Bilan wiki audition histoire 2012

Message posté sur histoire_eco (26/11/2012)

Chères et chers collègues,

Alors que les universités et grands établissements préparent leurs campagnes de recrutements d’enseignants-chercheurs, nous aimerions faire un premier bilan de l’expérience du suivi des recrutements en histoire.

Cela fait deux ans qu’existe dans notre discipline ce dispositif pour rassembler les informations sur les recrutements – toutes publiques, pas toujours accessibles, et parfois cachées. Déjà éprouvé depuis de nombreuses années dans d’autres disciplines, il a connu l’an dernier un assez franc succès, signe qu’il était largement attendu par une grande partie de notre profession. Cette réussite relative est aussi le fruit du soutien de plusieurs associations professionnelles et sociétés savantes, à commencer par l’Association française d’histoire économique, qui héberge le “wiki” sur son site, ainsi que l’Association des historiens contemporanéistes de l’enseignement supérieur et de la recherche, le Comité français des sciences historiques, la Société de la révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle et la Société française d’histoire urbaine.
Enfin, la section 22 du CNU, en session plénière, a apporté en mai 2012 un soutien unanime à cette initiative.

Nous aimerions dresser un bref bilan et esquisser quelques pistes pour l’avenir. On peut consulter l’état final du “wiki” (avec ses lacunes) à l’adresse suivante:
http://afhe.hypotheses.org/suivi-des-recrutements

 

Pour le moment, faute de troupes, les informations sont limitées au recrutement des maîtres de conférences en 22e section du CNU (histoire moderne et contemporaine). Mais la logique, comme des demandes déjà formulées, voudrait qu’on l’étende aux professeurs et à la 21e section (histoire ancienne et médiévale). Cela suppose que nous puissions compter sur un plus grand nombre de volontaires pour rassembler les informations (notamment dans la phase initiale) de manière à ce que la charge de ce travail bénévole reste raisonnable. N’hésitez donc pas à vous faire connaître auprès de nous si vous êtes disposés à participer au recueil de l’information !

  • La plupart du temps, les réactions des collègues ont été positives. Dans certaines universités, la présidence ou la “DRH” se sont opposés à la diffusion d’information, parfois par des procédés d’intimidation (et ce sans aucune justification légale, administrative valable). Il est à noter à ce sujet que des décisions récentes du Conseil d’État assimilent les comités de sélection à un jury de concours, et que les conseils d’administration ne peuvent justifier de changer un classement sur des motifs scientifiques, mais seulement administratifs (comme l’adéquation au profil annoncé).
  • La composition des comités de sélection : l’information a presque systématiquement pu être récupérée sur les sites web des universités (rarement facilement: mieux vaut passer par Google que d’essayer de naviguer les sites eux-mêmes…). C’est le travail le plus lourd, mais l’information est disponible.
  • Les dates des réunions des comités : l’information était rendue disponible sur les sites de deux universités seulement. Dans l’immense majorité des cas, il a fallu demander aux collègues qui siégeaient dans les comités.
  • Il en allait de même pour le nom des auditionnés, puis leur classement. Il faut noter sur ce point que nous avons eu plus d’informations que ce à quoi nous nous attendions. Parfois, les présidents des comités la proposaient eux-mêmes. Plus souvent, il nous fallait solliciter des collègues qui siégeaient. Nous n’avons que rarement essuyé des refus, même si cela est arrivé. Il faut souligner que l’initiative étant nouvelle, beaucoup de collègues n’étaient pas au courant. Il nous semble qu’avec une plus grande notoriété, les informations devraient être envoyées plus spontanément, et donc être plus faciles à rassembler. Pour le moment, les informations dépendent encore beaucoup (trop) des réseaux des collègues proches de l’initiative (ce qui explique, par exemple, un faible taux de remplissage pour les postes en histoire de l’art).
  • Enfin, les décisions définitives des conseils d’administration sont, quant à elles, presque impossibles à obtenir. Il est paradoxal qu’une décision officielle entraînant recrutement soit ainsi si peu publique.

Au final, ce suivi des recrutements est un bel exemple de ce que peut accomplir l’initiative collective des universitaires, dans leurs associations savantes, pour le bon fonctionnement du bien commun qu’est l’université. Nous espérons donc qu’il pourra s’élargir aux professeurs et à la 21e section, avec le soutien d’un plus grand nombre d’associations, et la participation active de tous les collègues engagés dans le recrutement de leurs pairs.

Claire Zalc, Charlotte Vorms, Claire Lemercier, Nicolas Barreyre


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.