Qui veut la peau de la Commission d’Évaluation de l’Inria ? (I)

Jusqu’où sera prêt à aller le PDG de l’Inria dans son conflit personnel contre la Commission d’Évaluation de l’institut ?

La Commission d’Évaluation (CE) de l’Inria est l’instance en charge de l’évaluation scientifique de l’institut (équivalente du Comité National du CNRS (CoNRS)). Elle contribue à l’élaboration des orientations scientifiques de l’établissement, participe au recrutement et à la promotion des chercheurs et des chercheuses, ainsi qu’à l’évaluation de l’activité des équipes-projets Inria.

À l’Inria, un conflit entre le PDG de l’institut et la Commission d’Évaluation perdure. Ce conflit vient de prendre un nouveau tournant suite à une lettre envoyée par le SNCS-FSU au président du collège de déontologie du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, et la réception de la réponse de ce dernier.

Voici le premier de deux billets visant à expliquer la situation où se trouve l’INRIA désormais et dont la seule issue possible est la démission du PDG de l’Inria.

1. Comprendre le contexte

De quand date le conflit entre le PDG de l’institut et la commission d’évaluation (CE) et quelles sont ses raisons ? Pour essayer de retrouver ses sources, on peut se plonger dans les nombreux comptes-rendus des réunions entre l’instance et la Direction Générale de l’institut.
Dès la rédaction du Contrat Objectif Performance (COP, sorte de ligne de route du PDG pour sa mandature), avant même la nomination de l’actuelle CE, des tensions sont apparues entre des chercheurs et chercheuses de l’institut et leur PDG, suite à certains éléments sources de questionnement (comme par exemple le terme “centre inria de l’université X”, qui a fait réagir très tôt, ou encore l’apparition de chercheurs contractuels). 

Dans les écrits, les paroles et les actes du PDG, la science est presque toujours reléguée au second rang, après l’innovation ou en soutien à l’innovation. La CE en septembre 2021 a d’ailleurs participé au débat avec un document, rendu public en mars 2022 par Médiapart.

Les divergences de vues entre la DG et l’actuelle CE ont commencé dès l’automne 2019 sur ces sujets, comme sur la priorité à l’innovation et la déconsidération des collaboration avec des partenaires industriels ou académiques hors de France.
Pourtant le conflit avec la CE semble autre et plus ancien que la publication de ce document. Il semble trouver sa source dans l’évaluation des scientifiques, en particulier autour des listes d’admissibilité produites par les jurys “CE” (concours, promotions, primes).
Pour comprendre : dans le cadre des concours DR2, des promotions (CRHC, DR1, DR0) et des primes (anciennement PEDR), le jury organisé par la CE propose une liste d’admissibilité ordonnée par paquets, établie sur des mérites scientifiques.

Les choix faits ensuite par la CE peuvent provoquer des déclassements, comme cela a toujours eu lieu à l’Inria, et les chercheurs Inria le savent bien. 

La difficulté est que l’actuelle direction refuse d’assumer de tels choix de déclassement, et exige que la CE lui définisse un “terrain de jeu” large, autour de la barre (le nombre de postes est généralement connu en avance). Cette exigence n’est pas réaliste, puisqu’il n’est pas possible de juger a priori sur les équivalences de mérite scientifique entre candidats !

Ainsi, un reproche que le PDG fait à la CE et de produire des listes (trop) ordonnées. Si il devait rester dans son cadre de promotion, ceci l’obligerait à “déclasser” des personnes méritantes sur le plan scientifique pour leur préférer d’autres personnes, d’où la demande de paquets “large” au niveau de la barre, lui permettant de produire une liste de promus sans que l’on ne puisse y lire le moindre déclassement.
Notons que jusqu’à présent, les résultats de ces jurys ont toujours été votés à l’unanimité des membres du jury.
Le message au début du mandat de la CE était clair :

Bruno Sportisse ajoute ensuite qu’une évaluation n’est pas neutre: elle a lieu dans un cadre stratégique. Le cadre stratégique d’Inria pour les 4 ans à venir est le COP

— CR de la CE du 24 septembre 2019

 

Les premiers jurys ont eu lieu en 2020, et on retrouve dès la plénière d’automne 2020 de la CE, plénière qui suit ces jurys, des premières remarques :

Q : Par exemple pour les PEDR de cette année : le nombre de primes PEDR attribuées par la Direction Générale a été significativement plus élevé que ce qui était prévu et donc que le nombre de candidats classés par la CE, sur des critères qui nous ont échappé.

Jean-Frédéric Gerbeau (Directeur Général, Délégué à la Science) : L’an dernier, l’Institut s’est rendu compte au moment de l’attribution qu’il pouvait attribuer plus de primes que prévu. Nous sommes donc allés plus loin que la liste que la CE avait fixée. Cela devrait être vu comme quelque chose de positif. La DG propose que la CE transmette une liste ordonnée « par paquets », sans se préoccuper a priori de la barre.

— CR de la CE du 30 septembre 2020

Bilan de cette campagne de primes : 14 PEDR ajoutées pour des candidats non classés (soient 25% des PEDR). ((Pour les détail des augmentations  (lien interne Inria) :
  • CR juniors : 0 [la CE avait proposé 13/14 candidat·es]
  • CR confirmés : 4 (+20% ) [la CE avait proposé 20/35 candidat·es]
  • DR confirmés : 3 (+300%) [la CE avait proposé 1/4 candidat·es]
  • DR seniors : 7 (+88%) [la CE avait proposé 8/26 candidat·es].))

À noter que l’année d’après, en 2021, la CE n’était plus informée du nombre de primes attribuables.

Les résultats des jurys PEDR n’étaient pas les seuls qui ne plaisaient pas au PDG de l’institut. Suite au jury DR2 Bruno Sportisse aurait envoyé, le 20 octobre 2020, un courrier à la présidente de la CE se plaignant des résultats du concours1. On en retrouve la mention dans un courrier envoyé par l’ensemble du jury DR2 au PDG de l’institut :

Vous avez formulé, dans un courrier adressé à Anne Canteaut, Présidente de la CE, un certain nombre de critiques relatives au résultat de la phase d’admissibilité du concours DR2 d’Inria.

Nous, membres de la CE ayant siégé au jury d’admissibilité, regrettons tant sur la forme que sur le fond, les critiques formulées sur un travail dans lequel nous nous sommes pleinement investis, avec un souci constant de rigueur, et le souhait de servir au mieux Inria. Nous avons donc souhaité, par la présente lettre, vous apporter quelques réponses, en espérant que ces dernières seront le point de départ d’une discussion constructive avec la CE dans la perspective des jurys à venir.

— Extrait du courrier du jury d’admissibilité DR2 de 2020 à Bruno Sportisse, en réponse à son courrier du 20 octobre 2020 à la présidente de la CE

Dans ce courrier on retrouve les demandes de paquets et de listes d’admissibilité très longues :

Dans la mesure où le travail du jury d’admissibilité doit se fonder uniquement sur les mérites des candidats, comme le rappellent les décisions récentes de la justice administrative, il nous paraît impossible de nous engager a priori sur la longueur de la liste des candidats admissibles ou sur le nombre de candidats ex-aequo, deux éléments amenés à varier d’un concours à l’autre.

— Extrait du courrier du jury d’admissibilité DR2 de 2020 à Bruno Sportisse, en réponse à son courrier du 20 octobre 2020 à la présidente de la CE

Au troisième trimestre ont eu les campagnes de promotions DR1, DR0, CRHC.
Au CR de Février 2021, on continue à voir apparaître ce conflit avec demande de laisser une marge d’arbitrage plus importante à la direction sur les listes d’admissibilités :

JFG : J’ai en retour une interrogation : on doit avancer entre la CE et la direction d’Inria. Cela me frappe quand on a 23 slots identifiés de promotion CRHC, qu’on ait seulement 23 personnes pour lesquelles la CE donne un avis favorable. De même quand on a 10 slots ouverts de promotions DR1 et qu’on a des personnes classées individuellement, ce qui rend le travail de la DG difficile. Cette situation n’est pas satisfaisante de notre point de vue.

[…]

CE : Pour les promotions DR1 et DR0, la CE ne remet pas en cause la prérogative de la DG qui peut modifier le classement comme elle le souhaite. Nous y sommes habitués. Ceci étant dit sur les promotions DR1 et a fortiori DR0, nous souhaitons limiter le nombre de candidats classés car il y a un phénomène d’effet-mémoire : l’incrément dans les dossiers étant généralement faible d’une année sur l’autre, quand on a classé quelqu’un une année, il est difficile de ne pas le classer l’année suivante.

JFG : Il y a deux choses différentes : le nombre de personnes qu’on classe et le nombre de personnes classées ex-aequo au niveau de la barre. La liste que vous nous envoyez n’est pas de la même nature s’il n’y a qu’une personne sur la barre ou s’il y a un groupe. C’est indépendant de la taille de la liste.

BS : Je ne me vois pas déclasser une personne seule sur la barre, sur un plan humain. C’est une question de valeurs. Donc, de fait, il n’y a plus de prérogative de la DG dans cette promotion.

CE : Ce n’est pas l’histoire de l’Institut. Il n’y a pas de volonté de la CE de verrouiller les promotions. D’ailleurs pour les promotions DR0, il y a un paquet d’ex-aequos au niveau de la barre. Pour DR1, il y avait un classement clair. Tous ces classements ont été adoptés à l’unanimité.
JFG : Il y a un message simple : nous souhaitons qu’il y ait davantage de classements par paquets. Il peut arriver de temps en temps qu’on ait un classement avec des personnes isolées. Mais statistiquement, il se trouve que dans les CE précédentes, il y avait quasiment toujours des groupes sur la barre. On serait plus à l’aise avec des classements par paquets, surtout sur la barre.

CE : Il est difficile, quand on a une vision assez claire, de ne pas vous la transmettre.

– CR de la CE du 02 février 2021

Quatre mois après, Bruno Sportisse annoncera lors de la plénière de la CE du 24 juin 2021

BS : (…) La gestion des conflits d’intérêt est un sujet compliqué. J’ai eu plusieurs alertes significatives sur ce sujet, qui ont été partagées avec moi. Assez importantes pour que j’en parle avec le ministère de tutelle et avec le président du Collège de déontologie du Ministère et avec d’autres acteurs habitués à ces sujets. Donc je vais lancer une mission externe d’évaluation de la situation sur notre gestion des conflits d’intérêts. Les alertes sont suffisamment significatives, ne pas le faire serait irresponsable.

CE : Qu’est-ce que tu entends par alerte ?

BS : Si j’ai utilisé ce vocable, c’est que ce sont des cas particuliers, que je ne dévoilerai pas en public, bien entendu.

CE : Est-ce qu’on parle des concours de recrutement, ou d’autre chose ?

BS : On parle des promotions.

— CR de la CE du 24 juin 2021 ((Comme précisé dans le CR de la CE, le texte souligné correspond à des “ajouts et précisions apportés a posteriori lors de la relecture”.))

La présumée existence de ces “alertes significatives” dans les jurys de promotions sera ensuite répétés lors des Journées Scientifiques 2021 de l’Inria par le PDG devant les personnels de l’institut, puis écrit et mis sur l’intranet de l’institut (décembre 2021).

La suite dans le billet 2



Citer ce billet
Des chercheurs et chercheuses à l'Inria (2023, 6 janvier). Qui veut la peau de la Commission d’Évaluation de l’Inria ? (I). Academia. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ajah

  1. À ce jour, ce courrier n’est pas disponible, toutefois il nous semble relever du cadre de loi des Documents Administratifs et à ce titre devrait être disponible avec une demande CADA. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.