Turquie, après l’effondrement : pour des universités ouvertes !

  • D’un∙e correspondant∙e

Vous me demandez s’il y a des universités touchées en Turquie ?

Il y a en a 2 dans la région d’Hatay (Antioche-Alexandrette), 2 à Adana, 1 à Osmaniye, 2 à Diyarbakir, 1 à Kilis, 4 à Gaziantep, 2 à Kahramanmaraş, 1 à Adıyaman, 2 à Malatya et 1 à Şanlıurfa.Il y en a aussi plusieurs à Alep, et au moins une à Idlib. Soit 18 universités pour la seule Turquie.

Je n’ai pas d’information sur leur état matériel. Environ la moitié sont des « universités de fondation » / vakıf üniversiteleri : le mot désigne des institutions privées fondées mais placées sous contrôle du YÖK (Conseil de l’Enseignement Supérieur, aujourd’hui étroitement dépendant du gouvernement). Elles se sont multipliées avec la libéralisation économique du pays, à partir des années 1990. Les autres sont publiques. Pour la majorité dans cette région, elles ont été fondées lors de la systématisation du maillage universitaire national dans la décennie 2000. Tout ça, c’est donc assez récent. Et donc a priori construit à partir de l’adoption des nouvelles normes anti-sismiques à la suite du tremblement de terre de Düzce (1999).

MosaÏque du musée d’Antioche, en partie endommagé en raison du tremblement de terre et des coupures d’électricité

Oui, mais : d’autres bâtiments publics récents ont été endommagés par le dernier séisme. C’est le cas du musée archéologique d’Antioche, à la merveilleuse collection de mosaïques : faute à pas de chance pour un bâtiment situé dans une zone à la tectonique particulièrement complexe ? On a enregistré à Hatay un effondrement de la plaine intérieure de l’Amik, conduisant d’après les photos de presse à une innondation de l’aéroport local. (L’innondation de la ville côtière d’Iskenderun, victime elle aussi de l’effondrement, est avéré et retient l’attention des géomorphologues.) Ou bien les dégâts sont-ils imputables à des constructions de mauvaise qualité ? Celles-ci, et ça cause beaucoup de colère ces jours-ci, sont endémiques dans la zone sinistrée. Business is business, et le soutien à la construction, même au mépris des normes anti-sismiques qui avaient été sacralisées par la loi après 1999, c’est toujours un moyen de soutenir l’activité économique. Quoi qu’il en soit, il n’y a guère de raison de penser que les nouvelles universités aient été mieux bâties et architecturées davantage aux normes qu’un musée-écrin comme celui d’Antioche.

« On s’attend à un bilan très lourd »

Parmi le corps enseignant et la population estudiantine des universités locales, on s’attend  à un bilan très lourd. Dans le parc immobilier universitaire aussi. Mais tout ceci ne constitue pas la totalité des conséquences du séisme pour les universités de Turquie.1

En Turquie, où le système universitaire est fortement stratifié par les concours d’entrée à l’université, les universités de tout le pays sont touchées car elles recrutent un peu partout. Et comme c’était la période des vacances scolaires, les étudiant∙es sont rentrés dans leurs familles ou éparpillés, avec une vraie difficulté pour savoir s’il y en a qui étaient dans la zone sinistrée. Et forcément, il y en a, du fait des liens familiaux ou de l’attrait touristique [les choix touristiques des étudiant∙es étranger∙res dans le pays]. Ça, et la solidarité face au séisme fait que toutes les universités ont collecté des fonds, organisé des cagnottes et du crowdfunding, amassé des montants et des produits redirigés ensuite vers les organisations d’assistance — en priorité celles réputées les plus fiables, comme Ahbap, ou celles qui sont institutionnelles mais qui du coup ont un accès plus facile, l’agence officielle en cas de sinistre AFAD, ou l’ONG aujourd’hui pro-gouvernementale AKUT.

Aider pour l’avenir

De ce côté-là, l’organisation de l’acheminement d’aide d’urgence est fonctionnelle. La distribution semble être une autre affaire, avec deux provinces, Adıyaman et Hatay — province d’Antioche et d’Antakya — largement délaissées par les secours d’État pendant plusieurs jours — pour cause de positionnement politique ?2. Les réseaux sociaux sont pleins de vidéos de volontaires jetant doudounes et polaires à des gens ayant perdu leurs foyers, comme morceaux de viande à des bêtes de cirque. Mais gare aux images sensationnelles qui cachent la forêt des distributions tant bien que mal. La principale difficulté au cours de la semaine écoulée a été l’acheminement vers des localités enclavées, dans les chaînes de l’Amanus et du Taurus, et l’entassement des dons. Aujourd’hui, on est dans ce goulot d’étranglement de l’humanitaire qu’on connaît bien — l’aide s’est accumulée, a du mal à être dispatchée, ou bien survient tout d’un coup mais avec la crainte d’un manque de soutien par la suite, une fois l’emballement médiatique dissipé.

https://twitter.com/La_Pollice/status/1622576849317502977?s=20&t=JfvBqy6pCfIw78rJKNcpCw

Chateau avant et après le séisme qui surplomble Gaziantep, ville de 11 millions d’habitant∙es dont 0,45 millions de réfugié∙es. Elle abrite quatre universités

C’est dans la période qui va suivre, avec des besoins d’accompagnement psychologique, d’aide à la réinstallation pour ceux qui font le choix d’aller s’installer ailleurs, ou d’hébergement et de reconstruction des lieux de travail qu’il va maintenant y avoir des gros besoins. C’est à ce moment-là que les facs françaises ou européennes pourraient intervenir de la manière la plus efficace — c’est-à-dire avec des spécialistes, et sur un plan dans la durée. Et ça peut notamment passer par les liens entre facs, ce qui permettrait de limiter l’incidence du gouvernement dans l’allocation des ressources. Mais sur ce terrain, il vaut mieux attendre – attendre que viennent les appels à assistance pour répondre à des besoins spécifiques, en particulier.

Ce qu’on ne peut mesurer encore, c’est le bilan humain pour les universités, et pour cause : le décompte des victimes ne cesse de faire des bonds de jour en jour. Que nombre d’étudiants soient morts, dans un pays qui en compte 8,4 millions et dans une région sinistrée jeune et peuplée de 15 millions de personnes environ au total, c’est une certitude. Pareil pour le personnel d’enseignement et de recherche. C’est toute l’activité universitaire qui est désorganisée, pour longtemps.

Crainde la « mise en congé » des universités

Mais la désorganisation ne s’arrête pas là : elle est d’ores et déjà dénoncée comme inscrite dans les décisions d’urgence du gouvernement, à la suite de décisions draconiennes dévoilées au soir du vendredi 10 février par le YÖK. Le président turc, s’exprimant le lendemain à Diyarbakir, a annoncé que les universités (publiques) étaient « mises en congé », autrement dit passaient intégralement en distanciel, jusqu’à la fin du semestre ; celui-ci allait tout juste commencer à la fin des vacances actuelles. Le motif invoqué est le relogement des habitants des zones sinistrées : on mobilise les logements étudiants et cités universitaires dépendant du KYK (Kredi ve Yurtlar Kurumu). Pour ne pas mettre en position désavantageuse les étudiants boursiers occupant ces logements, tout le monde est en principe mis à la même enseigne, celle de l’enseignement à distance. Cette mesure ne s’applique pas aux universités de fondation, même si le fonctionnement de ces dernières sera grandement affecté lui aussi, ne serait-ce que pour la perception des droits d’inscription.

Tweet anonymisé, 11 février 2023

Considérations louables, mais, à en juger par le Twitter ESR turc, le remède pourrait être pire que le mal. Et d’une, parce que suspendre les cours en présentiel, c’est renvoyer les étudiants dans leurs familles, et pour les régions sinistrées cela voudra souvent dire dans des bâtiments endommagés par le séisme. Pour les familles de toute la Turquie, c’est un coût très lourd, dans un contexte de crise économique qui n’en finit pas. Pour la population estudiantine elle-même, c’est une catastrophe psychologique et sociale et un handicap pédagogique, renforcé par le traitement différent fait aux universités publiques et privées. Et de deux, parce que ça perpétue l’invisibilité des victimes aux yeux des administrations universitaires. Et de trois, parce que la Turquie compte de nombreux étudiant·es étranger·es, notamment originaires d’Afrique subsaharienne ou réfugiés des pays arabes et d’Afghanistan, et que pour ces dernier·es, perdre un logement à un tarif en dessous du marché, et quitter sa résidence étudiante, cela revient à les priver pratiquement de leurs possibilités d’études.

Tweet anonymisé, 12 février 2023

Il est clair que le gouvernement turc est confronté à des choix des plus cruels ; clair aussi que ces choix ont une portée (et une intention ?) politique dans un contexte pré-électoral3. 10 municipalités de la zone sinistrée — qui correspondent davantage à des départements qu’à des communes à la française —  ont été soumises en début de semaine à l’état d’urgence. Toutefois, les réactions très vives à la mesure de suspension des cours en classe, sous les hashtags #universitelerikapatmasın et #unıversitelerkapanmasın le montrent : il y a une forte opposition étudiante et académique à cette mesure. Et ce, au milieu d’une accumulation de témoignages, vidéos etc. montrant les carences de la réponse à l’urgence par l’Êtat ou les organisations qui lui sont associées.

Universités ouvertes



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 12 février). Turquie, après l’effondrement : pour des universités ouvertes ! Academia. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajbt

  1. Je laisse de côté les universités syriennes sur lesquelles je n’ai que des informations très limitées. []
  2. Cela se comprendrait pour pour Hatay mais pas pour Adıyaman… []
  3. Les élections générales sont prévues en juin. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.