Le vrai, le bien et le néant

Texte diffusé sur les listes INRIA, 22 septembre 2022

  • par Camille Noûs, pour un collectif de chercheurs et chercheuses
Quintessence du style spaghetti, le rapport1 rédigé par la mission sur « les conflits d’intérêt dans les processus de promotion et d’attribution des primes »2 à l’Inria nous fait profiter d’une vision « englobante » et d’une réflexion épistémologique profonde, bien utile en ces temps de grande confusion.
Le rapport témoigne du travail remarquable de ses trois auteurs, mais le temps qui leur était imparti ne leur a malheureusement pas permis de traiter le sujet dans toutes ses dimensions. En particulier, la question délicate de la candidature à une promotion de membres de la Direction Générale, en position hiérarchique par rapport à l’ensemble des membres d’Inria et de son instance d’évaluation, n’a pas été abordée. Mais peut-être cette omission n’est-elle due qu’à un louable souci d’impartialité, dans la mesure où l’un des membres de la mission a été lui-même une des très rares personnes promues au grade de directeur de recherche de classe exceptionnelle alors qu’il était en fonction à la direction de l’institut, situation apparemment considérée comme non conflictuelle par le Président Directeur Général d’Inria lorsqu’il a nommé la mission.
https://www.flickr.com/photos/73211309@N05/6622987847/in/photolist-b6fxxD-2mU7JCW-2w9e7a-TWuKvw-27DSFR9-2nmRKbJ-26Bw7VQ-GtVXvE-qL5gp2-5QXMct-q6wm8C-G8kKk4-9mRa9C-aiQQne-21YByYA-XNpfjx-85hoK4-RfSPT5-LD6N2d-2fYre-dActEg-5MwaNf-KSSMS-TvQgeY-HpjbJk-aE5vNo-6cVVdf-qa7vtx-Ufc4gY-SRbVed-24gBcEZ-z9imen-p8V5As-2hzrLz9-2jsXpvW-Lepo9E-pb4Ffg-YqA1Nq-UbmDoM-9Xonv7-r6aVqX-g1QsA3-xKTD9v-Ri5g5o-d4pojU-2jqnRej-2ep2jqV-QY7EAP-5zGRMk-4W1jtp

Crédit: Void Blatherer, 2011

Heureusement, par delà cette lacune bénigne, le rapport formule quelques propositions audacieuses et créatives. Leur profondeur ne permet naturellement pas d’en faire l’exégèse en quelques lignes. Nous n’en analysons donc que quelques unes dans ce document, celles qui nous semblent les plus disruptives et ayant le plus fort potentiel d’impact, à l’avant-garde dans un institut plateforme.
Nous recommandons une procédure d’auto-appréciation par chaque évaluateur (rapporteur ou non) relative aux principes généraux d’impartialité, de neutralité, d’absence de biais de toutes sortes et de conflit avec chacun des candidats à évaluer. Cette auto-appréciation pourrait donner lieu à une déclaration sur l’honneur signée, affirmant l’absence de risque d’impartialité ou listant les risques potentiels existants pour tel ou tel dossier (signature numérique par exemple lors de l’accès aux dossiers). —Rapport pour le respect de l’impartialité dans les procédures d’évaluation, 3.1,1, Procédures pour limiter le défaut d’impartialité,  p. 4
Cette première recommandation, que les membres de la mission se sont probablement appliqués à eux-mêmes par souci d’exemplarité, est particulièrement novatrice. Comme chacun et chacune d’entre nous a des biais, souvent inconscients, déclarer être complètement neutre vis-à-vis des candidatures à évaluer devrait être impossible en toute honnêteté. Chaque membre de jury a par exemple des biais disciplinaires (positifs ou négatifs) résultant de son parcours scientifique personnel, et il est communément admis que c’est la dimension collective d’un jury qui permet de les atténuer. Exiger une déclaration sur l’honneur de l’absence de biais pourrait néanmoins permettre à Inria de privilégier les évaluateurs ayant moins d’honneur que de biais.

Plus généralement, le rapport fournit une analyse particulièrement pertinente et éclairante sur les notions de biais positifs et biais négatifs, y compris sur les « biais inconscients ». À n’en point douter, cette étude fera date. Elle devrait permettre à l’Inria d’améliorer la tenue de ses jurys. Elle mériterait même d’être diffusée plus largement en dehors de l’institut et ses préconisations appliquées partout où cela est possible. Par exemple, elle aurait pu être d’un grand secours aux tutelles de l’IHU de Marseille pour interdire aux chercheurs ayant émis des réserves sur les méthodes de travail du professeur Didier Raoult d’intervenir à quelque moment que ce soit sur l’évaluation des travaux et des méthodes de ce dernier.
Néanmoins, nous nous devons de regretter une certaine frilosité dans les conclusions de l’étude et surtout dans les propositions qui en découlent. Il semble donc nécessaire de poursuivre l’analyse et de noter qu’une autre source de biais devrait être combattue : la lecture des dossiers des candidats. En effet, qui pourrait nier qu’un dossier mal écrit, mal présenté ou amphigourique induit fatalement un biais négatif auprès de tout rapporteur ? A contrario, qui pourrait ne pas savoir qu’un dossier clair, bien présenté, succinct mais complet induit nécessairement un biais très positif auprès d’un jury ? La brillante étude de P. Bayard3  nous apporte la solution à ce problème dont la simplicité et l’évidence sont probablement la source de l’aveuglement de bien des jurys. Il suffit d’interdire aux rapporteurs la lecture des dossiers. De ce fait, tout biais de lecture sera automatiquement et définitivement éradiqué. Ne subsistera alors plus qu’une seule source de biais : la réputation ou les connaissances antérieures sur la carrière d’un candidat. Les armes pour combattre ce problème existent et sont connues. Il suffit d’adopter la méthode employée depuis plusieurs années par de très nombreuses conférences et dont la communauté scientifique a pu juger des bienfaits : l’évaluation dite en « double aveugle » que l’on peut appeler plus simplement « évaluation par candidatures anonymes ». Nous pensons que les effets cumulés de ces deux préconisations devraient permettre de supprimer totalement les biais des jurys et donc nous recommandons à la CE d’Inria de les mettre en oeuvre dès que possible.
La relation de tuteur d’HDR entre évaluateur et évalué (généralement bien plus ténue et ponctuelle que la relation de directeur de thèse) devrait être requalifiée comme risque faible. Rapport…, 3.1,1, Procédures pour limiter le défaut d’impartialité,  p. 4
Ce point semble extrêmement important, et il serait souhaitable que le Collège de déontologie du Ministère de la Recherche puisse modifier sa grille des situations de conflits potentielles pour le prendre en compte. En conséquence, il est urgent que la notion de tuteur d’HDR soit adoptée par toutes les universités car une adoption plus large permettrait d’augmenter le nombre de cas de conflit possibles et donc d’augmenter la pertinence de la proposition.
Un moyen de réduire les contraintes d’organisation des évaluations, et par là même de mieux prendre en compte les risques faibles, serait de faire davantage appel à des rapporteurs externes aux jurys ou à la CE. Ces rapporteurs (possiblement indemnisés pour leur travail, comme le font des agences de recherche) recevraient des directives et une grille d’évaluation précises. Leurs avis seraient des compléments intégrés aux dossiers (formellement similaires, mais bien distincts sur le fond des lettres de recommandation) et pris en compte par le jury, dont l’unicité resterait entière. — Rapport…, 3.1,1, Procédures pour limiter le défaut d’impartialité,  p. 4
Cette autre recommandation novatrice pourrait d’une part être mise au regard de la durée des procédures d’évaluation nécessaires pour faire appel à des experts extérieurs, et d’autre part être assortie de suggestions concernant les moyens à mettre en oeuvre pour payer les centaines d’experts extérieurs impliqués dans les évaluations d’équipes-projets Inria et dans les jurys de recrutement et qui attendent leur rémunération depuis plusieurs mois.
Enfin, malgré la grande qualité du rapport que nous avons mise en valeur dans cette courte analyse, nous avons détecté une lacune mineure dans l’étude rédigée par la mission sur les conflits d’intérêt qui nous conduit à formuler une recommandation supplémentaire. Le rapport ne statue finalement ni sur la présence ni sur l’absence de conflits d’intérêt dans les jurys Inria. Ce manque de conclusion explicite introduit alors un risque. Un biais de confiance ou au contraire de suspicion des lecteurs risque de les faire conclure dans un sens ou dans un autre, ce que même une déclaration sur l’honneur signée électroniquement et à leur usage exclusif, ne parviendrait pas à éliminer. Pour pallier ce problème, une seule solution nous semble efficace. Nous préconisons au Président Directeur Général d’Inria de nommer une nouvelle mission sur les conflits d’intérêt qui rendrait un rapport obligatoirement sous une des deux formes suivantes :
  • Oui, il y a eu des conflits d’intérêt dans les jurys organisés par la Commission d’Évaluation d’Inria ces dernières années.
ou
  • Non, il n’y a eu aucun conflit d’intérêt dans les jurys organisés par la Commission d’Évaluation d’Inria ces dernières années.
La communauté scientifique a le droit de savoir à qui nous avons affaire !
  1. « Le rapport sur le respect de l’impartialité dans les processus d’évaluation est en ligne », 22 juillet 2022. []
  2. « Création d’une mission sur les conflits d’intérêt dans les processus de promotion et d’attribution des primes », 26 janvier 2022. []
  3. Pierre Bayard, Comment parler des livres que l’on n’a pas lus, éditions de Minuit, 2007. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.