« L’université Paris-1 doit (enfin) agir contre les violences sexuelles et sexistes ». Communiqué des doctorant∙es, 23 novembre 2022

https://payetatruelle.wixsite.com/projet

Site de Paye ta truelle, association pour l’égalité et la diversité en archéologie

  • Communiqué des doctorant∙es de l’ED 112 (Archéologie), diffusé sur les listes étudiantes de l’université Paris-1 Panthéon-Sorbonne le 23 novembre 2022

Nous, doctorantes et doctorants mobilisé·e·s de l’ED 112 (Archéologie) de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, rattaché·e·s aux laboratoires ArchAm, ArScAn, Orient et Méditerranée, TEMPS et Trajectoires, et étudiant·e·s en Master 1 d’Archéologie, en Master 2 Ingénierie de l’archéologie préventive et programmée, en Master 2 Histoire et anthropologie de l’Antiquité, en Master 2 Patrimoines et musées et en Master 2 d’Archéologie des périodes historiques, exprimons notre soutien sans réserve à la mobilisation de nos camarades contre la réintégration de M. Gernez, maître de conférences d’archéologie de l’Orient ancien à l’UFR 03 (Histoire de l’art et Archéologie).

Ce dernier a été condamné à un abaissement d’échelon par la section disciplinaire de l’Université en 2014 pour « comportement inapproprié envers une étudiante » et pour « certains gestes dépassant le cadre d’une relation amicale » lors d’une fouille archéologique en Oman – sanction confirmée en appel par le CNESER (Conseil National de l’Enseignement Supérieur Et de la Recherche) en 20151, puis par le Conseil d’État en 20172). Cet enseignant a été de nouveau condamné par la section disciplinaire de l’Université en 2019 à une interdiction d’enseigner dans un établissement d’enseignement supérieur pendant trois ans. Cette nouvelle sanction est survenue à la suite d’une plainte pour viol déposée à son encontre3) (accusation qui a fait l’objet d’un non-lieu, confirmé en appel en 20214, après une instruction préalable à la commission disciplinaire. Par ces sanctions, l’Université a admis que M. Gernez a outrepassé au moins par deux fois, ses obligations d’éthique et de déontologie et a abusé de sa fonction et de ses liens d’autorité pour tenter d’entretenir des relations dépassant le cadre professionnel avec des étudiantes.

Très bientôt, le CNESER va rendre une décision en appel de la sanction disciplinaire de 20195. La sanction qui avait été prononcée par l’Université est selon nous insuffisante, compte tenu de la gravité et de la répétition des faits reprochés à M. Gernez. En comparaison, en juin 2021, l’Université de Paris a révoqué un enseignant pour « avoir eu un comportement inapproprié vis-à-vis de plusieurs étudiantes […] à savoir jeux de séduction, des échanges de messages, un comportement déplacé, une relation sexuelle6 ». Les raisons avancées pour la sanction de cet enseignant sont tout à fait similaires avec les faits rapportés au sujet de M. Gernez. Pourquoi cette différence ?

Depuis le début de l’année universitaire, M. Gernez a été réintégré et donne des cours magistraux et des TD d’archéologie à des étudiant·es de L1, L2 et L3. Nous tenons à exprimer à la direction de l’UFR 03 ainsi qu’à la Présidence de l’Université notre plus vive inquiétude vis-à-vis de cette décision.

L’UFR 03 a choisi de ne pas laisser M. Gernez encadrer d’étudiant·es de Master cette année. Preuve, s’il en fallait, qu’il existe toujours un risque de mauvais comportement de la part de cet enseignant, et qu’au fond, l’Université a conscience du danger de l’autoriser à être à nouveau en contact étroit avec des étudiant·es. Cependant, rien ne nous garantit que cet « arrangement » sera poursuivi les prochaines années. Si rien n’est fait, des étudiant·es pourront être encadré·e·s l’année prochaine par un enseignant qui a été par deux fois sanctionné par l’Université pour des comportements inappropriés et des abus d’autorité. De plus, rien d’officiel et de définitif n’empêche M. Gernez d’être une nouvelle fois en présence d’étudiant·es dans le cadre de stages et de missions de fouilles à l’étranger, ou bien à terme membre de comités de suivi de thèse. Nous ne pouvons pas négocier sur la sécurité de nos camarades : le sentiment de sécurité et les conditions de travail de nos camarades de Licence sont aussi importants que ceux des étudiant·es de Master et de Doctorat.

Si nos camarades de L2 ont pu être accusé·es de refaire le procès de M. Gernez, nous affirmons notre perplexité devant cette accusation. Nos uniques objectifs sont, en effet, la protection de nos camarades par une communication claire de la direction de l’UFR 03 et de la Présidence de l’Université, ainsi que la mise en place de mesures et de garanties, qui semblent avoir fait gravement défaut en 2019 malgré une première condamnation par la section disciplinaire. La première ambition de l’Université doit être d’assurer la protection psychologique et physique de ses étudiant·es. L’absence de décisions fermes assurant cette sécurité engendre un climat de peur et de colère. A minima, une communication claire et définitive définissant les limites qui entourent l’emploi de M. Gernez permettrait d’apporter aux étudiant·es de Licence, mais aussi de Master et de Doctorat, une plus grande tranquillité d’esprit.

L’Université joue la montre et compte sur l’oubli. Il est absolument incompréhensible que la seule communication de l’Université à ce sujet soit un mail de l’UFR 03 aux étudiant·es qui ne mentionne pas le nom de M. Gernez, le 21 mars 2019. Depuis, un silence complet entoure le cas de cet enseignant et rien n’a été fait pour prévenir les étudiant·es de L1, de L2 et de L3 de la présence de celui-ci. L’exigence de transparence est une valeur fondamentale, et il est saisissant de constater que la direction de l’UFR 03 et la Présidence de l’Université sont restées bloquées dans un fonctionnement opaque et inefficace. Le fait d’avoir laissé les étudiant·es de Licence découvrir les antécédents de M. Gernez est un point particulièrement consternant dans la gestion de ce cas. Cette affaire ne sera pas, de nouveau, cachée sous le tapis, sans tenir compte ni de l’éthique ni de la simple considération envers les étudiant·es.

La lutte contre les Violences Sexistes et Sexuelles (VSS) ne devrait pas être un simple slogan destiné à faire joli sur le site de l’Université, mais elle suppose une vraie prise de conscience et la reconsidération de tout un système d’après cette logique de lutte. Le lancement le mois dernier en grande pompe d’un « nouveau dispositif de prévention des violences sexistes et sexuelles » est en décalage complet avec la gestion par l’UFR 03 et l’Université du cas de M. Gernez. Dans ces affaires où les étudiant·es semblent désavantagé·es d’emblée par leur précarité et la nature des commissions disciplinaires qui les mettent face à face avec l’enseignant·e accusé·e, nous ne pouvons croire que tous·tes les plaignant·es s’avèrent être des menteur·euses.

Le « pas de vagues » doit cesser : nous appelons la Présidente de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Mme Neau-Leduc et le directeur de l’UFR 03, M. Prost, à communiquer sur leurs réponses face aux inquiétudes des étudiant·es au sujet de cet enseignant et à agir concrètement dans la lutte contre les VSS, en particulier dans le cadre des stages et missions en France ou à l’étranger. Nous rappelons qu’en tant que futur·es archéologues, nous avons à cœur la création d’un climat de travail sain, dépourvu de VSS, qui ne règne malheureusement pas aujourd’hui dans le monde de l’archéologie comme le prouvent les nombreux témoignages diffusés par le collectif Paye ta Truelle. L’exemplarité des professeur·es d’archéologie en la matière, ainsi qu’une tolérance zéro envers les VSS nous paraissent être une première étape absolument indispensable dans l’établissement de ce climat, qui profiterait à toutes et à tous.

Estimant que les mesures actuelles ne permettent pas aux étudiant·es et personnels de travailler dans les meilleures conditions, nous appelons également le CNESER à revoir la sanction initiale de l’Université et à révoquer ou mettre en retraite d’office M. Gernez, des mesures garantissant réellement la protection des étudiantes. En effet, la sanction de 2019 n’est absolument pas suffisante et ne protège pas les étudiantes des abus répétés de cet enseignant sur presque dix ans. Seules ces sanctions peuvent garantir la sécurité et le bien-être des étudiant·es, ainsi que le bon fonctionnement de l’Université. Au-delà de l’Université Paris 1, il est aussi nécessaire que les commissions disciplinaires des Universités et le CNESER protègent réellement les étudiant·es et cessent de relaxer des enseignants accusés de harcèlement sexuel (deux à Lyon, deux à Toulouse ces six derniers mois7/



Citer ce billet
L'équipe des rédacteurs d'Academia (2022, 1 décembre). « L’université Paris-1 doit (enfin) agir contre les violences sexuelles et sexistes ». Communiqué des doctorant∙es, 23 novembre 2022. Academia. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aj9z

  1. Décision du CNESER (publiée le 06/10/2015 []
  2. Décision du Conseil d’État (publiée le 18/12/2017 []
  3. L’université Paris-1 secouée par deux affaires de viol, par Sophie Boutboul et Lénaïg Brédoux, Mediapart, 20/05/2019. []
  4. Accusation de viol : malgré un non-lieu, un professeur de la Sorbonne dans la tourmente, par Samuel Vivant, Actu Paris, 15/11/2022 []
  5. Accusation de viol : malgré un non-lieu, un professeur de la Sorbonne dans la tourmente, par Samuel Vivant, Actu Paris, 15/11/2022 []
  6. Décision du CNESER, publiée le 10 mars 2022. []
  7. Harcèlement : radiés de l’université, deux enseignants toulousains relaxés en appel, Par Emmanuel Riondé,  Mediapart, 27/10/2022 :  Université Lyon 2 : un professeur accusé de harcèlement sexuel relaxé par le Cneser, Rue89Lyon, 09/11/2022. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.