Femmes de l’ESR: le guide dont vous êtes l’héroine

https://en.wikipedia.org/wiki/Women_in_science#/media/File:Woman_teaching_geometry.jpg

Enluminure au début d’une traduction médiévale des Elements d’Euclide (c. 1310 AD) (c) The British Library Burney 275


L’équipe des rédacteurs d’Academia a le plaisir de publier une nouvelle collection de billets Survivre dans l’ESR, inaugurée par Charlotte*.

*NDLR Tous les prénoms ont été modifés, à l’exception de certains d’entre eux.

Ce texte est dérivé d’une série de billets conçue pour Twitter, en réaction à un tweet concernant les stéréotypes pesant sur les femmes dans le monde académique. Une neurobiologiste américaine y racontait avoir reçu une lettre de recommandation, pour une jeune scientifique –  qui soulignait son talent de cuisinière – et s’en indignait, légitimement. En tant qu’universitaire dans un milieu majoritairement masculin – l’informatique – j’ai établi moi-même, avec le temps, toute une série de protections contre ces stéréotypes. Les voici, avec les contributions d’un certain nombre de twittos qui les ont complétées avec leurs propres habitudes.

Ne pas cuisiner

Je ne fais jamais la cuisine pour mes collègues.

Je raconte à tout le monde que je ne sais pas cuisiner, j’en fais des blagues, je brûle tout, je suis incapable d’émincer émietter blanchir cuire ou ciseler. Attention, je ne suis pas non plus une totale profiteuse : pour les occasions où « chacun apporte un truc », je fournis en général soit des boissons, soit un gâteau de boulangerie. Mais cuisiné par moi, jamais.

Pourquoi ? Parce que c’est une pente glissante. On commence par apporter des cookies, parce qu’on débarque, on a envie de se faire accepter, c’est sympa. Bientôt les cookies sont considérés comme acquis, et on peut organiser un pot – avec des cookies oh dis tu nous feras tes cookies j’aime trop tes cookies. Puis très vite on se retrouve à organiser les pots de tout le labo y compris ceux dont on n’a rien à faire, et sans aucune reconnaissance bien sûr parce que, hé, elle adore faire des cookies et puis elle sait organiser des pots c’est son truc. Et qu’elle n’a rien de mieux à faire. Ben non – en tous cas, pas moi. J’organise des pots. Pas tous les pots. Juliette signale qu’elle prépare un fort mauvais café professionnel – je la crois sur parole.

Ne pas prendre des notes

Marianne et Brigitte ajoutent, dans la même idée, qu’elles refusent de faire la secrétaire en prenant des notes à toutes les réunions. Même principe : on le fait une fois, on se retrouve preneuse de notes à vie, ce qui limite considérablement la participation à ladite réunion. On peut prendre des notes, bien sûr, mais pas en vue de les partager. Hugo comme Brigitte organisent un roulement des preneurs de notes, ce qui répartit la charge, entre membres et aussi entre hommes et femmes.

Devenir non-ignorable

Dans une réunion, quand j’ai une question, je lève ma main très très haut, un peu comme Hermione Granger. Personne ne peut m’ignorer. Je suis non-ignorable ! C’est un truc que j’ai volé à un collègue physicien, d’ailleurs. Je me sentais un peu bizarre au début, mais c’est tellement efficace que j’ai vite pris le pli. Et quand, comme c’est fréquent, un vieux collègue m’interrompt pour dire à peu près ce que je dis, je ne m’énerve pas, je le regarde comme une drôle de bestiole bizarre et quand il s’arrête je dis : « ok. Je peux finir maintenant ? » ou bien, selon l’ambiance « ah oui c’est ce que je viens de dire en fait ? ». C’est important que les vieux collègues qui interrompent soient traités comme ce qu’ils sont – des relous qui font traîner les réunions en longueur. Personne n’aime les redites, personne n’aime les relous qui font traîner les réunions en longueur.

On peut trouver mille autres solutions, et plusieurs twittos en ont suggéré… Florence suggère « je peux vous aider, il y a quelque chose que vous n’avez pas compris ? ». Sébastien distribue carrément des pancartes « ce n’est pas parce que vous avez envie de parler qu’il faut m’interrompre ». Yvette et Myriam ont un cercle de collègues qui protègent la parole des unes et des autres, demandant à l’importun de laisser finir. Myriam aime bien aussi reprendre avec « si vous m’aviez laissée finir, vous auriez eu votre réponse ».

Ne pas nourrir les trolls/ Hiérarchiser ses combats

J’essaie de ne jamais nourrir les trolls. Je ne m’engage pas dans des combats inutiles et fatigants. Un exemple : sachant que je suis féministe, et que j’ai été autrefois chargée de mission Égalité pour mon Université, des collègues me charrient avec des blagues très subtiles du style « celle là on devrait la recruter, elle est bonne, qu’en penses-tu ha ha ha [gros clin d’oeil gros clin d’oeil] ». Personnellement je préfère ne pas prendre ces remarques au sérieux. J’ai une panoplie de réponses toutes faites du style « désolée je ne nourris pas les trolls » ou « oui bien sûr, tu peux être un co*** si tu as envie, ce n’est pas vraiment mon problème ». En général, au bout d’un moment, les

 Portrait de Jeanne d’Arc en armure, huile sur toile, entre 1450 et 1500. Archives nationales, Paris

trolls se lassent.

Plus généralement, il faut choisir ses combats. Certains sont importants, et si une remarque complètement déplacée sur un recrutement est dite sérieusement, il faut, bien sûr, la relever. Mais à vouloir tout reprendre, on se trouve vite coincée dans une posture d’opposante systématique qui est franchement pénible à vivre. Je préfère, parfois, m’en foutre, principalement parce que j’aime bien mes collègues, au fond. J’aime bien rire de leurs blagues pas pénibles. J’aime bien pouvoir papoter avec eux, sans forcément me sentir toujours obligée de défendre une cause. D’accord, ils ne sont pas parfaits, mais moi non plus et d’ailleurs, qui l’est ? Le monde est ce qu’il est, je ne suis pas payée pour le réparer entièrement et surtout pas toute seule. Je ne suis pas omnipotente. C’est important, aussi, de se protéger.

Secondaire mais pas trop

Je n’accepte jamais trop de positions secondaires simultanées : vice-machin, assistante de truc, bidule adjointe. Pour être honnête, je l’ai fait, et beaucoup, autrefois, jusqu’à m’en crever à la tâche pour zéro reconnaissance : l’adjointe, elle a intérêt à récupérer tous les emmerdements tous les jours mais dans les grandes occasions, on la met dans un coin et ce serait bien qu’elle ne dépasse pas trop. Maintenant, je tiens des comptes : jamais plus d’une tâche comme adjointe à la fois par catégorie (enseignement, recherche, administration). Si on me propose une deuxième position, je refuse ou je démissionne de la première. Il faut que ça tourne.

Attention, je pense que ce serait une erreur de refuser tous les jobs adjoints : c’est souvent une bonne façon de commencer, de voir le travail, de se former. Simplement, il ne faut pas y moisir. C’est important, de temps en temps, de faire le point en tête à tête avec soi même : « as-tu encore cumulé les jobs invisibles ultra chronophages ? As-tu passé ton année à organiser des évènements pour que M. Je-Sais-Pas-Faire se la pète en public ? ». Vous savez quoi ? M. Je-Sais-Pas-Faire-Un-Doodle apprendra en 2 minutes à faire un doodle s’il n’a pas le choix. M. Je-Sais-Pas-Faire-Un-Edt sait, en fait, parfaitement faire un emploi du temps, il trouve juste ça pénible. M. Je-Sais-Pas-Répondre-Aux-Mails-Pénibles a le même bouton « reply » que vous dans son mailer. Laissons parfois M. Je-Sais-Pas-Faire faire – il est bien plus compétent qu’il ne le dit.

Je ne fais pas, non plus, de recherche avec mon conjoint, parce que c’est le même principe. Je connais au moins trois cas de couples de co-auteurs universitaires, qui fonctionnent très bien en binôme. Mais dans les trois cas, devinez : lequel des deux a été promu ? Pas besoin d’écriture inclusive dans ce cas précis… Travailler en couple, c’est risqué. Je trouve plus prudent de varier les collaborations et les co-auteurs, pour éviter de tomber le pattern « il a la Vision, et elle, bof, elle suit ».

Juliette ajoute que pour ne pas devenir invisible, elle n’hésite jamais à envoyer des résumés, des articles, des propositions. Il faut parfois un peu se forcer, mais on est en général tout-à-fait légitime derrière les classiques complexes de l’imposteur.

Joue avec tes stéréotypes !

J’aime bien jouer avec les stéréotypes, surtout quand on me les jette à la figure. Comme ils sont en général complètement idiots, on peut assez facilement les retourner, les inverser, les casser. Par exemple, en conférence, on me demande souvent « et qu’as-tu fait des enfants ? ». Question stupide ? Réponse idiote ! « Oh je les ai laissés dans la rue, je trouve que c’est important de favoriser l’autonomie dans l’éducation ».

Sur la même idée, la femme universitaire se fait parfois traiter un peu comme un enfant, ou une petit chose fragile. Dès qu’on a un enfant, en particulier, on réveille des réflexes protecteurs certainement bien intentionnés, mais franchement déplacés dans le milieu professionnel. À tous ceux qui trouvent  ces petites attentions infantilisantes légitimes, n’hésitons pas à demander régulièrement « ça va ? Tu as compris le mail que je t’ai envoyé ? Tu as l’air un peu fatigué, si tu veux on fera la réunion d’interclassement sans toi ? ». Nul doute qu’ils apprécieront.

http://helloflo.com/meet-georgia-gibson-empowering-artist/
Periods Have Glitter in Them, by Georgia Gibson (c)

On peut faire ça avec tout, croyez-moi. Je ne donnerai pas plus d’exemples car ils seraient grossiers (avez-vous remarqué combien de locutions françaises incluent les organes sexuels masculins ? C’est incroyable, on en entend parler tout le temps, et si peu, quel dommage, du sang menstruel qui est pourtant dans le même domaine anatomique et dont la perspective fait tomber en pâmoison bien des gens aux « couilles grosses comme ça »…). Mais essayez, vous verrez ! Je vous promets : les stéréotypes, c’est rigolo.

Chacune ses règles

J’ai donné ici un certains nombres de règles dont je trouve, d’expérience, qu’elles fonctionnent pour moi. Faut-il le préciser, elles ne sont pas universelles. J’ai eu autrefois une doctorante qui adorait faire la cuisine, également grande fan d’activités girly. Elle faisait beaucoup de gâteaux, et, lassée d’être la seule à en apporter, avait organisé un concours de gâteaux pour le goûter des doctorants. Tout le monde participait, on gagnait des points selon un système que je n’ai jamais très bien compris, c’était rigolo. Parfait !

Pour vous donner la mesure de son génie, une autre anecdote. Un jour, je suis allée prendre un café dans la cafet et j’y ai trouvé une dizaine de doctorants, tous masculins sauf elle, qui trempaient très précautionneusement leurs doigts dans des petits verres d’eau. Bizarre ? Non, logique : dans les verres d’eau, il y avait des figures complexes en vernis à ongle. Grande fan de nail art, elle avait réussi à embarquer tout le monde dans un atelier manucure ! Elle avait trouvé sa place, sa place à elle, ce délicat équilibre qui permet de rester fidèle à ses passions sans se faire enfermer dans des stéréotypes idiots. Et voilà.

Chères collègues, trouvez vos propres règles, et, pourquoi pas, partagez-les?

Question de nom

ajout d’Aurélien et de quelques autres  – 22 novembre

Quitte à limiter la domination masculine, autant commencer par l’état civil, en conservant son patronyme tout au long de la carrière en évitant les changements de nom, pour publier et rester identifiable, conserver la structure de son email, sans dépendre des évolutions familiales et du « nom d’usage », qu’il vous soit donné par votre conjoint – ou par votre enfant. Ne laissez pas non plus « Mademoiselle » retrouver une nouvelle jeunesse auprès de vieux gâteux, puis que ce n’est déjà plus usité dans la langue administrative.

Ensuite, pensez à féminiser votre titre. Plutôt que maître de conférences, faire apparaître clairement « maîtresse de conférences » en signature, quitte à essuyer quelques blagues salaces ou des commentaires méprisant envers les professeures des écoles. Ou encore mettre l’exemple de signature mail de « LA directrice générale » dans l’aide, et envoyer les liens vers les arrêtés de nominations de directrice de cabinet au Journal officiel. Il faut dire que l’enseignement supérieur et la recherche a oublié de suivre les préconisations de féminisation de postes mis au concours, pour les chefFEs de cabinet. À vous de voir, quitte à ce que ce soit une marque de respect envers toutes celles qui ont subi une masculinisation de leur nom de métier toute leur vie ; il faut sans doute respecter les choix annoncés. D’ailleurs, ces choix ne sont pas toujours définitifs : telle collègue ayant refusé le titre de « maître » à son entrée en poste, en mobilisant de la bibliographie pour ce faire, a bien fini par afficher « maîtresse » comme étendard contre les les anti-inclusifs et le sexisme quotidien.

Être matérialiste

ajout d’Yvette – 22 novembre 2018

La parité, qui repose sur une dimension de justice sociale, va de pair avec un traitement salarial équitable. À vous d’agir en conséquence et à vous renseigner sur le « marché ». Dans la recherche privée, secteur qui est déjà le principal débouché en sciences physiques et va peut-être le devenir en sciences humaines et sociales, pensez à demander à ses collègues hommes et femmes quels sont leurs salaires pour essayer de pas (trop) se faire blouser…

Cessez de vous excuser à tout bout de champ

ajout par Malvina, du 22 novembre 2019

Observez votre bocal professionnel et soyez attentif aux postures: vous remarquerez que les responsabilités sont largement partagées, mais très inégalement admises. Prenez l’habitude de ne s’excuser que sur ce qu’on aurait pu ou dû éviter. Et pas comme une introduction à toute prise de parole – notamment en réunion. Ce conseil vaut pour tous les gens « sous-écoutés », pas que les femmes


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.