La police interpelle au campus Condorcet. Revue de presse

Update 26/10/2023

Une semaine après l’évacuation par les forces de police d’une assemblée générale à l’université de Strasbourg, ce sont 29 étudiants du campus Condorcet près de Paris qui ont fini en garde à vue. La fébrilité quant à une possible conjonction des étudiants et des salariés contre la réforme des retraites pousse certains présidents d’université à faire appel à une aide policière très décriée.  Mediapart, 25 janvier 2023

 

Communiqué de Solidaires étudiant·es EHESS

Hier, l’EHESS a vécu une journée de mobilisation réussie. Aujourd’hui, toutes et tous nos camarades ont été libéré·es, mais avec beaucoup de dommages.

Lundi 23 janvier, à 20h, une Assemblée générale a été appelée à l’Espace associatif et culturel. À 20h30, ce n’est pas la présidence qui est venue discuter, ce sont les policiers qui sont venus réprimer. À partir de ce moment, nos camarades ont été traite·es comme des terroristes et nous qualifions ces violences de torture. Nos camarades ont été menotté·es. Au sein des différents commissariats, 16 étudiant.es ont été mis·es dans une salle de 4m2 sans VMC, et ont subit des blagues de la part de policiers sur qui allait mourir en premier. D’autres policiers rigolaient sur qui allait être violée. Par conséquent, un.e étudiant·e inconscient.e a fait un malaise et a été trainé·e sur le sol, dans des escaliers par les policiers, sans avoir recours au médecin. Un·e étudiant.e a eu les côtes cassées. Ces étudiant·e.s n’ont pas pu aller aux toilettes, avoir accès à boire, même dormir. Toutes ces gardes à vue ont duré 22h. Cette garde à vue collective allait à l’encontre de la volonté de nous organiser démocratiquement dans un mouvement social qui concerne le pays tout entier. La Préfecture et le parquet de Bobigny ont accepté ces poursuites judicaires, nous attendons des explications.

Nous ne sommes pas de la chair à matraque. Nous ne sommes pas non plus des ignorant·es. Nous connaissons les coupables. La direction du Campus Condorcet n’a admis que du bout du lèvres avoir convoqué une intervention policière. Pourtant, grâce à la mobilisation du personnel et des étudiant·es, nous avons forcé la présidence à descendre des ses bureaux et à parler directement aux personnes mobilisées. Nous avons été 150 dans une salle face aux présidences du Campus Condorcet et de l’EHESS. Nous espérons que la direction du Campus maintiendra ses promesses qu’aucun.e étudiant.e n’aura de poursuites judiciaires. Le parquet inculpe les étudiant.e.s d’intrusion par effraction, de dégradations et que ce n’était pas des étudiant.e.s, mais un groupuscule militant obscur. Cette occupation a été la volonté des étudiant·es de l’EHESS qui l’ont organisé. Militer n’est pas un crime.

Cette répression s’inscrit dans un mouvement social grandissant contre la réforme des retraites. Nous l’avons vu à Strarsbourg. Le gouvernement a peur du potentiel de mobilisation des étudiant.e.s. Pour 29 étudiant.e.s en garde à vue, nous avons été 150 étudiant·es et membres du personnel réuni.e.s en solidarité pour obtenir la libération de nos camarades et l’avancée dans nos revendications.

Ceci est le premier pas. Poursuivons la dynamique pour frapper fort. Nous appelons donc à une Assemblée générale, ouverte à tout le monde, le Jeudi 26 janvier à 14h. Nous appelons tout le monde à nous rejoindre, toutes et tous les étudiant·es, et le personnel à s’organiser ensemble !

Solidaires étudiant-e-s EHESS et étudiant.e.s mobilisé.e.s- solidaires_ehess@riseup.net

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE CONTRE LA REPRESSION POLICIERE

Jeudi 26 Janvier – 14h00
Espace Associatif et culturel – Campus Condorcet

 

 



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2023, 25 janvier). La police interpelle au campus Condorcet. Revue de presse. Academia. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajaw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.