Voix tues, voix entendues : à propos des Suppliantes (Sorbonne, 2019)

Si on cherche “Eschyle + Les Suppliantes + Sorbonne” dans Google Actualités, on retrouve 99 résultats. La “controverse” datée de mars 2019 apparaît même sur la page Wikipédia de la pièce. Systématiquement sont repris plusieurs communiqués : celui de l’Université, celui du metteur en scène Philippe Brunet et le communiqué commun de Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, et de Franck Riester, Ministre de la Culture — communiqués qui ont servi à la rédaction de plusieurs articles sans guère de réelle enquête. De nombreuses personnes et collectifs ont pris la parole1 une tribune signée par 343 personnes racisées a été publiée sur Mediapart2 en réponse à celle publiée dans Le Monde3. À aucun moment les étudiant·es à l’origine de cet appel au boycott n’ont été écouté·es.

Je voudrais ici revenir sur ce qui s’est joué à l’intérieur de la Sorbonne à ce moment-là, du point de vue d’une militante active dans l’association étudiante qui a relayé l’appel au boycott4.

Blackface

Au second semestre de l’année universitaire une étudiante publie sur le groupe facebook “Etudiant Sorbonne Université” une capture d’écran de ce tweet : 

 

Une étudiante s’était rendue auprès de la direction des affaires culturelles pour se renseigner au sujet de la mise en scène des Suppliantes, comme je l’ai appris plus tard. L’affiche, dont je n’ai pas retrouvée, utilisait ce visuel barré d’une bande jaune : on voit une actrice complètement recouverte de peinture marron. Cette pièce et la communication au sujet de cette pièce étaient financées par Sorbonne Université et soutenues par le service culturel de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université. Quand cette étudiante a demandé au service culturel pourquoi l’université finançait la diffusion de cette image, elle n’a reçu aucune réponse.

 

Photographie de l’affiche promotionnelle des Suppliantes, proposées à Sorbonne Université (

Il s’avère qu’à ce moment-là notre association féministe représentait l’ensemble des associations de la Faculté des Lettres en commission Fonds de solidarité et de développement des initiatives étudiantes (FSDIE). N’ayant pas participé à la commission qui a approuvé le financement de cette pièce j’ai vérifié le dossier. Selon le règlement de la commission, toute impression doit être présentée à la commission en vue de son financement. L’affiche de la pièce n’était pas dans les pièces transmises. 

J’aurais pu, à la commission suivante exposer la situation et agir au sein de l’institution, selon ses règles, pour faire en sorte que ça ne puisse plus arriver. Sauf que. 

Racisme décomplexé

Au moment où le tweet a été partagé sur le groupe facebook, on a assisté à un raz-de-marée de commentaires racistes. D’abord, des étudiant·es blanc·hes ont dit qu’iels ne voyaient pas le problème avec l’affiche. Puis, très vite, des débats ont commencé à fleurir sur l’intérêt civilisationnel de l’esclavage et la supériorité des personnes blanches.

Agir au sein de l’institution pour faire en sorte qu’il ne soit pas possible qu’un outil de communication soit financé par la commission FSDIE sans être approuvée n’aurait pas suffit. Parce qu’une étudiante avait été éconduite par le service culturel alors qu’elle aurait dû être entendue. Parce qu’il était impossible de laisser passer de tels discours, j’ai répondu à chacun des commentaires racistes. Cela m’a exposée5. Le but n’était pas de discuter avec les auteurices de ces commentaires racistes, mais de faire en sorte que toute personne lisant ces messages y trouve du soutien. Beaucoup sont venus me remercier ; j’ai créé une conversation rassemblant toutes ces personnes. Je leur ai demandé ce qu’iels désiraient faire et nous avons écrit ensemble un appel au boycott. Avec l’accord du reste du bureau de mon association, nous avons diffusé l’appel au boycott sur nos réseaux . 

Le soir de la représentation, plusieurs de ces étudiant·es étaient devant l’amphithéâtre. Personne n’a été séquestré, insulté ou empêché. Le doyen a publié un communiqué, la Ministre de l’Enseignement Supérieur de la Recherche et de l’Innovation et le Ministre de la Culture également, puis le metteur en scène. C’est sur base de ces communiqués, parfois sur celui du CRAN également, que de nombreux articles et tribunes ont été publiés, ignorant le malaise des étudiant·es.

Réponse à la violence

Quelque temps après, une amie doctorante revenue en France me demande ce qu’il s’est passé. Elle m’explique qu’au sein du Collectif Doctoral personne n’a compris ce que nous avions fait ; ou plutôt, au sein de ce Collectif avec qui nous travaillons depuis notre création, personne n’avait pas pris la peine de chercher à comprendre ce qu’il s’était passé. À la suite de notre conversation, elle a pris le temps de rédiger un mail à l’ensemble des membres. 

Quand je raconte ce qu’il s’est passé, j’explique que le but n’était pas d’empêcher la tenue de la pièce, sans quoi effectivement il aurait mieux valu passer par des démarches internes6.  mais de répondre à l’attente des personnes ayant vécu des violences, à savoir au besoin de l’étudiante à laquelle le service culturel avait refusé de répondre et à celui de l’ensemble des étudiant·es afrodescendant·es de Sorbonne Université. Iels avaient besoin de soutien, de collectif, de réparation, c’est donc ce que nous avons essayé de faire. 

Je n’ai pas voulu écrire cet article pour laisser une trace de ce qu’il s’est passé, il aurait fallu recueillir les témoignages de nombreuses personnes afin d’entendre les positions. Mais il me semble que cet événement universitaire a encore des enseignements à délivrer, tant sur l’ignorance qu’il a conduit à organiser que sur la façon d’accompagner des personnes qui subissent des violences racistes ou autres.

Quand vous voyez une condamnation de violences injustifiées de la part de personnes marginalisées, cherchez à en savoir plus. Face à une violence systémique, l’intérêt des personnes directement concernées par cette violence systémique doit toujours être la priorité.



Citer ce billet
Sarah Ghelam (2022, 9 novembre). Voix tues, voix entendues : à propos des Suppliantes (Sorbonne, 2019). Academia. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aj9t

  1. Blackface au théâtre de la Sorbonne | Tribune des 343 racisé•e•s“. Arnaud Maisetti ; “Les Suppliantes : réaction de Joëlle Le Marec, professeure des universités au CELSA, directrice du département Magistère et chercheuse membre du GRIPIC“. La BAFFE []
  2. Racisme dans les arts: Lipanda Manifesto, tribune des 343 racisé·e·s“. Le Club de Mediapart []
  3. « Blackface » à la Sorbonne : « Ne pas céder aux intimidations, telle est notre responsabilité ». Le Monde []
  4. Je ne suis plus en contact avec l’ensemble des étudiant-es concerné·es, et il ne s’agit pas ici de faire seule le récit exhaustif de ce qu’il s’est passé. []
  5. J’ai subi des intimidations jusqu’à la fin de mes études à Sorbonne Université. []
  6. La pièce, qui devait jouer en mars 2019, s’est finalement tenue en mai 2019, après modification de la mise en scène. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.