Libertés académiques, raison d’État et pressions médiatiques : une histoire d’amour à la française

Tribune de Paul Max Morin publiée le 2 septembre à 6h et dépubliée le même jour par Le Monde

Extraits. Vous nous avez interrogés sur la dépublication, par le Monde, d’une tribune du chercheur Paul Max Morin ce jeudi 1er septembre. Intitulé «Réduire la colonisation en Algérie à une “histoire d’amour” parachève la droitisation de Macron sur la question mémorielle», le texte a été supprimé du site l’après-midi même, suscitant de vive réactions et des accusations de censure.

Dans cette tribune, Paul Max Morin analysait la visite d’Emmanuel Macron sous le prisme de la question mémorielle. L’auteur de les jeunes et la guerre d’Algérie (PUF, 2022) s’y montre sévère avec la politique du Président, estimant que «la question des mémoires […] a une nouvelle fois servi de vitrine pour simuler des avancements vers une “réconciliation”». Le chercheur diagnostique, comme l’indique le titre, une «droitisation» de l’Elysée, qu’il illustre notamment par une évolution de la sémantique présidentielle : «En cinq ans, la colonisation sera passée, dans le verbe présidentiel, d’un “crime contre l’humanité” (2017) à “une histoire d’amour qui a sa part de tragique” (2022).»

Cette dernière phrase a été prononcée lors de la visite du cimetière Saint-Eugène à Alger, ce 26 août. […] «Qu’elle ait été prononcée spontanément ou non, la réduction de la colonisation à une “histoire d’amour” parachève la droitisation d’Emmanuel Macron sur la question mémorielle» écrit Paul Max Morin dans son texte.

Dans le court texte justifiant cette (rare) dépublication, le Monde estime que les termes dénoncés par le chercheur ne se rapportaient pas à la seule colonisation, comme le suggère la tribune, mais aux relations franco-algériennes dans un sens plus large. «Ce texte reposait sur des extraits de citations qui ne correspondent pas au fond des déclarations du chef de l’Etat. Si elle peut être sujette à diverses interprétations, la phrase “une histoire d’amour qui a sa part de tragique” prononcée par M. Macron lors de la conférence de presse n’évoquait pas spécifiquement la colonisation, comme cela était écrit dans la tribune, mais les longues relations franco-algériennes. Le Monde présente ses excuses à ses lectrices et lecteurs, ainsi qu’au président de la République.»

Lire l’intégralité de l’article →

Sur Le Monde

Sur Mediapart


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.