Ni chauffage, ni postes, ni financements supplémentaires. De l’abandon des universités par le gouvernement à la rentrée 2022 : une revue de presse

  • Sylvie Retailleau, ministre de l’enseignement supérieur : « Nous devons reconnaître le droit de se tromper et de se réorienter après une année d’études », par David Larousserie et Soazig Le Nevé, Le Monde, 15 septembre 2022

Extraits. Le système tient grâce aux contractuels qui assument parfois jusqu’à la moitié des enseignements en première année de licence. Peut-on continuer ainsi ?

Il faut d’abord remettre l’étudiant au centre et se demander s’il dispose vraiment des enseignements dont il a besoin en entrant en premier cycle, en matière de transition écologique par exemple. Faut-il consacrer d’abord des moyens au recrutement d’enseignants-chercheurs ou bien peut-être plutôt de directeurs des études, d’ingénieurs pédagogiques, qui sont autant de fonctions support qui soulagent les enseignants ?

Lors de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron a souhaité que la loi pour la recherche (LPR) aille « plus vite et plus fort ». Une nouvelle trajectoire budgétaire n’est-elle pas prévue, ne serait-ce que pour couvrir l’effet de l’inflation ?

Il faut d’abord faire un bilan, comme le prévoit la loi. Nous réunirons avant Noël le comité de suivi de la LPR pour pouvoir faire ce bilan au printemps 2023. A partir de là, si nous pouvons accélérer, nous mettrons l’accent en priorité sur les mesures concernant la revalorisation des carrières. Mais accélération ne signifie pas uniquement rajouter des moyens.

  • Excellence et égalité des chances : le grand défi des universités françaises, France Culture : avec Annabelle Allouch (MCF sociologie, UPJV), Sophie Bejean (présidente Campus France), François Germinet, président de l’Université de Cergy Pontoise), 19 septembre 2022

À partir de 20′, Annabelle Allouch contredit, en sociologue, la fiction officielle déroulée par les représentant·es du gouvernement. 

  • « Être étudiant en France, c’est payer peu pour ses études, mais aussi avoir peu d’argent pour vivre », Nicolas Charles. Entretien par Séverin Graveleau, Le Monde Campus, 21 septembre 2022

    Extraits. [L]a hausse massive du nombre d’étudiants dans le supérieur (de 2,2 à 2,97 millions entre 2008 et 2021) s’est accompagnée d’une réduction du niveau de dépenses publiques par étudiant. Il en résulte une baisse de la qualité de l’accueil dans les universités, mais aussi un transfert des étudiants vers d’autres types de formations, notamment privées (prépas, écoles diverses), dans des établissements qui ont, eux, d’importants frais de scolarité. De 13,5 % des étudiants en 2001, le secteur privé est passé à 20,6 % en 2019. Cette privatisation entraîne une plus grande hétérogénéité du système, où les types de parcours d’études, d’établissements et d’expériences étudiantes se multiplient. 

https://twitter.com/knackizzzard/status/1572189111418585094?s=20&t=ovV05t363AYFtdP2NeBVnQ

Annonce d’un jeu concours au CROUS de Strasbourg “pour gagner jusqu’à deux mois de repas gratuits”, septembre 2022

  • Sobriété énergétique : “L’urgence, c’est le réchauffement climatique et l’acquisition d’une culture écologique”, selon le président de l’Université de Strasbourg, francetvinfo, 20 septembre 2022

  • Fermeture de la fac de Strasbourg : « Une catastrophe d’un point de vue pédagogique », pour le sénateur, Pierre Ouzoulias, Public Senat, 20 septembre 2022


À comparer avec le courriel envoyé à la communauté universitaire par le même président Deneken, dit

De: president@unistra.fr
À: personnels@unistra.fr
Cc: “President” <President@unistra.fr>
Envoyé: Lundi 19 Septembre 2022 08:22:56
Objet: [unistra-personnels] Plan de sobriété énergétique

Mesdames, Messieurs,
Chères et chers collègues,

J’ai souhaité m’adresser rapidement à vous toutes et tous au sujet des décisions à prendre pour que notre université contribue autant que possible à la sobriété énergétique.

D’une part, notre pays et l’ensemble des pays européens subissent depuis 2021 une hausse des tarifs de l’énergie principalement due à l’explosion du cours du gaz. Comme vous le savez, cette flambée s’explique essentiellement par des facteurs conjoncturels : reprise économique post-covid, guerre en Ukraine. Les évolutions récentes confirment cette importante tendance haussière tant pour le gaz que pour l’électricité. Cela aura inévitablement des conséquences sur notre facture énergétique.
D’autre part, le Président de la République et le gouvernement ont appelé l’ensemble des services de l’Etat et des services publics à prendre leur part dans l’indispensable et urgente transition énergétique et socio-écologique. Une nécessité que nous ont par ailleurs rappelé la canicule, la sècheresse et les incendies de cette période estivale.

Comme je l’ai annoncé lors de la cérémonie de rentrée, la présidence et les services concernés travaillent depuis cet été de manière accélérée sur des pistes d’actions à court, moyen et long termes, pour prendre les meilleures orientations face à ces deux problématiques.

Nous avons décidé d’actions qui impacteront réellement nos dépenses énergétiques et feront émerger de nouvelles pratiques. Les actions que je vous présente aujourd’hui prennent aussi en compte les besoins de solidarité au sein de l’université et au-delà, pour permettre qu’aucun bâtiment ne subisse des délestages et donc une fermeture subite des activités, non maitrisée par l’établissement.

Cinq actions de court terme :
1.  Nous repousserons au plus tard possible la mise en route du chauffage. De même, la date d’arrêt du chauffage sera avancée autant que possible.

2.  Nous maintiendrons la température à 19 degrés dans l’ensemble des locaux, ce que nous permet la gestion centralisée des températures par bâtiment, réalisées en fonction des températures extérieures. J’ai bien conscience que la température ressentie n’est pas la même dans tous les bâtiments. Nous serons donc attentifs à chaque situation.

    1. Cet hiver, nous fermerons les locaux de l’université, 2 semaines supplémentaires:
      La première semaine de janvier sera une semaine de fermeture administrative, avec donc 4 jours de congés complémentaires pour les étudiants (congés du vendredi 16 décembre au soir au lundi 9 janvier matin), aucun enseignement ne sera assuré, la rentrée aura alors lieu le lundi 9 janvier.
      Une seconde semaine de fermeture des bâtiments interviendra au moment des congés scolaires de février, en fonction des bâtiments et des activités.

Pendant ces périodes de fermeture des locaux, peu d’étudiants seront présents sur les campus et peu de cours seront assurés, même en distanciel et les personnels – sauf cas exceptionnels justifiés – mèneront leurs activités depuis leur domicile, en télétravail. Nous serons néanmoins attentifs à maintenir ouverte une bibliothèque pour permettre aux étudiantes et étudiants de travailler et préparer leurs examens.

    1. Je demande à toutes et tous de veiller à éteindre tous les équipements de bureaux (éclairage, écrans de veille, scanners, photocopieurs, imprimantes et ordinateurs, etc.) quand ceux-ci ne sont plus utilisés. L’usage de chaufferettes sera strictement interdit – sauf cas exceptionnels justifiés auprès des services techniques.
    1. Nous allons également travailler à des plans de continuité d’activité pour l’ensemble des services, facultés, laboratoires. C’est un exercice désormais connu de tous qui vise à prioriser les activités, en cas de stricte nécessité.

Ces mesures rapides sont des actions simples et efficaces pour faire baisser significativement notre consommation énergétique et son coût (en Kwh et en budget). Comme notre consommation est la plus importante entre décembre et mars, c’est sur cette période que nos efforts seront les plus payants.

Les actions à moyen terme :
Nous allons travailler à quatre nouvelles chartes : une charte sur la mobilité responsable, une charte de l’achat responsable, une charte sur l’immobilier responsable, et une charte sur le numérique responsable. A travers ces chartes qui proposeront de nouvelles règles de sobriété, nous voulons agir concrètement pour le déploiement de nouvelles pratiques en faveur de la transition écologique et énergétique.

Nous allons accélérer la mise en place d’une feuille de route « développement durable et responsabilité sociétale » pour une prise de décision par notre conseil d’administration avant fin décembre. Cela pourrait par exemple débuter par établir des bilans « carbone » dans toutes les entités, afin d’estimer nos consommations et mettre en place des actions différenciées nous permettant de suivre les impacts des actions mises en œuvre.

Les actions à long terme :
Nous voulons impérativement améliorer la performance énergétique de notre patrimoine universitaire bâti. Cette action nécessite des investissements budgétaires importants. La rénovation de tous nos bâtiments est actuellement évaluée à 500 millions d’euros, ce qui est largement hors de portée de l’établissement.  La mobilisation financière de l’Etat, des collectivités territoriales sera donc nécessaire sur le long terme.

Nous avons conscience que ces actions nous demanderont de changer nos pratiques en profondeur. Malgré les difficultés, je veux rester résolument positif quant à notre capacité collective de changement. S’il nous faut décider vite, nous savons aussi pouvoir compter sur vous pour être, au plus près du terrain, force de proposition. C’est pourquoi ces actions seront présentées dans les instances de dialogue social de l’université pour envisager toutes les modalités pour les réussir ensemble. Bien entendu, nous continuerons d’échanger avec les doyens, directeurs de laboratoires, chefs de services pour trouver la bonne organisation en fonction des activités, et proposer les ajustements nécessaires (sur les calendriers de formation et d’examens, sur les activités des laboratoires, etc.). Nous avons également prévu des échanges avec nos partenaires CNRS, Inserm, INRAe.

Un plan de communication sera préparé pour favoriser les éco-gestes, changer nos pratiques, vous accompagner et vous permettre d’en mesurer les progrès. Nous serons toutes et tous mobilisé.e.s, avec la mission Développement Durable et Responsabilité Sociétale (DDRS) pour réussir ce nouveau défi collectif. Vos exemples de mises en pratique, votre créativité, sont bienvenus. Vous pourrez les partager via Ernest où un espace collaboratif de partage de bonnes pratique DDRS est mis à disposition de toute la communauté. Les référents DDRS de votre entité seront également des relais précieux pour initier et faire remonter des initiatives.

Nous savons que des initiatives se prennent déjà, ici et là, pour changer les pratiques. Vous aviez également remonté de nombreuses attentes sur ces sujets lors de la consultation cap2030. Nous sommes donc confiants dans le succès de la mise en œuvre des actions proposées et nous nous engageons à revenir vers vous régulièrement pour faire le point sur nos avancées.

Je ne doute pas de notre capacité de mobilisation collective pour relever ces nouveaux défis.

Michel Deneken
Président de l’Université de Strasbourg


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.