Une semaine de menaces de l’extrême-droite sur les campus

Une semaine sous haute tension fascistes à Bordeaux, à Lille, à MontpellierNantes, à Paris et ailleurs, pendant à Lyon ou à Strasbourg,des néonazis défilent, sans être inquiétées.

Lille


Bordeaux

Communiqué de presse_8 décembre 2022 de Lionel Larré, président de l’Université Bordeaux Montaigne

Pessac, le jeudi 8 décembre 2022

Condamnation des violences à l’encontre des libertés académiques et des élus de la République

Mercredi 7 décembre 2022, deux députés de la République organisaient une rencontre avec les étudiants de l’Université Bordeaux Montaigne pour échanger sur les conditions de vie étudiante et sur l’université en général. Parallèlement, un spectacle de théâtre se déroulait en un autre endroit de l’université. Une vingtaine d’individus cagoulés, armés de barres de fer et proférant des slogans racistes ont tenté d’abord de s’introduire dans l’amphithéâtre dans lequel se déroulait la rencontre avec les élus, avant de tenter ensuite d’intimider les organisateurs et spectateurs de la pièce de théâtre. La police est intervenue pour disperser les agitateurs. La conférence et le spectacle ont néanmoins pu se tenir et s’achever à l’heure prévue.

L’Université Bordeaux Montaigne condamne avec la plus grande fermeté ces violences et tentatives d’intimidation à l’encontre d’élus de la République, de l’université, de la liberté de débattre en toute sécurité, et de la culture.
Nous regrettons profondément une évolution qui semble nous mener vers une société dans laquelle l’université ne pourrait être le lieu d’un débat apaisé sur les enjeux sociétaux, y compris ceux auxquels font face les étudiantes, les étudiants et l’université dans son ensemble.

L’université doit rester un lieu de liberté de débat et de production de connaissances ouvert sur la société, afin de comprendre les problèmes auxquels cette dernière fait face et de construire avec elle les solutions qui la feront progresser.

Lionel Larré
Président de l’Université Bordeaux Montaigne

Contacts : Cabinet de la Présidence
cabinet-presidence@u-bordeaux-montaigne.fr


Montpellier


Nantes

“QU’ILS RETOURNENT EN AFRIQUE”, ” DEHORS LES ARABES”, “IVG = CRIME”… L’EXTRÊME DROITE PREND SES AISES À NANTES Depuis quelques semaines sur le campus Tertre de Nantes Université, symboles nazis, tags racistes, anti-IVG et slogans << zemmouristes » fleurissent. Rien d’étonnant les discours d’extrême droite sont relayés en continu sur des médias télévisés à large audience jusqu’à l’Assemblée nationale et leur violence croit à la mesure de leur écho. L’université n’est pas épargnée. Les deux dernières banderoles en date affichées en haut du bâtiment Censive reprenait pour l’une la phrase d’un député d’extrême-droite adressée à un député noir, << qu’il(s) retourne(nt) en Afrique ». L’autre montrait les visages de trois jeunes femmes blanches, cadres du mouvement néo-nazi récemment dissout Génération identitaire, avec la phrase : « nous avons toute la diversité dont nous avons besoin ». Directement adressées aux étudiant- e-s et personnels étranger-e-s et aux étudiant-e-s racisé.e.s, ces slogans sont sans équivoque. Affilié-e-s aux organisations Reconquête (zemmouriste), l’Action française (royaliste) ou encore Nemesis («<fémo- nationaliste>>), les militant-e-s d’extrême-droite rassemblé-e-s à la fac au sein de l’UNI entendent mener la « guerre civilisationnelle » qu’ils fantasment sur nos campus et rêvent ouvertement d’y appliquer une sélection raciale. Sélection raciale, sélection sociale Alors que l’université est laissée à l’abandon et que le manque de moyen est criant (bâtiments trop petits, manque de personnels), l’UFR de droit au bord de la rupture s’est résolu à amputer de 25 % les effectifs de L1 pour l’année prochaine. Jamais mobilisé pour obtenir plus de moyens à l’université, soutenant les politiques d’austérité qui mettent à genoux l’université publique, l’UNI, opportuniste, a relayé la demande des personnels de l’UFR.

Face à l’extrême droite: organisation !
Concernant les tags racistes et xénophobes sur les campus silence radio du côté de la Présidence, trop occupée semble-t-il à appliquer à la lettre les politiques macronistes de dégradation et de sélection à l’université. Rien d’anecdotique à rappeler qu’il y a trois semaines, les députés du Rassemblement Nationa et macronistes votaient main dans la main contre l’augmentation du SMIC pourtant vitale pour nombre d’étudiant-e-s qui travaillent alors que l’inflation explose. Rien d’anecdotique non plus à souligner que ce jeudi 6 décembre 2022, Darmanin, ministre de l’intérieur, ouvrait une de ses prises de paroles à l’Assemblée avec une citation tirée d’un livre de Jacques Bainville, figure de l’Action française. Antifascistes et antiracistes, nous nous tenons aux côté-e-s de toutes les personnes victimes de la violence raciste et xénophobe de l’extrême droite. Contre sa violence, ses discours mortifères, son agenda politique bourgeois, autoritaire

Solidaires étudiant-e-s NANTES syndicat de luttes UNION PIRATE NPA JEUNES

 


Paris. Sorbonne Université

https://twitter.com/SolidairesEtuSU/status/1601322687036502016?s=20&t=izNEniKkT2l1BOO9Sm7cSw

“Hier le GUD étaient devant la Sorbonne pour nous intimider car nous tenions des tables-rondes sur l’Algérie avec @SOS_Racisme. Ils ont fui face à une mobilisation d’étudiant-es, mais le danger est réel et nous appelons à se mobiliser en masse contre les fachos !”. Tweet de Solidaires étudiant-es Sorbonne Université, 9 décembre 2022

 


Quelque part en France

https://twitter.com/mrsxroots/status/1603063510686367747?s=20&t=ssZG2xxdqXtZSTP0qsd3UQ

Fil de @mrsxroots, 14 décembre 2022

 



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2022, 14 décembre). Une semaine de menaces de l’extrême-droite sur les campus. Academia. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aja9

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.