Le président de l’Université de Paris-10 Nanterre alerte sur « une sous-dotation qui ne permet plus l’accomplissement dans des conditions acceptables de nos missions de service public »

Comme vous le savez l’établissement est engagé dans un travail de fond sur l’évaluation de ses besoins en termes de soutien de l’Etat, et alerte avec vigueur la tutelle, depuis plusieurs mois, sur la gravité de la situation. Celle-ci peut être décrite très simplement comme une sous-dotation qui ne permet plus l’accomplissement dans des conditions acceptables de nos missions de service public.

C’est sur cette base que nous avons obtenu, d’abord fin 2021 puis cet été, des soutiens en termes de moyens, au total 2,7 millions d’euros, dont 1,7 pérenne. Ce n’est nécessairement qu’une étape, et nous poursuivons ce travail, appuyé par un conseil sollicité au niveau de France Universités et en relation étroite avec le rectorat de région académique. Il s’agit de s’inscrire dans une démarche globale pluriannuelle et de spécifier exactement ce qui justifie nos besoins.

Je sais à quel point la situation de manque de moyens et les difficultés de recrutement qui laissent trop de postes vacants créent de tensions dans l’ensemble de nos composantes et de nos services. Il peut se poser aussi des questions fortes d’organisation. Vous avez su que dans l’une de nos composantes, l’UFR DSP, la difficulté de fonctionnement a conduit la direction, se jugeant dans une impasse, à prendre une mesure de suspension de l’essentiel des enseignements de licence pour la semaine du 26 septembre pour procéder à une remise en place des plannings et emplois du temps. Je tenais ici à dire combien il faut reconnaître les difficultés de l’UFR DSP, de ses personnels et de ses étudiants. Mais il faut souligner que l’ensemble de nos composantes connaissent des difficultés de fonctionnement. Je tenais aussi à dire que je sais que ce sont partout le professionnalisme et un sens aigu de nos responsabilités qui nous permettent de tenir les chocs successifs. Enfin, il faut rappeler que nos difficultés ne retirent rien au sens de nos missions et à l’importance du respect de nos instances et procédures démocratiques de prise de décision.

Après échange avec la direction de la composante et le conseil de l’UFR DSP, et aussi en réponse à une motion votée par ce conseil, au-delà de l’examen indispensable des possibilités de rattrapage de la semaine du 26 septembre, j’ai décidé de prendre les mesures suivantes :

  • mettre en place un collectif de réflexion, associant les différentes catégories de personnel et dépassant le seul périmètre de l’UFR DSP, pour traiter sur le fond les problématiques de la composante ;
  • solliciter de notre tutelle un regard extérieur dans les plus brefs délais en demandant que soit saisie l’Inspection Générale. L’objectif est de prendre le sujet posé à bras le corps et de ne plus se trouver seulement en situation de réponses successives à des crises et urgences.

Sur ces différents points un CHSCT a été réuni et informé vendredi 30 septembre. Un temps d’échange sur le sujet a aussi été organisé lors du CA du lundi 26 septembre. Un point sera fait lors de la CFVU du 10 octobre.

Le travail mené par les équipes administratives de l’UFR DSP, et je les en remercie ici vivement, permet la reprise de tous les enseignements à partir de ce lundi 03 octobre.

Bien sincèrement, Philippe Gervais-Lambony

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.