Libération de Fariba Adelkhah confirmée!

Communiqués du collectif de soutien de Fariba : 11 février12 févrierhttps://twitter.com/FaribaRoland/status/1624156769931911188?s=20&t=kKZgZbzIBDnXOP1rNPOvpQ

 

Communiqué du comité de soutien à Fariba Adelkhah
du 11 février 2023

Nous nous réjouissons naturellement que Fariba Adelkhah ait recouvré une part de sa liberté et ait été élargie. Néanmoins nous ne savons pas encore si sa sortie de prison est synonyme d’une restitution de tous ses droits et notamment si elle peut reprendre ses recherches et sortir d’Iran. Nous en saurons plus dans les jours qui viennent sur les conditions de sa libération. Pour l’instant force est de reconnaître qu’elle a passé trois ans et demi privée de liberté, sans procès digne de ce nom ni même chefs d’accusation crédibles. Sa détention était arbitraire et juridiquement hors sol, y compris au regard des lois et des dispositions constitutionnelles de la République islamique elle-même. Trois ans et demi de sa vie personnelle et professionnelle lui ont été volés.
Notre joie est également tempérée par la tristesse des familles dont les proches, détenus dans des conditions tout aussi arbitraires, n’ont pas été libérés. Parmi eux, six otages d’État français, et plusieurs dizaines de citoyens européens. Deux otages d’État français sont dans un état de santé des plus préoccupants, et la République islamique d’Iran est responsable de leur maintien en vie. Nombre de détenues et de détenus de nationalité iranienne restent prisonniers sous prétexte d’atteintes à la sécurité nationale dont personne ne peut être dupe, pas même leurs accusateurs. Seule la fin et la réparation de ces iniquités nous apaiseront et rendront à l’Iran l’honorabilité dont il s’est lui-même privé par cette politique publique de prise d’otages et d’arrestations arbitraires.
Nous vous tiendrons informés dès que possible de la situation de Fariba.
Nous remercions très chaleureusement toutes celles et tous ceux – collègues, proches, journalistes, diplomates , élus – qui ont accompagné Fariba pendant sa détention et comptons sur la reconduction de leur soutien tant que celle-ci n’a pas retrouvé l’intégralité de ses droits élémentaires. Nous exprimons notre solidarité à celles et ceux qui restent injustement en prison, qu’ils soient Iraniens ou non.

https://twitter.com/courrierinter/status/1624256495016726529?s=20&t=kKZgZbzIBDnXOP1rNPOvpQ

Sortie de prison, en attendant une libération complète, de Fariba Adelkhah. Communiqué du 12 février 2023

Fariba Adelkhah est donc sortie de la prison d’Evin dans la nuit du vendredi 10 au samedi 11 février, dans le cadre d’un élargissement de milliers de prisonniers à l’occasion de la célébration de l’anniversaire de la révolution de 1979.

Pour autant elle ignore à l’heure actuelle si elle a recouvré tous ses droits, notamment le droit de voyager à l’étranger et de revenir en Iran ainsi que la possibilité d’exercer son métier de chercheuse. Dans la pratique de la République islamique, et en contradiction avec ses propres lois, la plupart des détenus ainsi rendus à leur famille ne se voient pas restituer automatiquement l’intégralité de leurs effets personnels et de leurs papiers d’identité.

Fariba n’a donc pas récupéré sa carte d’identité, son passeport ni son ordinateur, son carnet d’adresses, sa documentation. Comme les autres bénéficiaires de cette mesure de grâce, elle doit solliciter de nouveaux papiers d’identité qui lui permettront de demander un passeport et d’envisager de reprendre ses allers et retours entre l’Iran et la France, lesquels participent de sa vie personnelle et professionnelle et auxquels elle n’entend pas renoncer.

Fariba réside actuellement chez l’une de ses sœurs avant de finir les travaux dans son appartement, que sa réincarcération avait interrompus. Elle va bien mais devra sans doute se livrer à un bilan médical, par prudence, dans la mesure où elle n’a pas pu être véritablement suivie depuis plus d’un an.

Elle n’oublie pas ses codétenues ni les autres prisonniers, Iraniens ou étrangers, qui n’ont jamais fait l’objet de procédures judiciaires équitables. Elle remercie chaleureusement toutes celles et tous ceux qui l’ont soutenue pendant ses années d’emprisonnement, et embrasse ses proches résidant en France ou ailleurs et ses collègues de Sciences Po.



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 10 février). Libération de Fariba Adelkhah confirmée! Academia. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://academia.hypotheses.org/43634

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.