Au courrier : pensées de Tunisie aux étudiantes et aux étudiants de France

Cet article ravive en moi de douloureux souvenirs de l’époque de la dictature.

Début  2011. L’une des toutes premières mesures du nouveau ministre de l’enseignement supérieur, feu Ahmed Brahim est la suppression des postes de police installés dans les facs et campus1. Depuis, la présence policière institutionnelle à l’intérieur des institutions universitaires, en uniforme et en civil, est un lointain souvenir.  Les  syndicats des forces de sécurité, sous couvert de lutte antiterroriste, ont essayé en vain de réinvestir l’espace universitaire 2. Nos facs sont désormais des espaces sans flics. Et c’est très bien ainsi.

De manière générale, ici, depuis 2011, les responsables d’universités ne songent guère, sauf situations extrêmes, à faire appel aux policiers. Les souvenirs de l’époque Ben Ali, où les facultés étaient encerclées par des escouades de BOP (brigades de l’ordre public, de sinistre mémoire) , armés jusqu’aux dents, et qui n’attendaient qu’un ordre pour déchaîner contre les étudiant•es une rage et une fureur spectaculaires, sont encore bien vivaces.

Lors de l’occupation de la faculté des lettres de La Manouba par les salafistes, des collègues m’ont raconté le refus initial du doyen, Habib Kazdaghli, de demander l’intervention des forces de l’ordre, et le cheminement douloureux qui l’avait mené à changer d’avis, pour sauver l’année universitaire. L’intervention avait été efficace, mais sans violence. (((https://www.webdo.tn/fr/actualite/national/fac-de-manouba-les-sit-ineurs-quittent-les-locaux-de-ladministration/172323)). 

 

Étudiante au début des années 1990,  j’évitais d’aller à la fac quand il y avait du grabuge. Enseignante à partir de 1997,  je me suis retrouvée, un jour de manifestation en 2002, enfermée, avec tout le monde, collègues, administration et étudiants. Les policiers interdisaient toute sortie hors de l’enceinte de la fac, et avaient même refusé très sèchement au doyen l’évacuation par ambulance d’un étudiant blessé au front, et qui saignait abondamment. Le bouclage de la fac avait duré jusqu’au soir.

Il  s’était bien achevé. Plus souvent, loin de se contenter de fermer les accès, les policiers chargeaient avec leurs chiens. Les récits d’étudiantes se jetant du quatrième étage pour tenter de leur échapper nous étaient familiers. Tout comme cette forme d’humiliation qui consiste à mettre tout le monde à genoux, les mains sur la tête, pendant des heures, dans la cour. Je ne l’ai pas vécue, mais bien des camarades et des collègues s’en souviennent. Il fallait “mater” la jeunesse.

 

Je plains la jeunesse de France, qui vit en 2023 ce que notre jeunesse vivait au début du siècle.

Centre universitaire de La Manouba. Crédit : Jorge Franganillo, 2015


Sur Academia



Citer ce billet
Nadia Hebaz (2023, 27 janvier). Au courrier : pensées de Tunisie aux étudiantes et aux étudiants de France. Academia. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajay

  1.   https://fr.wikipedia.org/wiki/Ahmed_Brahim []
  2. https://directinfo.webmanagercenter.com/2015/07/03/tunisie-luget-opposee-au-retour-de-la-police-universitaire/ []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.