INSPE Paris. Comment l’islamophobie est enseignée aux futurs profs

L’INSPE Paris semble se complaire à propager une idéologie nauséabonde: après sa Journée laïcité en 2017, qui avait entraîné un communiqué intersyndical ( Ferc Sup CGT Paris Sorbonne, CGT Educ’action 75, SNEIP CGT 75, Sgen-CFDT 75, Sud Education 75) aussi unanime que cinglant,  son directeur, Alain Frugière s’était fait remarquer pour sa participation dans le « colloque de la honte » sur laquelle il ne s’est jamais expliqué. On se demande à quel point cette caution hiérarchique donne un signal d’encouragement à celles et ceux qui instrumentalisent la laïcité comme « cache sexe » de l’islamophobie et du racisme, qui hiérarchise cultures et individus ?

Extraits. À l’Institut national du professorat et de l’éducation de Paris (INSPE), les étudiants du Master 1 « Métiers de l’Enseignement, de l’Education et de la Formation » (MEEF) suivent un cours sur la laïcité et les faits religieux aux accents… tout sauf laïcs. Blast s’est procuré un document extrait d’un support de travail digne d’un meeting d’Éric Zemmour.

Extraits de documents pédagogiques. Inspe Paris, 2023

Depuis deux jours, un extrait de partiel tombé en M1 MEEF à l’INSPE de Toulouse circule sur les réseaux sociaux. Dès la première question, les étudiants sont mis en situation : « A la fin d’un de vos cours, un élève vient vous interpeller (…). Il y’a quelque chose qu’il ne comprend pas et qu’il trouve injuste : une de ses amies a été exclue de l’établissement car elle refusait d’enlever son foulard. “Pourquoi n’est-on pas libre de s’habiller comme on veut ?” vous demande-t-il. En vous appuyant sur les principes et les valeurs de la République et sur des références juridiques, que pouvez-vous lui répondre ? ».

Le sujet est évidemment sensible, et il semble légitime que les futurs enseignants soient formés et préparés à l’affronter. Si le port de signes religieux visibles et distinctifs est bel et bien proscrit au sein des écoles primaires ou secondaires de la République, dans lesquelles les étudiants de l’INSPE ont vocation à enseigner, les réactions sont vives sur les réseaux : « Islamophobie d’Etat », dénonce ainsi Mathieu Rigouste, sociologue et auteur d’un tweet lanceur d’alerte.

Quand l’INSPE classe les religions…

Anciennement IUFM (les Instituts universitaires de formation des maîtres disparus en 2013, qui avaient déjà remplacé les écoles normales primaires), les INSPE délivrent au terme d’un cursus de deux années des diplômes de master professionnels « Métiers de l’Enseignement, de l’Education et de la Formation ». Ces établissements – il en existe un par académie – sont placés sous la double tutelle du ministère de l’Éducation nationale et du ministère de l’Enseignement supérieur. C’est à eux que revient de former les futurs enseignants des écoles primaires et du secondaire, ainsi que les conseillers principaux d’éducation (CPE).

→ Lire la suite sur Blast. Le Souffle de l’info

Bandeau: Institut national supérieur du professorat et de l’éducation (INSPÉ), 1 0 rue Molitor (Paris, 16e). Détail du fronton. Credit: Polymagou – CC-BY-SA


Sur Academia


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.