement — une plus grande dépendance aux caprices du financement privé que celles de tout autre pays riche.

Après l’échec des frais de 9 000£ pour transformer l’enseignement supérieur en un marché concurrentiel, le gouvernement a tenté autre chose. En 2015, il a supprimé le plafond du nombre d’étudiant∙es que chaque formation pouvait accepter. Jusque-là, chaque programme se voyait attribuer un certain nombre de places, et les étudiant∙es dont la première préférence ne pouvait être honorée allaient ailleurs. Iels étaient donc répartis dans tout le pays, et leur nombre dans chaque établissement était relativement prévisible. Les effectifs de personnel pouvaient être fixés en conséquence, la taille des campus étant corrélée à celle des promotions.

Aujourd’hui pour autant, les universités peuvent accepter autant d’étudiant∙es qu’elles le souhaitent, et comme leurs revenus dépendent du nombre d’étudiant∙es, elles sont incitées à les accueillir en masse. Certaines années, une formation peut recevoir 50 candidatures et en accepter 45. D’autres années, elle peut recevoir 500 candidatures et en accepter 450. À l’inverse, la formation équivalente dans une université voisine peut passer de 500 à 50 candidat∙es.

Pour s’adapter à ces variations autrement plus fortes qu’auparavant, les universités ont besoin d’un personnel enseignant qu’ils peuvent embaucher et licencier d’année en année. Ils ont besoin de campus qui se dilatent et qui se contractent. Et, pour attirer les plus fort∙es et dissuader les plus faibles, elles ont besoin de départements de communication et marketing, de bâtiments tape-à-l’œil que les étudiant∙es potentiel∙les peuvent admirer lors des journées portes ouvertes, etc.

Cela a eu pour effet, comme me l’ont dit été répété les universitaires, de pousser la direction des universités à investir davantage dans le clinquant et moins dans le concret; davantage dans le brillant d’apparence, moins dans les agent∙es travaillant dur pour maintenir le tout à flot.

Des salaires en chute libre

En valeur, le salaire des universitaires a baissé de 25% depuis 2010, alors que la charge de travail a explosé. Une enquête menée l’année dernière auprès de milliers de membres du personnel a révélé qu’iels travaillent désormais, en moyenne, deux jours supplémentaires par semaine, sans rémunération. Les assistant∙es d’enseignement doctorant∙es, qui constituent souvent le premier échelon d’une carrière universitaire, travaillent en moyenne plus de 64 heures par semaine. Le maximum légal (jusqu’à la fin de 2023) est de 48 heures.

“Ras-le-bol de travail deux jours supplémentaires non rémunérés chaque semaine? Vote OUI”, @ucu, 12 février 2023

Un tiers des universitaires disposent de contrats à durée déterminée, mais ce chiffre varie considérablement en fonction de qui il s’agit : si 28 % des universitaires masculins blancs ont un contrat à durée déterminée, c’est le cas de 44 % de leurs collègues féminines asiatiques. 35 % des universitaires du Birkbeck College de Londres ont désormais un contrat à « zéro heures »1.

La situation est particulièrement sombre pour les jeunes chercheurs et chercheuses. Environ 70 % des titulaires d’un contrat de recherche — c’est-à-dire des personnes titulaires d’un doctorat — n’ont pas de poste permanent, passant d’un contrat de recherche à l’autre. La plupart des 30 % restant∙es ne bénéficient d’une plus grande sécurité que grâce à la législation européenne sur l’emploi, qui stipule qu’une fois qu’une personne a occupé un poste pendant quatre ans, celui-ci doit devenir permanent —loi susceptible de disparaître dans le brasier des réglementations européennes allumé par Westminster après le Brexit.

Des jeunes universitaires m’ont raconté comment cette précarité entraîne une pression pour publier qui ne semble jamais s’arrêter, pour avoir régulièrement des idées originales et brillantes à date fixe, ce qui est souvent contraire à la façon dont la créativité réelle se produit. En 2013, Peter Higgs — le professeur qui a donné son nom au boson de Higgs — a déclaré qu’il n’aurait jamais pu obtenir un poste universitaire s’il n’avait commencé aujourd’hui, parce qu’il n’était pas assez productif : il n’avait pas une multitude de petites idées juste à temps pour respecter les délais. Il avait une grande idée, qui a changé le monde. Au cours de la décennie qui a suivi sa remarque, presque toustes celleux à qui j’ai parlé m’ont dit que les choses n’avaient fait qu’empirer.

Il n’est peut-être pas surprenant que la moitié du personnel manifeste des symptômes de dépression et que 60 % d’entre eux déclarent qu’iels sont susceptibles de quitter le secteur dans les cinq ans à venir en raison des salaires et des conditions de travail.

Déjà, me disent les universitaires de haut niveau, de plus en plus de collègues plient bagage – soit pour d’autres pays, où les salaires sont généralement plus élevés, soit pour d’autres professions.

Celleux avec qui j’ai parlé au cours de la semaine écoulée [NDLR. du 23 au 29 janvier 2023], se préparant à faire grève, sont d’humeur morose.

Natalie Fenton, professeure à Goldsmiths, a déclaré que le monde universitaire est « 500 % » plus stressant que lorsqu’elle a commencé en 1989. Cela n’est pas seulement dû à la fluctuation du nombre d’étudiant∙es, mais aussi aux changements survenus à la suite de la pandémie.

« Le passage à l’enseignement en ligne fait que l’on se sent de moins en moins lié à l’institution publique », explique-t-elle. « Cela a permis à la direction de faire toutes sortes de choses sans réelle consultation ».

L’afflux des étudiant∙es en surnombre dans les établissements du Russell Group, quant à elle, signifie que les étudiant∙es y sont moins bien traités, ajoute-t-elle, tandis que les étudiant∙es à l’autre extrémité du spectre social sont admis∙es dans des universités sous-financées obligées de licencier, ce qui signifie que ces étudiant∙es elleux aussi sont moins bien traité∙es que leurs homologues d’avant 2015.

Campagne promotionnelle. @ucu, 10 févrrier 2023

Pour faire face à ces fortes variations d’effectifs, certaines universités ont externalisé le recrutement auprès d’agences d’intérim, dont UniTemps, filiale de l’université de Warwick, qui possède des franchises dans tout le pays et qui place les « membres de la communauté universitaire » dans des emplois au sein de l’université et des entreprises environnantes.

Comme le dit Fenton, le résultat est que « les agent∙es n’ont pas de loyauté particulière envers l’institution ».

L’internationalisation

Le système d’enseignement supérieur britannique, avec sa hiérarchie rigide d’universités « élitistes » — assimilées en général aux universités « anciennes » ou « axées sur la recherche ») au sommet aux universités plus récentes censées se trouver plus bas, représente une autre originalité dans la situation internationale. Dans la plupart des pays, le système fonctionne plutôt comme les écoles primaires : on suit généralement ses études dans l’établissement local, sauf en cas de formation spécifique dans lequel un autre établissement est spécialisé.

Le système britannique a ses avantages et ses inconvénients — je n’y reviendrai pas ici — mais il signifie que ses universités censées être l’élite ont toujours été massivement surreprésentées dans les classements internationaux.

Les partisans de la concurrence de marché ont tendance à affirmer qu’elle permet aux forts de « monter » tandis que les faibles coulent. Mais la réalité est que certaines des universités supposées être les meilleures semblent faire moins bien.

Il existe trois grands classements internationaux. Dans chacun d’eux, trois universités anglaises de moins qu’en 2010 figurent parmi les 100 premières du classement de 2022. Il y avait entre dix et quinze « meilleures universités mondiales » en Angleterre avant l’arrivée des conservateurs. Maintenant, il y en a entre sept et douze.

Surrey. @ucu, 10 février 2023

Ce statut d’ « élite » fait également partie de la stratégie financière du Royaume-Uni pour l’enseignement supérieur britannique. Le gouvernement n’a pas besoin de financer les universités, pour ainsi dire, si elles peuvent attirer des étudiantes et étudiantes internationaux prêts à payer des frais de scolarité colossaux et si elles peuvent attirer des financements de recherche internationaux. Et dans une certaine mesure, certaines d’entre elles y parviennent.

Mais les fonds de recherche internationaux provenaient, dans une large mesure, de l’Union européenne. Et alors que le Royaume-Uni était la deuxième destination mondiale la plus populaire pour les étudiantes et étudiants internationaux après les États-Unis, le pays est désormais devancé par l’Australie, talonnée par le Canada qui connaît une croissance rapide, selon les statistiques pré-pandémie.

Cela s’explique en partie par le fait que les étudiantes et les étudiants internationaux ont subi la panique morale au sujet de la politique migratoire, et que le ministère de l’intérieur a rendu la vie de plus en plus difficile aux universités qui les accueillent. Dans une série de mesures récentes, la ministre de l’intérieur Suella Braverman a récemment suggéré que les étudiants internationaux qui n’auraient pas trouvé un « emploi qualifié » dans les six mois suivant l’obtention de leur diplôme seraient expulsés.

Et ce n’est pas seulement le nationalisme britannique qui menace ce modèle de financement reposant sur les droits d’inscription des étudiant∙es étrangeres. Une grande partie de la nouvelle stratégie repose sur une demande toujours plus importante de la part des enfants des élites chinoises. Mais le virage nationaliste de Xi lui-même a eu pour implication que l’éducation étrangère n’a plus l’importance qu’elle avait dans l’administration de l’État chinois. Et de toute façon, les universités chinoises gagnent de plus en plus de prestige.

La guerre contre le wokisme

La guerre culturelle menée par la droite contre les universités elles-mêmes est peut-être tout aussi exaspérante pour bon nombre des universitaires avec lesquel∙les j’ai discuté. La semaine dernière, le groupe de réflexion de droite Civitas a publié un tableau de classement des universités « woke »2, dont le compilateur se plaignait que

« les universités ont adopté, pour faire court, une forme mutante et amalgamée de théories radicales dépassées qui incluent le marxisme, le postmodernisme, le féminisme, le freudisme et le maoïsme, soutenue en grande partie par des subventions publiques ».

Le rapport, basé sur la compilation de rapports médiatiques et l’examen des sites web des universités, a noté les universités qui disposent d’une formation à la lutte contre le racisme ou de procédures permettant de signaler anonymement le harcèlement. Il s’agit, en d’autres termes, d’un rapport profondément stupide, le genre de trolling de droite que les universitaires auraient tout simplement ignoré par le passé.

Compilé par Richard Norris, chercheur pour le think-tank Civitas, le classement des universités les plus “woke” est fondé sur différents matériaux : sites web, couverture médiatique nationale et locale, documents publicitaires, etc. . Crédit: Daily Mail, 15 janvier 2023

Mais en plus d’être reprise par la presse d’extrême droite, elle s’est inscrite dans un mouvement plus large poussé par les députés conservateurs et repris par les ministres du gouvernement et l’Office for Students, qui réglemente désormais les universités. Dans ce cadre, toute contestation des opinions ou des bigoteries droitardes est traitée comme une « attaque contre la liberté d’expression » et, en vertu d’un projet de loi en cours d’examen au Parlement, les universités auront l’obligation légale de protéger cette « liberté d’expression ».

Pour nombre de mes interlocuteurs et interlocutrices, la perspective de voir le gouvernement réglementer ce qui se dit sur les campus, en particulier dans le contexte actuel, est une évolution inquiétante. En réalité, beaucoup ont dit que la panique morale concernant la liberté d’expression sur les campus a conduit à une plus grande réglementation des universitaires, à une plus grande restriction de leurs libertés.

La grève

La semaine dernière, le syndicat de branche Universities and Colleges Union a annoncé 18 jours de grève au cours des deux prochains mois, 70 000 universitaires prévoyant de cesser le travail qu’iels assurent dans 150 universités du Royaume-Uni. Nombre de ces journées sont programmées pour coïncider avec celles d’autres syndicats, notamment celui des enseignant∙es, dont les conditions de travail se sont elles aussi fortement détériorées ces dernières années. Un mouvement social de cette ampleur est sans précédent dans nos universités.

Mais lorsque j’en parle au personnel universitaire, la plupart d’entre eux semblent penser que peu de gens en dehors de leurs campus le remarqueront — que, par rapport aux médecins, aux infirmières et aux postiers, il y a peu de sympathie pour les intellectuel∙les, les chercheur∙ses et les enseignant∙es, pour les personnes qui jouent l’un des rôles les plus importants dans la conservation, l’avancement et le partage des connaissances accumulées au cours de 200 000 ans d’expérience humaine.

J’espère qu’ils ont tort. Et pour ma part, j’emmènerai ma fille pour les encourager sur les piquets de grève. On s’y retrouve ?

Traduction Deepl/ Ch. Rabier

13 jours après le début de la grève des universités, les employeurs commencent une négociations avec UCU. @UCU, 13 février 20232

 

Pour approfondir

  1. Le contrat à « zéro heure » est un contrat passé entre un employeur ou une employeuse et un∙e employé∙e par lequel l’employeur (l’employeuse) n’est pas tenu de fournir un minimum d’heures de travail à l’employé∙e, et partant, un salaire minimum. []
  2. NDRL : Voir par exemple, la recension dans The Daily Mail, 15 janvier 2023. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
L'équipe des rédacteurs d'Academia (13 février 2023). Destruction de l’enseignement supérieur britannique en cours. Les travailleurs et travailleuses des universités ripostent. Academia. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajbv


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.