Police sur les campus français : communiqués et motions de soutien aux étudiant-es


Communiqué de la délégation intersyndicale de l’AG des personnels du Campus Condorcet du 24 janvier 2023

Avant-hier, 24 janvier 2023, une assemblée générale des personnels et étudiant·es des établissements du Campus Condorcet a rassemblé une centaine de personnes au Centre des Colloques, entre 11h30 et 14h. Avant même le début de la réunion, un important dispositif policier avait été déployé autour du bâtiment, mais également dans le hall.

Crédit: Révolution permanente, janvier 2023

Nous avons discuté de la réforme des retraites ainsi que des conditions de travail et d’études au Campus Condorcet. Plusieurs groupes se sont constitués afin d’organiser une présence visible des salarié·es et des étudiant·es du Campus à la manifestation unitaire du 31 janvier, et de construire la mobilisation (communication/caisse de grève/mobilisation interprofessionnelle avec les salarié·es du secteur).

L’assemblée a notamment mandaté une délégation intersyndicale afin d’interpeller la présidence du campus sur les mauvaises conditions de travail et de mobilisation pour les étudiant·es (ne disposant pas d’espace de réunion en libre accès) et les personnels – alors que les locaux fermaient les uns après les autres sans communication officielle sur le sujet.

Vers 14h30, la délégation a ainsi rencontré, au siège du campus, M. Pierre-Paul Zalio (président) et M. François Tavernier (directeur général). Moins d’une demi-heure plus tard, l’arrivée d’un groupe d’étudiant·es en colère contre la présence policière et la garde-à-vue de plusieurs étudiant·es arrêté·es la veille sur le campus, a élargi la réunion. Celle-ci s’est déplacée au centre des colloques et a duré jusqu’à 19h, en présence de plus d’une centaine d’étudiant·es, ainsi que du président de l’EHESS (M. Huret) et des membres de son cabinet.

Au cours de ces deux moments successifs, divers engagements ont finalement été pris par MM. Zalio et Huret :

  • que des démarches concrètes soient entreprises afin qu’aucune poursuite ne soit engagée contre les étudiant·es en garde-à-vue ;
  • que toute demande, faite par un ou des syndicats d’étudiant·es,  d’espaces pour se réunir dans le contexte de la mobilisation actuelle soit désormais satisfaite ;
  • M. Zalio s’est engagé à mettre à disposition des étudiant·es, dès le lendemain, et de manière pérenne, le rez-de-chaussée de l’Espace Associatif et Culturel du campus, de 8h à 20h, ainsi qu’à demander à la préfecture la fin de la présence policière sur le campus.
  1. Zalio a justifié la présence policière et la fermeture du local associatif du campus, du GED et du centre des colloques au fil de la matinée et du début d’après-midi du 24 janvier, en réponse à l’annonce sur Twitter d’une occupation des locaux de l’EAC le 23 janvier au soir, puis d’une annonce de l’occupation, le 24, du centre des colloques – en réalité, le seul événement prévu à ce moment-là était notre assemblée générale, faisant suite à une heure d’information syndicale déposée par des organisations syndicales de divers établissements du campus. Nous savons désormais que les gardes-à-vue ont donné lieu à des intimidations, des propos sexistes et des violences physiques (voir par exemple l’article publié dans Médiapart, ce jour, « La police entre dans des facs et place en garde à vue des étudiants mobilisés sur les retraites»). Nous dénonçons avec force de tels agissements et l’enchaînement des décisions qui les ont rendues possibles.

Mobilisé·es contre la réforme des retraites et pour des conditions d’études et de mobilisation décentes sur le campus Condorcet, nous serons vigilant·es à ce que les engagements de MM. Zalio et Huret soient respectés et à ce que la police quitte notre lieu de travail.

Des membres de la délégation intersyndicale de l’AG des personnels (Ferc-Sup-CGT EHESS, SNTRS-CGT Paris Nord, Sud Recherche-EPST Ined, SNCS-FSU), le 26 janvier 2023.


Soutien aux étudiant∙es mobilisé∙es du campus Condorcet et de Strasbourg

L’Assemblée générale de la Vieille Charité mobilisée déclare son vif soutien envers les étudiant∙es du campus Condorcet, dont 29 d’entre elleux ont été placé∙es en garde à vue lundi 22 janvier, au cours desquelles iels ont subi des actes de violence et des injures, avant d’être relâché∙es sans faire apparemment l’objet de poursuites. Il s’agit d’une manœuvre d’intimidation dans un contexte de mobilisation nationale. Militer n’est pas un crime.

L’Assemblée générale s’inquiète vivement de l’atteinte devenue de plus en plus systématique aux franchises universitaires, tout particulièrement à l’endroit des étudiant∙es. Les franchises universitaires protègent de façon privilégiée la liberté d’expression et d’association des étudiant∙es et des personnels sur les universités. Or depuis plusieurs années, les étudiant∙es deviennent la cible des forces de police, sur réquisition des président∙es ou même sans celle-ci. Il est particulièrement manifeste qu’alors que 2 millions de personnes ont manifesté jeudi, ce sont quelques dizaines d’étudiant∙es réunis pacifiquement en Assemblée générale à l’Université de Strasbourg qui ont été expulsé∙es. Le placement en garde à vue est une nouvelle étape dans l’atteinte aux libertés académiques. C’est inquiétant.

Nous demandons au président de l’EHESS de garantir la sécurité des étudiant∙es et des agent∙es de l’établissement et à la Ministre de faire respecter les libertés académiques sur le territoire national.

À Marseille, le 26 janvier 2023


Communiqué de la section LDH EHESS, 27 janvier 2023

À nouveau, la Présidence du Campus Condorcet n’a su répondre aux revendications des étudiant.es qu’en faisant appel à la police, rompant de la sorte avec le principe de la franchise universitaire.

Une nouvelle ligne rouge a été franchie par la mise en garde à vue pendant 22 heures de plusieurs étudiant.es de l’EHESS au seul motif d’avoir occupé un espace de rassemblement sur leur propre campus. À cette occasion certaines et certains d’entre elles et eux ont été l’objet de traitements, de propos et de menaces inadmissibles.

Pendant une journée entière, sur l’ensemble du campus le travail a été perturbé par la présence de policiers. Des étudiant.es, personnels et enseignant.es ont subi des contrôles d’identité à l’intérieur de leurs établissements. Des élu.es ont dû négocier pour que leurs réunions ne soient pas annulées par la fermeture des locaux, dans un moment où s’intensifient les mobilisations contre la réforme des retraites.

Ces évènements s’inscrivent plus largement dans un processus insidieux de démolition des franchises universitaires, suscité par la superposition d’institutions autoritaires et par la transformation des espaces académiques en forteresses blindées où les étudiant.es sont au mieux considéré.es comme des consommateurs et consommatrices, au pire comme de potentielles menaces.

Le Campus Condorcet est devenu un fer de lance de ce processus sécuritaire et répressif qui nous dépossède de plus en plus de nos lieux d’étude et de travail.

Il est urgent d’inverser cette logique. Il faut que nous, étudiant.es, personnels, enseignant·es, reprenions possession du campus et le retransformions en un espace de sociabilité accueillant, où les conflits sont gérés par le dialogue et la médiation, et surtout par nous-mêmes. Le campus doit rester un espace sanctuarisé où la police n’a pas à intervenir.

Nous exigeons :

  • Un engagement ferme du président du Campus Condorcet de faire en sorte que la police se tienne désormais à l’écart du campus, et reste notamment en dehors du nouvel espace étudiant.
  • Une concertation systématique avec les instances de l’EHESS avant toute décision de la Présidence du Campus Condorcet concernant les étudiant.es et employé.es de l’EHESS.
  • Le début d’un processus tangible de ré-humanisation du Campus Condorcet, à commencer par le démantèlement des barbelés, fossés et caméras de surveillance et par son ouverture, sans badge, à toutes les personnes qui souhaitent y étudier, y travailler ou s’y rencontrer.

La section EHESS de la LDH


Sandra Regol : « Derrière l’intervention de la police en AG étudiante, il y a une dérive de l’Université », Rue89, 28 janvier 2023

Tribune – Pour Sandra Regol, députée écologiste de la première circonscription du Bas-Rhin, l’intervention de la police pour évacuer une assemblée générale étudiante est révélatrice d’une dérive sécuritaire du président de l’Université de Strasbourg Michel Deneken.

« La récente évacuation d’une assemblée générale étudiante par les forces de l’ordre a posé question bien au-delà de l’Université et de Strasbourg. Je renouvelle mon soutien aux étudiants et rejoins les syndicats, étudiants et enseignants qui questionnent les choix de la présidence.

Une décision inexplicable de Michel Deneken

Le 19 janvier dernier, après la manifestation massive et pacifique contre la réforme des retraites, des étudiants strasbourgeois ont spontanément décidé de se rassembler à l’Université. Ils étaient une centaine à débattre dans le calme des suites de la mobilisation quand plusieurs garnisons de CRS ont envahi l’amphithéâtre pour les expulser. L’intervention a été demandée et assumée par le président de l’Université, Michel Deneken. Cette décision est inexplicable. En l’absence de trouble à l’ordre public, rien ne peut expliquer cette décision démesurée et disproportionnée.

Pour lire la suite sur Rue89 Strasbourg →

CRS dans un amphithéâtre de l’Université de Strasbourg, 19 janvier 2023. Tous droits réservés.


Appel intersyndical et interassociatif à la suite des évènements survenus au sein du Campus Condorcet

Chères et chers membres de la communauté universitaire de l’EHESS,

Nous vous faisons suivre les demandes adressées à la présidence ce jour, à la suite des évènements dramatiques survenus sur le Campus Condorcet en début de semaine.

Nous espérons que le président de l’EHESS accédera à nos demandes et acceptera de nous rencontrer dans les plus brefs délais.

Chères et chers membres de la présidence de l’EHESS, cher Monsieur le Président,

La dernière intervention policière sur le Campus Condorcet contre des étudiant.e.s de l’EHESS a mis au jour de nombreuses difficultés au sein de l’École. Les étudiant.e.s arrêté.e.s sont membres de notre école et plus largement, membres de la communauté universitaire qu’est le Campus Condorcet. Ils ont subi ce que nous qualifions de torture. Hormis les insultes homophobes, menaces de morts, menaces de viols, ils et elles ont subi des violences physiques qui demandent réparation. Cette réparation doit être adressée directement à elles et eux par du soutien psychologique et social.

Mais, cette réparation doit aussi être collective, adressée à l’ensemble de l’EHESS. L’intervention policière est contradictoire avec notre idéal d’une université démocratique et la poursuite de nos recherches, forcément traversées par l’ensemble de ces enjeux sociaux. Cette réparation doit également être politique. Militer n’est pas un crime, les étudiant.e.s doivent pouvoir s’organiser dans un mouvement social qui concerne le pays tout entier.

Pour répondre à l’urgence étudiante que traverse l’EHESS, autant sociale que psychologique, nous attendons de votre part des mesures fortes, permettant de répondre à cette situation de crise.

Notre objectif est de garantir la préservation de la santé des étudiant.e.s et par là, leur réussite universitaire. Une situation d’urgence demande des mesures d’urgence.

Pour cela, nous souhaitons un rendez-vous avec la présidence et tout particulièrement avec le président de l’École, M. Romain Huret. Ces derniers jours, les différentes organisations et instances de représentation masterante et doctorante ont eu l’occasion d’échanger avec plusieurs membres de l’équipe présidentielle. Nous les remercions pour leur disponibilité et pour leurs réponses à nos questions mais les engagements pris restent insuffisants par rapport à l’urgence de la situation. C’est ici le président auprès de sa communauté universitaire qui est attendu et qui doit annoncer des mesures fortes. Nous appelons à prendre les décisions suivantes :

1. L’ouverture de séances psychologiques pour les étudiant.e.s gardé.e.s à vue — en priorité — et pour l’ensemble des étudiant.e.s et personnels de l’EHESS, en complément des séances déjà offertes par Arthur Schultz,

2. Des aides financières exceptionnelles pour répondre à la précarité étudiante galopante, qui ne remettent pas en cause les fonds déjà mis en place,

3. La levée d’assiduité pour les étudiant.e.s les jours de mobilisation : l’enjeu est ici de soutenir la mobilisation des étudiant.e.s dans le contexte national de lutte contre la réforme des retraites afin qu’elles et ils n’aient pas à craindre de ne pas valider leur année en conséquence de leurs absences.

4. La garantie de la franchise universitaire dans les espaces étudiants du campus Condorcet, tout particulièrement au sein du bâtiment de l’EHESS et de l’Espace Associatif et Culturel.

Monsieur le Président, nous vous appelons donc à rencontrer les syndicats et associations signataires de ce mail de façon urgente et de préférence avant l’Assemblée Générale prévue ce lundi 30 janvier à 16h30.

Les organisations signataires de l’appel : Association des étudiant.e.s de l’EHESS, Le Poing Levé EHESS, Ligue des Droits de l’Homme EHESS, Solidaires étudiant.e.s EHESS, Syndicat des doctorant.e.s de l’EHESS – Syndoc



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 28 janvier). Police sur les campus français : communiqués et motions de soutien aux étudiant-es. Academia. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajb0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.